NHL Sport US

Division Canada : Qui sortira de l’enfer du nord ?

La division canadienne est sans aucun doute un des poules les plus indécises de cette saison. De la Colombie-Britannique au Québec, entre rivalités historiques et hégémonie nationale, les rencontres seront jouées à une intensité supérieure à la normale. Avec seulement 56 matchs de saison régulière, les séries éliminatoires vont arriver très vite. Les Leafs de Toronto partent légèrement favoris mais quatre équipes vont leur contester la première place : les Canucks de Vancouver, les Flames de Calgary, les Oilers d’Edmonton et le Canadien de Montréal. Seule division composée de sept équipes les défaillances payeront cash.

LES AJUSTEMENTS DE LIGNES

Les Oilers n’ont pas digérer le confinement, ils finissent leur saison régulière à la cinquième place de l’Association de l’Ouest avec un total de 83 points et un bilan de 37 victoires, 25 défaites et 9 en prolongations. Le retour au jeu leur a été fatal pour les hommes de Dave Tipett lors du tour préliminaire face aux Blackhawks de Chicago. Ils partaient favoris mais ne réussirent qu’à remporter une seule rencontre ce qui ajoute beaucoup de frustration depuis la saison 2016/2017, saison de leur dernière qualification en séries.

Mikko Koskinen et ses coéquipiers ont été frustré de leur fin de saison – Credits: Perry Nelson-USA TODAY Sports

Au niveau des départs Andreas Athanasiou est parti vers les Kings de Los Angeles, Matt Benning vers les Predators de Nashville et Riley Sheahan vers les Sabres de Buffalo. Afin de palier à ces départs le défenseur Tyson Barrie arrive des Leafs de Toronto, le centre Kyle Turris des Predators de Nashville, l’ailier allemand Dominik Kahun des Sabres de Buffalo et l’ailier Jesse Puljujärvi revient de Finlande où il a joué une saison à Oulun Kärpät, son club formateur.

Du côté des voisins de l’Alberta, les Flames de Calgary se seraient qualifiés en séries si la ligue avait décidé de sélectionner uniquement les huit premiers de chaque conférence. En effet avec un total de 79 points et un bilan de 36 victoires, 27 défaites et 7 en prolongations, Calgary a accroché la huitième place. S’en est suivi une victoire 3-1 contre les Jets de Winnipeg de Connor Hellebuyck et une défaite 4-2 au premier tour contre les Stars de Dallas, futurs finalistes de la Coupe Stanley.

Johnny Gaudreau – Crédits: Matchsticks and Gasoline

Malgré une saison de très bonne facture (91,9 % en saison, 92,4 % en séries) Cam Talbot a signé au Wild du Minnesota. T.J. Brodie, après 10 ans au club, est parti aux Maple Leafs de Toronto et Mark Jankowski quant à lui jouera sous les couleurs des Penguins de Pittsburgh. Pour compenser le départ de Talbot, les Flames ont signé Jacob Markström en provenance des Canucks de Vancouver, son coéquipier et défenseur Chris Tanev l’a suivi dans cette transaction. Enfin l’ailier Dominik Simon arrive des Penguins de Pittsburgh.

L’une des surprises de la dernière saison ont été les Canucks de Vancouver. Ils ont obtenu une sixième place de l’Association de l’Ouest. Après avoir terminé avec un total de 78 points et un bilan de 36 victoires, 27 défaites et 6 en prolongations, les « Nucks » ont successivement éliminés le Wild du Minnesota 3-1 au tour préliminaire, les Blues de St. Louis, champions en titre, 4-2 puis se sont fait éliminés au septième match par les Golden Knights de Vegas.

Antoine Roussel, un des trois français de la ligue – Crédits: The Athletic

Déjà mentionné précédemment Markström et Tanev ont quitté la côté Pacifique pour Calgary, Tyler Toffoli est parti au Canadien de Montréal et Troy Stecher s’en est allé aux Red Wings de Detroit. Devant le filet Braden Holtby arrive des Capitals de Washington afin d’apporter de l’expérience au sein du vestiaire, Nate Schmidt est venu en provenance des Golden Knights de Vegas et Travis Hamonic des Flames de Calgary (il n’avait pas joué dans la bulle d’Edmonton).

La formation du Canadien a accroché la 12ème et dernière place qualificative dans l’Association de l’Est malgré une saison régulière très moyenne. Pour preuve le Canadien fini l’exercice avec 71 points et un bilan de 31 victoires, 31 défaites et 9 en prolongations. Opposé aux Penguins de Pittsburgh au tour préliminaire, porté par un Carey Price retrouvé (1,78 buts alloués à 93,6 % en 10 matchs), Montréal s’est imposé 3-1 puis s’est incliné au premier tour face aux Flyers de Philadelphie 4-2.

Josh Anderson arrive en lieu et place de Max Domi – Crédits: La Presse

Lors de l’inter-saison, le DG Marc Bergevin s’est affairé afin de rendre l’équipe plus compétitive. L’ailier Josh Anderson arrive des Blue Jackets de Columbus en échange de Max Domi. L’ailier Tyler Toffoli arrive des Canucks de Vancouver, le gardien Jake Allen des Blues de St. Louis, le défenseur Joel Edmundson des Hurricanes de Caroline, Michael Frolik des Sabres de Buffalo et enfin Corey Perry des Stars de Dallas. Un recrutement conséquent sous le signe de l’expérience afin d’épauler la jeune garde montréalaise.

FORCES ET CARENCES

Malgré une saison régulière sur le courant alternatif, la formation québécoise de Claude Julien a de quoi être optimiste aux vues des performances de ses jeunes joueurs lors des séries. Cette jeunesse d’effectif du côté de Montréal se retrouve au niveau des deux centres Nick Suzuki (22 ans) et Jesperi Kotkaniemi (21 ans) qui se sont mis en lumière lors des séries. Le jeune canadien a terminé meilleur pointeur avec Jonathan Drouin (7 points) et le finlandais, quant à lui, meilleur buteur avec Suzuki (4 buts). Kotkaniemi est revenu plus sûr de son jeu et de son corps après un passage en ligue mineure au Rocket de Laval. L’attaque de Montréal a fini à la 19ème place de la ligue avec un ratio de 2,93 buts marqués par match. Cette dernière a été menée par le slovaque Tomas Tatar et ses 61 points (22 buts et 39 aides) mais aussi, et malgré 13 rencontres loupées pour blessure, par Brendan Gallagher (43 points dont 22 buts et 21 aides en 59 rencontres). La défense, menée par le capitaine Shea Weber, a concédé 3,10 buts par match et s’est classée au 19ème rang de la ligue, une ligne bleue composée pourtant de quelques valeurs sûres tels que Jeff Petry ou Ben Chiarot. Le jeune russe Alexander Romanov, arrivé en provenance du CSKA Moscou, est un jeune homme très prometteur et pourrait grimper dans la hiérarchie s’il confirme tous les espoirs mis en lui. En parlant de jeune prometteur on a pu assister aux performances intéressantes de Cayden Primeau devant les filets : 2,52 buts à 93,1 % en deux petits matchs. Carey Price quant à lui, a réalisé de grandes prestations lors des séries éliminatoires mais ses statistiques en saison régulière ont été très moyennes pour un gardien de son standing : 2,79 buts alloués à 90,9 % et 4 blanchissages. Enfin des progrès sont encore et toujours à réaliser en situation d’Avantage Numérique avec un faible ratio de 17,7 % et une 22ème place dans la ligue.

Brendan Gallagher apportera toute son énergie comme à l’accoutumée – Crédits: 25Stanley

A Edmonton la déception fut immense après l’élimination chez eux dans leur bulle. Des questions se posent. Connor McDavid peut-il emmener les Oilers jusqu’en finale de Coupe Stanley, McDavid et Leon Draisaitl sont-ils trop seuls ? Il est vrai que les deux joueurs ont un rendement hors norme : Draisaitl a remporté le trophée Hart et le trophée Art Ross, l’allemand a bouclé la saison à 110 points en 71 matchs (43 buts et 67 aides) alors que McDavid en 64 matchs fini à 97 points (34 buts et 63 aides). Avec ces deux là, seul l’ailier Ryan Nugent-Hopkins surnage en terminant à 61 points en 65 matchs (22 buts et 39 aides), derrière aucun joueur ne dépasse les 34 points. L’attaque des Oilers a terminé à la 8ème place de la ligue avec 3,25 buts marqués par match mais la défense quant à elle a fini à une faible 21ème place et 3,10 buts encaissés par match. Elle se voit priver d’Oscar Klefbom pour toute la saison alors que le défenseur suédois était essentiel en jeu de puissance, situation de jeu dont les Oilers ont fini premier de la ligue avec un taux de réussite de 29,5 % ! Malgré de bonnes prestations au niveau de la ligne bleue tel que Darnell Nurse (172 mises en échec et 141 lancers bloqués) ou bien Ethan Bear (106 lancers bloqués), le poste de gardien a été défaillant lors des séries. En effet Mikko Koskinen et Mike Smith, après une saison régulière réussie, n’ont pas pu élever leur niveau de jeu afin d’accéder au premier tour. Pour exemple Koskinen est passé de 2,75 buts alloués à 91,7 % en régulière à 3,16 buts concédés à 88,9 %. Le non-recrutement d’un nouveau joueur devant le filet dans cette valse des gardiens à l’inter-saison peut rendre inquiet les partisans d’Edmonton.

Leon Draisaitl a réalisé une saison 2020 phénoménale en remportant le trophée Hart et le trophée Art Ross – Crédits: Getty Images

Du côté des Canucks de Vancouver, la dernière saison est une satisfaction globale. On ne les attendait pas à ce niveau en séries éliminatoires. Ce « run » réalisé a été un gain d’expérience et de confiance pour le vestiaire composé de jeunes talents dont Elias Pettersson sur la ligne offensive et Quinn Hughes à la ligne bleue. Le premier a terminé sa saison avec un total de 66 points en 68 matchs (27 buts et 39 aides), le second à 53 points en 68 matchs également (8 buts 45 aides). A noter qu’il n’est pas passé loin d’obtenir le trophée Calder réservé à la meilleure recrue de la saison. Le rendement offensif a été un succès avec une moyenne de 3,25 buts marqués par match et une 8ème place dans la ligue, mais également le jeu de puissance avec un taux de réussite de 24,2 % et un quatrième rang. L’attaque a vu J.T. Miller mené les pointeurs avec 72 points (27 buts et 45 aides), bien aidé par Pettersson donc mais aussi par Bo Horvat et Brock Boeser. Le français Antoine Roussel, quant à lui, amène toujours son punch et son expérience en quatrième trio. Au niveau de la ligne bleue, Vancouver se classe au 21ème rang avec 3,10 buts encaissés par match, ce qui montre quelques faiblesses à ce niveau là malgré les productions d’Alexander Edler (162 lancers bloqués et 108 mises en échec) et Tyler Myers (108 lancers bloqués et 99 mises en échec). Devant le filet, Jacob Markström, parti jouer sous les couleurs de Calgary, a réalisé une saison satisfaisante mais a perdu sa place de titulaire lors des séries au détriment du jeune Thatcher Demko. En effet Demko a pris le relai de son aîné en difficulté et a réalisé des prestations impressionantes : 0,64 buts alloués à 98,5 % !, petit bémol, en seulement 4 matchs. L’arrivée du vétéran Braden Holtby sera nécessaire pour protéger le filet et donner de bons conseils pour le jeune gardien afin qu’il poursuive sa progression.

Elias Pettersson s’affirme comme l’un des futurs visages de la ligue – Crédits: Sportbibeln

Les Flames de Calgary, après avoir fini premier de l’Association de l’Ouest lors de la saison 2018/2019, ont connu un exercice plus compliqué lors de la dernière saison. La question se pose cette année, vont-ils une nouvelle fois se qualifier pour les séries éliminatoires et se faire éliminer au premier tour, ce cap qu’ils n’arrivent pas à surmonter depuis quatre ans ? Les premiers doutes se retrouvent au niveau de l’attaque. Avec un 20ème rang et un ratio de 2,91 buts par match certains joueurs ont connu un rendement moins efficace comme Sean Monahan qui est passé de 82 points en 78 matchs à 48 points en 70 matchs, Johnny Gaudreau de 99 points en 82 matchs à 58 points en 70 matchs ou bien Elias Lindholm de 78 points en 81 matchs à 54 points en 70 matchs. Le leader offensif lors de la dernière saison a été le « Brad Marchand de l’Ouest » j’ai nommé Matthew Tkachuk avec 61 points (23 buts et 38 aides) à seulement 22 ans. Les situations en Avantage Numérique ont été satisfaisante avec un ratio de 21,2 % et un 12ème rang. La défense des Flames, menée par l’ancien vainqueur du trophée Norris, Mark Giordano, a terminé à la 17ème place de la ligue avec un ratio de 3,06 buts encaissés. A l’instar des lignes offensives, les lignes défensives ont connu des difficultés également. On dénombre très peu de mises en échec réalisées par les défenseurs, le plus actif dans ce domaine étant l’ailier Milan Lucic. Devant le filet Cam Talbot s’est imposé titulaire face à David Rittich mais, comme annoncé précedemment, il s’est envolé vers le Wild du Minnesota. L’arrivée de Jacob Markström est synonyme de régularité au poste de gardien mais ses performances en séries avec Vancouver ont été moyennes, il est donc nécessaire de voir si le suédois retrouve de la consistance dans son jeu.

Matthew Tkachuk, l’agitateur des Flames – Crédits: Gregory Shamus/Getty Images

OH CANADA ! 🇨🇦

GARDIENS : Avantage CANADIENS

Si Carey Price réédite une saison sur ses standards habituels, avec un Jake Allen en remplaçant le permettant de le faire souffler, le Canadien a le meilleur duo des quatre équipes, ni plus ni moins. Les doutes sur le tandem Mikko KoskinenMike Smith (38 ans) aux Oilers est toujours d’actualité, on ne sait pas à quoi s’attendre du côté de Koskinen. L’arrivée de Braden Holtby est un apport d’expérience dans le vestiaire des Canucks et surtout pour le jeune Thatcher Demko. L’ancien vainqueur de la Coupe Stanley et du trophée Vézina aura sans doute à coeur de retrouver son niveau standard. Le recrutement de Jacob Markström par les Flames apportera de la constance devant le filets pour compenser le départ de Cam Talbot mais l’inconstance de David Rittich pourra être un problème pour faire souffler le gardien suédois. L’association Price – Allen s’avère donc la plus complète. A noter que ces deux joueurs représentent 14,85 millions de $ de salaire, plus que n’importe quel duo dans la ligue. Marc Bergevin a fait tapis pour protéger son filet, l’avenir lui donnera t’il raison ? Affaire à suivre.

Carey Price sera comme d’habitude au centre des débats des partisans, à lui de réitérer ses prestations des dernières séries – Crédits: Pinterest

DEFENSE : Avantage FLAMES

Avec l’arrivée de Chris Tanev, la défense des Flames se renforce intelligemment et amène de l’expérience dans son top 4. Vainqueur du trophée Norris il y a deux ans Mark Giodano est attendu au tournant malgré ses 37 ans. Le vétéran a connu une saison mitigée à l’image de l’équipe toute entière mais la ligne bleue de Calgary semble la plus complète avec l’apport de Tanev et la présence toujours de Rasmus Andersson et Noah Hanifin. A Montréal Ben Chiarot a validé sa première saison sous le maillot du Tricolore, les montréalais attendent également avec impatience les débuts d’Alexander Romanov. L’apport d’une expérience de champion de la Coupe Stanley comme Joel Edmundson va être un plus pour le vestiaire alors que Jeff Petry et Shea Weber seront toujours les leaders de leur duo. Ce dernier étant, de plus, un atout sur la première vague en jeu de puissance. Chez les Canucks la progression de Quinn Hughes sera scrutée cette saison afin de voir s’il peut passer un palier et épauler au mieux Tyler Myers ainsi que le premier duo Nate Schmidt et Alexander Edler dans le top 4 de la ligne bleue de Vancouver. Enfin du côté des Oilers les plus grosses incertitudes sont au niveau de la défense. Un manque de joueurs élites s’est fait sentir lors des dernières séries éliminatoires qui permettent de poser son jeu, de stabiliser toute une organisation et de donner de la sérénité devant le filet. A Darnell Nurse et Ethan Bear de passer un palier afin de devenir des joueurs pouvant prétendre au statut de joueur Etoile, plus simple à dire qu’à faire !

Mark Giordano, leader de la défense de Calgary – Crédits: Getty Images

ATTAQUE : Avantage OILERS

C’est à Edmonton que l’on retrouve le meilleur duo de centre de la ligue avec Connor McDavid et Leon Draisaitl. Le canadien et l’allemand produise du jeu à chaque match aidés par Ryan Nugent-Hopkins mais on peut dire malheureusement que l’attaque des Oilers se résume à l’apport statistique de ces trois joueurs. Si un seul de ces trois attaquants subit une blessure conséquente (on croise les doigts), la qualification pour les séries pourrait s’avérer très (trop) difficile. Chez leurs rivaux de Calgary, un sursaut est attendu sur les lignes offensives. Johnny Gaudreau a vécu un calvaire la saison dernière en ne scorant que deux buts sur une série de 24 matchs ! Il finit tout de même à 18 buts et 40 aides, trop peu pour celui qui est censé mener l’attaque des Flames. La même réaction est attendue du côté de Sean Monahan et Elias Lindholm. Matthew Tkachuk quant à lui doit continuer sur cette voix toute tracée pour devenir un attaquant à la Brad Marchand. Enfin le Canadien s’est approprié les services de Corey Perry, il est probable qu’il ne joue pas tous les matchs ou alors en quatrième trio mais son expérience de joueur Etoile sera un atout pour le vestiaire et pour les jeunes joueurs tels que Nick Suzuki, Jesperi Kotkaniemi, Jonathan Drouin ou bien Josh Anderson. Ce dernier sort d’une saison à seulement un but et 4 points en 26 matchs dû à une blessure à l’épaule et une opération qui s’en est suivie. Enfin du côté de Vancouver, la jeunesse est au pouvoir. Elias Pettersson, à seulement 21 ans, est le leader offensif de la formation de Colombie-Britannique. Bien assisté du capitaine Bo Horvat, de Brock Boeser et de J.T. Miller, l’attaque des Canucks peut s’avérer très dangereuse si la confiance et l’expérience lors des dernières séries éliminatoires portent ses fruits.

Connor McDavid – Crédits: Last Word On Sports

Cette Division Canada (de son nom officiel Division Nord) promet un enfer pour tous ses participants, un « Enfer du Nord ». Les équipes vont toutes se rencontrer dix fois ce qui nous promet un calendrier alléchant. Les Oilers – Flames sont à marquer d’une croix rouge sur le calendrier nous prévient Zack Kassian (cf ci-dessous). Les Maple Leafs de Toronto partent favoris mais attention aux quatre équipes que nous venons de présenter. Les Jets de Winnipeg pourront mettre leur grain de sable dans cette division si le dernier vainqueur du trophée Vézina, Connor Hellebuyck, décide de répéter ses prestations de la dernière saison. Les Sénateurs d’Ottawa, quant à eux, continuent leur reconstruction et du mieux est (enfin) à prévoir en 2021 avec l’arrivée, entre autres, du jeune allemand Tim Stützle. Messieurs, dames, faîtes vos jeux et on vous souhaite une très bonne saison à tous !

Projections des rédacteurs du CCS – DIVISION CANADA

Ben

  1. Toronto Maple Leafs
  2. Montréal Canadiens
  3. Calgary Flames
  4. Edmonton Oilers
  5. Vancouver Canucks
  6. Winnipeg Jets
  7. Ottawa Senators

Hakim

  1. Vancouver Canucks
  2. Toronto Maple Leafs
  3. Edmonton Oilers
  4. Montréal Canadiens
  5. Ottawa Senators
  6. Calgary Flames
  7. Winnipeg Jets

Jérémy

  1. Toronto Maple Leafs
  2. Calgary Flames
  3. Montréal Canadiens
  4. Vancouver Canucks
  5. Edmonton Oilers
  6. Winnipeg Jets
  7. Ottawa Senators

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :