Omnisport Rugby

Preview VI Nations 2021 – L’éclosion des fleurs d’Écosse ?

Dans des conditions sanitaires encore floues, le traditionnel Tournoi des VI Nations va faire son retour le samedi 6 février prochain. À cette occasion, le CCS vous propose une présentation de chacun des participants à cette nouvelle édition qui s’annonce palpitante. On continue avec l’Écosse, nation qui espère retrouver son lustre d’antan grâce à une génération dorée.

Le groupe

Depuis 2017, et l’éviction de Vern Cotter, Gregor Townsend est à la tête de la sélection écossaise. 4 ans plus tard, donc, ce dernier est encore là grâce à des résultats convaincants dans le jeu (pas toujours envolé cependant) qui se traduisent moins par les résultats, même s’ils ne sont pas catastrophiques pour autant. Ce qui a mené la fédération à prolonger son contrat jusqu’en 2023, il y a de ça un petit mois. Sur la totalité de son mandat, l’Écosse n’a jamais fini à la dernière place du 6 nations et à réussi à se hisser sur le podium en 2018 (3ème). Pourtant, Townsend ne fait pas tout le temps l’unanimité, que ce soit dans les médias ou avec ses joueurs. Mais la dentelle ne fait pas partie du vocabulaire de Townsend qui n’a pas hésité à évincer son meilleur joueur Finn Russell lors de l’année 2020 pour des divergences d’opinion, et cela contre vents et marées. Gregor Townsend assume ses choix, voyons ceux qu’il a fait pour le 6 nations 2021 :

Piliers gauches : Allan Dell (London Irish/ANG), Ollie Kebble (Glasgow), Rory Sutherland (Edimbourg)

Talonneurs : Ewan Ashman (Sale/ANG), David Cherry (Edimbourg), Grant Stewart (Glasgow),  George Turner (Glasgow)

Piliers droits : Simon Berghan (Edimbourg), Zander Fagerson (Glasgow), Wille Nel (Edimboug)

2e lignes : Alex Craig (Gloucester/ANG), Scott Cummings (Glasgow), Grant Gilchrist (Edimbourg), Jonny Gray (Exeter/ANG), Richie Gray (Glasgow)

Flanker : Jamie Ritchie (Edimbourg), Blade Thomson (Scarlets/PdG), Hamish Watson (Edimbourg)

N°8 : Matt Fagerson (Glasgow), Garry Graham (Newcastle/ANG)

Demis de mêlée : Ali Price (Glasgow), Scott Steele (Harlequins/ANG)

Demis d’ouverture : Finn Russell (Racing92/FRA), Jaco Van Der Walt (Edimbourg)

Centres : Chris Harris (Gloucester/ANG), Huw Jones (Glasgow), James Lang (Harlequins/ANG), Cameron Redpath (Bath/ANG), Duncan Taylor (Saracens/ANG)

Ailiers : Darcy Graham (Edimbourg), Sean Maitland (Saracens/ANG), Byron McGuigan (Sale/ANG), Duhan Van Der Merwe (Edimbourg)

Arrière : Stuart Hogg (Exeter/ANG), Blair Kinghorn (Edimbourg)

L’équipe type

Une composition type probable de l’équipe écossaise durant le VI Nations. (Erratum : George Turner devrait être le numéro 1 au Talon)

C’est une équipe écossaise avec des bases solides qui s’avance pour ce tournoi 2021. Les cadres sont toujours là, à commencer par le capitaine Stuart Hogg et ses 80 sélections, ainsi que la Seconde ligne titulaire qui s’est imposée ces dernières années : Scott Cummings et Jonny Gray. Les jeunes joueurs très en vue lors de l’Autumn Nations Cup et le dernier tournoi vont pouvoir continuer de progresser dans une équipe résolument tournée vers l’avenir. On pense notamment aux Troisièmes lignes Matt Fagerson et Jamie Ritchie qui ressemblent déjà à des tauliers pour les résidents de Murrayfield. Mais aussi aux jeunes très talentueux sur les ailes : Darcy Graham et le sud-africain d’origine Duhan Van Der Merwe, qui a fini deuxième meilleur joueur de la dernière compétition européenne derrière Brice Dulin.

Ali Price s’est imposé comme le successeur légitime de Laidlaw mais surtout, il retrouvera son compère, le magicien du Racing Fin Russell qui avait passé l’année 2020 loin de la sélection la faute à un conflit interne avec son sélectionneur puis à une blessure à l’aine. Ses capacités et ses 50 sélections serviront grandement à aider les jeunes joueurs. Il y aura effectivement 4 bizuths dans le groupe écossais. Si les avants, Ashman, Cherry et Craig se verront sûrement barrés par la concurrence, la pépite Cameron Redpath pourrait étonner tout son monde à tout juste 21ans.

Le Joueur à suivre

Cameron Redpath

Cameron Redpath en ce début d’année avec Bath. (crédit photo : planetrugby.com)

Les anciens connaitront sans nul doute Bryan Redpath, ancien demi-de-mêlée écossais, avec 60 capes au compteur de 1993 à 2003. Durant deux saisons, ce petit 9 a fait les beaux jours du RC Narbonne, et c’est durant ce laps de temps qu’il eut la chance d’avoir un fils : Cameron Redpath. Bryan ensuite parti à Sale pour finir sa carrière. C’est donc en Angleterre que Cameron grandit et fit ses classes de rugby dans les traces de son papa. Aujourd’hui Cameron à 21 ans, et pour la première fois de sa vie il répond favorablement à l’appel de la sélection écossaise. Pourtant, ce n’est pas la première fois que le jeune ouvreur ou centre doit répondre à une convocation. En effet Cameron avait été appelé par Eddie Jones en 2018 pour une tournée estivale, convocation qu’il a dû refuser suite à une blessure au genou. Vous l’aurez donc compris, Cameron Redpath aurait pu être un joueur du XV de la rose, lui qui avait fait toutes les sélections jeunes avec cette nation. Il n’en sera rien puisque c’est bien avec l’Écosse, comme son père, qu’il jouera désormais au rugby sur la scène internationale. Gregor Townsend se réjouit amplement de l’arrivée de ce joueur dans sa sélection : « C’est déjà un excellent joueur, nous avons de grands espoirs de ce qu’il peut faire à l’échelon international du rugby ».

France-Angleterre lors du 6 Nations U20 2018, Cameron Redpath, jouant alors pour les espoirs du XV de la Rose, inscrivait le seul essai de la victoire anglaise.

Le choix de Redpath a été murement réfléchi. Conscient qu’il était barré en Angleterre par Farrell et Slade à son poste, la sélection de l’Écosse lui offrait une place de choix dans une nation du rugby qui monte actuellement. De plus, avec son talent et ses qualités naturelles de 5/8ème il coche toutes les cases pour jouer au poste de 12 dans l’équipe de Townsend, un poste qui a donc peut être trouvé chaussure à son pied. Redpath garde tout de même la tête sur les épaules et sait qu’un gros travail l’attend pour briller pendant le tournoi, dans un entretien il annonçait « Les compétences techniques en tant que 12 joueur de balle sont énormes, si je ne les ai pas je ne réussirai pas […] c’est quelque chose qui devra être constamment là ». Avec son 1m88 Cameron sait aussi qu’il doit travailler son physique qu’il admet comme être un point faible dans son jeu « Je n’ai jamais été vraiment un gars physique, mais je vais devoir développer mon jeu pour le devenir ». Au vu de ses qualités et de son niveau de jeu affiché avec Bath cette saison, Cameron Redpath pourrait être LA révélation de ce tournoi des VI nations 2021.

La dynamique

Le XV du chardon a des résultats en dents de scie. Même si l’équipe semble s’imposer comme la nation numéro 4 en Europe. 4 c’est d’ailleurs sa place lors de l’Autumn Nation Cup. Une 4ème place que l’on qualifiera d’encourageante.

Les résultats de l’Ecosse en 2020 :

Tournoi des 6 Nations – 01/02 – Irlande 19-12 Écosse
Tournoi des 6 Nations – 08/02 – Écosse 6-13 Angleterre
Tournoi des 6 Nations – 22/02 – Italie 0-17 Écosse
Tournoi des 6 Nations – 08/03 – Écosse 28-17 France
Tournoi des 6 Nations – 31/10 – Pays de Galles 10-14 Écosse
Autumn Nations Cup — 14/11 – Italie 17-28 Écosse
Autumn Nations Cup — 22/11 – Écosse 15-22 France
Autumn Nations Cup — 28/11 – Écosse 28-0 Fidji
Autumn Nations Cup — 05/12 – Irlande 31-16 Écosse

Bilan : 5 Victoires (dont 1 sur tapis vert) – 4 défaites

Les copies de l’Écosse ne sont pas parfaites certes, mais elles sont souvent pleines d’envie et avec une certaine continuité dans le système et le jeu. Et surtout même dans la défaite, les scores sont serrés, accrochés. Des bons points pour le XV du chardon qui avec un peu plus d’application et un peu de réussite, aurait pu faire basculer les nations les plus fortes de l’Europe, surtout l’Irlande vieillissante.

Gregor Townsend amène son groupe dans la bonne direction. La construction de son effectif et le jeu qu’il propose sont stratégiquement au point. Les joueurs écossais arrivent à maturité et ont aussi l’avantage d’évoluer pour la plupart à Edimbourg et Glasgow, des automatismes existent. Les autres jouent pour des top teams du championnat anglais pour la plupart. Les bons résultats ne sont donc pas des coups de chances et s’inscrivent dans une logique, un développement qui continue son chemin pour arriver à terme dans peu de temps.

Les attentes

Calendrier de l’Ecosse pour le VI nations 2021 (crédit : lequipe.fr)

Les Écossais ne remporteront pas le tournoi des VI nations 2021. Enfin les chances existent mais elles sont très maigres. Surtout quand l’on voit les deux ogres européens (France et Angleterre) qui semblent intouchables. Néanmoins, il n’y aurait rien d’étonnant à voir le XV du chardon finir à la troisième place, à la lutte avec l’Irlande et le Pays de Galles.

Sur le plan individuel, des joueurs vont vouloir tirer leur épingle du jeu sur ce tournoi. A commencer par Cameron Redpath qui a une vraie chance de gagner sa place au poste de premier centre. Finn Rusell doit aussi montrer qu’il est bien un élément indispensable pour cette équipe qui s’était pourtant très bien débrouillée sans lui. La troisième ligne doit continuer sur sa lancée. Une place de titulaire indéboulonnable reste aussi à pourvoir au talon avec un groupe de position étoffé dans ce sens.

Stuart Hogg capitaine courage d’une équipe d’Écosse aux dents longues. (crédit photo : planetrugby.com)

Les espoirs sont bien présents à Murrayfield, Stuart Hogg annonçait au Guardian le 29 Janvier « Le plus important pour nous, c’est de croire en nos propres capacités. Je ne vais pas rester ici et dire que nous allons gagner le Six Nations parce que tout ce que nous faisons pour l’instant est de nous concentrer sur l’Angleterre. Mais je suis vraiment excité : le match de la semaine prochaine sera un gros match test ». Il n’a pas non plus mâché ses mots sur ce qui sera le facteur X des victoires pour lui : son coéquipier Finn Russell « nous sommes très chanceux de l’avoir sous un maillot écossais. Il est le métronome de notre jeu… quand il est dans son match, nous devenons durs à arrêter. ».

L’Écosse commencera son tournoi part un énorme morceau, l’Angleterre, à Twickenham. L’occasion de réaliser un coup mémorable comme ils avaient pu le faire en 2019 finissant avec le match nul 38-38 au terme d’un scénario incroyable (menés 31-0). Les Écossais recevront 3 fois dans ce tournoi, le Pays de Galles, L’Irlande et l’Italie. 3 matchs totalement à la portée des bleus et blancs. Enfin, nous, spectateurs avertis, auront droit à la Belle entre l’Écosse et la France, rencontre toujours incertaine.

Le pronostic du CCS :

Le calendrier est favorable aux Écossais pour obtenir un bilan positif. Sur le papier les rencontres à domicile sont toutes à l’avantage des hommes au chardon, même si sans spectateurs, coronavirus oblige, difficile de dire si un avantage du terrain existe réellement. Cependant, un coup à l’extérieur n’est pas à exclure non plus avec cette équipe.

Consensus : Quatrième place

Retrouvez ici l’ensemble de nos previews du Tournoi 2021 :

Preview VI Nations 2021 – L’enfer promis à l’Italie ?

(4 commentaires)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :