A l'affiche Foot Ligue 1

Boulaye Dia : future star ou pétard mouillé ?

Malgré un début de saison plus que compliqué, notamment dû aux départs de plusieurs cadres (Disasi, Romao…) , le Stade de Reims stagne dans le ventre mou de notre Ligue 1. Cependant, une lumière s’échappe de ce marasme collectif, Boulaye Dia surnage avec 12 buts en 21 matchs. Le jeune attaquant franco-sénégalais est une des grandes surprises de cette première moitié de saison. Après être passé sous les radars durant son début de carrière, Dia semble prêt à exploser au visage du football européen. Forme éphémère ou futur star ?  

Des débuts discrets

© A.Martin/L’Equipe

Boulaye Dia est né le 16 novembre 1996 à Oyonnax. Il est le sixième d’une famille de sept enfants et son histoire est digne d’un scénario hollywoodien. En effet, malgré un potentiel évident dès le plus jeune âge, il ne pourra accéder à aucun centre de formation pour des raisons plus loufoques les unes que les autres. La voiture de son père tombant en panne sur le chemin de Saint-Etienne. Une radio du poignet non concluante l’empêchant de rejoindre l’Olympique Lyonnais.

Malgré ces différents échecs, le jeune franco-sénégalais poursuivra à persévérer dans le football, au Jura Sud. Mais le destin joua encore avec le jeune Boulaye. Des problèmes de santé de son paternel l’obligea à plaquer le foot pour ramener un complément financier à sa famille. Il fera donc de l’intérim durant deux longues années. Dès lors qu’il put, il s’envola pour le Pays de Galles afin d’effectuer de nouvelles détections. Il s’y blessera. Malchance quand tu nous tiens.

Il signera finalement son premier contrat à Jura Sud après avoir convaincu l’entraîneur Pascal Moulins de son sérieux. Il y signa un contrat jeune, puis un contrat fédéral dans la foulée. A partir d’ici, sa croissance fut exponentielle. Il enchaîna les buts en Nationale 2 et le Stade de Reims l’approcha après seulement quelques mois dans cette catégorie. Il commença en réserve, continuant à marquer. Et seulement 4 mois après son arrivée, il fût lancé en Ligue 1 le 20 octobre 2018, profitant de la méforme de Hyun-Jun Suk.

Cette première saison lui permit de s’acclimater à la Ligue 1 malgré une blessure au psoas le privant de quelques matchs. Sa saison 2018/2019 fut celle de la montée en puissance. Il marqua 7 buts en 24 matchs, s’imposant comme un attaquant de choix aux yeux de son coach. Et puis viens cette saison 2019/2020, celle de la consécration. A 24 ans, règne désormais parmi les meilleurs buteurs de notre Ligue des Talents.

Un buteur efficace

Le natif d’Oyonnax qui jouait encore en N2 il y a seulement trois ans et demi s’est imposé comme le taulier de l’attaque rémoise. Son secret ? Un sens du but et un opportunisme sans faille, 12 buts cette saison, tous inscrits dans la surface. Simple. Efficace. On pourrait croire à un attaquant qui ne fait que profiter du travail de ses coéquipiers sans y apporter de plus-value .

Positions de frappe de Boulaye Dia lors de ces buts (understat.com)

Cependant, ses statistiques avancées confirment ce talent de finition hors du commun, avec seulement un xGoal (nombre de buts attendus statistiquement pour un joueur ou une équipe selon la « qualité » de leurs occasions) de 9,61. Il affiche ainsi une meilleure efficacité que des joueur comme Ben Yedder, Gouiri ou encore Neymar. Un tel buteur permet à Reims d’être l’équipe la plus efficace de notre Ligue des Talents cette saison avec 27 buts marqués pour seulement 19,8 buts attendus. De plus, l’international sénégalais est habile de ses deux pieds inscrivant presque autant de buts pied gauche que pied droit. A ces qualités techniques se joint une connaissance de son poste parfaite. En effet, Dia sait se placer et se déplacer pour toujours être au bon endroit, dans le bon timing pour souvent se retrouver seul dans la surface.

Comme on peut le voir dans l’extrait ci-dessous : Dia va voir puis prendre l’espace avant même que son coéquipier ne touche la balle. Cela va lui donner un temps d’avance suffisant pour qu’il puisse filer seul au but son physique lui permettant de dompter le défenseur rennais. Finalement, même avec un angle fermé il arrive à glisser le ballon au ras du poteau, hors de portée du gardien. Inarrêtable, exemple type du style Dia.

Boulaye Dia se distingue donc dans son rôle de renard, Dia-boliquement efficace, toujours prêt à exploiter chaque occasion que la défense lui laisse.

Mais plus qu’un finisseur ?

Avec ses pures qualités de finisseur, Dia semble avoir un futur prometteur à seulement 24 ans, mais qu’en est-il de sa capacité à créer des différences ? Avec un peu plus de la moitié de ses dribbles réussis pour 1,3 dribble par match, Dia est un dribbleur honnête mais qui manque de dextérité pour pouvoir créer le décalage en solitaire.

On peut cependant voir quelques moments de fulgurances notamment dans la séquence ci-dessous, il va profiter de l’erreur de relance lensoise pour récupérer la balle. Il va réussir avec un simple crochet à éliminer deux adversaires. Dia se retrouve ainsi en face-à-face et comme à son habitude, la balle finit par embrasser les filets.

De plus, Dia est aussi un passeur correct. En effet, lorsqu’il s’agit de s’intégrer dans une dimension plus collective, le rémois affiche certaines qualités de passes intéressantes, en restant autour des 80 pourcent de précision, avec une habilité particulière pour le jeu long avec 9 passes longues réussies pour 11 tentées. Même s’il n’affiche qu’une passe décisive au compteur, il réussit à créer une passe clé par match qui pourrait être convertie en passe décisive avec des coéquipiers plus décisifs. Cependant, s’il veut réellement créer des différences par la passe, Boulaye Dia devra en tenter plus, il ne comptabilise que 15 passes tentées par match, un nombre faible, même pour un attaquant.

De nouveaux horizons

Pourtant sous contrat jusqu’en 2023, l’attaquant rémois avait déjà une autorisation de départ cet été. Il avait ainsi déjà refusé des offres du Lokomotiv Moscou et de Hellas Verone. Avec son début de saison canon, Boulaye Dia attire désormais le regard de prestigieux clubs européens surtout en Italie et en Angleterre, notamment Naples, West Ham, ou encore l’AC Milan. Son bon de sortie serait de l’ordre de 15 millions d’euros, et son dossier était déjà l’un des plus chauds du mercato hivernal. Il a lui-même annoncé qu’il « peut partir tout comme [il] peut rester », son aventure en Champagne semble donc destiné à se terminer durant la prochaine période estivale.

On peut ainsi lui imaginer un avenir radieux dans différents clubs. Dia semble pouvoir s’intégrer parfaitement dans des systèmes comme à Séville. Son sens du placement y serait parfaitement utilisé par Lopetegui et les ailiers andalous dans un pur rôle de pivot finisseur. Il pourrait aussi s’épanouir dans une équipe comme à Lille ; où il pourrait profiter de chaque espace crée par Ikone, Bamba et autre Renato.

Boulaye Dia affiche donc des qualités certaines face au but, et son potentiel semble pouvoir l’amener dans les plus grands clubs européens. Après Jura Sud et le Stade de Reims, sa réussite dans des clubs plus prestigieux sera déterminée par sa capacité à s’adapter au plan de jeu de son entraîneur, ainsi qu’à un perfectionnement dans sa manière de s’intégrer au jeu collectif. Sera-t-il capable de partager le front de l’attaque ? Pourra-t-il continuer à contribuer à l’équipe lorsqu’il traversera des temps plus compliqués offensivement ?

Plus d’informations :

(1 commentaire)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :