Café Crème Sport

Les plus grandes rivalités du hockey en 2021

La Ligue Nationale de Hockey est une compétition où les rivalités sont nombreuses. De rivalités historiques à rivalités régionales il y en a pour tous les goûts. Des « Original Six » aux dernières franchises d’expansion, chaque équipe possède son propre derby, son ennemi intime. Le réalignement des divisions pour cette nouvelle saison 2021 va décupler le nombre de matchs entre rivaux de longue date. Mais de nos jours, quelles sont les rencontres qui provoquent le plus d’animosité, qui attirent le plus d’attention ? Quelle est LA rivalité du hockey dans la Ligue Nationale? On fait le point à quelques jours de la reprise.

RIVALITES REGIONALES : LES QUERELLES DE VOISINAGE

Pittsburgh Penguins vs Philadelphie Flyers

Intégrés dans la ligue en 1967, les deux franchises sont des rivales des premières heures. Les Fyers ont dominés les Penguins des années 70 à la fin des années 80. Philadelphie gagne deux Coupes Stanley en 1974 et 1975 avec les « Broad Street Bullies » de Bobby Clarke et Bernie Parent puis les Penguins répondront en remportant la Coupe en 1991, 1992 avec Mario Lemieux et Jaromir Jagr mais aussi en 2009, 2016 et 2017 avec Sidney Crosby, Evgeni Malkin et Marc-André Fleury. A noter que les Pens ne gagnent pas un seul match au Spectrum de Philadelphie entre 1974 et 1989 soit 42 matchs ! Avantage 4 victoires à 3 pour les Flyers en séries, le dernier affrontement remonte à 2018, victoire de Pittsburgh 4-2 au premier tout. En Pennsylvanie soit on est un Flyer, soit on est un Penguin, supporter les deux est impossible.

Sidney Crosby et Claude Giroux – Crédits: CBS Philly

New Jersey Devils vs New York Rangers vs New York Islanders

Les Devils à Newark, on traverse l’Hudson River on arrive chez les Rangers à Manhattan puis on traverse l’East River et nous voilà Brooklyn chez les Islanders. Les trois franchises ont eu leur période au sein de la ligue. Les Rangers font partie des « Original Six » et remportent les titres de 1928, 1933, 1940 et attendent 54 années pour les voir enfin obtenir leur quatrième Coupe Stanley en 1994 grâce à Mark Messier et Alexei Kovalev. Les Devils de Martin Brodeur, Patrik Elias et Scott Stevens leur répondent l’année suivante et soulèvent la Coupe en 1995 puis en 2000 et 2003. Les Islanders quant à eux réalisent une performance exceptionnelle dans l’histoire du sport nord-américain en réalisant le quadruplé entre 1980 et 1983 avec entre autres Mike Bossy, Billy Smith, Bryan Trottier et Denis Potvin. Ils jouaient à l’époque au niveau de Long Island et n’arrivent à Brooklyn qu’en 2015. Il n’y a eu qu’une seul séries éliminatoires entre Devils et Islanders en 1988 d’où une rivalité uniquement locale mais beaucoup moins forte que ce qu’elles ont envers les Rangers. En effet cette dernière étant présente depuis le début de l’histoire de la ligue, évoluant au Madison Square Garden, elle est la rivale à battre. Les Devils étant en pleine reconstruction depuis quelques saisons la rivalité s’est tournée concrètement entre les quartiers de Manhattan et de Brooklyn à l’instar des Nets et des Knicks en NBA. Le « mépris » pour les habitants de New York City envers ceux du New Jersey est connu et un new-yorkais ne supporte pas les Devils, le choix doit se faire entre Ranger et Islanders. Si vous venez visitez Big Apple, profitez de votre séjour pour aller voir si possible un derby entre ces trois franchises, l’ambiance est électrique !

Un début de bagarre générale entre Devils et Rangers dans les années 90 – Crédits: Sports Illustrated

Toronto Maple Leafs vs Ottawa Senators

Surnommée la bataille de l’Ontario, elle connaît son apogée au début des années 2000 lorsque Toronto et Ottawa se sont rencontrés quatre fois en séries sur un delta de seulement cinq saisons. A chaque fois le même scénario et une victoire des Leafs de Mats Sundin sur les Senators de Marian Hossa. Le coup de crosse de ce dernier coûte presque l’oeil de Bryan Berard lors des séries de 2000. La rivalité est montée crescendo jusqu’en mars 2003 et l’agression de Tie Domi sur Magnus Arvedson. Beaucoup de polémiques et d’animosité jusqu’en 2004 et la victoire en sept matchs des Leafs au premier tour des séries. Depuis le lock-out de 2005 la rivalité est présente mais les contre-performances de Toronto et la faiblesse de l’effectif des Sénateurs depuis quelques saisons ont apaisé les tensions… jusqu’à un prochain duel en séries ?

Edmonton Oilers vs Calgary Flames

La bataille de l’Alberta fait rage dans les années 80 lorsque les Oilers de Wayne Gretzky, Mark Messier, Jari Kurri, Glenn Anderson, Grant Fuhr, Paul Coffey et consors remportent quatre séries face aux Flames de Lanny McDonald, Doug Gilmour, Joe Nieuwendyk et Al MacInnis. Calgary stoppe la route vers le triplé d’Edmonton pendant les séries de 1986 en finale de division lors du septième match lors duquel Steve Smith dévie accidentellement le palet dans ses propres filets. Les Flames perdent plus tard en finale face aux Canadiens de Montréal mais soulèvent le trophée sans affronter leurs rivaux sur leur route en 1989. Les Oilers remportent les titres en 1984, 1985, 1987, 1988 et 1990 et assoient leur domination sur la NHL des années 80. Le dernier affrontement remonte aux séries du premier tour en 1991, victoire d’Edmonton 4-3. Dernièrement cette bataille de l’Alberta revient au centre des débats, en effet avec la présence de deux des meilleurs joueurs offensifs de la ligue au sein des Oilers avec Connor McDavid et Leon Draisaitl, et au sein des Flames des joueurs talentueux tels que Mark Giordano, Johnny Gaudreau ou Matthew Tkachuk, la rivalité est fraîchement décuplée depuis quelques saisons. La rencontre de février 2020 vit les deux équipes en venir aux mains dont l’inévitable Matthew Tkachuk et Ethan Bear mais aussi les deux gardiens Mike Smith et Cam Talbot ! Un affrontement dans la nouvelle division nord pour la saison à venir nous tiendra en haleine et verra les deux formations dont Tkachuk et Zack Kassian s’affronter pas moins de 8 fois. Sortez le pop-corn!

Montréal Canadiens vs Québec Nordiques

Les Nordiques de Québec sont devenus l’Avalanche du Colorado en 1995 mais comment ne pas parler de cette rivalité québécoise qui a duré dès l’arrivée des « Nonos » dans la ligue en 1979. La bataille du Québec connaît son premier temps fort lors des séries de 1982 et le but de Dale Hunter qui élimine au premier tour les Tricolores de Guy Lafleur et Larry Robinson. Cette rivalité connaît son apogée le 20 avril 1984 lors du « Vendredi Saint ». Le montréalais Mario Tremblay fracture le nez du québecois Peter Stastny et le fleurdelysé Louis Sleigher met K.O. Jean Hamel par un vicieux coup de poing. La dernière série les voit s’affronter en 1993, Québec étant favori, comptant dans ses rangs des joueurs tels que Joe Sakic, Owen Nolan ou bien même Mats Sundin. Ce sont les Habs de Patrick Roy qui remportent la série 4-2 à la surprise générale et soulèvent la Coupe Stanley à la fin de la saison. Le départ de Roy vers l’Avalanche en 1995 de Montréal est toujours un sujet qui fait jaser, il remporte le trophée en compagnie d’anciens de Québec dont Peter Forsberg. Depuis peu des rumeurs sur la possibilité du retour des Nordiques dans la Ligue Nationale de Hockey vont bon train mais cela dépend de la bonne volonté du commissaire Gary Bettman. Si cela se produit ce serait pour notre plus grand bonheur !

RIVALITES HISTORIQUES : LES QUERELLES DE DIVISION

Chicago Blackhawks vs St. Louis Blues

Depuis l’arrivée des Blues dans la Ligue en 1967, ce ne sont pas moins de douze fois que les deux franchises se sont affronter en séries éliminatoires. Avantage aux « Hawks » huit victoires à quatre. Cette rivalité est celle qui cumule le plus de bagarres et de minutes de pénalité c’est dire l’animosité qui existe entre Chicago et St. Louis. Les Blues ne réussissent à éliminer les Blackhawks qu’en 1988 après avoir subit des revers en séries en 1973, 1980, 1982 et 1983. L’équipe de Stan Mikita étant une classe au-dessus de celle de Bernie Federko. En 1991 le jour de la Saint-Patrick les choses s’enveniment sur la glace et beaucoup de joueurs en viennent au main. Les Blackhawks remportent les séries face aux Blues en 1989, 1990, 1992 et 2014, les Blues en 1993, 2002 et 2016. Récemment cette rivalité à gagner en popularité les Hawks ayant remporté les titres de 2010, 2013 et 2015 avec des futurs joueurs du Temple de la Renommée comme Patrick Kane, Jonathan Toews, Duncan Keith ou Corey Crawford. Les Blues, quant à eux, soulèvent la Coupe en 2019 avec Vladimir Tarasenko, Ryan O’Reilly, Alex Pietrangelo et un jeune Jordan Binnington. L’avantage est de nos jours à St. Louis qui fait partie des prétendants à la victoire alors que Chicago ne trouve que très difficilement le chemin des séries depuis trois saisons.

Pittsburgh Penguins vs Washington Capitals

Comment ne pas parler de la rivalité entre ces deux équipes. Elle est souvent minimisé de nos jours à un duel entre le génie Sidney Crosby et l’artilleur Alexander Ovechkin, rappelant aussi la rivalité ancestrale entre canadien et russe, mais le combat entre ces deux franchises dure depuis les années 90. Ici nous avons un net avantage pour les Penguins qui ont remporté neuf fois sur onze les séries face aux Capitals. Le dernier affrontement remonte à 2018 et voit les « Caps » remporter la série et soulever pour une première fois la Coupe Stanley. Une bouffée d’air pour Ovechkin qui se vit battu par Crosby et les siens en 2009, 2016 et 2017 et à chaque fois les Penguins remportent la victoire finale. Cette rivalité contrairement à plusieurs autres n’est pas basé sur des gestes provocateurs ou des bagarres mais sur la qualité du jeu. Dès les années 90 l’équipe de Mario Lemieux et Jaromir Jagr développe un jeu alléchant, cela continue depuis. Là également supporter les deux équipes est interdite, soit on supporte les « Pens » soit on supporte les « Caps ». A vous de choisir !

WASHINGTON, DC – NOVEMBER 10: Washington Capitals left wing Alex Ovechkin (8) and Pittsburgh Penguins center Sidney Crosby (87) fight for a second period puck on November 10, 2017, at the Capital One Arena in Washington, D.C. (Photo by Mark Goldman/Icon Sportswire via Getty Images)

Montréal Canadiens vs Toronto Maple Leafs

Les confrontations entre deux équipes des « Original Six » sont toujours spéciales et remplies d’histoire. Aujourd’hui la rivalité entre Montréal et Toronto est la plus vieille de la Ligue car elle remonte à 1917, année de création de la LNH. Les deux rivaux ne se sont plus affronter en séries depuis 1979 à l’époque des Guy Lafleur, Larry Robinson ou Ken Dryden côté Habs et Darryl Sitter, Lanny McDonald côté Leafs, le sentiment de rivalité de ce fait s’est apaisé. Les Tricolores et les Leafs se sont rencontrés 14 fois entre 1917 et 1979 en séries éliminatoires, huit victoires québécoises et six victoires ontariennes. Si à Montréal on attend de remporter la Coupe Stanley depuis 1993, à Toronto l’attente se fait depuis 1967 ! Un retour au premier plan prévu par un recrutement judicieux des deux formations nous permettra peut-être de revoir enfin une séries éliminatoires entre les vieux rivaux et qui sait pourquoi pas cette année en sortie de la division nord.

Boston Bruins vs Toronto Maple Leafs

Pour les supporters des Leafs la rivalité la plus importante de nos jours est avec les Bruins de Boston. Les deux franchises se sont affronter à 16 reprises en séries dont 12 fois avant 1974. La dernière victoire de Toronto date de 1959, à l’époque de Frank Mahovlich et Johnny Bower ! Entre 1974 et 2013 il n’ y a eu aucune confrontation ce qui avait endormi la rivalité mais depuis donc 2013, Boston et Toronto se sont rencontrés en 2013, 2018 et 2019 au premier tour, toutes remportées par les Bruins et toutes au septième match décisif. Lors des séries de 2013 les Leafs menaient 4 buts à 1 à une dizaine de minutes de la fin du match mais les Bruins l’emportent 5 buts à 4 en prolongations sur un but de Patrice Bergeron. Une défaite amère qui se répète en 2018, les Leafs mènent 4 buts à 3 à la fin de la troisième période mais finissent par lâcher prise et subissent une défaite 7 buts à 4. John Tavares, originaire de Mississauga, explique à son arrivée à Toronto « Je veux aider cette équipe le plus possible. Je comprends à quel point une victoire serait importante pour nos partisans ». C’est le moins que l’on puisse dire… peut-être pour cette année ?

MONTREAL CANADIENS – BOSTON BRUINS : LA RIVALITE DU HOCKEY

Au football (soccer pour nos amis québécois) il y a le « clasico » FC Barcelone – Real Madrid, au basket les Boston Celtics contre les Los Angeles Lakers, au baseball c’est le duel New York Yankees – Boston Red Sox et bien au hockey un match Montréal Canadiens – Boston Bruins est LA rivalité ultime. Jamais deux équipes ne se sont affrontés aussi souvent en séries éliminatoires, pas moins de 34 fois !

La première fois remonte à 1929 et la dernière lors de la demi-finale de conférence en 2014. Sur les 34 séries éliminatoires le Tricolore l’a emporté 25 fois dont, tenez-vous bien, 18 séries victorieuses de suite entre 1946 et 1987, une éternité ! Pendant cette période le Canadien emporte 18 Coupes Stanley (24 coupes remportées en tout dans leur histoire) grâce à l’enchaînement de joueurs garnissant le Temple de la Renommée : Maurice Richard, Guy Lafleur, Jean Béliveau, Larry Robinson, Henri Richard, Ken Dryden, Patrick Roy, Jacques Plante etc… Le 13 mars 1955 une altercation éclate entre Hal Laycoe et Maurice Richard. Ce dernier frappe un arbitre qui l’empêche de se défendre, la ligue et en particulier le commissaire Clarence Campbell, un aristocrate anglophone et quelque peu dédaigneux envers les francophones montréalais, décide de suspendre le « Rocket » pour le reste de la saison, séries éliminatoires inclues. Cette décision controversée provoque plus tard lors d’une rencontre face aux Red Wings de Detroit une émeute qui ne pu être calmée uniquement par l’allocution de Maurice Richard sur Radio Canada, expliquant qu’il accepte sa sanction et demande aux partisans d’arrêter les dégradations dans Montréal.

Maurice « Rocket » Richard avec une de ses huit Coupes Stanley remportées dont quatre face aux Bruins de Boston en finale – Crédits: Hockey Herald

Les Bruins de Boston ont longtemps été frustré par la domination des québécois et c’est fort compréhensible. Des joueurs comme Milt Schmidt ou John Bucyk se sont souvent casser les dents face à la Saint-Flanelle, des difficultés à s’imposer qui enfin se concrétisent grâce à l’arrivée d’un jeune défenseur nommé Bobby Orr. Les Bruins remportent les titres de 1970 et 1972 mais sans croiser la route de leur bête noire de l’époque. Ils échouèrent à soulever la coupe en 1971, ayant perdu au premier au bout du septième match face aux Bleu-Blanc-Rouges, alors qu’ils venaient de boucler la meilleure saison de l’histoire de la franchise avec 121 points (57 victoires). Les joueurs composants cette équipe étaient tous des joueurs talentueux : Bobby Orr, Ken Hodge, Phil Esposito ou bien même Gerry Cheevers. Le tournant de cette série se situe au deuxième match lorsque Montréal, mené 5 buts à 1 réalise une remontée au score pour finalement l’emporter 7 buts à 5. Les Bruins auront du mal à s’en relever et se casseront les dents contre une jeune recrue dans les buts du nom de Ken Dryden. Les Habs remporteront cette année une nouvelle Coupe Stanley.

Bobby Orr en 1971 – Crédits: The Hockey Writers

La rivalité s’en va grandissante en 1977 et 1978 lorsque le Canadien remporte deux nouvelles Coupes Stanley face aux Bruins en finale (victoires 4-0 et 4-2). Le duel en demi-finale des séries de 1979 est une date qui compte dans cette rivalité, en effet, la série est égale à trois victoires partout, les Bruins mènent 4 buts à 3 mais est sanctionnée à environ 4 minutes de la fin pour un joueur en trop sur la glace. Guy Lafleur égalise en avantage numérique, c’est 4 à 4, puis Yvon Lambert marque le but qui met fin à la série en prolongations. Montréal gagnera cette année sa quatrième Coupe Stanley d’affilée.

De 1984 à 1987 le Tricolore remporte une nouvelle fois quatre séries de suite malgré la présence du côté des Bruins d’un montréalais d’origine nommé Raymond Bourque, et remporte le titre de 1986, le seul laissé en route par la dynastie des Oilers de Wayne Gretzky entre 1984 et 1988. 1988 justement où Boston met enfin un terme à cette disette de 41 années de séries perdues. La malédiction est rompue et les Bruins remportent les duels également en 1990, 1991 et 1992 sans pouvoir remporter la Coupe. Montréal répondra par une victoire (la dernière en date) en 1993, Patrick Roy remporte le trophée Conn Smythe.

Entre 1994 et 2014 les éternels rivaux s’affrontent de nouveau en séries pas de moins de sept fois. La série de 2002 mettra en avant les exploits du gardien José Théodore. Les séries de 2004, 2008, 2011 et 2014 trouvent leur dénouement au septième match, la rivalité est toujours aussi intense car les forces se sont équilibrées dans les années 2000, les Bruins sont les derniers des deux à avoir soulever la Coupe en 2011, Montréal ne parvenant qu’en finale de conférence en 2010 et 2014. Les affrontements sont toujours aussi rudes, des joueurs comme Zdeno Chara s’en donnent à coeur-joie, on pense à ce violent « attentat » sur Max Pacioretty en mars 2011 mais aussi à la mise en échec dévastatrice de P.K. Subban sur l’agitateur Brad Marchand en décembre 2010 ou bien même un échange de politesse la même saison entre les gardiens Carey Price et Tim Thomas. Les récentes contre-performance des Tricolores et le remaniement d’effectif de Marc Bergevin n’ont pas permis de revoir un duel en séries éliminatoires depuis 2014. Il nous tarde d’assister au prochain.

Les rivalités sont l’essence même du sport et le hockey n’échoue pas à la règle. Que ce soit au niveau régional, au niveau des divisions ou bien même une animosité entre certains joueurs, ces duels sont d’un intensité rare sur la glace, dans les tribunes et même dans les médias. Ne pas oublier qu’au niveau international des affrontements entre les monstres « Equipe Canada », « Team USA » ou les équipes européennes telles que la Russie, la Suède ou la Finlande sont très souvent un régal pour les yeux. Récemment nous avons pu voir une nouvelle rivalité naissante entre les Sharks de San José et les Golden Knights de Vegas (cf la série de 2018) alimentée par l’animosité réciproque qu’ont les deux joueurs Evander Kane et Ryan Reaves. L’affrontement entre les Oilers d’Edmonton et les Flames de Calgary est repartie de plus belle depuis quelques saisons et l’intensité est à son paroxysme. La volonté de Gary Bettman d’avoir une franchise à Houston aboutira sûrement à une nouvelle rivalité avec les Stars de Dallas et dès l’année prochaine le duel des Canucks de Vancouver et du Kraken de Seattle nous ferons assister, qui sait, à la nouvelle « Bataille de Cascadie ».

Exit mobile version