Café Crème Sport

Preview Saison 2021 – Trek Segafredo, la vieille garde et les jeunes loups

DENIA, ESPAGNE 18 JANVIER: Jacopo Mosca, Antonio Nibali, Vincenzo Nibali, Giulio Ciccone et Kenny Elissonde - Team Trek–Segafredo H 2021 (Photo by Luc Claessen/Getty Images)

Les acteurs du cyclisme mondial sont de retour pour une nouvelle saison qui s’annonce palpitante. À cette occasion, le CCS passe en revue toutes les équipes qui auront un rôle à jouer dans les grandes courses du calendrier World Tour. Aujourd’hui nous nous proposons d’analyser l’intersaison et les ambitions de l’équipe américaine de la Trek-Segafredo.

Carte d’identité

Nom de l’équipe : Trek Segafredo

Pays : États-Unis

Date de création : 2011

Statut : UCI World Team

Classement UCI 2020 : 8 ème

Directeur général : Luca GUERCILENA

Coureur vedette : Vincenzo NIBALI

Retour sur la saison 2020

VictoiresCoureurMois
Santos Tour Down Under – étape 3Richie PORTEJanvier
Santos Tour Down Under – classement généralRichie PORTEJanvier
Trofeo Felanitx, Ses Salines, Campos, PorreresMatteo MOSCHETTIJanvier
Trofeo Playa de Palma – PalmaMatteo MOSCHETTIFévrier
Tour des Alpes Maritimes et du Var – étape 3Julien BERNARDFévrier
Omloop Het Nieuwsblad EliteJasper STUYVENFévrier
Tour de Pologne – étape 2Mads PEDERSENAoût
BinckBank Tour – étape 3Mads PEDERSENOctobre
Gand-WevelgemMads PEDERSENOctobre

L’équipe Trek-Segafredo a connu en 2020 une saison correcte, plutôt bonne, mais sans plus. 9 victoires en tout, au rang desquelles on peut souligner par exemple celle de Jasper Stuyven au Omloop Het Nieuwsblad, ou Gand-Wevelgem avec Mads Pedersen en fin de saison – on se rappelle de la manière avec laquelle il sut profiter du marquage entre Van Aert et Van der Poel pour saisir sa chance. Le coureur danois a d’ailleurs offert à son équipe toutes ses victoires (3) décrochées en post-lockdown. On notera la victoire d’étape – cocorico ! – de Julien Bernard sur le Tour des Alpes Maritimes et du Var. Digne de mention également : le podium de Richie Porte sur le Tour de France, conquis à 36 ans après tant de tentatives infructueuses (3ème au général). Au Giro, Nibali menait les troupes mais ne put faire mieux que septième, pas au contact du trio Geoghegan Hart, Hindley et Kelderman.

Tableau des transferts

ArrivéesDéparts
EGHOLM JakobPORTE Richie
GHEBREIGZABHIER AmanuelWEENING Pieter
SKJELMOSE JANSEN MattiasCLARKE Will
TIBERI Antonio

Départs clefs

Au niveau des départs, la seule perte majeure porte le nom de Richie Porte. Le coureur australien de 36 ans regagne son ancienne maison (quittée en 2015) et mettra ses talents et son expérience au service du team Ineos-Grenadiers.

On parle d’un coureur qui, comme évoqué plus haut, finit 3ème du Tour 2020. Perte d’un élément qui pèse au sein d’un collectif, donc. Mais à part lui, l’équipe américaine se garantit un certain équilibre en ne perdant que deux autres coureurs : l’éternel Pieter Weening (41 ans) et Will Clarke (35 ans). Des départs à la retraite.

Arrivées à suivre

Pour ce qui est des arrivées, pas non plus de clinquant pour la Trek-Segafredo qui avait donc décidé de jouer la carte du status-quo pour la saison 2021.

Elle récupère ainsi le coureur érythréen Amanuel Ghebreigzabhier (26 ans) auprès de feu la NTT Pro Cycling. Dans son sillage arrivent trois autres coureurs, qui seront là pour préparer le futur d’une formation par ailleurs vieillissante : deux Danois avec Jakob Egholm (22 ans) et Mattias Skjelmose Jensen (21 ans) et un Italien, Antonio Tiberi (19 ans). Les deux derniers présentent des résultats prometteurs chez les jeunes, qu’ils tenteront de confirmer chez les grands. Notamment le transalpin qui fut champion du monde de contre-la-montre chez les juniors en 2019. Aux côtés de Quinn Simmons, ils incarneront l’avenir.

Qu’attendre pour 2021 ?

Des bases solides et de la stabilité donc pour la Trek-Segafredo qui nourrira une ambition mesurée pour la saison à venir. Porte parti, Nibali, Ciccone et – à un degré moindre – Mollema défendront les chances de l’équipe sur les formats de trois semaines. Nibali a estimé a posteriori que le calendrier resserré en 2020, et sa présence sur des courses d’un jour en Août, ont probablement pesé négativement sur son niveau de performance au Giro (7ème). Il n’a cependant rien perdu de son appétit et reviendra plein d’envie pour cette saison 2021. Il doublera Giro et Tour.

Vainqueur d’un Tour de Lombardie (2019), encore 4ème sur cette même course l’an dernier, également plusieurs fois top 10 sur le Tour, le Giro, ou même sur le podium de la Vuelta en 2011, Bauke Mollema (34 ans) sera à nouveau présent sur ces courses qui lui vont bien. Comme Nibali, il sera présent sur le Tour d’Italie puis sur la Grande Boucle. Enfin, Giulio Ciccone incarne de plus en plus une option numéro un. Cinquième du Tour de Lombardie l’année passée, il apparaît comme un vainqueur potentiel sur ces courses d’un jour, pour des victoires d’étapes en Grand Tour et même pour jouer le général. Il sera présent chez lui en Italie, peut-être dans un rôle d’équipier, avant d’aller dans un rôle de leader assuré sur les routes de la Vuelta.

Sur les classiques, la Trek Segafredo pourra aussi se montrer ambitieuse. Par l’intermédiaire de Mads Pedersen d’abord. On connaît bien, désormais, les qualités du coursier danois, champion du monde en 2019. Puissant, rapide, dur au mal, et au froid, il pourra – à l’instar de ce qu’il a montré à Gand en 2020 – se positionner pour les flandriennes et autres enfers pavés. Avec lui, d’autres coureurs pourront bien figurer : Edward Theuns, 8ème à Roubaix en 2017, ou Jasper Stuyven, vainqueur d’un Kuurne-Bruxelles-Kuurne en 2016, deux fois top 5 à Roubaix ou encore des top 10 au Tour des Flandres, à Gand-Wevelgem ou sur Milan-San Remo.

Enfin, l’équipe américaine compte dans ses rangs quelques jeunes prospects qui pourront profiter de cette nouvelle saison pour continuer leur développement. Dans une structure solide et stable, fréquentant au quotidien des pointures du peloton mondial, ils seront même dans une position idéale pour s’y atteler. On citait plus haut trois jeunes recrues qui viennent grossir les rangs de la Trek, notamment l’Italien Tiberi. Mais le prospect numéro un fait déjà partie de la famille. Quinn Simmons, champion du monde junior en 2019, est l’un des plus grands talents du cyclisme mondial. Ce qui jusitifia de le faire passer pro alors même qu’il n’avait encore que 18 ans. L’an dernier, il arrivait plein d’entrain après le confinement et était même à deux doigts de s’adjuger le Tour de Hongrie. Suite à des messages postés sur les réseaux sociaux jugés « clivants, incendiaires et attentatoires », le jeune coureur était suspendu jusqu’à la fin de la saison. Nul doute qu’il reviendra en 2021 remonté à bloc, pour faire oublier cet incident et libérer tout son talent au plus haut niveau.

Pour le petit prisme cocardier, on relèvera aussi la présence de deux très bons coureurs français – Kenny Elissonde et Julien Bernard. Ils seront souvent dans une position d’équipier mais pourront éventuellement – en se montrant opportunistes – trouver une petite ouverture individuelle en cours de saison. Comme Bernard l’an dernier.

Effectif complet : BERNARD Julien (28 ans), BRAMBILLA Gianluca (33 ans), CICCONE Giulio (26 ans), CONCI Nicola (24 ans), DE KORT Koen (38 ans), EG Niklas (26 ans), EGHOLM Jakob (22 ans), ELISSONDE Kenny (29 ans), GHEBREIGZABHIER Amanuel (26 ans), KAMP Alexander (27 ans), KIRSCH Alex (28 ans), LIEPINS Emils (28 ans), LOPEZ PEREZ Juan Pedro (23 ans), MOLLEMA Bauke (34 ans), MOSCA Jacopo (27 ans), MOSCHETTI Matteo (24 ans), MULLEN Ryan (26 ans), NIBALI Antonio (28 ans), NIBALI Vincenzo (36 ans), PEDERSEN Mads (25 ans), QUARTERMAN Charlie (22 ans), REIJNEN Kiel (34 ans), RIES Michel (22 ans), SIMMONS Quinn (19 ans), SKJELMOSE JENSEN Mattias (20 ans), SKUJINS Toms (29 ans), STUYVEN Jasper (28 ans), THEUNS Edward (29 ans), TIBERI Antonio (19 ans).

Une intersaison relativement calme pour la Trek-Segafredo qui voit tout de même partir un coureur majeur en la personnne de Richie Porte, à 36 ans. L’occasion justement pour la formation d’accélérer le mouvement de rajeunissement des troupes, pour une transition en douceur, et un avenir serein. Elle le fait toutefois de manière progressive, sans brusquer les choses, n’hypothèquant ainsi pas ses chances de poursuivre des objectifs élevés cette saison. Le gain d’un Grand Tour paraît difficile – même quasi impossible. En revanche pour bien figurer, ou empocher des courses d’un jour, d’une semaine ou des étapes, ils ont des arguments certains. Et pour parachever le tout, ils comptent dans leurs rangs l’un des jeunes coureurs qui suscitent le plus d’attentes et d’excitation internationalement. Un ensemble bien pensé donc, mêlant visions à court- et long-terme. Pas le top mondial, mais mieux qu’un simple faire-valoir. À suivre.

Retrouvez ici l’ensemble de nos previews de la saison 2021 :

Alpecin-Fenix : à la découverte des grands tours

Delko : un mélange de jeunesse et d’expérience

B&B Hôtels P/B KTM : une première Grande Boucle qui a ouvert l’appétit

Arkea-Samsic : l’axe Rennes-Bogota à maturité

Team Total Direct Energie : nouvelle saison, nouvelles têtes d’affiche

Intermarché-Wanty Gobert : Entre transition et apprentissage

Qhubeka Assos : Aru le revanchard ?

Israel Start-Up Nation : à la conquête de l’Ouest

Cofidis : Guillaume Martin, l’arbre qui cache la forêt ?

Movistar : un nouveau chapitre

Preview Saison 2021 – Lotto Soudal : tout pour Caleb ?

Preview Saison 2021 : Bahrain-Victorious, all-in sur Landa.

Exit mobile version