NHL Sport US

NHL – Les revanchards de la saison

A chaque fin de saison, vient l’heure du bilan pour les différentes franchises et les joueurs. Les meilleurs sont récompensés tandis que les plus en difficultés sont sous le feu des critiques. Une longue intersaison pour ces derniers entre remises en question et reproches. Alors lorsque vient le début de la saison, ils arrivent avec une volonté de faire taire leur détracteur. La rédaction vous propose de faire un tour de ces joueurs revanchards et leurs premières performances depuis ce début de saison. 

Jeff Skinner, l’heure d’assumer son contrat 

L’ailier américain est dans la ligue depuis plusieurs saisons. Après de bonnes performances chez les Hurricanes avec plusieurs saisons à plus de 30 buts, il avait été transféré chez les Sabres contre un deuxième tour 2019, un troisième tour 2020 et un sixième tour 2020. De nombreux tours montrant l’importance qu’avait le joueur aux yeux de la franchise de Buffalo. Il était donc très attendu dans une franchise tentant de retrouver les séries. Il devient rapidement l’un des leaders offensifs de la franchise au côté de Jack Eichel. Il termine la saison avec 63 points inscrits dont 40 buts, un record personnel de sa part. L’ailier américain a semblé retrouver son niveau d’antan avec une efficacité retrouvée à hauteur de 14,9%. Cette saison-là, il a retrouvé son niveau affiché lors de son arrivée dans la ligue, saison où il avait remporté le trophée Calder.

Malheureusement ses performances n’ont pas permis aux Sabres de retrouver les séries, la franchise terminant à 22 points des Blue Jackets. Une grosse saison sur le plan personnel donnant des idées aux dirigeants des Sabres. En effet, la franchise a décidé de prolonger le joueur en fin de contrat pour 8 ans et 72 millions de dollars. Un gros contrat qui est apparu élevé pour un joueur performant mais pouvant être irrégulier. Pourtant la franchise lui fait confiance comme elle l’a fait lors de l’été 2018 où elle n’avait pas hésité à mettre plusieurs tours pour trouver un joueur capable de remplacer Ryan O’Reilly. Un gros contrat devant être justifié par une saison à un niveau similaire.

Jeff Skinner ( Getty Images )

Pourtant la saison ne s’est pas déroulée comme elle le devait. Le joueur n’a pas confirmé et les critiques se sont accumulées à son encontre. Il n’était que l’ombre de lui-même avec seulement 23 points dont 14 buts en 59 matchs. Le tueur qu’il était devant les filets adverses s’est mis à ronronner avec 7,7% d’efficacité. Une saison pas à la hauteur du contrat signé à l’intersaison. Pour certains observateurs, la dernière saison contractuelle de Jeff Skinner a beaucoup joué dans ses performances. Cette situation n’est pas inédite. De nombreux joueurs réalisent de très bonnes performances dans l’optique de signer un gros contrat mais ont du mal à confirmer celui-ci les années suivantes. Alors les Sabres ont-ils fait une erreur en signant un aussi gros contrat à Skinner ? Pour l’instant, il est difficile de le savoir. On peut mettre cette saison difficile sur le dos de la pression de signer un aussi gros contrat, devenant le deuxième joueur le mieux payer au sein de la franchise derrière Jack Eichel. 

Cette année, il arrive donc avec un goût de revanche pour montrer qu’il vaut le contrat signé lors de l’été 2019. Pour le moment, l’ailier américain évolue sur le quatrième trio au côté de Curtis Lazar et Riley Sheahan. Il avait débuté le camp d’entrainement sur le deuxième trio avant d’être rétrogradé par son entraineur. Pourtant Ralph Krueger s’est montré confiant à propos de son joueur:

 » Il a travaillé dur pendant l’intersaison. Il vient ici et pour nous, c’est important, quel que soit votre rôle, quel que soit votre niveau de compétence, c’est qu’en général, vous respectez les principes. Il continue de travailler là-dessus avec le personnel d’entraîneurs. Je pense qu’une fois qu’il lâchera et se détendra et fera confiance à son instinct, il va nous donner ce dont nous avons besoin, c’est-à-dire que nous devons marquer tout au long de l’alignement, et la configuration actuelle donnera à cette ligne l’occasion d’ajouter à notre attaque. « 

Ralph Krueger

Pour l’instant le joueur peine à lancer sa saison avec un seul point inscrit mais il est encore trop tôt pour se faire un avis sur sa saison. Les Sabres ne perdent pas espoir de le voir retrouver son niveau de jeu. Il pourrait revenir à son meilleur niveau avec Eric Staal, son ancien capitaine chez les Hurricanes. Ralph Krueger pourrait être tenté de revenir sur son plan de base avec un retour de Skinner sur le deuxième trio au côté de Staal. Mais avant cela, Jeff Skinner doit retrouver de la confiance pour faire taire les critiques. 

Taylor Hall, la rédemption en ligne de mire 

Il était le joueur automne le plus courtisé durant l’intersaison. Après deux saisons délicates marquées par les blessures et un échange chez les Coyotes, Taylor Hall comptait repartir de l’avant avec une nouvelle franchise. On s’est alors longtemps posé la question de savoir qu’elle équipe parviendra à signer l’attaquant canadien. Malgré un niveau loin de celui affiché lors de la saison 2017/2018 où il avait inscrit 93 points dont 39 buts lui permettant de remporter le trophée Hart, Taylor Hall reste un des joueurs importants de la ligue. Mais il faut reconnaître que depuis cette saison, Hall a connu des blessures et les interrogations autour de sa prolongation ne l’auront pas aidé à performer sur la glace.  

La saison dernière, il cumule avec les Devils et les Coyotes 52 points dont 16 buts. Il aura montré de meilleures choses lors des séries avec 6 points inscrits dont 2 buts en 9 matchs. Des performances intéressantes mais qui n’auront pas motivé le joueur à rempiler dans l’Arizona. Alors qu’on s’attendait à voir Hall dans une équipe jouant le titre, il a signé un contrat d’un an et 8 millions de dollars avec les Sabres. Une signature surprenante que ce soit dans le choix de la franchise ou dans le contrat. Cette arrivée dans la franchise de Buffalo s’apparente plutôt à une relance pour montrer qu’il peut retrouver son niveau. 

Dans une franchise en difficulté, Hall a tout pour se mettre en avant avec la possibilité d’être associé à Jack Eichel. Il aura la lourde tâche de faire remonter les Sabres dans le classement de la division est. Son objectif de retrouver une certaine efficacité devant la cage et ainsi pouvoir prétendre à un gros contrat la saison prochaine. Le joueur est en tout cas motivé pour cette saison: 

 » Mais je peux être un joueur très percutant et aider une équipe à gagner beaucoup de matchs, et je suis ici pour faire ça. « 

Taylor Hall ( TheAthletic )

Il s’est montré plutôt en forme en ce début de saison avec 6 points inscrits dont 1 but en 6 matchs. Il faudra voir s’il arrive à tenir sur une saison entière en étant épargné par les blessures. Si les performances individuelles sont à la hauteur et que les résultats collectifs sont satisfaisants, il pourrait tenter de s’inscrire à plus long terme du côté de Buffalo avec Jack Eichel.

Matt Murray, le retour du champion ?

Jamais un gardien n’avait autant connu une aussi grosse descente aux enfers en si peu de temps. Après avoir été l’un des architectes des victoires en 2016 et 2017 des Penguins, Matt Murray a connu des périodes difficiles. Pourtant la franchise de Pittsburgh avait placé beaucoup d’espoir en lui en le protégeant lors de l’expansion au profit de Marc André Fleury, légende de la franchise de Pennsylvanie. Depuis le départ de ce dernier, Matt Murray n’a pas réussi à reproduire ses performances. Pourtant Mike Sullivan et Jim Rutherford n’ont jamais cessé de lui accorder leur confiance. Mais les saisons s’enchainaient et Matt Murray perdait confiance en lui. Entre les blessures, les problèmes personnelles, le gardien canadien a eu du mal à retrouver ses esprits sur les patinoires de la NHL. Les critiques commençaient à s’élever au sein des fans de la franchise et beaucoup s’interrogeaient sur la capacité de Murray à mener les Penguins vers une dernière Stanley Cup sous l’ère Sidney Crosby.

On ne peut pas dire que Matt Murray a été mis de côté par son entraineur, ce dernier ayant connu le joueur lorsqu’il entrainait l’équipe affiliée aux Pens dans l’AHL. Il a toujours soutenu Matt Murray malgré les erreurs et les contre-performances. Lors de la saison 2017/2018, Murray réalise une saison mitigée avec des statistiques en baisse par rapport à ses deux premières saisons avec seulement 90,7% de sauvetages, 2,92 buts alloués en moyenne et 1 seul blanchissage. Pendant les séries, il a affiché des statistiques quasiment similaires mais il a réussi à mener les Penguins jusqu’au deuxième tour des séries où ils s’inclineront contre les Capitals.

Richard A. Whittaker/Icon Sportswire via Getty Images

Malgré de bonnes performances pendant les séries Matt Murray a souffert du comparatif avec Fleury qui a mené les Golden Knights jusqu’en finale du championnat. Voir son ancien coéquipier emmener sa nouvelle franchise vers les sommets alors qu’il a été inconstant tout au long de la saison a probablement été difficile à gérer pour lui. L’année suivante, après des critiques à son encontre, il montre les raisons qui ont motivées Jim Rutherford à en faire le gardien numéro 1 pour le futur de la franchise. Il termine la saison avec 91,9% de sauvetages, 2,69 buts alloués en moyenne et 4 blanchissages. Néanmoins lors des séries, il se retrouve en difficulté comme la majorité des Penguins et ne peut empêcher la défaite de son équipe en 4 matchs au premier tour contre les Islanders. Après cette défaite, il a été le gardien titulaire du Canada lors des championnats du monde où il reviendra avec la médaille d’argent après une défaite contre la Finlande 3 buts à 1. Un championnat du monde ressourçant où il termine avec des statistiques intéressantes avec 92,55% de sauvetages, 2,01 buts alloués en moyenne par match et 1 blanchissage. 

Il est revenu à Pittsburgh avec d’autres intentions mais il est rapidement malmené par les attaquants adverses. Alors qu’il avait toujours gardé la confiance de son entraineur, Tristan Jarry profite des mauvaises performances de Murray pour se montrer. Son ancien suppléant est même sélectionné au match des étoiles où il remplace Joonas Korpisalo. Matt Murray termine la saison avec 38 matchs joués, 89,9% de sauvetages, 2,87 buts alloués en moyenne par match et 1 blanchissage tandis que Jarry termine la saison avec 92,1% de sauvetages, 2,43 buts alloués en moyenne et 3 blanchissages. Des performances nettement supérieures mais pourtant Murray est désigné gardien numéro 1 lors de la reprise au tournoi de qualification contre les Canadiens.

Malheureusement, il commet des erreurs lors du troisième match et se retrouve remplacé pour le quatrième match par Jarry. Ce remplacement ne changera rien à la série, les Penguins s’inclinant lors de ce dernier match. Pourtant Tristan Jarry a montré de très bonnes choses pour essayer de maintenir les Penguins dans la série. Avec cette performance et le match 3 manqué par Murray alors que la franchise de Pittsburgh menait 3/1, la carrière de Murray en Pennsylvanie semblait terminé. Les deux gardiens étaient en fin de contrat et Jim Rutherford a fait le choix de prolonger Jarry pour 3 ans et 10,5 millions de dollars tandis que Murray est envoyé chez les Senators en échange d’un deuxième tour des repêchages 2020 et d’un jeune joueur. L’ère Matt Murray ne s’est pas terminé de la meilleure des manières mais il fallait un nouveau départ pour ce joueur vainqueur de la Stanley Cup lors de ses deux premières saisons dans la ligue. 

Un nouveau départ dans la capitale canadienne dans un projet en construction. Il vient apporter son expérience à cette jeune équipe mais aussi pour se relancer et montrer qu’il peut retrouver son niveau affiché lors des deux victoires des Penguins. 

Il arrive dans une franchise avec moins de pression et une obligation de victoire moins importante, l’équipe étant toujours en reconstruction. Il a signé un contrat de 4 ans et 25 millions de dollars. Il s’inscrit dans la durée pour la franchise et pourrait être un élément déterminant pour les ramener dans les séries. Le gardien canadien semble motivé pour cette nouvelle saison:

 » Il est important de traiter l’entraînement comme si c’était presque un match. Nous allons avoir des mêlées . Vous devez profiter du temps dont nous disposons. C’est une situation nouvelle, mais c’est la situation dans laquelle nous nous trouvons, et tout le monde est dans le même bateau. »

Matt Murray

Pour l’instant, Matt Murray alterne le bon et moins bons. On notera sa très bonne performance contre les Leafs où il réalisera 40 arrêts et 92,5% de sauvetages même si la franchise s’inclinera 3 buts à 2. Lors du match contre les Jets, il est remplacé après le deuxième tiers par Marcus Hogberg après avoir encaissé 4 buts en 26 tirs. Difficile d’évaluer les performances de Murray avec un groupe aussi jeune et une défense en difficulté. Matt Murray essayera de se relancer dans son pays. Le joueur possède un vrai talent mais il continue de trainer le comparatif entre lui et Fleury. Avec la décision de le conserver, il s’est mis la pression et n’a jamais su rebondir. Avec moins de pression et d’ambitions pour cette saison, c’est le moment idéal de prendre confiance. 

P.K. Subban, le réveil du vétéran 

L’ancien défenseur des Canadiens et des Predators a connu une saison compliquée. Outre la déception des Devils dans l’ensemble avec des résultats à l’opposé de ce qu’on s’imaginait après tous les mouvements réalisés durant l’intersaison, P.K. n’a pas convaincu. Le mélange entre expérience et jeunesse n’aura pas fonctionné. La franchise a alors fait de nombreux changements à l’intersaison pour laisser la place aux jeunes mais P.K. Subban a été conservé dans l’effectif. Peut-être que son contrait ne facilitait pas les échanges mais il pouvait intéresser certaines franchises qui voudraient apporter un joueur d’expérience, capable de rendre des services à certaines franchises.

Lors de sa première saison dans le New Jersey, Subban n’a pas réussi à apporter ce qu’on attendait d’un joueur comme lui. Avec seulement 18 points inscrits dont 7 buts en 68 matchs, il réalise sa pire saison en carrière. Sur le plan défensif, il réalise 90 tirs bloqués et 88 mises en échec. Des statistiques honorables qui restent bien loin de ses anciennes performances. Il n’aura pas réussi à apporter le leadership qu’on attendait de lui. Il possède le deuxième pire +/- de la franchise la saison dernière avec -21. Cette statistique peut s’expliquer par le deuxième plus gros temps de présence sur la glace avec 22 minutes et 7 secondes. 

Jess Starr/The Hockey Writers

L’ancien vainqueur du trophée Norris n’a pas été son aise, subissant de nombreuses critiques. Les blâmes à l’encontre des Devils ont été centrés sur lui, Subban étant considéré comme responsable de tous les maux de son équipe. Le joueur a voulu prendre la responsabilité de la mauvaise saison des Devils lors d’une entrevue avec Mike G. Morreale du site NHL.com: 

 » Je pense que d’une certaine manière, j’ai peut-être échoué à rendre meilleurs mes coéquipiers à certains moments de la saison. Je comprends aussi que c’est une équipe jeune, donc c’est un processus. J’ai toujours le sentiment que je peux m’améliorer, c’est pourquoi je veux continuer à travailler avec notre personnel d’encadrement et mes coéquipiers.  »

P.K. Subban ( traduction danslescoulisses.com ).

Le joueur est motivé cette saison pour faire des Devils une meilleure équipe cette saison:

 » Un autre élément de l’année dernière a été de m’adapter à une nouvelle équipe et de nouveaux coéquipiers. Ça peut être difficile parfois. Mais je sens que nous sommes en meilleure position présentement que nous l’étions l’année passée. « 

P.K. Subban

Cette année, il revient avec de nouvelles intentions et cherche à prendre plus de responsabilités. Depuis le début de saison, il n’a inscrit que 1 point mais il a un temps de présence sur la glace de 25 minutes et 21 secondes. Un temps de glace conséquent qui montre la volonté du joueur d’aider la franchise. Il fait partie des joueurs qui cristallisent les observateurs entre ceux qui l’adorent et ceux qui le critiquent. Il sait qu’il a beaucoup de choses à montrer. On espère revoir P.K. Subban à un bon niveau pour aider les jeunes joueurs à s’intégrer dans la ligue. Il faudra espérer qu’on entende plus parler de ses performances sur la glace que de sa vie privée.

Kessel, la revanche du vétéran

L’ancien attaquant des Bruins, des Leafs et des Penguins a été en difficulté lors de sa dernière saison du côté des Coyotes. Il termine la saison avec 38 points inscrits dont 14 buts, son plus faible total depuis la saison 2007/2008. Il n’a jamais réussi à s’adapter à sa nouvelle équipe. Pourtant, l’ailier américain avait accepté d’être transféré dans cette équipe pour retrouver Richard Tocchet, ancien adjoint chez les Penguins. Un entraineur important qui pouvait lui permettre de trouver un nouveau défi après avoir été couronné de succès chez les Penguins. 

Malheureusement la saison ne s’est pas passée comme prévu. L’attaque des Coyotes a été en difficulté malgré l’arrivée de Hall en cours de saison. Ils n’ont jamais réussi à trouver d’alchimie. Une saison difficile pour Kessel qui a subi de nombreuses critiques, les observateurs s’interrogeant sur sa capacité à mener une franchise vers les sommets. Il est difficile de le critiquer quand on voit le chantier autour de lui. L’ailier américain est passé d’une franchise avec de futurs joueurs du temple de la renommée, comme Sidney Crosby ou encore Evgeni Malkin, à une franchise en reconstruction. Pendant les séries, il n’a pas réussi à faire mieux en inscrivant 4 points dont 1 but en 9 matchs. Le joueur connu pour son efficacité devant les filets n’a pas été à son avantage avec 9,2% d’efficacité au cours de la saison régulière et 4,5 lors des séries. 

Christian Petersen/Getty Images

La saison dernière a été compliquée entre une production en berne et des blessures à répétition. Le joueur a perdu confiance et le contexte autour de la franchise de l’Arizona n’a pas aidé. Il ne faut pas oublier que Kessel a rarement manqué des matchs. Ainsi, il n’a plus manqué un match depuis le 31 octobre 2009. L’une série des plus longues dans l’histoire de la ligue qui pourrait se poursuivre encore une fois cette année. Après cette saison difficile, Kessel a profité de l’intersaison pour se reposer et soigner son corps. Son entraineur espère bien le revoir cette saison avec de nouvelles intentions pour apporter un vent de fraicheur à sa franchise: 

 » Phil doit se sentir bien dans sa peau. C’est un tireur, et beaucoup de fois l’an dernier, pour une raison quelconque pour laquelle je ne vais pas entrer, il a raté beaucoup de tirs. Peut-être ne sentait-il pas bien mentalement ou physiquement. Je pense qu’il est rafraîchi…. Vous devez le prendre et le tirer, c’est pourquoi nous l’avons eu. Pour ce faire, vous devez être en bonne forme physique, mentalement frais et vous devez juste le vouloir. Phil a ces attributs, il doit juste les assembler cette année. « 

Richard Tocchet

Le joueur sait qu’il a beaucoup de choses à prouver cette saison pour montrer qu’il peut performer même sans Crosby et Malkin. Il a parfaitement commencé sa saison avec déjà 4 buts inscrits. Dans une équipe en reconstruction, Phil Kessel tentera d’apporter son expérience pour aider les jeunes Coyotes à s’acclimater à la ligue. 

Ces joueurs vont être à suivre attentivement en ce début de saison. On peut citer d’autres joueurs tels que Jacob Trouba, Tyson Barrie ou encore Sergueï Bobrovsky qui auront à coeur de se reprendre après une saison en demi-teinte. Cette année est l’heure ou jamais pour ces joueurs de reprendre leur esprit au risque d’avoir du mal à trouver une autre place dans une franchise.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :