Omnisport Rugby

À quoi ressemblait le monde du rugby lors de la dernière victoire de l’Écosse à Twickenham ?

Après 38 ans de disette, le XV du Chardon a réalisé l’exploit de s’imposer à Twickenham ! Samedi après-midi, les coéquipiers de Stuart Hogg ont battu sur le score de 11-6 un XV de la Rose décevant, le jour du 150e anniversaire de la fédération anglaise. La dernière fois que les Écossais avaient gagné sur le sol anglais dans le Tournoi, c’était le 5 mars 1983. Et, vous allez le voir, beaucoup de choses ont changé depuis cette date. (image : REX FEATURES)

La première rencontre entre ces deux nations britanniques eut lieu en 1871 et elles se disputent depuis 1879 la Calcutta Cup, plus ancien trophée de l’histoire du rugby. Si la rivalité entre l’Angleterre et l’Écosse est perceptible, la balance penche nettement en faveur du XV de la Rose, en particulier sur ses terres. Avant leur victoire en 1983, les Écossais ne s’y étaient imposés que trois fois : en 1926, 1938 et 1971. C’est dire si cette performance fut marquante.

Les trois premières journées du Tournoi des V Nations 1983 se sont soldées par trois revers pour l’Écosse, défaite au Parc des Princes (15-19) entre deux déconvenues à Murrayfield face à l’Irlande (13-15) et au Pays de Galles (15-19). En face, les Anglais, favoris du tournoi, ont été surpris par la France à Twickenham (15-19) en ouverture, puis ont partagé les points à Cardiff (13-13). Cette édition du Tournoi était loin des attentes pour l’Écosse qui, après deux cuillères de bois en 1978 et 1979, avait remporté cinq matchs sur douze depuis la nomination de Jim Telfer à la tête de la sélection en 1980 et nourrissait logiquement des espoirs. Avec trois défaites et un déplacement à venir en Angleterre, les supporters écossais craignaient le pire.

La fiche du match (source : en.wikipedia)

Dans le sillage d’un Roy Laidlaw intenable, le XV du Chardon est venu à bout de l’Angleterre (22-12) pour la quatrième fois de son histoire et a terminé à la quatrième place, devant un XV de la Rose qui entamait alors une descente aux enfers, perdant en Irlande pour clôturer le Tournoi et ne remportant que cinq matchs sur les quatre éditions suivantes. Son adversaire du jour, quant à lui, bâtissait sur les bases de ce succès une période dorée, avec notamment un Grand Chelem l’année suivante en 1984. Entre 1983 et 2021, 38 années se sont écoulées. 38 années durant lesquelles l’Écosse n’est pas parvenue à rééditer pareil exploit. Récemment, on se souvient d’humiliations (61-21, en 2017), de quasi-exploits (38-38, en 2019), mais les Écossais ont fini par briser cette série, offrant à leur peuple une sensation qu’il avait certainement oublié. Et on comprend pourquoi, parce qu’en 1983…

  • Aucun joueur actuel de l’Écosse n’était encore né.
  • Alun Wyn Jones avait 30 ans n’était pas né.
  • La Coupe du monde n’existait pas encore.
  • La France remportait le Tournoi des V Nations.
  • La première division française comptait 40 équipes.
  • Béziers dominait outrageusement le rugby français.
  • Le Narbonnais Didier Codorniou était l’idole des jeunes.
  • Bernard Laporte et Vincent Moscato devenaient champions de France juniors avec Gaillac.
  • Bien avant de s’afficher sur le maillot du Stade Français, Dalida chantait Mourir sur scène

(1 commentaire)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :