NHL Sport US

Division Ouest 2021 – Les Kings et les Ducks n’ont-ils rien à perdre ?

La NHL reprend ses droits le 13 janvier prochain pour une saison 2021 qui s’annonce toute particulière. Le réalignement des divisions rend indécise chaque projection mais nous pouvons tout de même distinguer différents groupes d’équipes aux ambitions diverses. Au sein de la Division Ouest, deux équipes en reconstruction s’attendent à une saison difficile en ce qui concerne les résultats mais terriblement enrichissante en terme de développement. Deux franchises prometteuses, les Kings de Los Angeles et les Ducks d’Anaheim, qui n’auront rien à perdre en 2021.  

États des lieux

Les premiers pas d’une longue reconstruction

Depuis leur domination en Division Pacifique avec cinq titres consécutifs entre 2013 et 2017, les Ducks n’ont plus l’étiquette de prétendants à la Coupe Stanley. L’ère du duo Ryan Getzalf/Corey Perry est révolue depuis le départ de ce dernier pour Dallas et voilà deux saisons que la franchise d’Anaheim ne dispute plus les Séries. La marche entre le succès et les profondeurs de la Conférence Ouest a été encore plus rude pour les Kings. Après leurs titres en 2012 et 2014, Los Angeles a perdu de sa superbe n’accédant à aucune Séries éliminatoires depuis 2016. Rappelons que cette année-là, les deux premières places de la Division Pacifique étaient aux mains des Ducks et des Kings. Aujourd’hui, les temps ont changé et ces deux franchises dominantes des années 2010’ s’engagent dans un processus complexe de reconstruction.

Drew Doughty avec la Coupe en 2012 – Source : The Province

Los Angeles et Anaheim sont dans une période de transition, obligatoire pour une reconstruction, où les anciennes vedettes sont toujours présentes en attendant que les jeunes talents trouvent leurs places et guident à nouveau ces franchises. L’exemple parfait est la dernière saison.

Des attaques en berne

Les Kings ont terminé l’exercice 2019-2020 à l’avant-dernière place de la Conférence Ouest avec un bilan difficile de 29-35-6 pour 64 points. Pour la 12ème fois en 13 saisons, c’est le capitaine de 32 ans, Anze Kopitar qui a mené Los Angeles au chapitre des buts avec 21 réalisations. Il se place également comme le meneur au point (62) d’une équipe en grande difficulté offensive. Le Slovène est le seul joueur de retour chez les Kings à avoir dépassé les 17 buts et les 43 points. Surtout parmi les trois attaquants ayant inscrit 17 buts pour les Kings, deux ont plus de 35 ans, Dustin Brown et Jeff Carter. Le troisième est Alex Iaffalo, qui à 26 ans réalise une troisième saison en NHL de qualité avec 43 points dont 17 buts en 70 matchs et surtout une nette amélioration du ratio +/-, passé de -17 l’année dernière à +1 cette saison. Avec seulement 2,53 buts inscrits par match la saison dernière, Los Angeles s’est classé comme la 30ème attaque de la NHL. Surtout, les Kings ont tiré en moyenne 33,2 fois au but par match, soit le 4ème chiffre le plus haut de la ligue, mais affichent un triste pourcentage de réussite de 7,6% (seul les Red Wings ont fait pire en 2019-2020). Le salut des Kings peut (et doit) venir de leur réserve de jeunes talents pour l’année 2021.

Adam Henrique a porté l’attaque des Ducks la saison dernière – Source : LA Sports

Si les Kings sont l’avant-dernière attaque de NHL, la 29ème place revient aux Ducks. Seulement 2,56 en moyenne par match pour Anaheim qui, contrairement à Los Angeles, peine à se procurer des occasions. Les Ducks ont tenté 29,7 tirs par matchs la saison dernière, soit le 27ème total de la ligue et surtout, ils se classent au 11ème rang des tirs alloués. Ce différentiel s’explique en grande partie en raison par la politique de transaction de la franchise opérée au cours de la saison, entérinant la reconstruction des Ducks. Ondraj Kase et Nick Ritchie ont tous les deux été échangés à la fin du mois de février 2020, les deux attaquants se procurant le plus de tirs dans l’équipe. Sur la fin de saison, c’est Adam Henrique qui a eu la difficile tâche d’être le premier danger des Ducks. Comme chez les Kings, c’est l’expérience qui tient les rênes de l’attaque. Quatre des cinq meilleurs pointeurs de l’équipe ont plus de 28 ans, seul Rickard Rakell et ses 26 ans apparaissent dans cette liste. Avec Henrique et Silfverberg, le deuxième trio des Ducks a été la belle surprise de la saison à Anaheim.

Une gestion des désavantages numériques catastrophique

En 5 contre 5, défensivement, les deux franchises se sont montrées relativement solides, avec notamment un pourcentage d’arrêts de .919 pour les Ducks dans cette situation et seulement 2,99 buts alloués par la défense des Kings la saison dernière. Le constat est tout autre en désavantage numérique. Les deux gardiens partants des franchises, John Gibson pour les Ducks et Jonathan Quick pour les Kings, affichent le pire pourcentage de sauvetage de ligue en désavantage numérique avec .832… Avec seulement 77% de pénalité tuée la saison dernière, les Ducks se sont classés au 26ème rang de la NHL, juste derrière les Kings et leurs 77,2%. Si pour Anaheim, ce problème s’explique en partie par les blessures de Hampus Lindholm et de Josh Manson, pour les Kings le problème semble plus profond. Los Angeles peine à être dangereux dans ces situations et notamment à établir des plans de dégagements efficaces.

Son maillot est déjà en vente sur le site de la NHL – Source : NHL Store

Pour pallier ces difficultés, les deux franchises comptent sur leurs recrutements. Peu active sur le marché des transactions, la seule arrivée notable du côté de Los Angeles reste celle d’Olli Maatta en provenance des Blackhawks. Le défenseur finlandais, ancien des Pens, sera probablement sur le premier duo aux côtés de Doughty et aura la difficile tâche d’améliorer la réussite des Kings en PP. Chez les Ducks, c’est le récent vainqueur de la Coupe avec le Lightning, Kevin Shattenkirk qui devra améliorer l’unité défensive de la franchise. Avec cette arrivée et les retours attendus de Lindholm et Manson aux côtés de Cam Fowler, les Ducks possèdent un top 4 défensif assez sérieux capable de protéger davantage John Gibson.

Deux franchises à différents stades de leurs reconstructions

Les Kings et les Ducks ont essayé de donner leurs chances à un grand nombre de leurs jeunes talents la saison dernière, et ce n’est probablement que le début. Los Angeles possède probablement l’un des plus beaux viviers de talents de la Ligue et a commencé à lui donner des opportunités. C’est en défense notamment que ce constat se vérifie avec une belle confiance accordée à Matt Roy, 24 ans, 194ème choix des Kings en 2015, et à Sean Walker, 25 ans. Tous les deux ont disputé 70 parties pour leur deuxième saison en NHL avec un temps de glace moyen supérieur à 18 minutes. En attaque, Todd McLellan s’est montré plus timide. Confiance renouvelée pour les jeunes ailiers Adrian Kempe et Austin Wagner et nouveau statut pour le centre non-repêché, Blake Lizotte, 22 ans qui a gratté du temps de jeu avec 65 présences pour 23 points inscrits. C’est surtout Gabriel Vilardi qui a été la sensation offensive des Kings en fin de saison dernière. Nous aurons l’occasion d’en reparler.

Gabriel Vilardi, un joyau de la couronne des Kings – Source : LA Insider

Les Ducks ont accordé beaucoup de crédit à leurs jeunes talents offensifs l’année dernière. Prometteur peut-être mais pas très satisfaisant dans l’ensemble. Max Jones, 22 ans, Troy Terry, 23 ans et Sam Steel, 22 ans, ont tous disputé au moins 47 parties la saison dernière mais aucun n’a dépassé les 22 points et les 10 buts… Difficile surtout que lorsqu’on lit notre constat sur l’attaque des Ducks. La satisfaction chez les jeunes talents des Ducks vient probablement de la défensive avec Jacob Larsson qui a disputé 60 matchs la dernière saison à 23 ans.

Ambitions & espoirs

Dévélopper les jeunes talents

Vous l’aurez compris, il y a peu de chances que les Kings et les Ducks retrouvent les sommets pour la saison 2021. Reconstruction oblige, ces deux franchises visent le développement de leurs jeunes talents et nous pourrions voir de nouveaux visages très prometteurs sur les patinoires de Los Angeles et d’Anaheim pour la saison à venir. Le réalignement n’est pas bénéfique pour ses équipes qui devront affronter à de nombreuses reprises trois prétendants à la victoire finale. Bien sûr, les Kings et les Ducks pourront peut-être gêner les franchises désireuses d’accéder à la dernière place qualificative de l’Ouest, mais il sera difficile pour eux d’espérer retrouver les Séries cette saison. Dans cette situation, il est bien plus pertinent de vous dresser une liste non-exhaustive des meilleurs talents en devenir de ces deux franchises.

Les espoirs des Kings de Los Angeles

Quinton Byfield, Centre, 18 ans, 2ème choix 2020
Probablement le nom qui donne le plus le sourire aux partisans des Kings. Du haut de ses 194cm, le centre de 18 ans a tout d’un talent générationnel. Phénomène physique, son patinage est fluide et puissant, tout comme son tir. Lors de sa dernière saison avec les Loups de Sudbury en OHL, Byfield a inscrit 32 buts pour cumuler 82 points en 45 parties. Le centre dispute actuellement son deuxième mondial junior avec l’Équipe Canada. Il montre un véritable dévouement pour l’équipe avec notamment de grandes capacités bidirectionnelles. Dès que le CMJ sera terminé, Byfield rejoindra les Kings avec qui il a signé un contrat de 3 ans. Sans aucun doute, il aura une place de choix dans l’alignement de Todd McLellan, probablement aux portes du Top 6.

Gabriel Vilardi, Centre, 21 ans, 11ème choix 2017
Nous vous en parlions il y a peu, Vilardi s’est révélé avant l’arrêt des compétitions avec les Kings. Auteur de 3 buts et 4 passes en seulement 10 rencontres, le centre imposant natif de l’Ontario a toutes les qualités pour obtenir une place dans le Top 6 des Kings la saison prochaine. Comme Byfield, c’est un attaquant aux belles qualités défensives. Vilardi possède une technique élite avec la rondelle et excelle dans la prise de décision. Il devrait avoir un impact immédiat avec Los Angeles en 2021.

Tobias Bjornfot, Défenseur, 22ème choix 2019
En voici un autre qui dispute actuellement le mondial junior au Canada, mais cette fois sous le chandail de la Suède. Lancer dans le grand bain avec 3 rencontres disputées en fin de saison dernière, Tobias Bjornfot sera assurément l’une des pièces essentielles de la défense des Kings en 2021. Très bon patineur, Bjornfot lit très bien le jeu et peut contribuer aussi bien défensivement qu’offensivement. En 44 matchs d’AHL l’année dernière, il a inscrit 6 buts pour 19 points au total.

Citons également, les jeunes américains Alex Turcotte, 5ème choix 2019, et Arthur Kaliyev, 33ème choix en 2019 également, actuellement avec Team USA au CMJ d’Edmonton peuvent accéder à une place dans l’effectif des Kings.

Les espoirs des Ducks d’Anaheim

Trevor Zegras, Centre, 9ème choix 2019
2021 sera l’année des débuts de Trevor Zegras en NHL sous le chandail des Ducks. Beaucoup d’espoirs sont placés dans le centre américain de 19 ans. Excellent créateur, probablement le meilleur du repêchage 2019, Zegras a signé son contrat avec Anaheim pour trois ans au printemps dernier. Il devrait faire ses gammes en AHL avec San Diego mais nul doute qu’il foulera les patinoires de la NHL cette saison. En 2019-2020, il a disputé 33 matchs avec l’Université de Boston et a compilé 46 points.

Isac Lundestrom, Centre, 23ème choix 2018
Le centre suédois de 21 ans a disputé 43 matchs en AHL avec San Diego, totalisant 21 points dont 6 buts, avant de rejoindre les Ducks. Il a disputé 15 parties en NHL pour délivrer 4 assistances. La production n’a pas été significative mais les espoirs sont bien réels. Patineur puissant, doté de belles qualités avec la rondelle et d’une belle vision du jeu, le Suédois pourrait bien devenir un attaquant récurrent de l’alignement des Ducks en 2021.

Max Comtois, Ailier-gauche, 50ème choix 2017
Capitaine de l’Équipe Canada U20 lors du CMJ 2019, Max Comtois a fait ses premiers pas en NHL lors de la saison 2018-2019 avec les Ducks avec 7 points amassés en 10 parties. Lors de la saison dernière, le Québécois s’est partagé entre Anaheim et San Diego. Il a disputé 29 matchs avec les Ducks pour 5 buts et 11 points au total. Progressivement, il s’installe dans l’alignement de Dallas Eakins. Puissant et équilibré, habile et rapide, Comtois est un joueur au plafond limité mais reste une valeur sûre à développer.

Évidemment, il faut évoquer l’arrivée de Jamie Drysdale, 6ème choix en 2020, et de Jacob Perreault, 27ème choix en 2020. Deux jeunes talents très prometteurs qui ne seront probablement pas sur la glace avec le chandail des Ducks pour la saison à venir. Drysdale, considéré comme le meilleur défenseur du dernier repêchage, est peut-être l’assurance vie de la défense future d’Anaheim.

Dans une Division Ouest chargée en équipes performantes, les Ducks et les Kings ne pourront pas trop espérer lutter pour une qualification en Série. Une nouvelle année de transition pour ces deux franchises qui peuvent profiter de cette saison pour développer de jeunes talents très prometteurs. Si l’un d’entre eux se révèle comme une vedette en puissance dès 2021, Anaheim et Los Angeles peuvent très bien venir chambouler les Coyotes, les Sharks et le Wild dans leur course à la 4ème place de la Division. En attendant, les débuts de Byfield et de Zegras seront à regarder de très près.

Projections des rédacteurs du CCS – DIVISION OUEST

Hakim : 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. Los Angeles Kings 8. Anaheim Ducks

Jérémy : 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. Los Angeles Kings 8. Anaheim Ducks

Ben : 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. Los Angeles Kings 8. Anaheim Ducks

(2 commentaires)

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: