Omnisport Rugby

Preview VI Nations 2021 – Le XV du poireau simple spectateur ?

Dans des conditions sanitaires encore floues, le traditionnel Tournoi des VI Nations va faire son retour le samedi 6 février prochain. À cette occasion, le CCS vous propose une présentation de chacun des participants à cette nouvelle édition qui s’annonce palpitante. On continue avec le Pays de Galles, nation à la croisée des chemins entre une génération vieillissante et la jeunesse qui peine à s’installer.

Un effectif expérimenté sans renouvellement 

Wayne Pivac n’a pas beaucoup d’options pour faire son effectif. Entre les blessures et le peu de choix à sa disposition, on retrouve alors les mêmes joueurs cadres de l’ère Gatland. Il s’appuie sur les différentes franchises du Pro14 que ce soit les Ospreys, les Blues de Cardiff, les Scarlets et les Dragons. Pour les joueurs évoluant à l’étranger, il faut avoir au moins 60 sélections pour être appelés sauf dérogation obtenue. Beaucoup d’inconvénients pour le sélectionneur néo-zélandais pour faire une équipe capable de lutter avec les deux machines européennes que sont la France et l’Angleterre.

Piliers gauches: Wyn Jones ( Scarlets ), Rhys Carré ( Cardiff Blues ), Rhodri Jones ( Ospreys )

Talonneurs: Ken Owens ( Scarletts ), Elliot Dee ( Dragons ), Ryan Elias ( Scarlets )

Piliers droits: Dillon Lewis ( Cardiff Blues ), Leon Brown ( Dragons ), Thomas Francis ( Chiefs/ANG ),

2ème lignes: Alun Wyn Jones ( Ospreys ), Jake Ball ( Scarlets ), Adam Beard ( Ospreys ), Will Rowlands ( Wasps/ANG ), Cory Hill ( Cardiff Blues )

N°8: Taulupe Faletau ( Bath/ANG ),  Josh Navidi ( Cardiff Blues )

Flanker: Dan Lydiate ( Ospreys ),  Aaron Wainwright ( Dragons ), Josh MacLeod ( Scarlets ), Justin Tipuric ( Ospreys )

Demi de mêlée: Gareth Davies ( Scarlets ), Kieran Hardy ( Scarlets ), Tomos Williams ( Cardiff Blues )

Ouvreurs: Dan Biggar ( Saints/ANG), Jarrod Evans ( Cardiff Blues ), Callum Sheedy ( Bears/ANG )

Centres: Jonathan Davies ( Scarlets ), Owen Watkin ( Ospreys ), Nick Tompkins ( Dragons ), Johnny Williams ( Scarlets )

Ailiers: George North ( Ospreys ), Josh Adams ( Cardiff Blues ), Louis Rees-Zammit ( Gloucester/ANG ), Liam Williams ( Scarlets )

Arrières: Leigh Halfpenny ( Scarlets ), Hallam Amos ( Cardiff Blues )

Le Pays de Galles se présente avec un effectif vieillissant et sans grande nouveauté. Le seul néophyte de l’effectif n’est autre que Josh Macleod, troisième ligne des Scarlets. Déjà convoqué lors de l’Autumn Nations cup, il n’a pas encore connu de sélection. Par ailleurs, Wayne Pivac a décidé de reconduire certains jeunes lancés lors de l’Autumn Nations cup comme Kieran Hardy, Callum Sheedy ou encore Johnny Williams. Des joueurs principalement là pour préparer l’avenir et suppléer les joueurs vieillissants. En effet, pour le reste de la sélection galloise, c’est du classique avec les cadres présents sur la scène internationale depuis 10 ans comme Alun Wyn Jones, George North, Dan Biggar, Jonathan Davies, Leigh Halfpenny et Dan Lydiate qui est de retour avec la sélection pour la première fois en 2018 et un test-match contre l’Australie. 

Dan Lydiate de retour dans le XV du poireau ( Huw Evans Picture Agency )

Du côté des absents, on notera celle des trois ouvreurs Rhys Priestland, Gareth Anscombe et Rhys Patchell forfait pour le tournoi en raison de problèmes liés à une commotion cérébrale. Il a aussi décidé de se priver de Rhys Webb. Le pack gallois sera lui aussi amputé de deux joueurs importants avec James Davies et Ellis Jenkins.

Malgré l’absence de certains cadres, le XV du poireau reste l’un des effectifs les expérimentés du tournoi. La principale interrogation va se situer sur l’état de forme de certains joueurs habitués aux blessures. En effet, Liam Williams revient d’une blessure contracté lors du match contre l’Italie à la fin de la saison tout comme Josh Navidi qui n’a joué qu’un match cette année après une commotion cérébrale l’été dernier. D’autres joueurs comme Halfpenny, Davies ou encore Biggar sont réputés pour faire des allers-retours à l’infirmerie. En cas de blessures, Wayne Pivac risque de manquer d’option pour les remplacer. 

Un effectif expérimenté mais aussi touché physiquement qui devra résister à des équipes toujours plus jeunes et plus fortes physiquement.

Louis Rees-Zammit, l’enfant tant attendu 

Il est probablement le joueur le plus attendu dans ce tournoi côté gallois. Il est celui qui incarne la nouvelle génération du XV du poireau. Il aurait pu jouer pour le XV de la rose du fait de sa résidence mais il a rapidement signifié vouloir jouer pour sa région natale, le Pays de Galles. Il intègre rapidement le haut niveau en rejoignant Gloucester alors qu’il n’a que 18 ans. Il débute contre Bath à 18 ans et 70 jours, devenant le plus jeune joueur de l’histoire de Gloucester à jouer un match de premiership. Louis Rees-Zammit a tout d’un phénomène. Depuis son arrivée en premiership, il a déjà inscrit 11 essais en 17 matchs. Dans une région qui a connu des ailiers de talent comme Shane Williams, Gareth Thomas ou encore George North: l’arrivée de Rees-Zammit ne fait que perpétuer la tradition. 

Louis Rees-Zammit avec son trophée pour avoir été nommé joueur du mois en premiership ( Walesonline.co.uk )

Il avait été déçu de ne pas participer au tournoi 2020 même s’il faisait partie de l’effectif gallois pour le camp d’entrainement: « J’ai eu l’expérience d’être au camp et je suis prêt à repartir, chaque fois que quelque chose arrive, je suis plus que prêt à porter ce maillot gallois. »( BBC’s Scrum V podcast ). Il ne s’est donc pas laissé abattre et dès l’été dernier, il se disait prêt à jouer dès qu’on ferait appel à lui. Un joueur déjà très mature qui s’appuie sur sa vitesse pour casser les lignes et prendre de vitesse la défense adverse. Il ne faut pas négliger sa technique avec des très bons crochets pour battre son vis-à-vis. 

Il a fait ses débuts avec le XV du poireau l’automne dernier face à la France lors d’un test-Match, remplaçant Leigh Halfpenny à la 61ème minute. Il a ensuite joué trois autres matchs de l’Autumn Nations Cup en tant que titulaire. Il inscrit un essai contre la Géorgie dans une victoire 18 à 0. Il jouera les 80 minutes des trois matchs qu’il a débuté. Il devra faire face à la concurrence de nombreux joueurs avec George North, Josh Adams ou encore Liam Williams. Nul doute qu’il devrait quand même avoir des opportunités dans ce tournoi surtout avec les problèmes physiques rencontrés par les ailiers gallois.

2020, le difficile passage de témoin

Le Pays de Galles a connu une année compliquée. Le XV du poireau a eu du mal à prendre un nouvel envol après la coupe du monde 2019 et le départ de Warren Gatland. L’équipe a terminé cinquième du tournoi des VI nations 2020. C’est simple, le Pays de Galles n’a terminé qu’une fois cinquième sous l’ère Gatland, c’était en 2017. Cette année-là, Rob Howley assurait l’intérim, Warren Gatland se préparant pour la tournée des Lions britanniques. Une grosse désillusion pour cette équipe qui n’est jamais passée très loin de la victoire. 

L’équipe galloise n’a jamais semblé aussi vieillissante. Cette équipe que l’on pensait imprenable chez elle s’est inclinée à deux reprises contre la France et surtout l’Écosse. Le XV du poireau n’avait plus perdu à domicile contre le XV du chardon depuis 2002. Sur ces matchs, l’équipe galloise ne parvient plus à être l’équipe efficace qu’elle était. Sous l’ère Gatland, il ne fallait pas laisser d’espace à cette équipe capable de profiter des erreurs défensives adverses. 

La défense galloise ne semble plus impressionner ses adversaires. Sur les trois matchs remportés, deux sont contre l’Italie et un contre Géorgie. Deux adversaires largement à la portée des Gallois mais pourtant les matchs n’ont pas été si faciles. Même si le XV de départ était largement remanié, une équipe galloise ne se contente pas de deux essais mêmes contre des Géorgiens, affichant un niveau de jeu encourageant durant cette Autumn Nations Cup.

Cette année a été difficile pour l’équipe galloise dans tous les domaines, le XV du poireau chutant à la neuvième place du classement World Rugby.

Un tournoi pour redorer le blason

Calendrier du Pays de Galles pour le tournoi des VI nations ( L’Equipe )

Le XV du poireau n’a pas fait beaucoup de changements malgré cette saison compliquée. Il faut dire que le Pays de Galles se trouve dans un creux générationnel avec peu de jeunes qui parviennent à s’imposer. Wayne Pivac doit donc faire avec ses anciens. Il va devoir faire avec le retour de blessés qui n’ont pour certains pas joués depuis décembre comme le capitaine Alun Wyn Jones. Il s’est néanmoins voulu rassurant sur ses capacités à jouer le match d’ouverture contre l’Angleterre: « Je suis opérationnel depuis maintenant deux ou trois semaines et j’ai très bien progressé. Je suis de retour à l’entrainement. ». Le sélectionneur néo-zélandais a aussi rassuré sur l’état de forme de Cory Hill, Wyn Jones et Tomos Williams qui devraient être remis pour le tournoi. En tout cas, Wayne Pivac n’a pas souhaité appeler de joueurs supplémentaires pour se préparer à un possible forfait de leur part. 

Les Gallois n’arrivent clairement pas dans ce tournoi avec le costume de favori. Ils sont aujourd’hui trop loin des deux favoris que sont la France et l’Angleterre. Ils chercheront à se mêler à la lutte avec l’Irlande et l’Écosse. Mais encore une fois, le XV du trèfle semble avoir un peu d’avance sur les Gallois et l’Écosse sort d’une grosse année. Le calendrier n’est pas non plus à leur avantage avec seulement 2 matchs à domicile contre l’Irlande et l’Angleterre. Sans public, l’avantage qu’avait le XV du poireau sur ses adversaires a disparu. Une quatrième place serait une bon résultat, une troisième place un miracle. 

Si le XV du poireau veut espérer quelque chose dans ce tournoi, il doit retrouver ce qui a fait sa force sous Warren Gatland: sa défense et son efficacité. En effet, la défense galloise semble beaucoup moins infranchissable, la faute au départ de Shaun Edwards qui fait le bonheur du XV de France aujourd’hui. Dans un premier temps, Byron Hayward occupait ce poste d’entraîneur de la défense mais face aux résultats compliqués, il a été remercié juste avant le match d’ouverture de l’Autumn Nations Cup. Wayne Pivac a lui-même reconnu que la décision avait été difficile mais nécessaire: «  Cela a été fait sur la base de ce qui était le mieux pour la coupe du monde. Nous n’obtenions pas ce que nous voulions pour notre défense. Avant le lock-out, nous avons fait beaucoup de travail sur notre attaque, sachant que cela mettrait la pression sur notre défense car cela signifiait jouer plus profondément sur le terrain, mais nos deux matchs depuis ont été décevants. ». Le poste est occupé depuis par Gethin Jenkins, ancien pilier aux 129 sélections avec le XV du poireau. Installé en tant qu’intérimaire, il pourrait être définitivement nommé à ce poste prochainement. 

Pour l’attaque, certains joueurs sont toujours dangereux, faisant de cette équipe d’une redoutable efficacité sous Warren Gatland. Il faut parler des lignes arrière avec des joueurs comme Davies, Halfpenny, Adams ou encore George North qui a marqué ses deux premiers essais en Pro14 lors des deux derniers matchs de son équipe. Il revient à son niveau au meilleur des moments. On suivra bien évidemment des joueurs comme Biggar ou Liam Williams qui voudront aussi se montrer. Le principal problème restera la capacité à tenir physiquement sur l’ensemble du tournoi. Le XV gallois s’est épuisé au fil des années et les joueurs enchainent les blessures. 

George North célébrant son essai contre l’Angleterre lors de l’été 2019 avec son capitaine Alun Wyn Jones ( Reuters/Matthew Childs )

Pour ne rien aider, alors que la pandémie frappe toujours en Angleterre, Pivac a dû préparer le tournoi sans six de ses joueurs: Biggar, Francis, Faletau, Rowlands, Sheedy et Rees-Zammit. Le point commun entre ces joueurs ? Ils évoluent tous dans le championnat anglais. Comme ce dernier continue à jouer pendant le VI nations, les six joueurs ont dû quitter mercredi dernier l’effectif gallois pour rejoindre leurs clubs respectifs. Wayne Pivac s’est montré agacé par cette situation. En effet, contrairement à celle anglaise, la fédération galloise a décidé de ne pas payer les clubs pour compenser les absences de leurs joueurs. Les clubs pouvaient donc conserver leur joueur conformément à l’article 9 du règlement international. Une situation compliquée pour la sélection avec les risques de blessure mais aussi de contamination avec la COVID19. Une situation qui a eu aussi des effets sur la préparation des matchs. 

Le pronostic du CCS :

Le XV du poireau est en mission reconquête. Après une année 2020 à oublier, les joueurs gallois se doivent de montrer un tout autre visage. Malgré un effectif vieillissant sans véritable renouvellement pour ce tournoi, les Gallois devront retourner aux bases de leur rugby pour espérer terminer haut dans ce tournoi. Wayne Pivac sait qu’il se doit de faire mieux que la saison dernière au risque de voir sa place menacée. 

Consensus : Cinquième place

Retrouvez ici l’ensemble de nos previews du Tournoi 2021 :

Preview VI Nations 2021 – L’enfer promis à l’Italie ?

Preview VI Nations 2021 – L’éclosion des fleurs d’Écosse ?

(3 commentaires)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :