Grand Chelem Omnisport Tennis

Open d’Australie : un premier tour expéditif

A Melbourne, les joueurs et joueuses du circuit mondial ont attaqué le premier Grand Chelem de la saison au milieu de près de 30 000 personnes. Les gradins partiellement garnis ont donné l’espoir d’une saison plus chaleureuse. Sur le court, les principaux favoris se sont imposés facilement pour leur entrée en matière. Le spectacle fut parfois au rendez-vous, tout comme l’émotion. Petit tour d’horizon de ces deux premières journées australiennes, et projection vers le second tour.

Parmi les joueurs du Top 10 mondial, rares sont ceux qui ont perdus une manche lors de ce premier tour. En effet, à l’exception d’Alexander Zverev et de Diego Schwartzman, aucun n’a traîné en route. Le numéro 1 Novak Djokovic n’a jamais tremblé face à Jérémy Chardy et le bat une quatorzième fois en autant de confrontations (6-3, 6-1, 6-2). Le Serbe tentera de briller à nouveau dans son jardin australien. Son principal rival, l’Autrichien Dominic Thiem est passé par un tie-break pour se détacher de Kukushkin mais s’est montré rassurant par la suite. Enfin, Rafael Nadal n’a pas fait de détail face à Djere (6-3, 6-4, 6-1). La démonstration de ce premier tour est à mettre au crédit de Stefanos Tsitsipas qui a martyrisé Gilles Simon en trois manches : 6-1, 6-2, 6-1. Le Grec n’a pas été mis en difficulté au cours de ce match. De leur côté, les Russes Andrey Rublev et Daniil Medvedev se sont également imposés sans trembler.

Novak Djokovic est en quête d’un neuvième succès à Melbourne. Qui l’en empêchera? (Image: Ebene Sport)

Côté féminin, le public a également eu droit à quelques démonstrations. La première est l’œuvre de la numéro 1 mondiale, Ashleigh Barty (photo de couverture) qui devant son public a étrillé Danka Kovinic en deux manches : 6-0, 6-0. La Tchèque Karolina Pliskova n’a perdu que deux jeux face à Jasmine Paolini, tout comme Serena Williams qui a disposé de l’Allemande Siegemund 6-1, 6-1. Plus en difficulté face à la locale Maddison Inglis, Sofia Kenin a dû batailler (7-5, 6-4) mais verra bel et bien le second tour. Enfin, Simona Halep, Iga Swiatek et Naomi Osaka se sont elles aussi qualifié sans concéder de manche et seront au rendez-vous.

Le gros match : Shapovalov bat Sinner (3-6, 6-3, 6-2, 4-6, 6-4)

Très gros duel pour ce premier tour entre deux joueurs de la Next Gen : Jannik Sinner, récent quart de finaliste à Roland Garros, et Denis Shapovalov, le puissant Canadien. C’est le plus jeune, Sinner, qui se montre en premier, faisant parler sa puissance et son service. Shapovalov ne se laisse pas abattre, recolle et passe même devant en remportant le troisième set. L’Italien en pleine confiance après avoir décroché 2 titres consécutifs, empoche la quatrième manche. Après près de quatre heures d’un combat épique, c’est le plus vieux et expérimenté, qui s’impose 3/6 6/3 6/2 4/6 6/4. Denis Shapovalov a eu droit à un premier tour très relevé pour entamer sa compétition. Il retrouvera Bernard Tomic, sorti des qualifications, au second tour.

Jannik Sinner (à gauche) ne verra pas le second tour, contrairement à Denis Shapovalov (Image : Tennis World USA)

Ils sont huit. Huit rescapés tricolores verront le second tour : quatre chez les femmes, et autant chez les hommes. Face à la Grecque Sakkari, il aura fallu trois manches à Kristina Mladenovic pour se qualifier (6-2, 0-6, 6-3). Après être passé totalement à côté de sa deuxième manche, la Française s’est correctement reprise pour triompher. Comme elle, Alizée Cornet et Fiona Ferro ont dû concéder un set à leurs opposantes avant de se qualifier. Caroline Garcia est la seule à s’être qualifiée en deux manches seulement, mais elle aura fort à faire pour espérer se qualifier : elle retrouvera Naomi Osaka, la tête de série n° 3 au second tour. Chez les hommes, la difficulté sera également de la partie pour les qualifiés. Corentin Moutet, tombeur de John Millman devra affronter Milos Raonic.  Ugo Humbert quant à lui devra lutter pour battre la coqueluche locale Nick Kyrgios. Enfin, Adrian Mannarino affrontera Kecmanovic après avoir disposé de l’Autrichien Dennis Novak en trois manches (6-2, 6-4, 7-6).

La belle histoire de ce début de compétition est évidemment celle d’Alexandre Müller. Le Français, défait lors des qualifications s’apprêtait à quitter l’Australie lorsqu’il a appris que le forfait d’un autre joueur lui laissait la place pour disputer son premier tour face à l’Argentin Londero, 81ème mondial. Cinq heures après avoir appris son repêchage, le Français levait les bras après sa victoire en quatre manches : 4-6, 6-3, 6-0, 6-3. Face à Diego Schwartzman au second tour, le Français aura un adversaire d’une autre dimension. Mais sa compétition est d’ores et déjà réussie.

Alexandre Muller peut savourer sa qualification au second tour (Image : Ouest-France)

Côté français, évidemment, on retiendra les larmes de Gaël Monfils, très affecté par ses performances. Auteur d’un match accroché, il s’incline en 5 sets contre Ruusuvuori. Malgré de belles intentions, il n’était pas à l’aise et subissait plus l’échange qu’autre chose en restant accroché à sa ligne de fond. Benoît Paire a lui aussi été éliminé. On ne l’attendait pas, et on n’a pas été déçu. Le futur entrepreneur (il lance sa marque de vêtements prochainement), a été fidèle à lui-même, en alternant le très bon et le mauvais. Annoncé comme le favori de son match, Quentin Halys a pris une leçon de réalisme de la part de l’ibérique Pablo Andujar. Encore une fois, son grand nombre de doubles fautes (14) lui ont rendu le match très compliqué. Sur le tableau féminin, Clara Burel a montré de belles choses dans le jeu. Mais un grand nombre de doubles fautes lui ont rendu la tâche difficile (13) pour pouvoir décrocher sa première victoire à l’Open d’Australie. Chloé Paquet, a mené une belle bataille, mais il est difficile de lui en vouloir tant l’Egyptienne Mayar Sherif était omniprésente sur le court. En difficulté avec son service, seulement 52 % de premières balles passées, elle s’incline 7-5 7-5.

Les déceptions ne sont pas seulement françaises. Jan-Lennard Struff a subi ce qu’on appelle une leçon de réalisme et de courage. O’Connell, l’Australien, a régalé devant son public en éliminant Struff en trois sets. Maladroit, l’Allemand n’a pas su confirmer sa belle semaine à l’ATP Cup. Roberto Bautista Agut, était opposé à Albot. L’Espagnol, auteur de bons matches à l’ATP Cup dit adieu à Melbourne après un petit tour. Erreur de parcours ou sur la pente descente, l’avenir nous le dira. Mais il fait assurément parties des plus grosses déceptions. L’Open Australie, ne réussit pas non plus à David Goffin, qui a produit un de ses pires résultats à Melbourne. Le Belge n’est plus que l’ombre de lui-même et c’est Popyrin qui en a profité pour prendre le dessus après avoir sauvé 4 balles de match. Peu de surprises chez les femmes avec seulement la défaite d’Azarenka. Même si l’on connaît le talent de Pegula, voir la récente finaliste de l’US Open sortir dès le premier tour en deux sets est une grande déception. Une petite déception est l’élimination de Badosa au premier tour. L’Espagnole n’a pas su conclure, elle qui était à deux points du match. Elle a ensuite lâché prise sur son service pour concéder deux breaks et laisser passer la victoire contre la Russe Samsonova, à surveiller.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :