NHL Sport US

Samuel Poulin et Nathan Légaré: l’histoire d’une amitié hors du commun

Le monde du hockey est rempli de nombreuses histoires incroyables. Celle qu’on s’apprête à vous raconter est peu commun. Deux joueurs, Samuel Poulin et Nathan Légaré se connaissent depuis leur tendre enfance. Ils connaissent un parcours croisé dans les ligues mineures québécoises avant d’être repêchés en NHL par la même équipe: les Penguins de Pittsburgh. Le monde la NHL est sauvage et imprévisible mais les deux attaquants devraient évoluer ensemble pour leurs débuts dans la grande ligue. Récemment, Poulin a été transféré dans la même franchise que Légaré en LHJMQ, renforçant un peu plus le lien mutuel qui unit les deux québécois.

La genèse d’une amitié 

Il faut croire que cette amitié entre les deux joueurs était inévitable. Dès leur naissance, seulement une quarantaine de kilomètres séparait les deux, Samuel Poulin étant né à Blainville tandis que Nathan Légaré voyait le jour à Montréal. Samuel vit rapidement dans le monde du hockey grâce à son père Patrick Poulin qui cumule plus de 600 matchs en NHL avec les Hawks, le Lightning et le Habs. Pour sa part, Nathan grandit à Saint-Eustache dans le même quartier qu’un certain Alexis Lafrenière, jouant avec ce dernier sur le même trio au niveau pee-wee jusqu’au widget AAA. Pour en revenir à la rencontre entre Poulin et Légaré, les deux Québécois se rencontrent à 7 ans lorsque le père de Poulin décide de recruter Nathan pour faire une équipe avec son fils. En effet, Patrick Poulin recrutait les meilleurs joueurs de la région pour faire des tournois. Rapidement Nathan et Samuel deviennent amis et font de nombreux tournois ensemble à travers le Canada. Une amitié naissante entre les deux joueurs qui continuera au fil des années. Même s’ils n’ont jamais évolué dans les mêmes équipes durant leur enfance, ils ont continué à jouer ensemble durant l’été avec le père de Samuel. 

Dans les différentes ligues inférieures, Nathan évolue pendant plusieurs saisons chez les Mille-îles Seigneurs Bantam AA. Il y retrouve son autre ami: Alexis Lafrenière avec qui il évolue sur le même trio. Pour sa part, Samuel Poulin évolue avec les Laurentides Conquérants puis le collège Esther-Blondin Phénix. Les deux joueurs se rencontrent à plusieurs reprises sur la glace et doivent s’affronter. Comme ils aiment le dire «  Pas d’amis sur la patinoire ». Cette amitié va prendre une autre dimension lorsque Nathan rejoint les Vikings de Saint-Eustache dans la QMAAA. Les deux joueurs s’affrontent régulièrement lors de la rivalité opposant leurs équipes respectives. Une situation particulière pour eux qui ne les empêchait pas de rester amis en dehors de la patinoire. 

Ils montrent dès leurs débuts qu’ils ont une certaine facilité avec le palet. Ils se montrent très à l’aise devant les filets adverses et sont promis à un grand avenir. Lors des repêchages 2017 de la LHJMQ, il n’est pas étonnant de retrouver les deux jeunes québécois dans les premières positions. Samuel Poulin est le premier à être repêché en deuxième position, juste derrière Alexis Lafrenière,  par les Phoenix de Sherbrooke. Nathan Légaré ne patiente pas plus longtemps puisqu’il est repêché par les Drakkar de Baie-Comeau en sixième position.

Les deux amis l’ont fait: ils sont tous les deux dans la ligue majeure québécoise. Après plusieurs années à s’affronter à travers les différentes ligues du pays, ils vont continuer à être adversaires dans la même ligue. 

Un parcours croisé dans la ligue junior 

Pour leur première année en ligue junior, les deux québécois montrent de bonnes choses. Nathan termine sa première saison avec 29 points inscrits dont 10 buts tandis que Samuel inscrit 45 points dont 16 buts. Des débuts prometteurs même si les deux joueurs sont dans l’ombre de la star de la ligue: Alex Lafrenière qui marque 80 points dont 42 buts pour sa première saison. Un petit temps d’adaptation pour les deux amis qui vont définitivement se montrer l’année suivante en affolant les statistiques. Ainsi Nathan Légaré affole les statistiques avec 87 points inscrits dont 45 buts, lui permettant de terminer deuxième meilleur buteur de la ligue. Une bonne deuxième saison après la première plus délicate où le joueur a eu du mal à s’imposer, se plaignant à de nombreuses reprises de son temps de jeu. Son directeur général du Drakkar, Steve Ahern confirmait les difficultés de Nathan par rapport aux comparaisons avec son ami Lafrenière:  

« Souvent, tu termines ton match, tu as joué douze minutes, tu appelles tes parents. Ils n’ont pas vu le match, mais ils te disent que tu devrais jouer plus, que tu es un choix de première ronde. Ensuite tu appelles ton chum de l’autre bord du fleuve. Il joue 30 minutes par soir et il produit. L’année précédente, tu produisais autant que lui. Là tu te dis : « Pourquoi moi je n’ai pas autant de temps de jeu alors que je suis aussi bon? » Quand tu as 16 ans, tu n’as peut-être pas la même vision des choses que quand tu en as 17 et que tu as un peu plus de vécu. Et Nathan, c’est un gars qui est sincère, franc, qui dit ce qu’il pense. ».

Steve Ahern (RDS)

Une adaptation difficile mais sa deuxième saison montre qu’il a réussi à s’adapter et devenir plus mature sur la glace. 

Samuel Poulin affole lui aussi les statistiques avec 76 points inscrits dont 29 Buts mais c’est surtout durant les séries qu’il se fait remarquer avec 14 points inscrits dont 8 Buts en 10 matchs. Il mène son équipe jusqu’en quart de finale avant de s’incliner contre les Voltigeurs de Drummondville. 

A la fin de la saison, les deux Québécois sont candidats pour les repêchages 2019 en NHL. Pour se préparer au mieux, ils se retrouvent chez eux pour s’entrainer. Néanmoins les deux joueurs n’ont pas les mêmes rapports pour les repêchages. Nathan Légaré, malgré des bonnes performances, occupait le 64ème rang à la mi-saison pour les prochains repêchages. Beaucoup de critiques émergeaient concernant ce classement mais le joueur a lui-même reconnu qu’il avait fait abstraction de tout ça pour se concentrer sur ses performances. Certains s’inquiétaient de son gabarit imposant et de sa vitesse moins rapide que d’autres joueurs. Pour sa part, Poulin est attendu rapidement au premier tour. Même s’il n’est pas cité parmi les premiers noms qui devraient sortir, les observateurs le voient en fin de premier tour. 

Lors des repêchages, Samuel Poulin est le premier à sortir en 21ème position avec les Penguins de Pittsburgh. Pour Nathan, il faudra attendre le lendemain pour être repêché. Mais finalement il est repêché en 74ème position par les mêmes Penguins. La franchise de Mario Lemieux a décidé de sacrifier trois tours de repêchages pour récupérer un troisième tour des Coyotes. Un gros pari que les Penguins ont voulu expliquer:

« Il était tellement haut sur notre liste qu’à un moment, notre recruteur-chef a dit qu’il allait essayer d’acquérir un choix de troisième ronde et Jim a réussi. Des fois, c’est bon d’avoir beaucoup de choix, mais nous avons décidé d’y aller pour la qualité cette année. »

Luc Gauthier, dépisteur québécois des Penguins ( NHL )

Une agréable surprise pour les amis qui se retrouvent repêchés par la même franchise, passant l’été ensemble à travailler avec lors du camp de développement des Penguins en juin. Ils retournent ensuite s’entrainer au Québec avec Stephane Dube. Ils sont rapidement rejoints par Lafrenière mais aussi Charles Hudon et Antoine Roussel. La belle histoire ne s’est pas terminée là. En effet, ils ont eu l’occasion de jouer des matchs de présaison. Ils n’ont pas semblé être impressionnés par l’événement, Nathan Légaré inscrivant même un doublé en 23 secondes lors de la victoire 4/1 contre les Blue Jackets de Columbus. Ses bonnes performances lui ont permis d’obtenir un premier contrat professionnel comme son ami d’enfance. 

MATT SUNDAY / DKPS

La belle histoire continue entre les deux amis qui sont renvoyés en LHJMQ pour se développer un peu plus. Capitaine respectif de leur franchise, ils continuent à enchaîner les points, dépassant une nouvelle fois les 70 unités et les 30 buts. 

Les deux Québécois font partie des joueurs les plus en vue en LHJMQ mais ils n’ont pour l’instant jamais eu l’occasion d’évoluer ensemble. Repêchés par la même franchise, ils pourraient connaitre un futur en commun pour devenir un duo impressionnant dans la ligue.

Un avenir en commun ?

Hormis avec les équipes jeunes du Canada, ils n’ont jamais évolué ensemble. Néanmoins les repêchages ont changé beaucoup de choses. Avec les Penguins, les deux Québécois ont peut-être l’opportunité d’évoluer à l’avenir ensemble surtout quand on sait que la franchise de Mario Lemieux compte beaucoup sur eux à l’avenir. Certes, la franchise de Pittsburgh a pour l’instant préféré les laisser se développer dans la ligue junior québécoise mais ils pourraient rapidement se glisser dans l’attaque des Penguins. En effet, les deux joueurs sont prêts physiquement avec deux gabarits imposants. Contrairement à certains jeunes joueurs, ils ont un physique qui pourra s’adapter facilement à la dureté de la ligue.

Mais comme depuis le début, leur histoire est faite de rebondissements et de surprises. Tout a commencé fin décembre lorsque le Drakkar décide de céder Nathan Legare à Val-d’OR en échange de Justin Sullivan et de cinq choix pour les repêchages. Un premier rebondissement dans la ligue, Nathan Légaré rejoignant une des équipes favorites pour le titre. Mais lors du dernier jour des transactions 2021, le Phoenix échange Samuel Poulin au Val-d’Or contre trois choix pour les repêchages. Les deux amis se retrouvent à jouer cette saison pour la même équipe. Ils vont évoluer sur le même trio probablement au côté d’un autre grand espoir canadien: Jakob Pelletier. Une arrivée qui ravit Nathan Légaré:

« On pensait que c’était quasiment impossible d’avoir les éléments pour faire l’échange. Quand j’ai été échangé à Val-d’Or, on en a parlé et on se disait que ce serait débile. On se mettait à rêver un peu, mais on demeurait réalistes en même temps. On savait que ce serait difficile. »

Nathan Légaré
André Émond, LHJMQ

Ils rejoignent une équipe ayant pour ambition de remporter le titre. Ils savent que la pression est grande après ces différents transferts mais ils ne sont pas effrayés par cette perspective:

« J’ai toujours voulu gagner dans cette ligue-là. Comme joueur de hockey, je suis très compétitif. En faisant partie de cette équipe-là, c’est sûr qu’on met les chances de notre côté pour ramener le championnat à Val-d’Or, et je vais tout faire pour aider cette équipe-là à gagner. »

Samuel Poulin

Cette saison, les Penguins ont décidé de ne pas mettre les deux joueurs dans la « Taxi Squad ». La franchise de Pittsburgh a toujours pour objectif la Stanley Cup et ne pense pas pouvoir donner assez de temps jeu aux deux jeunes québécois. Mais il est probable qu’ils commencent à faire leurs débuts la saison prochaine. Ils pourraient évoluer sur le même trio au côté de joueurs comme Sidney Crosby ou Evgeni Malkin. Ce qui est sur: les Penguins ont placé beaucoup d’espoirs sur les deux jeunes. Ils incarnent le futur de l’attaque de la franchise de Mario Lemieux.

Les deux joueurs ont commencé très tôt à se côtoyer. A travers les années dans les différentes ligues, ils ont progressé chacun de leur côté, s’affrontant à de nombreuses reprises. Les repêchages 2019 marquent le début d’une possible belle histoire entre ces deux amis d’enfance qui pourraient écrire une belle page dans la franchise de Pittsburgh. L’avenir des Penguins prend un accent québécois avec Pierre-Olivier Joseph qui fait le bonheur de son équipe en ce début de saison. Ils pourraient rapidement le rejoindre la saison prochaine pour former un trio québécois prometteur. En attendant, ils auront à coeur de remporter un premier trophée ensemble lors de cette saison dans la ligue majeure québécoise. 

(1 commentaire)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :