Articles NBA Basket

Où en sont les NBAers français? (2/5) : Les joueurs en danger

Depuis quelques temps, les français ne sont plus uniquement des faire-valoir dans leur équipe NBA. Toujours plus nombreux, avec des rôles toujours plus important, si la France ne semble pas avoir trouvé son nouveau Tony Parker, le contingent de joueur français en NBA prend de plus en plus de place. Entre les jeunes à fort potentiel, les stars, les role players et les vétérans moins utilisés, la France est représentée de bien des manières en NBA. À l’aube de la saison 2020-2021 et alors que la ligue américaine a vu débarquer pas moins de trois français lors de la draft 2020, on fait le tour de la situation des joueurs français actuels en NBA.

Dans ce groupe, c’est plutôt l’odeur de renfermé et de poussière qui se dégage tant les joueurs ci-dessous ont été mis au placard par leur coach respectif.

Celui qui part à la chasse à la bague

Nicolas Batum, ailier des Charlotte Hornets lors de la dernière saison. Crédit : basketusa.com

Nicolas Batum, 31 ans, SF, Los Angeles Clippers (Stats 2019-2020 : 3,6pts/4,5rbds/3,0pad en 23,0min)

7M$/point… Voilà le constat terrible du ratio salaire/point de Nicolas Batum cette saison. Les plus mesquins crieront au vol et parleront de l’un des pires contrats de la NBA. Les plus compréhensifs expliqueront que Nicolas a mérité le moindre dollars de son contrat suite à des saisons de hautes volées aux Blazers et lors de ses deux premières années aux Hornets (où il tournait à quasiment 15pts/6pad/6rbds par match). Toujours est-il que depuis deux ans, Nicolas n’est plus le même. Si bien qu’entre blessures, contre-performances et sous-utilisation, il végète dans une franchise en pleine reconstruction et ne foule presque plus les parquets (seulement 22 matchs joués cette saison dont trois en tant que titulaire).

Et pourtant, Nicolas Batum n’a que 31 ans, soit encore quelques années de carrières devant lui. Le talent est encore là, on le sait, mais quid de l’envie et des objectifs personnels de l’ailier? Désormais on le sait, Batum a pris sa Player Option de plus de 26M$ avant d’être coupé par les Hornets. Il a, dans la foulée, rejoint les Clippers et le français Joakim Noah, afin de jouer dans une équipe qui se bat pour le titre. Pour combien de minutes? Avec quel rôle? Bon nombre de questions que se posent les fans français depuis deux saisons maintenant…

Celui qui n’a pas convaincu son coach

Vincent Poirier, pivot des Boston Celtics avant son trade à OKC. Crédit : Boston Herald

Vincent Poirier, 27 ans, C, Philadelphie Sixers (Stats 2019-2020 : 1,9pts/2,0rbds/0,4ctrs en 5,9min)

Fraîchement débarqué d’euroligue à l’été 2019, Vincent Poirier est arrivé à Boston avec l’étiquette de rookie. Un rookie, oui, mais un rookie de 26 ans (à son arrivée) et avec de nombreuses expériences chez les pros. Mais visiblement, il n’arrivera jamais a gagné la confiance de son coach. Dans une équipe qui joue les premiers rôles, il grapillera quelques minutes par-ci, par-là, dans les fameux garbage time. La faute à quelques blessures, une acclimatation pas toujours simple pour un européen mais également un manque de confiance de son entraîneur.

Quelques apparitions ont laissé entrevoir ce que Vincent pouvait apporter sur le terrain. En particulier de la défense et du rebond. Difficile pourtant, de voir ce que l’avenir réserve au pivot français. Désormais au Sixers, dans une équipe où se trouve déjà Embiid et Howard, Vincent devrait encore faire preuve de patience pour montrer ce qu’il vaut. Après cette saison, il sera agent libre. Aura-t-il une proposition de contrat? Ou est-ce que la meilleure solution ne serait pas un retour en Europe pour celui qui dominait les cercles du vieux continents il y a encore à peine deux ans?

Mentions : Petites pensées à Joakim Noah et Ian Mahinmi qui sont toujours sans contrat. Pourtant, Ian sort d’une saison plutôt correct avec les Wizards. Pourrait-il apporter son expérience chez un favoris pour le titre (Heat? Lakers?).
Quant à Joakim, il est question de retraite d’après les dernières rumeurs mais pour l’instant, rien d’officiel. Wait and See donc…

Un ancien bon ailier et un rookie expérimenté qui peine à confirmer. Ce duo est beaucoup moins reluisant que le duo précédent. Malheureusement, ça peut sentir la fin de l’aventure NBA. Mais ne vous inquiétez pas pour le basket français, des petits jeunes sont déjà arrivés en NBA, prêts à tout casser… Ou pas.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :