Café Crème Sport

Trophées NBA : Rookie de l’année, l’avis de la rédaction

La NBA est revenue sur les parquets le 22 décembre, nous offrant un magnifique cadeau pour les fêtes de fin d’année. Le CCS se lance dans l’art divinatoire pour les trophées individuels de la saison à venir. Aujourd’hui, la rédaction basket tente d’établir une liste de candidats pour le Rookie de l’année. Servez-vous un café, on ajoute la crème.

Le ROY 2021 selon Pierre

Son favori : Let’s go for LaMelo ! Je m’explique je ne suis pas spécialement fan du profil de l’ancien joueur de NBL, néanmoins dans une draft sans talent générationnel le seul qui à mes yeux peut le devenir malgré tous ses (énormes) défauts c’est bien le cadet des frères Ball. Il est un peu illusoire de penser que tous les rookies partent sur un pied d’égalité dans la course au « ROY ». Les profils bénéficiant d’une « hype » semble avoir un avantage, car plus médiatisé, plus vus, plus connus… Dans cette draft assez homogène, je serais très surpris de voir des rookies cartonner, statistiquement parlant, en année une. En supposant que cette hypothèse se vérifie je crois alors que ce sont les actions d’éclats qui vont partager les débutants plus que leurs lignes de stats brutes. Autant vous dire que je m‘attends à voir beaucoup de passes décisives spectaculaires de LaMelo dans les « Daily Top 10 » !

Source : AP Photo

Son outsider : On va garder la même logique que sus dit précédemment, c’est donc de façon évidente que je vais observer avec attention, le dernier numéro 8 de la draft en la personne d’Obi Toppin. L’ancien joueur de Dayton à des atouts à faire valoir, scoreur naturel, polyvalence offensive, la panoplie parfaite pour faire des stats dès sa première année. Offensivement il était ultra dominant en NCAA tout en étant le joueur le plus spectaculaire : énorme dunkeur, là encore une probable machine à highlights. Le hasard a fait qu’il finisse aux knicks de New York, un gros marché. Pression supérieure donc mais sans doute plus de reconnaissance s’il réussit à sortir une belle saison individuellement parlant. Je ne le mets pas favoris car sa capacité à défendre pose est au mieux sujet à débat et quand le coach s’appelle Tom Thibodeau il faut, à minima, montrer une certaine envie sur la partie défensive du jeu pour pouvoir fouler le parquet…

Sa surprise : Et si c’était lui l’élu de la cuvée 2020 ? On ne va pas se mentir c’est une grosse côte. Néanmoins, Killian Hayes, le frenchie sélectionné par Détroit avec le pick 7 a quelques arguments. Comparativement aux deux autres compères Killian est sûr d’être starter et pour exister statistiquement parlant c’est plus facile. Coach Casey n’a en effet laissé aucun doute sur le sujet. Ce sera au talentueux meneur formé à Cholet de prouver. Il a montré une très belle faculté d’adaptation l’année dernière en Allemagne avec Ulm. On sait le meneur gaucher, capable de lire très bien le jeu et de se créer son tir et cela même si qualités athlétiques ne sont pas « élite ». Un peu timoré lors des matchs de pré saison Killian va s’ajuster. Dans une équipe en plein renouvellement, il n’a pas de pression et tout à gagner… et peut être même le titre de rookie of the year !

Le ROY 2021 selon Titouan

Son favori : Obi Toppin.
Obi Toppin ne sera pas le rookie le plus important de la saison et probablement pas le meilleur joueur de sa cuvée quand on fera les comptes dans 5 ou 6 ans. Oui mais dans une équipe des Knicks sans véritable plan de route, sans ambition ni leader statistique déclaré, l’ancien intérieur de Dayton pourrait faire parler son talent offensif. On le sait, le trophée de Rookie Of the Year n’accorde que trop peu d’importance à la défense. Ça tombe bien, Obi aussi! En attaque, Toppin va produire des chiffres à tout va. Ça ne gagnera pas mais qu’importe, les stats seront au rendez-vous et les highlights en prime : Tout ce qui compte pour le titre de Rookie de l’année.

Son outsider : James Wiseman.
Depuis plusieurs années, on reproche aux Warriors de ne pas avoir de réel poste 5. Draft 2020, Bob Myers décide de jeter son dévolu sur le pivot des Memphis Tigers. Annoncé comme un first pick assuré lors de son arrivée en NCAA, James Wiseman n’aura joué que 4 petits matchs avant d’être suspendu pour des affaires de pot-de-vin avec son coach. Résultat, une saison passée à se préparer dans son coin. Le potentiel est toujours là mais quid de son niveau réel par rapport aux rookies ayant effectué leur saison NCAA (bien qu’écourtée par la crise sanitaire)? Si Wiseman répond présent d’entrée en formant avec Draymond Green l’une des raquettes les plus défensives de la ligue tout en soulageant Curry, orphelin de Thompson, de l’autre côté du terrain, il faudra penser à Jean Homme Futé pour la récompense de ROY.

Sa surprise : Killian Hayes.
Cocorico! Après avoir été le joueur français drafté le plus haut, Killian peut-il être le premier joueur français à être élu rookie de l’année? Pourquoi pas? Dans une équipe des Pistons en totale reconstruction, Killian Hayes devrait avoir de nombreuses minutes pour s’exprimer. Déjà NBA ready dans beaucoup de facettes de son jeu, Hayes peut être l’un des leaders de Detroit dans plusieurs catégories (points, passes), surtout si les Pistons décident de se débarrasser de Griffin et Rose pour laisser les clés du camion à la jeunesse. Dans ce cas, Tony Parker peut déjà trembler pour son titre, implicite, de meilleur basketteur français de l’histoire.

Source : Libération

Le ROY 2021 selon Ben

Son favori : LaMelo Ball
Le troisième choix de la draft 2020 combine, pour moi, les critères qui conduisent au titre de Rookie of The Year : du talent, du temps de jeu et de la hype. Malgré la présence du backcourt Rozier/Graham, Michael Jordan a choisi LaMelo pour lui donner la balle et le cadet de la famille Ball pourrait très bien obtenir de longues présences sur le parquet de Charlotte. Gestionnaire et créateur élite, dans le jeu up-tempo des Hornets, LaMelo Ball aura l’occasion d’exprimer son talent. Bien évidemment, on connait les « drapeaux rouges » du joueur : mécannique de tir horrible, sélection de tir confuse et défense mystère. Des failles qui pourront affecter les impressions sur son jeu mais LaMelo sait comment remplir une ligne de stats tout en donnant du spectacle sur un parquet. Pour ce trophée, le bilan d’équipe n’est pas un critère essentiel. Si je suis mon raisonnement pour la projection des Hornets (10ème – Play-in), un LaMelo Ball dans une équipe qui accède au Play-in avec des moyennes à +12pts, +7passes et +4rebonds… Le ROY est pour lui.

Son outsider : James Wiseman
Les conditions du titre de ROY sont peut-être moins évidentes que pour LaMelo mais, en suivant mes prédictions pour les Warriors cette saison, il se peut que le vent tourne en la faveur du deuxième pick de la draft 2020. Effectivement, je vois Golden State baisser les bras assez rapidement dans la course aux Playoffs pour attendre le retour de Klay. Dans ce scénario, Wiseman peut très bien tirer la situation à son avantage et prouver à tout le monde pourquoi il était le numéro 1 projeté de sa cuvée. Avec son gabarit hors normes, sa bonne mobilité et un instinct offensif supérieur à la moyenne, James Wiseman peut devenir la plaque tournante des Warriors cette saison. Avec ou sans Curry, Wiseman aura des ballons et du temps de jeu, parfait pour envisager rafler ce titre individuel et fermer quelques bouches au passage.

Source : FanSided

Sa surprise : Deni Avdija
Un Européen de retour pour le trophée du Rookie de l’année ? Pourquoi pas. Mes collègues ont choisi le français, Killian Hayes, personnellement j’opte pour l’Israëlien, Deni Avdija. Avec les Wizards, Avdija aura l’occasion de montrer son talent à toute la NBA dans une équipe où le poste d’ailier n’est pas véritablement fixé. Rui Hachimura peut jouer 3, avec une raquette Bertans/Bryant. Mais Scott Brooks choisira probablement de faire une rotation sur le poste 4 entre le Letton et le Japonais, laissant libre Avdija à l’aile. Avec Beal et Westbrook derrière lui, Avdija n’aura probablement pas beaucoup de tickets shoot mais il peut apporter une polyvalence précieuse et marquer les esprits grâce à sa combativité et sa régularité. Si l’Israëlien parvient à se faire une place dans le cinq majeur des Wiz’, il deviendra un candidat légitime au titre de ROY.

Exit mobile version