Café Crème Sport

Comment recrute-t-on un joueur de foot ?

Les transferts sont devenus la base du football moderne. De la construction d’un club, de l’économie pour certains, et d’autres se passionnent même véritablement pour le mercato, ses rumeurs la plupart du temps fausse, son suspense, son rush, ses sommes, en bref tout son univers. On sait comment le transfert d’un joueur se conclut, mais quelle est la réalité, celle que l’on ne voit jamais et que l’univers du football n’affiche jamais ? Ici, nous nous attarderons sur comment fait un club qui travaille bien, et sans la plupart des magouilles qui sont de plus en plus fréquentes.

L’étape de base : qui rechercher

Le mercato d’été d’un club de foot commence … au mois de Septembre. En gros, à la fin du précédent. Toutes les composantes dirigeantes du sportif se réunit : entraîneur, staff, directeur sportif, directeur du football quand ce poste existe, directeur de la cellule de recrutement, président du club, etc. On y tire un bilan sur l’effectif à disposition. En fonction des manques à certains postes, des ratés à certains postes au cours du mercato qui vient de s’achever, des prévisions pour les départs de prêts … Une liste est faite qui recense donc les besoins, mais surtout les profils précis recherchés. Un défenseur oui, mais gaucher ou droitier ? Bon relanceur ? Et un avant-centre d’accord, mais polyvalent ? Bon dans le jeu aérien ? Dribbleur ? Jeune espoir ou valeur sûre ? Bref, tout ce qu’il faut définir pour choisir le joueur. Bien sûr, il faut aussi définir un budget ainsi qu’une échelle des priorités.

Une fois toutes les cibles choisies, c’est la cellule de recrutement qui rentre en piste. Le directeur donne à ses recruteurs ce qu’il faut chercher, et chacun commence ses recherches dans son secteur, que ce soit un championnat, un pays ou une zone plus grande. Là, commence le travail plus spécifique. Le recruteur peut avoir déjà une liste de joueurs qu’il trouve intéressant et choisir parmi ceux-là à exploiter, ou partir de rien et devoir chercher tous ceux qui pourraient correspondre aux besoins. Commence alors le travail d’observation.

Luis Campos (droite), célèbre directeur du recrutement, en observation d’un joueur
Minimiser les risques d’échec

Un recruteur cherche à trouver le bon profil de joueur. Il se déplace même pour l’observer jouer depuis le stade afin de se focaliser sur lui. Un bon recruteur cherche tous les détails qui permettent de savoir qui il est vraiment. A partir de là, tous les critères sont pris en compte. Profil, physique, statistiques, origine familiale, entourage, motivations, mode de vie, agent, prétentions salariales, blessures, tendance à prendre du poids … Lorsqu’il se déplace pour le voir jouer, il cherche à voir son attitude lorsque son équipe gagne, lorsqu’elle perd, lorsque le joueur est en difficulté pour voir s’il se démobilise rapidement ou devient agressif, lorsque l’équipe mène pour voir s’il prend trop de confiance et joue mal. Si le stade des recherches est avancé, il peut même envisager de mener une enquête en rencontrant le directement. Un dîner d’affaires, parfois avec l’entourage, afin de mieux le connaitre. Avec tous ces éléments, le recruteur peut hiérarchiser ses cibles pour déterminer qui serait le plus utile au club. Le maitre Luis Campos par exemple, fonctionne de cette manière.

A partir de là, le travail est plus simple pour les employés du club. Les recruteurs font des réunions régulières pour décider des cibles prioritaires. Avec l’accord de l’entraîneur, on essaye de recruter la numéro 1. En général les clubs doivent d’abord négocier entre eux la somme du transfert et une fois accordés sur celle-ci, l’acheteur négocie le contrat avec le joueur. Officiellement, il est interdit de commencer par le contrat, mais les clubs respectent peu cette règle. Même les clubs vendeurs ne dénoncent cette pratique que pour créer des problèmes à l’autre. Et en général, c’est à ce stade, alors que tout le travail a été fait, que le transfert a le plus de chances d’échouer, pour des questions d’argent …

Un recrutement bien fait, c’est un travail acharné de plusieurs mois qui incluent des dizaines de personnes, où chacun joue son rôle et apporte sa pierre à l’édifice. Tout cela pour espérer réduire les risques d’échec, même si au final tout dépendra du rendement du joueur. Cependant, ce système est assez peu utilisé. Bien souvent, les clubs préfèrent demander directement à un agent de leur fournir un joueur, sans travailler sur le dossier. Autrement dire que les arnaques et arrangements entre amis sont légions …

Exit mobile version