Articles NBA Basket

Où en sont les NBAers français? (5/5) : Les nouvelles recrues

Depuis quelques temps, les français ne sont plus uniquement des faire-valoir dans leur équipe NBA. Toujours plus nombreux, avec des rôles toujours plus important, si la France ne semble pas avoir trouvé son nouveau Tony Parker, le contingent de joueur français en NBA prend de plus en plus de place. Entre les jeunes à fort potentiel, les stars, les role players et les vétérans moins utilisés, la France est représentée de bien des manières en NBA. À l’aube de la saison 2020-2021 et alors que la ligue américaine a vu débarquer pas moins de trois français lors de la draft 2020, on fait le tour de la situation des joueurs français actuels en NBA.

Le dernier groupe de notre série sur les français en NBA. Et quel groupe ! On aborde les nouveaux venus, ceux qui viennent tout juste de rentrer en NBA.

Celui qui a de l’or dans les mains

Killian Hayes, meneur drafté en 7e position par les Detroit Pistons. (Crédit : basketusa.com)

Killian Hayes, 19 ans, PG, Detroit Pistons (Stats 2019-2020 à Ulm : 12,8pts/2,3rbds/6,2pad en 26,8min)

Elle est là, la nouvelle pépite française! Joueur français drafté le plus haut de l’histoire de la NBA (7e pick), Killian Hayes a excité plus d’un scout NBA. De bonnes statistiques dans une équipe moyenne mais qui joue tout de même une compétition européenne, le joyau français débarque dans le Michigan. Il va y apporter sa capacité de gestion du pick&roll, son QI basket ainsi que sa qualité de création notamment son step back qu’on compare déjà à celui de James Harden.

Il devra améliorer sa main droite, lui qui a tendance à n’utiliser que la main gauche. Mais dans une franchise des Pistons qui semble avoir sortir les chars d’assauts, Killian Hayes va avoir les minutes et le temps qu’il faut pour s’acclimater et progresser. De grands espoirs reposent sur Killian, lui qui était annoncé parfois top 3 dans certaines mock draft. On parle d’un joueur qui a le potentiel pour être l’un des plus grands basketteurs français à avoir joué en NBA. Mais avant de brûler les étapes et d’exhiber le jeune meneur à des comparaisons trop osées, laissons le grandir. Rose en mentor, Doumbouya en coéquipier, tout semble réunis pour permettre à Hayes de se développer comme il se doit.

Celui qui ressemble à Tony

Théo Maledon, meneur drafté en 34e position par Oklahoma City Thunder. (Crédit : basketsession)

Théo Maledon, 19 ans, PG, Oklahoma City Thunder (Stats 2019-2020 en Euroleague : 7,4pts/1,8rbds/3,1pad en 17,7min)

Théo Maledon est-il le futur Tony Parker? A l’instar de Killian Hayes, ne lui mettons pas la pression tout de suite. Mais le style de jeu de l’ancien meneur de l’ASVEL ressemble beaucoup à celui de TP. Meneur gestionnaire avec un bon QI basket, capable de shooter, de passer, de gérer les Pick&Rolls. Ajouté à cela un physique très intéressant pour la défense (2m03 d’envergure) et voilà un joueur disposant de tous les outils pour devenir très complet.

Bien qu’il ait beaucoup glissé à la draft (attendu en milieu/fin de premier tour, drafté au second tour), Théo Maledon reste un joueur qui allie potentiel et capacité à apporter dès sa première saison. Lui aussi est dans une équipe en pleine reconstruction où il y retrouvera un autre français (Vincent Poirier). Nous avons plus qu’à lui souhaiter d’obtenir les minutes dont il a besoin pour se développer. Et qui sait, peut-être que l’avenir d’OKC s’écrit via le tandem Maledon-SGA.

Celui qui peut être l’intérieur moderne par excellence

Killian Tillie, ancien pivot de la fac de Gonzaga, a signé un 2-Way contract avec les Memphis Grizzlies. (Crédit : insidebasket.com)

Killian Tillie, 22 ans, C, Memphis Grizzlies (Stats 2019-2020 à Gonzaga : 13,6pts/5,0rbds/1,9pad en 24,6min)

Encore un joueur français qui peut être déçu de sa draft. En effet, tout comme Théo Maledon, Killian Tillie n’a pas été drafté autour des places attendues. Pire, projeté en milieu voire début de 2nd tour, Killian Tillie n’a tout simplement pas été appelé par Adam Silver. La raison est toute simple : blessures. Car statistiquement, Killian n’a rien n’a se reprocher. En constante progression sur sa moyenne de points et de passes par match sur ses 4 saisons à Gonzaga, il a également des pourcentages excellents pour un intérieur. (44% à 3pts et 75% aux LFs sur les 4 saisons).

Oui mais les blessures à répétition ont eu raison de sa cote à la draft. Pourtant, Killian Tillie représente tout ce qu’on attend d’un intérieur dans la NBA moderne. Pivot mobile, avec de bonnes mains, capable de shooter à 3pts de manière constante et efficace et sur des volumes conséquents, bon QI basket, capable de passer. Bref, le couteau suisse parfait. Mais un couteau suisse très fragile. C’est donc Memphis qui tente le pari (peu risqué) en le signant via un two-way contract. La suite de la carrière est simple pour Killian. S’il reste éloigner des blessures, il pourra prouver sa valeur et finira par obtenir un rôle dans une équipe NBA.

Les fans francophones de NBA devraient se réjouir de voir des jeunes français toujours plus nombreux et toujours plus talentueux débarquer dans la Grande Ligue. En attendant qu’ils se développent et s’imposent comme des joueurs importants dans leur équipe, quelque chose nous dit que ce ne sont pas les derniers cracks français à débarquer en NBA. N’est-ce pas? Oui, Joël, Olivier, Yves, Ousmane et autre Victor on vous voit !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :