MMA

McGregor et Nurmagomedov : l’histoire d’une rivalité

Ce n’est pas un combat, c’est LE combat. Ceux-là ne sont pas des combattants, ceux-là sont LES combattants. Voici l’évènement le plus important jamais réalisé par l’UFC opposant ses deux plus grandes stars.

Le 6 octobre 2018, lors de l’UFC 229, s’est déroulé un combat ayant d’un côté Khabib Nurmagomedov, toujours invaincu, comptant donc 27 victoires (à l’issue du combat) dont 8 KO, 9 soumissions et 10 par décision ; de l’autre côté Conor McGregor, la star irlandaise, comptabilisant 21 victoires (18 KO, 1 soumission et 2 décisions) pour 4 défaites par soumission (à l’issue du combat).

Le combat connaît très rapidement une hype immense, certainement l’une des plus fortes de l’histoire de l’UFC. Cette dernière est alimentée par le retour de The Notorious, son dernier combat au sein de l’organisation datant de 2016 qu’il a remporté par KO technique face à Eddie Alvarez. McGregor est souvent surnommé comme « l’homme plus influent que son propre sport » en raison de sa popularité, premier combattant à être champion simultanément dans 2 catégories différentes (poids plumes et poids légers) ; McGregor détient aussi le record du ko le plus rapide de sa catégorie et l’un des plus rapides de l’histoire de l’UFC face à José Aldo : 13 secondes. Khabib, The Eagle, est aussi une raison de cette hype : ce russe est connu pour son grappling et son cardio souvent défini « d’inépuisable ». En d’autres termes : l’invaincu affronte l’image même de son sport. Le résultat de ce combat est aussi un enjeu pour les 2 combattants : la ceinture de champion des poids légers que possède Khabib. 

Le combat a lieu aux Etats-Unis, au Nevada, à Las Vegas. Les conférences de presse organisées par l’UFC avec pour but de réunir les 2 combattants afin qu’ils échangent entre eux et avec les journalistes ont pour objectif de médiatiser et populariser au maximum les combats. Celles où est invité McGregor sont réputées pour être “mouvementées” par la star irlandaise. Comme à son habitude, elle ne cesse de lancer des pics, d’insulter ou encore de rabaisser son adversaire ; il va même jusqu’à s’en prendre à la vie privée de Khabib en s’en prenant à sa famille par exemple. La popularité du combat atteint des sommets qui oblige l’UFC à agir en conséquence et qui demande des policiers pour sécuriser le combat, chose qu’elle obtient.  

McGregor ne voit pas le jour lors du combat, il est dominé du début jusqu’à la fin. Comme à son habitude Nurmagomedov impose un rythme infernal pour le cardio de son adversaire. Khabib joue sur ses deux atouts : le grappling et le cardio. Cet évènement oppose donc un spécialiste du combat au sol et des soumissions face à un homme possédant de redoutables enchainements pieds poings, sources de nombreux KO. La plupart du combat se déroule au sol, point fort du russe, dès qu’il réalise un take-down la foule réagit car elle réalise l’avantage que ce dernier prend sur le combattant irlandais. Le combat dure 4 rounds soit exactement 18minutes et 3 secondes (sans compter les 1 minute de repos entre chaque rounds) : The Eagle, ayant réussi à mettre McGregor au sol, le travaille et tente une soumission portant le nom de « Neck crank » qui correspond à un étranglement arrière, qu’il réussit. À la suite de cette technique de soumission, McGregor tape 3 fois : il abandonne alors le combat. 

Cependant, Khabib, connu pour son self control explose à la suite de cette victoire sans appel. Il saute par-dessus la cage afin de s’en prendre à Dillon Danis, un des hommes du coin irlandais. Le public entier, autant le côté supportant McGregor que le côté supportant Nurmagomedov prend part à cet évènement inhabituel et hors combat : une bagarre générale éclate. Des hommes du coin russe rentrent dans la cage pour s’en prendre à Conor McGregor. Lorsque cette bagarre a été maitrisé l’organisateur de l’UFC rentre dans la cage pour parler avec le gagnant. Il lui explique qu’il est dans l’impossibilité de lui remettre sa ceinture de vainqueur car il a peur qu’une seconde bagarre éclate. Le russe reste hors de lui et refuse de bouger de la cage tant qu’on ne lui apporte pas sa ceinture. 

Pourquoi Khabib a-t-il réagi de la sorte ? En effet, il aurait pu prendre sa ceinture et partir calmement cependant il n’avait pas oublié les propos tenus par l’irlandais, soutenu par son staff, à propos de sa famille. Khabib contre McGregor, la Russie contre l’Irlande, c’est l’opposition de deux mondes. Nurmagomedov a connu des choses que McGregor n’a jamais vu, entre les conditions insalubres de vie, la guerre, qui a causé le décès de nombreux de ses proches et les insultes ; Khabib ne pouvait pas rester insensible aux propos tenus par The Notorious. Khabib a été réprimandé par son père mais félicité par Poutine en personne. 

Le combattant russe, étant la cause de ce malheureux évènement, ne reçoit pas ses gains de victoire et se retrouve suspendu 9 mois de toutes compétitions. Il se retrouve aussi contraint de payer une amende de $500 000 (environ 440 000€). Nurmagomedov parvient à réduire sa suspension de 3 mois en participant à des campagnes contre la violence. The Eagle, toujours détenteur du titre de champion de sa catégorie, se retrouve donc dans l’impossibilité de défendre ce dernier durant 6 mois. Dustin Poirier, combattant américain, gagne par décision Max Holloway, autre combattant américain et devient « champion intermédiaire » de la catégorie. Khabib affrontera le « champion intermédiaire » lors de l’UFC 242 à Abou Dabi le 7 septembre 2019. The Eagle sortira vainqueur de ce combat au 3ème round, conservant donc sa ceinture et restant le champion incontesté de sa catégorie. 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :