NFL

Draft NFL 2021 : Rashod Bateman, départ imminent

La draft, cet événement annuel qui permet aux franchises du sport américain de se renouveler. La NFL ne déroge pas à la règle et le 29 Avril prochain, une nouvelle classe de joueurs sortant de l’université sera repêché et rentrera dans la grande ligue. Entre, choix judicieux, coup du sort, déceptions, le tout saupoudré d’un soupçon de chance, cette année sera encore une fois l’apogée de l’intersaison. Le CCS se mobilise pour vous préparer au mieux à la prochaine draft avec la présentation de profils détaillés des plus gros espoirs, mais aussi des bons coups que l’on pourrait trouver plus tard dans l’événement. Sans hiérarchie particulière, vous trouverez ici toutes les informations nécessaires pour connaître les futurs rookies, voire même les futures stars de la NFL.

Rashod Bateman

Bilan 2020

Bilan équipe : 2-3 (Matchs joués par Bateman)

Au milieu d’une B1G grandement chamboulée par la COVID, les Gophers ont pataugé dans un certain marasme ambiant après leur folle saison 2019. La défense de Minnesota n’était vraiment pas à la fête. L’attaque, elle, a été meilleure que son homologue sans pour autant soulever les foules (Humour). Bateman a participé comme il pouvait au rebond de son équipe, il a même été plutôt bon cette saison, au contraire de son QB Tanner Morgan, qui a lui clairement baissé de niveau. PJ Fleck, l’entraîneur, a aussi été en dedans sur la gestion des matchs. Deux facteurs prépondérants dans la baisse statistique de Minnesota et de Bateman. Cependant, sur les films, Rashod a bien montré qu’il avait toutes les qualités pour devenir un excellent WR au niveau supérieur.

Statistiques individuelles : 36 réceptions – 472 yards – 2 touchdowns

C’est une saison honnête pour Bateman sur le bilan comptable. Certes bien loin de ses marques stratosphériques l’année dernière, mais dans une saison en dent de scie comme celle-là, il ne fallait tout de même pas espérer des grandes envolées lyriques. Au moment de sa sélection à l’université en 2018, Rashod était considéré comme un bon receveur, noté 4 étoiles, 367ème joueur national, 61ème receveur et 40ème joueur de l’état de Géorgie, son état de naissance, par 247Sports. Durant ses années universitaires, il a donc montré l’étendue de son talent, de son potentiel, et de son travail. Sa technicité et son profil très complet plairont sûrement beaucoup aux scouts NFL. Bateman a tous les atouts pour devenir un WR1 en puissance.

Forces :

  • Body Control et Proprioception :

La proprioception est la capacité à situer son corps dans l’espace. Rashod Bateman est passé maître dans cet art. En effet, il connaît sa position exacte sur le terrain et par rapport au ballon à n’importe quel instant du jeu. Il connaît aussi la position de ses défenseurs autour de lui. Ainsi, il s’adapte parfaitement à la passe qui arrive et aux cornerbacks pour se donner les meilleures chances de réussir ses réceptions. Cette caractéristique le rend injouable en jump ball.

Rashod Bateman (#13 Blanc) part en fade dans la endzone, Jump Ball et touché juste avant la ligne pour le TD sous la pression du DB. On retrouve toutes les qualités du WR exprimées ci-dessus.

  • Ball Tracking :

Comme explicité en vitesse dans les lignes précédentes, Rashod connaît parfaitement où le ballon se trouve. Il suit des yeux les passes à la perfection et n’est jamais perdu à la retombée du ballon. Être au bon endroit au bon moment cela passe dans un premier temps par ce jeu de regard.

Regardez ici Rashod Bateman (#0 Jaune) qui ne perd jamais le ballon des yeux, s’ajuste et complète la réception. Splendide.

  • Jeu de jambes :

Il y a du Davante Adams chez Rashod Bateman. Vous avez bien lu. Bien sur le receveur du Minnesota n’est pas encore au niveau de celui du Wisconsin, mais dans quelques années il n’y aurait rien d’étonnant à ce que ces deux-là se tirent la bourre pour le meilleur release de la ligue. Au niveau CFB, Bateman a martyrisé ses vis-à-vis dès le snap du ballon avec un jeu de jambe rapide, léger et efficace. De la technicité jusqu’au bout des orteils.

Rashod Bateman (#13 Blanc, premier en bas de votre écran) dépose son vis à vis dés le snap de par son jeu de jambes et se libère facilement sur une slant.

  • Route Running :

Il n’y a pas que le jeu de jambes qui a été travaillé par Rashod, il y a aussi les tracés. Le route running de Bateman est impeccable. Il se démarque tranquillement sur beaucoup de ses jeux, juste en suivant ses routes à la perfection. Ses changements brutaux de directions et la patience avec laquelle il opère sont de grands atouts dans son jeu.

Ici Bateman (#13 Bordeaux), perd totalement son vis à vis sur une shake route. Simple, efficace, beau.

  • YAC :

Les YAC, ou yards after catch, sont simplement les yards que va gagner un receveur après sa réception. Et Bateman lui est devenu très bon dans ce domaine. Pourtant pas le plus rapide, pas le plus puissant, il arrive à avancer même après réception par son attitude au moment du catch et sa faculté à opérer dans des grands espaces. Lectures, accélération et intelligence sont les ingrédients de sa recette secrète.

Encore une fois une belle route courue par Rashod (#0 bordeaux) qui a une superbe attitude après réception pour aller chercher des yards supplémentaires.

Faiblesses :

  • Athlétisme :

Rashod Bateman n’est pas le meilleur athlète de la prochaine draft. Le joueur a une taille respectable mais n’est pas très rapide ou très puissant. Cela ne dessert pas son style de jeu mais cela pourrait le faire reculer un peu à la draft par rapport à d’autres receveurs ultra athlétiques qui pullulent aujourd’hui à tous les échelons du football.

  • Block :

Difficile de trouver des faiblesses dans le jeu de Bateman tant il paraît complet. S’il fallait ressortir un petit point faible, il serait possible de mettre en exergue ses lacunes en bloc. Dommage pour un homme de sa stature qui pourrait avoir un impact dans ce secteur.

Prédiction draft 2021

Deuxième partie de premier tour (15 – 30)

Une équipe qui sera intéressée : New York Jets

Les Jets, qu’ils se tournent ou non vers un nouveau quarterback, auront l’obligation d’entourer au mieux la pièce centrale de leur attaque. S’ils ont commencé à s’offrir des solutions à la passe l’an dernier, avec Denzel Mims, le corps de receveurs est encore trop faible. Rashod Bateman formerait une paire complémentaire avec Mims. Les Jets pourraient alors attaquer tous les niveaux du terrain par le jeu aérien, devenir dangereux. Dans l’effectif de New York, Bateman deviendrait indiscutablement le go to guy.

La Note du CCS : Tier A

Potentiel : Tier S = All Pro, Tier A = Excellent starter, Tier B = Starter, Tier C = Joueur de rotation, Tier D = Practice Squad

Rashod Bateman avance à la draft comme le meilleur technicien au poste de receveur. Le fruit de son talent et de son travail devrait lui assurer le premier tour. Et le joueur le mérite. Malgré lui, on le met aujourd’hui derrière le trio Chase, Smith, Waddle. La réalité pourrait être bien différente dans ce classement dans un an et certaines équipes qui le laisseront passer fin avril pourraient se mordre plus que leurs doigts…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :