NHL Sport US

CMJ 2021 : Le Canada, un retour en or ?

Le 25 décembre prochain, à l’heure où nos chères petites têtes blondes ouvriront leurs merveilleux cadeaux, les meilleurs jeunes talents du hockey mondial seront en piste pour le coup d’envoi de la 45ème édition du Championnat du monde junior de hockey (CMJ). Évenement indissociable des fêtes de fin d’année, le CMJ 2021 a longtemps été incertain en raison de la crise sanitaire mais tiendra son rang dans la bulle d’Edmonton au Canada. Avant l’ouverture de cette compétition très attendue, le CCS se focalise sur les cinq nations favorites pour le podium. Aujourd’hui, focus sur l’équipe tenante du titre, l’orgre de la compétition, le pays hôte : le Canada.

Pour comprendre le fonctionnement du Championnat du monde junior de hockey, rendez-vous sur notre premier article consacré à la sélection russe.

Source : Wikipédia

CMJ 2020 :

L’histoire entre les mondiaux juniors de hockey et le Canada est une belle romance qui dure depuis plus de 40 ans. Nous invitons à consulter notre dossier sur le Punch-up à Piestany de 1987, événement fondateur de la passion des Canadiens pour le hockey junior. Depuis l’officialisation de la compétition en 1977, l’Équipe Canada junior a remporté 32 médailles en 44 participations et totalise un nombre record de 18 médailles d’or. Rappelons à tous les résultats extraordinaires du Canada aux CMJ avec notamment 5 médailles d’or consécutives entre 1993 et 1997, un exloit réitéré entre 2005 et 2009. Le dernier sacre remonte à l’année dernière, en République Tchéque.

Alexis Lafrenière sous le maillot de Team Canada – Source : Sportsnet

Pour chaque compétition, le Canada est toujours plus ou moins l’équipe favorite pour la victoire finale. Après une très décevante 6ème place lors du CMJ 2019 à Vancouver, les Canadiens avaient à coeur de se rattraper pour le tournoi 2020. Avec le jeune prodige Alexis Lafrenière en vedette, le capitaine Barrett Hayton ou encore l’espoir des Sabres, Dylan Cozens, le Canada arrive avec de grandes ambitions. Très rapidement, la puissance offensive des Canadiens se distingue avec une victoire 6-4 contres les États-Unis. Mais la seconde rencontre du groupe B est une véritable douche froide : défaite 6-0 contre la Russie dans un match où l’attaque canadienne a disparu, tout comme la défense. Le statut de favoris semble tout de suite beaucoup plus discutable. Les Canadiens se ressaisissent avec deux larges victoires contre des adversaires plus abordables : l’Allemagne (4-1) et le pays hôte, la République Tchèque (7-2).

Premier du groupe B, le Canada rencontre la Slovaquie en quart de finale. Victoire facile 6-1 avec deux buts du capitaine Barrett Hayton et deux points de Lafrenière. En demie, les Canadiens retrouvent leurs bourreaux de 2019, la Finlande, tombeur des États-Unis au tour précédent. Grâce à une entame parfaitement maîtrisée, le Canada inscrit 3 buts dans les quatre premières minutes. Assommés, les Finlandais ne reviennent pas dans la partie et s’inclinent 5-0. Assuré d’une nouvelle médaille mondiale, les Canadiens retrouvent la Russie en finale. La dynamique est bonne pour le Canada mais la lourde défaite en groupe et la victoire en demie-finale des Russes sur la Suède, prétendante à l’or, pèsent dans les esprits.

L’équipe canadienne remporte l’or en République Tchèque – Source : Spokane Chiefs

Dans une rencontre très disputée, les Russes prennent l’avantage dans le troisième tiers et mènent 3-1 alors qu’il reste moins de 12 minutes à jouer. Mais le Canada va sonner la révolte grâce à un but de l’espoir des Capitals, Connor McMichael avant que le capitaine Hayton égalise à 3-3 en moins de deux minutes. Le momentum est pour le Canada qui brise l’égalité à moins de 3 minutes de la fin de la rencontre grâce à Akil Thomas, 51ème choix des Kings en 2018. La Russie ne peut réagir et laisse le Canada remporter sa 18ème médaille d’or.

Alexis Lafrenière est élu le joueur le plus utile du tournoi. Le premier choix de repêchage 2020 est nommé dans l’alignement des étoiles de la compétition en compagnie du capitaine Barrett Hayton, auteur de 12 points, et du gardien canadien, Joel Hofer. Pour l’édition 2021, le Canada revient avec les mêmes ambitions, remporter l’or. Surtout l’effectif convoqué peut laisser croire que cette équipe canadienne version 2021 est l’une des plus denses et des plus excitantes du programme.

🗡️ Attaque : le danger à tous les niveaux

Voici la liste des attaquants canadiens convoqués pour le CMJ 2021 :

Quinton Byfield (Sudbury Wolves) – Dylan Cozens (Lethbridge Hurricanes) – Kirby Dach (Chicago Blackhawks) – Dylan Holloway (University of Wisconsin) – Peyton Krebs (Winnipeg Ice) – Connor McMichael (London Knights) – Dawson Mercer (Chicoutimi Sagueneens) – Alex Newhook (Boston College) – Jakob Pelletier (Val-d’Or Foreurs) – Cole Perfetti (Saginaw Spirit) – Jack Quinn (Ottawa 67’s) – Ryan Suzuki (Saginaw Spirit) – Philip Tomasino (Oshawa Generals) – Connor Zary (Kamloops Blazers)

Quelle sélection ! Tous les attaquants de cette liste sont des choix du top 30 des derniers repêchages de la NHL. Bien évidemment, il y a quelques absents de taille à commencer par Alexis Lafrenière qui n’a pas été libéré par les Rangers de New-York. Même sans le choix n°1 du dernier repêchage, l’Équipe Canada arrive dans la bulle d’Edmonton avec une supperposition de talents exceptionnelle. Parmi ces 14 noms, quatre ont remporté l’or en République Tchèque : Quinton Byfield, Dylan Cozens, Connor McMichael et Dawson Mercer. En plus de ces revenants, le Canada peut compter sur un joueur qui sort d’une première année en NHL plus que convaincante : Kirby Dach. Nommé capitaine de la sélection, le 3ème choix du repêchage 2019 a disputé 64 matchs avec les Blackhawks de Chicago et 9 matchs en Séries éliminatoires. Le centre a cumulé 8 buts et 15 passes en saison régulière et 6 points en Séries. Riche de son expérience à seulement 19 ans, Kirby Dach devrait être le centre n°1 de la sélection canadienne.

Kirby Dach en Séries contre Léon Draisaitl – Source : ABC7 Chicago

La principale force de cet effectif est évidemment la polyvalence et la profondeur. André Tourigny, l’entraîneur en chef, aura la possibilité de mettre en place de nombreuses combinaisons tant les joueurs à sa disposition peuvent remonter ou descendre dans les alignements. Aux côtés de Dach en première ligne, ce sont Connor Zary et Philip Tomasino qui se sont illustrés lors des matchs d’entraînements. Les choix 24 des deux derniers repêchages (respectivement par les Flames et par les Predators), sont naturellement des centres mais il semble que leurs compétences permettent de créer une ligne dominante avec Kirby Dach. Zary est reconnu pour avoir une mobilité au-dessus la moyenne lui permettant de passer à l’aile, avec un physique de centre et une capacité à trouver le fond du filet très développé. Tomasino possède un premier pas fulgurant et une vitesse de pointe impressionnante. Tous les deux peuvent être les finisseurs parfaits autour de l’excellent créateur qu’est Kirby Dach.

Dylan Cozens devrait tourner avec Dach sur les deux premières lignes en position de centre, alors que Connor McMichael et Jack Quinn devraient compléter le riche top 6 d’Équipe Canada. Quinn, sélectionné en 8ème position par les Sabres lors du repêchage 2020, est un excellent finisseur comme l’atteste ses 52 buts inscrit lors de sa dernière saison en OHL. Tourigny a également accordé du crédit à une ligne composée de Dylan Holloway/Alex Newhook/Jakob Pelettier. Cette combinaison pourrait tenir la 3ème ligne d’Équipe Canada grâce à la vitesse de Holloway/Newhook et l’intelligence de jeu du Québecois, Pelletier. Mais évidemment, rien n’est gravé dans le marbre tant les combinaisons possibles sont nombreuses.

Quinton Byfield, deuxième choix du repêchage 2020 – Source : Sudbury Star

Dans le reste de la liste, on retrouve évidemment le revenenant Dawson Mercer, 18ème choix du dernier repêchage, qui avec sa polyvalence et sa vision du jeu peut jouer le couteau suisse sur n’importe quelle ligne. Le duo du Spirit Saginaw, Ryan Suzuki et Cole Perfetti se retrouve pour apporter du dynamisme à l’attaqua canadienne. Perfetti, 10ème choix des Jets en 2020, sort d’une saison à 111 points dont 37 buts en OHL. Mais l’une des figures qui sera la plus scrutée est probablement celle du deuxième choix du repêchage 2020 : Quinton Byfield. Auteur d’un point lors du dernier CMJ, le centre des Kings aura la ferme intention de se distinguer lors de mondial et pourrait rapidement monter dans la hiérarchie des centres de la sélection. Son patinage élite et ses capacités au tir pourront probablement être des atouts précieux dans les matchs serrés.

Évalutation du CCS

Comment ne pas attribuer la note maximale à l’attaque du Canada ? De la profondeur, de la polyvalence et surtout du talent sur toutes les lignes. L’expérience des revenants, celle du capitaine Kirby Dach ainsi que la vitesse et la puissance des espoirs canadiens vont être difficile à contenir lors du tournoi. Beaucoup de ces joueurs sont en manquent de compétition, attendez vous à les voir se donner à 100% dès le premier match.

🛡️ Défense : un équilibre presque parfait ?

Voici la liste des défenseurs canadiens convoqués pour le CMJ 2021 :

Justin Barron (Halifax Mooseheads) – Bowen Byram (Vancouver Giants) – Jamie Drysdale (Erie Otters) – Kaiden Guhle (Prince Albert Raiders) – Thomas Harley (Mississauga Steelheads) – Kaedan Korczak (Kelowna Rockets) – Braden Schneider (Brandon Wheat Kings) – Jordan Spence (Moncton Wildcats)

Là encore, la liste canadienne a de quoi impressioner. En tête de l’unité défensive, on retrouve deux joueurs ayant remporté la médaille d’or en République Tchèque : Jamie Drysdale et Bowen Byram. Il n’y a aucun doute sur le fait que ce duo occupe la paire défensive partante sur la ligne bleue canadienne. Drysdale sera probablement la vedette de cette défense. Annoncé comme le meilleur espoir défensif du dernier repêchage, le joueur d’Érié a finalement été sélectionné en 6ème position par les Ducks, derrière le défenseur américain, Jack Sanderson. Véritable organisateur et facilitateur offensif, Drysdale est aussi un bon défenseur, sobre et calme, capable d’éteindre les meilleurs attaquants adverses sur certaines phases de jeu. Son rôle devrait être bien plus important que lors du dernier CMJ où il avait tout de même accumulé 3 points en 7 matchs. A ses côtés, c’est l’espoir du Colorado, Bowen Byram, repêché en 4ème position en 2019, qui aura assurément un gros temps de jeu à Edmonton. Comme Drysdale, c’est un défenseur offensif qui sait se focaliser sur la défense quand il le faut. Très bon dans le maniement de la rondelle, Byram est un excellent patineur capable qui sera d’une aide précieux pour Équipe Canada.

Jamie Drysdale sous le chandail d’Équipe Canada – Source : Toronto Star

La deuxième paire défensive devrait être occupée par Justin Barron et Braden Schneider. Tous les deux dépassent le mètre 85 et pèsent plus de 90 kg. Ensemble, ils peuvent assurer une grosse présence physique et défensive. Sélectionnés respectivement en 25ème (Avalanche) et 19ème (Rangers) lors du dernier repêchage, Barron et Schneider possèdent également un gros tir de loin qui pourra donner une alternative à Tourigny dans ses systèmes de jeu.

Sur le papier, les deux premières paires défensives semblent déjà en place. Derrière, d’autres jeunes talents auront leur mot à dire. Thomas Harley apportera sa puissance physique avec ses 193cm pour 90kg mais aussi sa mobilité, lui qui est un excellent patineur pourra écarter le jeu canadien. Sélectionné en 18ème position en 2019 par les Stars, Harley peut être la bonne surprise de la défense canadienne. Lors des entraînements, Harley était accompagné de Kaeden Korczack, l’espoir de Vegas, qui peut apporter une présence défensive régulière. La ligne bleue d’Équipe Canada est complété par l’espoir de Montréal, Kaiden Guhle et celui des Kings, Jordan Spence. Ce tournoi sera l’occasion pour eux d’acquérir une belle expérience.

Évalutation du CCS

Le top 4 défensif d’Équipe Canada est très prometteur avec un bel équilibre entre apport offensif et régularité défensive. Difficile de ne pas mettre la note maximale pour cette unité. Pour autant, il faudra que Tourigny trouve les mots et les systèmes pour canaliser l’esprit trop offensif de certains. Pas d’inquiétude, la défense canadienne est probablement l’une des meilleures du tournoi.

🧱 Gardien : l’embarras du choix

Voici la liste des gardiens canadiens convoqués pour le CMJ 2021 :

Dylan Garand (Kamloops Blazers) – Taylor Gauthier (Prince George Cougars) – Devon Levi (Northeastern University)

Comme chaque année, la Canada dispose de plusieurs gardiens avec un potentiel de partant. Les trois gardiens sélectionnés ont chacun une expérience au niveau international avec Équipe Canada. Taylor Gauthier a tenu les filets canadiens lors de la Coupe Hlinka-Gretzky (Coupe du Monde junior U18) en 2018, remportant l’or. Dylan Garand l’a imité en 2019 mais s’est contenté de la médaille d’argent, alors que Devon Levi a disputé le Championnat du monde junior en 2019, remportant l’argent et les honneurs du meilleur joueur du tournoi. Tous les trois ont le talent pour aider le Canada a décrocher l’or même si la bataille pour le poste de titulaire devrait avoir lieu entre Garand et Gauthier.

Dylan Garand – Source : Dame’s Portrait Gallery

Gauthier est gardien performant dans une équipe d’OHL loin d’être compétitive. Les Cougars de Prince George n’affichent pas un grand niveau et Gauthier a eu beaucoup de travail lors de ses trois dernières saisons. La saison dernière, il a effectué 1537 arrêts. Malheureusement, le manque de lumière sur son équipe l’a empêché d’être sélectionné lors des deux derniers repêchages. Ainsi, il semble que l’espoir des Rangers, repêché en 103ème position en 2020, Dylan Garand tient les faveurs des entraîneurs d’Équipe Canada. Sa dernière saison en OHL avec les Blazers de Kamloops, il a affiché un bilan de 28-10-3 avec une moyenne de 2,21 buts encaissés et un pourcentage de sauvetage de .921. Selon les derniers rapports des entraînements d’Équipe Canada, Garand a fait forte impression avec un sang froid remarquable.

[MISE A JOUR – 23:48 (FR) ]
Selon le site québécois d’informations RDS, le gardien partant pour le Canada se nomme Devon Levi. Surprenant, puisqu’il s’agit du gardien le plus jeune et le moins expérimenté de la liste canadienne. Sélectionné en 7ème ronde par les Panthers, Levi fêtera ses 19 ans le 27 décembre prochain. Il doit intégrer le programme universitaire américain de Northeastern cette saison. Auparavant, Devon Levi s’est exercé en LCHJ avec Carleton Place Canadians. Lors de la saison 2019-2020, Levi affiche un bilan incroyable de 34-2-1 avec seulement 1,47 buts alloués par match en moyenne et un pourcentage de sauvetage de .941.

Évalutation du CCS

Comme pour les États-Unis, le Canada dispose de plusieurs gardiens capables de soutenir une équipe visant l’or. Pas de talent à la hauteur d’un Askarov, mais des portiers doués et prometteurs qui se disputeront le poste de partant. La concurrence est toujours source de dépassement, le Canada a tout ce qu’il faut à ce poste.

Prédictions du CCS :
Médaille d’or

Attaque

Défense

Gardien

Comment ne pas attribuer, comme presque chaque année, l’étiquette de favoris à Équipe Canada ? Une attaque profonde et polyvalente, une défense talentueuse et des gardiens performants… Cette sélection junior est qualifiée par plusieurs observateurs comme la meilleure formation depuis plusieurs années. Dans un groupe abordale, la compétition devrait réellement commencée en quart de finale pour le Canada qui devra se méfier de la suffisance. De même, dans un tournoi à éliminations directes, tout peut arriver.

Retrouvez-ici nos évaluations des équipes nationales favorites pour le CMJ 2021 :

CMJ 2021 : La Russie, encore l’argent avec Askarov ?

CMJ 2021 : La Suède, victime de la Covid-19 mais toujours prétendante ?

CMJ 2021 : La Finlande, encore au pied du podium ?

CMJ 2021 : Les États-Unis, l’heure de la rédemption ?

(2 commentaires)

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: