MMA

Les combats à suivre en MMA cette année

Dans la même veine que l’article paru il y a une semaine, beaucoup de belles choses ont été annoncées dans les arts martiaux mixtes. Le retour de McGregor, la consécration pour certaines superstars, l’explosion d’autres, la discipline nous réserve de nombreuses surprises. Petit bond dans le temps.

Les combats prévus à l’UFC

Jusqu’à présent à l’UFC, on connaît les main events (hors blessures et imprévus) jusqu’à la fin mars. Et Dana White et ses comparses nous ont comblé avec de grosses têtes d’affiche dès le début de l’année. Ainsi, dès ce samedi, Max Holloway entre en scène face à Calvin Kattar. Pour l’Hawaïen, ce combat représente la possibilité de prouver son réel niveau. N’ayant combattu qu’une seule fois en 2020, il reste sur deux défaites consécutives face à l’actuel champion des featherweight, Alexander Volkanovski. C’est également la première fois en près de 5 ans qu’il ne combattra pas pour un titre, qu’il le défende ou qu’il tente de le remporter. Pour le natif de Boston, c’est un tout autre enjeu. Etoile montante de la division, c’est le moment ou jamais de faire ses preuves alors qu’il reste sur deux belles victoires dont une qui lui a valu le titre de KO du mois face à Jeremy Stephens. Ce combat pourrait propulser l’un des deux combattants à un affrontement pour le titre dans les mois qui suivent. Cette source de motivation supplémentaire pourrait mener à un combat spectaculaire, avec d’un côté l’ancienne star déchue qui voudrait remonter la pente, et de l’autre un petit nouveau qui ne ferait que concrétiser les espoirs placés en lui.

La semaine qui suit, on passe chez les poids légers avec le retour du plus grand businessman que l’industrie ait jamais connu. L’irlandais Conor McGregor, un peu plus d’un an après son dernier combat (victoire contre Donald Cerrone au premier round) affronte Dustin Poirier dans une revanche, 7 ans après le premier combat qui s’était également soldé par une victoire au premier round de Notorious. Cependant, les deux combattants ont bien grandi depuis, Poirier a obtenu un titre (qu’il a perdu face à Khabib Nurmagomedov) et fait parti des soldats de l’UFC, avec pas moins de 10 récompenses quant à la beauté de ses combats. Les deux hommes se sont livrés à un petit jeu de pronostics qui nous affirme une seule chose : on risque d’apprécier le spectacle. Alors que Dustin Poirier veut voir le sang couler dès le premier round, Conor McGregor est un peu plus serein et affirme pouvoir mettre KO son adversaire en moins d’une minute. Dana White a affirmé récemment que ses relations avec Conor s’étaient améliorées et il a été dit que la forme physique de ce dernier est la meilleure qu’il n’ait jamais eue. Alors on attend avec impatience ce combat et on verra quel tueur en sortira vainqueur.

On commence février de la même façon qu’on finit janvier : en fanfare. A 40 ans, Alistair Overeem veut s’offrir un dernier run et finir son contrat avec un combat pour le titre à la clé. Celui qui a combattu 66 fois pour un total de 47 victoires n’a eu l’opportunité de combattre pour un titre qu’une seule fois et a échoué. Sur deux victoires consécutives en 2020, c’est le moment ou jamais pour la légende néerlandaise. Mais attention à son adversaire, le géant russe Alexander Volkov qui lui aussi comptabilise un grand nombre de combats (32-8). Avec un poids égal à celui du natif de Londres, les deux kickboxeurs se livreront un vrai combat à mort. Surtout que selon les rumeurs, même si la catégorie des poids lourds possède déjà de grands noms, ce combat pourrait revêtir la forme d’un push vers le titre. Un bien belle façon de s’orienter vers une fin de carrière pour deux hommes expérimentés et surpuissants.

Le premier combat pour le titre surviendra le 13 février lors de l’UFC 258, avec le fascinant « cauchemar nigérian » comme on l’appelle, j’ai nommé Kamaru Usman. Le champion des poids welters depuis maintenant près de deux ans n’a été vaincu qu’une seule fois dans sa carrière, lors de son deuxième combat pro, il y a sept ans. Depuis, il rafle tout sur son passage. A désormais 33 ans, le premier champion nigérian de l’histoire de l’UFC fera face à Gilbert Burns, enfin. Car cela fait près de 9 mois que le combat aurait dû se dérouler, mais diverses raisons (COVID côté Burns, blessure côté Usman) ont retardé le combat. En espérant que les étoiles s’alignent d’ici le mois prochain, c’est un vrai test pour le champion. Le brésilien, depuis son retour chez les welter, n’a jamais été vaincu non plus et a battu à la décision Tyron Woodley, l’un des grands espoirs de la catégorie, pour se hisser là où il est. Le spécialiste du jiu-jitsu pourra se servir de ses capacités au sol pour pourquoi pas remporter un titre à 34 ans.

Pour le pay-per-view suivant, c’est pas moins de 3 titres qui sont remis en jeu! On commence par les poids-coqs et la machine russe Petr Yan, qui a vaincu l’immense José Aldo par KO s’il vous plaît, et qui se mesurera au « Funk Master » Aljamain Sterling qui a éliminé son adversaire direct au combat pour le titre d’une des plus belles soumissions de l’année. L’américain en est à un palmarès de 11-2 à l’UFC tandis que le champion n’a rejoint l’UFC qu’il y a deux ans, et n’a pas encore connu la défaite depuis son arrivée. L’opposition de style sera intéressante, avec Yan qui maîtrise le striking et devrait se démarquer avec sa grosse puissance, tandis que Sterling, lui, a endormi 8 des 19 adversaires qu’il a vaincus.

On passe maintenant aux guerrières, avec celle qui a balayé puis fait de l’ombre à Ronda Rousey, la brésilienne Amanda Nunes. Ayant considéré prendre sa retraite alors qu’elle attendait un enfant et qu’elle avait fracassé absolument tout le monde dans deux catégories différentes, la double combattante de l’année (2019, 2020) défend une dernière fois son titre face à la jeune combattante australienne Megan Anderson. Alors que Nunes est considérée par beaucoup comme la plus grande combattante de tous les temps, méfiance face au challenger qui possède le record de KO de la catégorie (6). Indéniablement douée avec ses poings et ses pieds, elle peut aussi compter sur son mètre 83 pour poser de gros problèmes de distance à la Lionnesse.

On finit en beauté avec l’exquis Israel Adesanya qui n’en finit plus de fasciner depuis son arrivée à l’UFC. Alors qu’il a lui aussi écrasé toute la catégorie des poids-moyens, il décide de s’attaquer aux lourds-légers et plus particulièrement au titre de Jan Blachowicz. Le polonais est une vraie arme blanche et a démoli grand nombre des adversaires, en raison de sa technique et de son physique impressionnant. C’est un vrai test qui s’offre donc au néo-zélandais, plus grand mais aussi plus longiligne et dont la puissance de frappe est difficilement comparable à celle du champion. Qui sortira vainqueur de ce gros duel? Il est encore très difficile de se faire un avis sur la question.

Les français qui vont combattre

Toujours dans cette même compagnie, l’un de ceux qui s’est révélé l’an passé est Ciryl Gane. Le français a gravi les échelons de façon très précoce et son seul combat en 2020 s’est terminé par sa victoire par KO et une chance de pouvoir rentrer dans le top 10 des poids lourds. C’est donc assez logiquement que Dana White a annoncé hier un combat entre le « Bon Gamin » et le monstre surinamais Jairzinho Rozenstruik, numéro 3 du classement heavyweight et qui n’a été défait qu’une seule fois dans sa carrière. On espère donc une victoire de notre représentant, qui pourrait se voir proposer un title shot dans les mois qui suivront.

Lors du premier évènement de l’UFC en 2021, on verra un petit franco-daghestanais dans la carte préliminaire. Nassourdine Imavov reste sur 6 victoires consécutives en carrière et son arrivée à l’UFC s’est bien passée, avec une victoire sur Jordan Williams. Il devra se mesurer à l’américain Phil Hawes, qui arrive depuis les Contender Series et qui a remporté son premier combat officiel à l’UFC par KO en moins de 20 secondes. C’est donc le moment ou jamais pour le français de montrer qu’il a sa place chez les -84 kg.

On verra aussi le prodige franco-tunisien Mounir Lazzez dès le 20 janvier. Après un premier combat spectaculaire face à Abdul Razak Alhassan en juillet dernier, le Sniper affrontera un ancien vainqueur d’Ultimate Fighter Brasil et un roi de la soumission, Warlley Alves. Ce n’était pas prévu que Mounir intègre la carte du show mais suite à une absence de l’adversaire originel, il répond présent et peut envoyer un message à la catégorie welterweight.

On change de promotion et on revient en Europe, avec le Cage Warriors. L’homme à la communauté incroyable, l’ami des célébrités françaises, le combattant de l’année au Cage Warriors et le champion poids plume Morgan Charrière remet son titre en jeu en le 20 mars face à Jordan Vucenic. Le combattant anglais n’a que 24 ans mais se bat déjà comme un lion, et avec ses 7 victoires en 8 combats et son trophée de « plus beau combat de l’année », il mérite son opportunité pour le titre et pourrait causer du tord à notre compatriote. Mais on espère que ce dernier saura tirer son épingle du jeu et enfin toucher son rêve du bout des doigts : signer à l’UFC.

Désormais on se déplace en Pologne, avec l’un des plus grands espoirs mondiaux qui défendra son titre le 30 janvier prochain, Salahdine Parnasse. Le natif d’Aubervilliers n’a jamais goûté à la défaite en 15 matchs et est maintenant champion des poids-plumes. Ayant remporté le titre par intérim suite à la signature de l’ancien champion Mateusz Gamrot à l’UFC, le français a conservé son titre et essaiera de la faire à nouveau face à Daniel Torres, austro-brésilien qui jouit d’une belle notoriété grâce à son style de combat spectaculaire.

Comme vous avez pu le constater, les trois prochains mois d’arts martiaux mixtes risquent de nous enchanter avec de très gros noms qui s’affronteront tout le temps et un peu partout dans le monde. En attendant d’autres annonces qui pourraient nous ravir, on peut déjà saliver d’avance et se préparer à voir du beau spectacle, et ça dès ce samedi.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :