Omnisport Rugby

Marcus Smith, la star du rugby Anglais

Le XV de la rose possède de nombreux talents frappant à la porte de l’équipe pour les années à venir. Le poste de numéro 10 est particulièrement courtisé. Pour l’instant, Eddie Jones fait confiance à ses cadres George Ford mais aussi Owen Farrell qui est ouvreur de formation. Mais derrière ces deux joueurs, de nombreux jeunes se montrent dans le championnat anglais à commencer par Marcus Smith. L’ouvreur des Harlequins est le chef d’orchestre de l’attaque de l’équipe londonienne. Il fait partie de cette nouvelle génération d’ouvreur très vif pour trouver des ouvertures dans la défense. Ses exploits avec les Harlequins doivent lui permettre d’intégrer le XV de la rose.

Un parcours atypique chez les jeunes

L’ouvreur anglais a un parcours atypique pour un joueur anglais. Né aux philippines, il passe une grande partie de sa jeunesse sur le continent asiatique tout d’abord dans son pays de naissance puis à Singapour. C’est d’ailleurs dans la république asiatique qu’il commence à pratiquer le rugby dans le club des Centaurs avec ses frères. Un club où il commence à travailler sur sa technique avec ses entraineurs. Très rapidement, Marcus Smith se fait remarquer par son talent sur le terrain au point d’être utilisé à peu près sur tous les postes du terrain. Néanmoins il a principalement évolué au poste de demi de mêlée. Une première expérience dans le rugby très loin de la pression anglaise pour se développer, le joueur voyant le rugby tout d’abord comme une activité à faire avec ses amis. Un plaisir pour lui d’affronter des équipes Australiennes, Sud-Africaines, Néo-Zélandaises, Anglaises mais aussi asiatiques. 

Marcus Smith à Singapour ( Source Handout )

Malgré son talent indéniable sur le terrain, rien ne prédit que Marcus Smith se dirige vers une carrière professionnelle. Il pratique de nombreux sports à côté et il voit le rugby comme un loisir. Tout va s’accélérer avec son retour en Angleterre. En effet, il rejoint le Brighton College où il se lance vraiment dans le rugby, sport majeur de l’école. Il y joue une année et impressionne par son talent à son âge. Ses entraineurs le mettent en contact avec un entraineur des Harlequins pour passer un essai à seulement 14 ans. La suite, on la connaît, le joueur intègre l’académie du club anglais. Pour son père, ancien rugbyman à Hong Kong, Marcus a connu une très bonne évolution dans sa carrière: 

« Chez Centaurs, en tant que joueur, il prenait de très bonnes décisions. Lorsqu’il est arrivé au Brighton College et aux Harlequins, recevant un excellent encadrement, il est devenu progressivement plus dominant dans sa position. »

Son père, Jeremy Smith

Alors qu’il était demi de mêlée en raison de sa petite taille, il passe au poste d’ouvreur à 15/16 ans. Une position qu’il apprécie rapidement lui permettant de mettre en avant son talent à la passe et au pied. Un poste d’ouvreur comme son idole Jonny Wilkinson dont il garde un merveilleux souvenir de la coupe du monde 2003 remportée par le XV de la rose. Dès son arrivée dans le club londonien, il ne fait plus aucun doute que Marcus Smith aura un avenir professionnel radieux.

Le début d’une étoile montante

Il progresse rapidement dans son lycée et impressionne dans toutes les compétitions auxquelles il participe comme en 2016 lors du St Joseph’s Rugby festival réunissant les 16 meilleures équipes lycéennes d’Angleterre à Ipswich où il est élu meilleur joueur de la compétition. Capitaine de son équipe, il montre déjà ses capacités à casser les lignes pour apporter le danger. Lié avec l’académie des Harlequins, il est rapidement propulsé dans l’effectif professionnel. Il fait ses débuts lors de la saison 2017/2018 contre les London Irish pour pallier la blessure de Demetri Catrakillis. Le joueur n’a que 18 ans et 200 jours mais il se fait déjà une place de choix dans le club londonien. 

Il marque les esprits lors de son match contre les Wasps. En effet Marcus Smith, expérimenté de seulement deux titularisations, termine homme du match après avoir inscrit 14 points dont une réussite à 100% au pied avec un 5/5. En très peu de temps, il réussit à se faire une place dans l’effectif et ses coéquipiers sont impressionnés par son talent:  

« Ce garçon est spécial. Il est incroyablement talentueux. »

Danny Care

Des performances qui le font rapidement connaitre sur le territoire britannique au point que certains le voient comme le futur numéro 10 du XV de la rose. Il fait rapidement l’objet de discussions pour faire son entrée dans l’équipe anglaise. Son sélectionneur s’est exprimé sur son jeu et sa précocité:« Ce que j’aime avec Marcus Smith, c’est qu’il ressent le jeu. Il le comprend et il sait ce qu’il fait. Il fait les choses sans que personne ne lui dise, même s’il a des points sur lesquels il doit travailler. On doit le gérer. Les jeunes joueurs sont comme les fleurs : délicats. Ils grandissent en fonction de l’eau et du soleil qu’ils reçoivent. Trop de jeunes joueurs grandissent trop tôt et trop vite et leur fondation de base n’est pas assez forte. Je ne suis pas sûr qu’il soit encore assez bon. Nous avons l’opportunité de le découvrir ». Des compliments du sélectionneur national servant de motivation pour le joueur.

Eddie Jones lui a permis de se joindre au groupe anglais lors des stages d’été et d’automne pour préparer la tournée. Il a pu s’entrainer avec des joueurs comme Owen Farrell, George Ford et ainsi acquérir une expérience inoubliable. Par ailleurs il a reçu des précieux conseils de la part de son sélectionneur:

«Il m’a demandé d’être moi-même et m’a dit que l’âge n’était qu’un chiffre ».

Marcus Smith

Le joueur s’installe petit à petit au sein de l’équipe londonienne et peut bénéficier de l’aide d’internationaux anglais comme l’ancien capitaine Chris Robshaw, Danny Care, Mike Brown, Joe Marler, Kyle Sinckler ou du gallois Jamie Roberts mais aussi avec des jeunes Anglais prometteurs comme Gabriel Ibitoye et Alex Dombrandt. 

Sur sa première demi-saison, il termine avec des statistiques très prometteuses avec 2 essais inscrits, 31 conversions et 21 pénalités inscrites. Malgré son jeune âge, il se montre déjà très à l’aise avec son jeu au pied avec 79% de coups de pied réussis. En attaque, il se positionne comme le créateur de son équipe avec 322 mètres gagnés et 22 passes avant essai. En défense, il ne se cache pas malgré son physique moins imposant. Il termine avec 75% de plaquages réussis.

Premiership Rugby

Une première année impressionnante dans le monde professionnel pour lui entre les invitations d’Eddie Jones et ses premières pas avec les Quins. Malgré l’effervescence autour de lui, il a assumé son statut dans son club sans changer de comportement. Son capitaine Chris Robshaw a confirmé l’image qu’on se fait de lui d’un point de vue extérieur: 

« Marcus a été extrêmement impressionnant cette année pour un gars tout droit sorti de l’école. Il est venu, il est confiant mais il n’est pas arrogant. Il s’entend, il apprend, il a soif de succès et il est prêt à faire le travail. Il est toujours sur le terrain pour faire des extras à son jeu, qu’il s’agit d’affrontements têtes à tête avec Jamie Roberts, Jamie l’a pris sous son aile en faisant cela car il n’est pas le plus grand garçon et il se débrouille. Il travaille chaque jour et semaine et c’est l’attitude que j’aime en lui. »

Chris Robshaw lors d’une interview avec ESPN le 27 janvier 2018

Malgré sa très bonne première saison chez les professionnels, le joueur a continué à travailler pour apporter plus d’impact à cette équipe en difficulté dans le championnat. En effet les Quins ont terminé à la dixième place cette année-là. Ils n’ont jamais été en mesure de jouer les playoffs. Pour un joueur aussi compétiteur que lui, ne pas jouer la gagne est inconcevable. Par sa persévérance et sa volonté de gagner, Marcus Smith possède toutes les qualités nécessaires pour réussir dans le rugby.

Les Quins ont désormais leur pièce maitresse pour l’avenir et espèrent retrouver avec lui les sommets du championnat d’anglais mais aussi d’Europe. Pour montrer la confiance accordée à Marcus Smith, John Kingston, directeur du rugby au sein du club londonien, a décidé d’offrir un gros contrat à sa jeune pépite. Le joueur et les Quins sont tombés d’accord pour un contrat à hauteur de 230 000 livres par saison jusqu’en 2022 un record pour un joueur âgé de seulement 18 ans. Que ce soit le joueur ou la direction, les deux parties ont exprimé leur joie de poursuivre ensemble:  

« Marcus est un jeune homme intelligent et humble qui est concentré sur son rugby. Il a le talent et et les capacités pour amener cette équipe de Quins vers la prochaine étape de son développement. »

John Kingston

« Les Harlequins sont un club fantastique et ils ont très bien pris soin de moi depuis que je suis arrivé il y a 3 ans. Le club est incroyablement ambitieux et combiné à la vision à long terme de John Kingston, cela a rendu la décision beaucoup plus facile en connaissant la foi et les conseils dont il a fait preuve avec moi. »

Marcus Smith

Un projet qui commence pour les Quins et Marcus Smith pour retrouver les sommets.

La confirmation dans le championnat anglais

Lors des saisons suivantes, le club londonien retrouve la course aux playoffs avec une cinquième place lors de la saison 2018/2019 avec 56 points à égalité avec les Saints de Northampton mais battu au nombre de matchs gagnés. En effet les Quins n’ont gagné que 10 matchs alors que les Saints se sont imposés à 11 reprises. Une grosse déception pour l’équipe qui perd sa place qualificative lors de la dernière journée, les Saints s’imposant avec le bonus offensif contre Worcester tandis que les Quins s’inclinent 27/25 chez les Wasps. Un match au cours duquel Marcus Smith aura été en difficulté au pied avec 25% de réussite avec une seule pénalité inscrite en 4 coups de pied tentés. Il n’aura pas participé à la remontée de son équipe à la fin avec un changement à la 52ème minute par James Lang qui aura l’opportunité de faire gagner l’équipe avec une pénalité du milieu du terrain malheureusement trop courte. Néanmoins on retiendra la très bonne combinaison de Marcus Smith pour lancer Joe Marchant sur le premier essai des Quins. Un match compliqué pour lui mais qui fait partie de l’apprentissage. La même année, l’équipe s’est hissée en demi-finale de la Challenge Cup, perdant contre Clermont 32 à 27. 

L’année suivante, il revient avec des nouvelles ambitions pour confirmer les bonnes performances collectives montrées l’an passée. Il termine la saison 2019/2020 avec 8 essais inscrits soit plus que ses deux premières saisons réunies. Une présence offensive plus importante pour cet ouvreur qui avait un rôle plutôt de créateur que de finisseur avec son équipe. Il tente beaucoup plus pour casser la ligne avec des appuis et crochets impressionnants. Sa petite taille facilite son jeu offensif lui permettant de se glisser entre les défenseurs adverses et les prendre de vitesse. Malgré une saison accomplie sur le point personnel, les Quins échouent une nouvelle fois à se qualifier pour les playoffs avec une sixième place et 51 points inscrits, 16 points derrière Bath dernier qualifié. 

Le joueur se montre à la hauteur des attentes mais son équipe est moins forte avec des joueurs vieillissants et des jeunes pas encore prêts pour guider l’équipe vers les sommets. Lors de cette saison, il est devenu le deuxième plus jeune joueur à inscrire 500 points dans le championnat anglais, derrière son idole Wilkinson. Le joueur espère maintenant pouvoir battre son idole de jeunesse pour le prochain palier des 1000 points. 

Après les départs de Robshaw et Sinckler, les Quins ne se positionnent pas comme des candidats aux playoffs tant la concurrence est importante. Mais ce début de saison, l’équipe reste au contact pour les playoffs avec 2 victoires, 1 match nul et 3 défaites. L’équipe est pour l’instant septième avec 14 points dont 2 obtenus pour compenser l’annulation du match en raison des cas détectés dans l’effectif des Quins. Une annulation frustrante, l’équipe pouvait espérer revenir avec plus de points contre Worcester, avant-dernier du championnat. Avec un début de saison pas à leur avantage avec deux matchs à domicile contre les deux meilleures équipes du championnat que sont les Chiefs et les Bears, l’équipe n’a pas réussi à gagner de points. Elle a néanmoins montré de belles choses lors des autres matchs mais pourra regretter le match nul concédé sur son terrain contre les London Irish avec un essai concédé à deux minutes de la fin du match. En coupe d’Europe, l’équipe n’a pas existé avec deux grosses défaites contre le Racing et le Munster.

Dans ce début de saison mitigé, Marcus Smith se met une nouvelle fois en valeur avec 3 essais inscrits. Il prend de plus en plus de place dans cette équipe avec une volonté d’utiliser de plus en plus son pied comme lors de la défaite contre Bristol 19/27. Un match où il inscrit l’ensemble des points de son équipe avec un joli 5/5 au pied et un magnifique essai en fin de match :

https://fb.watch/320xhdQq12/

Ses performances avec les Quins sont en constante progression et il s’installe de plus comme le leader de cette équipe. Il est celui qui tente le plus lorsque son équipe est en difficulté. Il essaye de créer des décalages pour perforer la défense adverse. Il peut aussi utiliser son jeu au pied pour occuper le terrain mais aussi pour apporter des solutions à ses ailiers pour contourner la défense. Très compétiteur, on sent sur le terrain sa volonté de gagner et il ne se résigne jamais même lorsque son équipe perd comme le montre son essai contre Bristol qui n’a pourtant pas d’impact sur le résultat. Un joueur déjà mature pour son âge et qui est titulaire dans un club historique du championnat anglais. Désormais la question est de savoir si une place dans le XV de la rose va s’offrir à lui ?

Objectif: sélection anglaise 

Alors que le joueur avait rapidement intégré les groupes élargis pour les différents matchs de préparation, le joueur n’a jamais connu de sélection avec l’équipe anglaise. Pourtant ses performances sont en constante progression et malgré son jeune âge, il possède déjà une grosse expérience avec de nombreux matchs de championnat et de coupe d’Europe à son actif. 

Pourtant Eddie Jones n’a jamais fait appel à ses services sauf lors d’un match contre les Barbarians en juin 2019. Pour les sélections officielles, Marcus Smith s’est contenté de jouer avec l’équipe des -18 ans avant d’être surclassé avec les -20 ans alors qu’il n’a que 18 ans. Son principal problème est de faire face à une concurrence acharnée à ce poste. Tout d’abord le poste d’ouvreur est occupé par George Ford qui a la confiance de Jones depuis plusieurs saisons à tel point que Owen Farrell a été positionné en premier centre. Deux joueurs plus expérimentés, performants et qui ont la confiance du sélectionneur australien. Derrière ces deux cadres, Marcus Smith fait face à une concurrence accrue au poste d’ouvreur avec Jacob Umaga ou encore George Furbank. L’arrière des Saints pourrait être le futur 10 du XV de la rose si on en croit les propos d’Eddie Jones: 

« Je crois qu’il peut être un très bon 10, peut-être que ce sera une position pour laquelle nous le considérons fortement à l’avenir. J’ai toujours eu ce sentiment et parler avec Chris Boyd a renforcé cette idée qu’il a la capacité de jouer 10. Il l’a fait pour Northampton à la fin du match quand Dan Biggar a fait un pas-de-géant dans les airs et s’est terminé dans le mauvais sens, il est donc une perspective excitante. »

Eddie Jones

Deux joueurs qui sont passés devant Marcus Smith dans la hiérarchie pour Eddie Jones. Deux ouvreurs de la même génération que l’ouvreur des Quins ce qui pourraient l’empêcher de jouer pour le XV de la rose. Un autre joueur n’est pas à oublier: Joe Simmonds. L’ouvreur d’Exeter a été l’un des artisans du doublé Premiership/Champions Cup la saison dernière. Il pourrait lui aussi se glisser dans la bataille pour le poste d’ouvreur à l’avenir. En tout cas, Marcus Smith ne se démoralise pas malgré ses non-convocations et poursuit sur sa lancée pour toujours plus impressionné son sélectionneur comme le montre son match contre les Wasps en fin de saison dernière. 

Marcus Smith omniprésent en première mi-temps contre les Wasps

Un match de haut niveau contre une des meilleures équipes du championnat qui n’a pas manqué de faire réagir certains anciens joueurs à commencer par Andy Goode:

réaction d’Andy Goode après le magnifique match de Smith contre les Wasps

Le joueur a toujours fait part de sa volonté de jouer pour le XV de la rose:

« C’est clair… C’est mon rêve. Je ne suis pas timide vis-à-vis de ça et je ne le cache à personne. Je veux jouer pour l’Angleterre. Je dois m’améliorer pour y arriver. J’ai tout autour de moi pour bien travailler, autant le club, mes coéquipiers que mon entourage professionnel, et c’est ce que je veux accomplir.»

( Interview Antoine Bourlon https://antoinebourlon.wordpress.com/2020/09/17/marcus-smith-je-veux-jouer-avec-le-sourire/ )

Une volonté aussi affichée par son père qui avait déclaré quelques années auparavant la volonté de son fils de jouer pour le XV de la rose et les Lions britanniques. 

Mais ses absences sur les listes anglaises d’Eddie Jones pourraient faire songer le jeune ouvreur anglais à découvrir d’autres choses. Son nom a été cité pour rejoindre le Lou la saison prochaine. Une rumeur surprenante, le joueur étant encore jeune mais sa volonté de gagner prend peut-être le pas sur la sélection. En effet les Quins sont encore trop loin des leaders anglais pour espérer remporter le championnat. Par ailleurs l’équipe voit plusieurs cadres partir comme Mike Brown qui jouera pour les Falcons de Newcastle la saison prochaine après avoir passé toute sa carrière avec le club londonien. Les Quins vont aussi perdre Christ Ashton qui devrait évoluer à Worcester. Pour compenser ces départs, l’équipe londonienne pourrait recruter Anthony Watson. Un renfort de poids sur les ailes pour retenir Marcus Smith ? 

Le joueur veut une équipe compétitive et il a toujours privilégié cet aspect à celui financier. Le Lou pourrait lui offrir cette opportunité mais il devrait alors oublier le XV de la rose pour quelque temps et peut-être même la Coupe du monde 2023. Le joueur n’a pour l’instant rien signé et reste engagé avec les Quins jusqu’en 2022. Cette rumeur est-elle un moyen de faire pression sur Jones ? Il faudra voir la liste concoctée par le sélectionneur australien pour le tournoi des VI nations.

L’ouvreur anglais a fait preuve d’une grande précocité pour s’imposer à seulement 18 ans au poste d’ouvreur d’une équipe anglaise. Depuis son arrivée, il n’a plus quitté cette place et n’a cessé de progresser. Il fait partie de cette nouvelle génération de 10 polyvalent capable de casser les lignes mais aussi très bon au pied. Il est déjà une star en Angleterre mais pourrait passer le cran supérieur avec une sélection en équipe d’Angleterre.

(1 commentaire)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :