Non classé

ASVEL, une dynamique qui assure la licence permanente?

Sur les 6 derniers matchs, l’ASVEL a le meilleur bilan de l’Euroligue. La dynamique du club rhodanien intervient après un début de saison compliqué miné par les blessures, la Covid et l’intégration compliquée de certaines recrues, le club de Tony Parker semble avoir trouvé la bonne formule. Cette série arrive à point nommé pour convaincre les instances de la plus grande compétition européenne de lui accorder la possibilité de se battre tous les ans contre les meilleures équipes européennes.

Une série bienvenue

Après un début de saison compliquée aussi bien en France que sur le continent, la victoire des Villeurbannais le 15 janvier à Athènes a lancé une dynamique de 5 victoires en 6 matchs. En Europe, le club lyonnais est invaincu depuis le 21 janvier et la victoire contre Valence. Depuis, 3 victoires se sont ajoutées portant le total de l’équipe à 4 victoires en 4 matchs.

Ce regain de forme des lyonnais est dû à plusieurs facteurs. Premièrement, la présence de tous les cadres pour la première fois de la saison. En effet, tous les cadres de l’effectif, ont successivement été blessé ou absent pour cause de Covid. Seul David Lighty a joué tous les matchs du côté des Rhodaniens, l’hécatombe des blessures a touché l’effectif au début de l’hiver et les lyonnais se sont retrouvés pendant 3 matchs sans trois de leurs titulaires. Deuxièmement, ce regain de forme est dû à la nette progression au tir à 3 points de l’équipe, l’équipe de Tony Parker est passé d’un pourcentage à 3 points de 32% à 40, ce regain de forme derrière la ligne s’accompagne d’une progression défensive notable passant de 81,5 points pris par matchs à 73,8 points par matchs depuis le début de l’année.

David Lighty, seul des quinze joueurs de l’ASVEL a avoir pris part à tous les matchs Euroligue du club rhodanien (crédit: le Dauphiné)

L’année 2021 marque le rebond de l’ASVEL en Euroligue, sur l’année les rhodaniens ont un bilan de 5 victoires pour 3 défaites, dont des victoires de prestige que les lyonnais ont gagné de manière ferme, +17 contre Valence, +3 à Belgrade ou +9 à domicile contre Milan.

Cette série vertueuse ne permettra surement pas aux Lyonnais de jouer le Top 8, mais elle marque les esprits sur le continent, les dirigeants de l’Euroligue seront amenés à trancher prochainement sur les clubs qui obtiendront une licence permanente. Les signaux sont bons pour l’ASVEL mais à l’heure actuelle aucune information officielle ne permet à Tony Parker et son staff de réussir leur pari de 2014 de faire de Villeurbanne une équipe d’Euroligue.

Une licence quasi assurée

L’Euroligue est une compétition semi-fermée. Pour pouvoir la jouer il faut présenter des garanties financières, sportive et de développement. Avec le soutien de Tony Parker, de LDLC et de Jean-Michel Aulas le club remplit largement les pré requis financiers, sur le plan commercial et du développement le club rhodanien est assuré.

Tony Parker et Jean-Michel Aulas lors de l’entrée de l’OL au capital de l’ASVEL en juin 2019 (crédit : l’Equipe)

Cependant, les dirigeants rhodaniens doivent convaincre les instances du niveau sportif de l’équipe. La première saison de l’ASVEL a convaincu le président de l’Euroligue Jordi Betomeu qui a confié à des journalistes allemands que le Bayern de Munich et l’ASVEL se verraient surement attribuer une licence, cependant cette assurance de la présence pour une décennie de l’ASVEL dans la plus grande compétition européenne est liée aux résultats du club cette saison. Le début de saison du plus petit budget de l’Euroligue compliquait sa présence dans la plus grande compétition européenne pour la période 2022 et 2031. La deuxième partie de saison semble assurer la présence du club rhodanien en Euroligue pour la prochaine décennie. Cependant, cette licence à long terme du club rhodanien a un dernier obstacle, la salle de l’ASVEL. En effet la salle dépasse tout juste les 5500 places contre plus de 12000 pour celles de l’Alba Berlin ou de Milan. Les promesses de Jean-Michel Aulas d’une salle aux abords du Parc OL devront se préciser pour finir de convaincre les dirigeants de l’Euroligue d’accorder à Lyon une présence de 10 ans dans la meilleure compétition européenne.

La série actuelle de l’ASVEL porté par une équipe jeune et construite intelligemment est cruciale pour le devenir de l’équipe. Les rumeurs autour du recrutement de Thomas Heurtel s’accéléreront si le club est assuré de 10 ans de présence dans l’élite européenne.

Le futur de l’ASVEL semble radieux, sur le plan sportif la dynamique est bonne, le futur du club repose maintenant dans les mains des dirigeants et surtout des instances européennes. Si la présence de l’ASVEL venait à être confirmé pour la décennie à venir, le club rentrerait dans une nouvelle phase de développement devant le mener aux sommets européens.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :