Omnisport Rugby

Les Stars de demain du Top 14, club par club (2/4)

2020 est dans les livres, 2021 commence son chapitre. Dans un monde chamboulé par une pandémie mondiale, le sport continue sa marche en avant. Les joueurs s’entrainent, jouent et récupèrent. Mais ce cycle du rugby est sans cesse renouvelé par l’émergence de nouvelles têtes. Des bouilles qui travaillent encore dans l’ombre mais qui seront les stars de demain, celles d’après-pandémie. Ce début d’année est donc propice à un petit tour d’horizon dans le championnat français. Vous allez découvrir dans ces quelques lignes un profil de joueur par club avec pour seule condition : être âgé de 22 ans ou moins, avoir un talent indéniable et être sous exposé médiatiquement. Ce tour de France continue sur le pourtour méditerranéen en remontant par le Rhône.

Etapes précédentes :

Première étape : Gironde, Pays basque, Pruneaux et Béarn (Bordeaux-Bègles, Bayonne , Agen et Pau)

Montpellier : Axel Bévia, arrière sonique

Axel Bévia au centre de formation de Narbonne. Comme à son habitude, le joueur porte le ballon. (lerugbynistere.fr)

Il aurait été facile de parler de Louis Foursans-Bourdette, ouvreur d’à peine 18 ans qui a connu de premières sorties concluantes avec le MHR. Cependant, le numéro 10 semble être déjà assez exposé médiatiquement, au contraire de son compère Axel Bévia. Axel partage le même âge que son pote ouvreur, il partage aussi les appels en sélection jeunes. Mais fraichement débarqué de son club formateur, Narbonne, pendant l’intersaison, il n’a pas encore trouvé sa place dans l’effectif professionnel. Chaque chose en son temps pour ce jeune arrière qui pourtant ne prends pas son temps pour relancer les ballons et participer au jeu courant, avec une pointe de vitesse à faire palir certains ailiers du Top14 (poste qu’il peut d’ailleurs lui même occuper). De l’aveu de Joan Caudullo, directeur du centre de formation du MHR, Axel Bévia est aussi un joueur porté sur la technique individuelle avec de sérieux fondamentaux en la matière. S’il n’a pas eu plus sa chance cette saison c’est sûrement lié à son physique. Sa taille ne semble pas faire défaut (1m80), mais le jeune arrière est encore un peu frêle musculairement (70kg), surtout pour affronter la rudesse d’un combat en Top14

Arrivé en 2020, Axel Bévia est bien dans les plans futurs du staff héraultais. Même avec le départ prématuré de Xavier Garbajosa, Phillipe Saint-André compte sur Axel. Il l’exprimait déjà pendant l’été : « On est allé chercher à Narbonne Axel Bevia international moins de 18 ans. Au MHR on avait un effectif un peu vieillissant, il était important de le rajeunir. Et puis cette saison avec l’équipe de France et les doublons on manquait de profondeur d’effectif […] on espère bien donné du temps de jeu à tous ces jeunes à fort potentiel.« . La pénurie de numéro 10 à Montpellier a aussi débouché à la délocalisation d’Anthony Bouthier du fond du terrain. De quoi donner des espoirs à Axel Bévia pour trouver du temps de jeu.

Toulon : Clément Egiziano, troisième ligne ? Êtes vous surs ?

Clément Egiziano qui marque son premier essai en Top 14 contre le Stade Toulousain au terme d’excellentes phases de jeu. (crédit photo : acturugby.fr)

Sur le papier, Clément Egiziano est catégorisé par Toulon comme un troisième ligne. C’est d’ailleurs ses qualités physiques ,qu’il travaille depuis les catégories jeunes, qui lui ont permis de s’établir à ce poste. En effet Clément est plutôt puissant, rapide, endurant. Il coche toutes les cases qui font de lui un troisième ligne performant dans le jeu courant, capable de porter le ballon, de casser les lignes et de finir des actions. Son essai contre Toulouse cette année en atteste. Néanmoins, le jeune international français, peine à être complet. Sa taille (1m83) ne correspond plus aux standards du poste aujourd’hui. Si des joueurs comme Michaël Hooper on su tirer partie de cette lacune physique, c’est peut-être ce qui bride Clément pour enchainer les feuilles de matchs. Cependant, à tout juste 19 ans, l’équipe de France U20 a eu un projet un peu différent pour lui. Lors du dernier match contre l’Italie, Clément était titulaire au centre et ce devant des habitués du poste. De quoi donner des idées pour le futur du joueur ?

Il faudra vraisemblablement patienter un peu pour voir Clément Egiziano devenir un titulaire indiscutable dans la formation toulonnaise. Que ce soit sur la troisième ligne (Parisse, Ollivon, Lakafia…) ou au centre (Paia’aua, Toeava, Nonu…) les hiérarchies sont bien établies et les places sont chères. Pourtant, Le jeune à fort potentiel a connu une entrée en jeu, contre Toulouse, remarquée grâce à un essai donc mais aussi un carton jaune. Le travail est grand pour Clément. Encore plus si ce dernier espère basculer au poste de 3/4 centre ou un entraînement technique considérable l’attend. Il pourra faire ses armes lors des rencontres internationales jeunes pour engranger toujours plus d’expérience. Pour le Top14, il faudra sans doute attendre la saison 2021-2022.

Lyon : Ethan Dumortier, un 3/4 béton

Ethan Dumortier à l’aile lors d’un match avec l’équipe de France U20. (crédit photo : rugbyrama.fr)

Le centre de formation du LOU Rugby est connu et reconnu. Après Lambey, Couilloud et d’autres, le prochain nom qui pourrait faire parler de lui au plus haut niveau est celui de Ethan Dumortier. Ce centre ou ailier est un pur produit de la région. Natif de Lyon mais Isérois d’origine, le jeune de 20 ans est passé par les clubs de St Savin et de Bourgoin-Jallieu avant de parfaire sa formation au LOU. Bien lui en a pris, puisque Ethan a éclaboussé de son talent les équipes espoirs du centre de formation mais aussi les équipes internationales jeunes. En 2019 il est d’ailleurs sacré champion du monde U20 avec l’équipe de France. Ce n’est pas tout, en 2020 il enchaine les sélections nationales… à 7. Sa vitesse, sa puissance et ses qualités techniques pour jouer après contact et dans les grands espaces font de lui un joueur redoutable dans ce rugby. Maintenant à 15, l’éclosion se fait attendre.

Ethan porte bien son nom. Son physique de déménageur (1m92 pour 92kg) est en adéquation avec son style de jeu percutant. Ce physique c’est ce qui lui a permis aussi de gagner ses premières feuilles de matchs cette saison et enfin sa première titularisations lors de la 14ème journée du championnat. Dumortier semble lancé comme un boulet de canon pour enchaîner les matchs en championnat. A côté de cela, même si le circuit international à 7 est en stand by du au COVID il le garde dans un coin de sa tête. Et cerise sur le gâteau, il est encore appelé pour défendre les couleurs de l’équipe de France U20 lors du prochain 6 nations. L’avenir s’annonce radieux pour Ethan Dumortier, définitivement prêt à tout casser.

(2 commentaires)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :