NFL

Draft NFL 2021 : Rondale Moore, fast and furious

La draft, cet événement annuel qui permet aux franchises du sport américain de se renouveler. La NFL ne déroge pas à la règle et le 29 Avril prochain, une nouvelle classe de joueurs sortant de l’université sera repêché et rentrera dans la grande ligue. Entre, choix judicieux, coup du sort, déceptions, le tout saupoudré d’un soupçon de chance, cette année sera encore une fois l’apogée de l’intersaison. Le CCS se mobilise pour vous préparer au mieux à la prochaine draft avec la présentation de profils détaillés des plus gros espoirs, mais aussi des bons coups que l’on pourrait trouver plus tard dans l’événement. Sans hiérarchie particulière, vous trouverez ici toutes les informations nécessaires pour connaître les futurs rookies, voire même les futures stars de la NFL.

Rondale Moore

Bilan 2020

Bilan équipe : 0-3 (matchs joués par Rondale Moore)

Il n’y a pas grand-chose à décrypter sur la saison des Boilermakers de Purdue. Les gold and blacks ont joué seulement 6 petits matchs dans une B1G qui a tardé à débuter et qui a été globalement plutôt touchée par l’épidémie de COVID-19. En dehors de cela, Rondale Moore lui n’a joué que 3 matchs, qu’il a tous perdus. Il a tout de même pu montrer dans ce court laps de temps qu’il possède toujours ce qui avait fait de lui la star de la saison 2018 dans le CFB. Vitesse, jeu flashy, chevilles brisées… Rondale Moore pourrait être la définition de ces mots à l’université, peut-il le devenir en NFL ?

Statistiques individuelles : 35 réceptions – 270 yards – 0 touchdowns – 32 yards à la course – 1 touchdown à la course

Comment ? Si peu ? Oui, si peu. Rondale Moore a peiné à trouver le chemin des terrains cette saison, jouant seulement 3 matchs et ne pouvant donc pas faire tout l’étalage de son talent. Ces faibles stats il les doit à un genou fragile qui l’a éloigné des terrains en 2019 et donc début 2020. Cependant, si l’on revient à sa saison freshman en 2018 les statistiques brutes sont les suivantes : 114 réceptions – 1258 yards – 12 touchdowns. Impressionnant. De quoi rassurer les scouts des joueurs lycéens qui le classaient 229ème joueur national, 41ème receveur et 1er joueur du Kentucky (son état d’origine) au moment de son choix universitaire en 2018. Si en un an on a vu toutes ses qualités, en deux on a aussi vu tous ses défauts : son physique trop fragile pour son style explosif. Ce qui pourrait vraisemblablement faire peur à beaucoup d’équipes en début de draft.

Forces :

  • Vitesse et Accélération

Sur chacune de ses actions, Rondale Moore passe d’un côté du terrain à l’autre en une fraction de seconde. Son premier pas, son punch, est fatal. Il est capable d’accélérer et de passer de 0 à 100 en un temps record, de quoi donner des actions flashy qui émerveille les foules.

Ici Rondale Moore (#4 Blanc) fait tout simplement étalage de sa vitesse et surtout de son accélération sur une course extérieur pour fixer et déposer les deux linebackers.

  • Playmaker

Ce qui est entendu par Playmaker, c’est la capacité d’un joueur à créer le jeu, à gagner des yards, à avancer en inventant. Ce qui rend beaucoup d’actions magiques chez les joueurs playmakers. C’est le cas chez Rondale Moore qui sitôt qu’il a le ballon dans les mains arrive à se créer de l’espace à avancer et souvent à faire mouche.

Agilité, vitesse, changements de direction… La panoplie du playmaker est complète. Transformé du rien en points, c’est le quotidien de Moore (#4 Noir) du moins en 2018.

  • Équilibre

A la manière d’un running back Moore porte le ballon souvent et plutôt bien. Il fait notamment preuve d’un jeu de jambes rapide qui lui permet des changements de direction brutaux. Mais il possède aussi un centre de gravité très bas qui lui donne un équilibre à toute épreuve. De quoi gagner un nombre important de yards après réception tout en cassant énormément de placages.

On retrouve ici le caractère playmaker de Rondale Moore (#4 Noir) mais aussi son excellent équilibre qui lui permet de rester debout et d’aller marquer.

  • Retour de Punt et Retour de Kickoff

Rondale Moore apporte une plus-value non négligeable sur les special team, en tant que retourneur de punt ou de kickoff. Il excelle dans cet exercice grâce à sa vitesse et à sa vision grand champ. Un petit plus qui saura plaire à certaines équipes.

Un exemple de ce que Rondale Moore (#4 Blanc) peut faire sur les retours de coup de pied. Belle vision et attitude et la vitesse fait le reste.

  • Menace verticale

Dans le jeu de passe, on voit souvent Moore être utilisé sur des phases de Jet Sweep, de Screens qui permettent de mettre le ballon dans les bras de la dynamo très rapidement. Mais il ne faut pas oublier que Moore est aussi un receveur qui sait utiliser ses mains. Si son arbre de tracés n’est pas très développé, sa vitesse lui permet d’avoir une grande efficacité sur les tracés verticaux profonds ou les slants.

Ici, Rondale Moore (#4 Noir) aligné dans le slot efface totalement son vis-à-vis sur le release, part sur une slant, catch et fini en beauté avec un spin tout en vitesse sur le safety. Touchdown.

Faiblesses :

  • Blessures

Attention Red Flag. C’est ce point qui va faire perdre beaucoup de places à la draft à Rondale Moore. Le joueur est enclin à la blessure. Ce qui lui a déjà coûté deux saisons pratiquement pleines de College Football. En NFL, les coups seront toujours plus durs et violents alors que le jeu de Moore ne changera pas. Si le joueur ne peut pas rester en santé, cela ne sert à rien de le repêcher.

  • Catch contestés

Avec sa petite taille, Rondale Moore n’est pas le receveur le mieux armé pour combattre les CB physiquement dans les airs. Moore a généralement peu de catchs contestés à faire, logiquement. Un point sur lequel il ne faut pas compter pour le receveur de Purdue.

  • Route running

Ce n’est pas tant la qualité de sa capacité à suivre ses tracés parfaitement qu’il faut juger ici. Ce point est un défaut, car l’arbre de route de Rondale est trop peu étoffé. Des slants, des go, des post ça oui Moore sait les faire. Mais des Comebacks ou des Corners là on en voit un peu moins chez la pile électrique. Un aspect de son jeu à travailler pour briller à l’échelon supérieur.

Prédiction Draft 2021

Second Tour (40-60)

Une équipe qui sera intéressée : New York Giants

Les Giants ont souffert cette saison pour faire avancer l’attaque sur le terrain. Daniel Jones était sur courant alternatif avec ses receveurs Slayton et Shepard et la ligne ne lui a pas non plus laissé beaucoup de temps. Cependant, sur la course, sans Barkley, les hommes du front de l’attaque bleue ont montré des performances encourageantes, ils ont créé des brèches. L’ajout de Rondale Moore permettrait de combler des secteurs de jeu non utilisés. Donner le ballon sur la ligne de scrimmage en mouvement à Moore et lui permettre de gagner des YAC, c’est tout ce qui manque aux Giants pour être le plus complet possible au sol. En plus d’ajouter une menace profonde très rapide qui ferait un bien fou au Quarterback de la grosse pomme. Avec le pick 42 le jeu en vaut la chandelle.

La note du CCS : Tier A

Potentiel : Tier S = All Pro, Tier A = Excellent starter, Tier B = Starter, Tier C = Joueur de rotation, Tier D = Practice Squad

Rondale Moore est rapide, très rapide. Rien que ça lui permet d’être dans la discussion du premier tour. Dans une copycat ligue comme la NFL, les franchises cherchent à tout prix le nouveau Tyreek « Cheetah » Hill. Rondale Moore arrive comme un successeur légitime. Cependant, ses pépins physiques font vraiment très peur. Ces derniers vont obligatoirement faire descendre son stock et probablement lui coûter ce précieux premier tour. Et même plus ?

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :