Cyclisme Omnisport

Preview Saison 2021 – Ineos Grenadiers : L’Empire contre-attaque !

Ineos Grenadiers cyclisme

Les acteurs du cyclisme mondial sont de retour cette année pour une saison qui s’annonce une nouvelle fois palpitante. A cette occasion, le CCS passe en revue toutes les équipes qui auront un rôle à jouer dans les grandes courses du calendrier World Tour. Aujourd’hui, traversons la Manche pour partir à la rencontre du monstre Ineos Grenadiers.

Carte d’identité

Nom de l’équipe : Ineos Grenadiers

Pays : Royaume-Uni

Date de création : 2010

Statut : UCI World Team

Classement UCI 2020 : 4e

Directeur général : Dave Brailsford

Coureur vedette : Egan Bernal/ Geraint Thomas

Retour sur la saison 2020

VictoiresCoureurMois
Tour de La Provence – Etape 4Owain DoullFévrier
Tour de Burgos – Etape 5Ivan Ramiro SosaAoût
La Route d’Occitanie – Etape 3Egan BernalAoût
La Route d’Occitanie – Classement généralEgan BernalAoût
Tour de Pologne – Etape 3*Richard CarapazAoût
Championnats d’Italie – Contre-la-montreFilippo GannaAoût
Semaine internationale Coppi et Bartali – Etape 3Jhonatan NarvaezAoût
Semaine internationale Coppi et Bartali – Classement généralJhonatan NarvaezAoût
Tirreno-Adriatico – Etape 8*Filippo GannaAoût
Tour de France – Etape 18*Michal KwiatkowskiAoût
Tour des ApenninsEthan HayterAoût
Tour d’Italie – Etape 1*Filippo GannaOctobre
Tour d’Italie – Etape 5*Filippo GannaOctobre
Tour d’Italie – Etape 12*Jhonatan NarvaezOctobre
Tour d’Italie – Etape 14*Filippo GannaOctobre
Tour d’Italie – Etape 15*Tao Geogheghan HartOctobre
Tour d’Italie – Etape 20*Tao Geogheghan HartOctobre
Tour d’Italie – Etape 21*Filippo GannaOctobre
Tour d’Italie – Classement général*Tao Geogheghan HartOctobre
Course World Tour*

Ineos Grenadiers a une nouvelle fois livré une année de bonne facture avec 19 victoires professionnelles, dont 11 sur le circuit World Tour ! Avant la reprise de la saison, l’équipe britannique avait été timide avec seulement un bouquet glané sur le Tour de La Provence par l’intermédiaire d’Owain Doull.

Dès le retour à la compétition, Ineos Grenadiers s’est montrée diablement performante. Ivan Sosa a remporté une étape sur le Tour du Burgos. Egan Bernal a soigné sa reprise avec une victoire sur le général de La Route d’Occitanie (avec en plus une victoire sur l’étape reine). L’Equatorien Richard Carapaz a levé les bras sur le Tour de Pologne.

Comme chaque année, on attendait l’armada britannique sur son domaine de prédilection : la chasse aux grands tours. Des courses de trois semaines, qui, cette année, ne se sont pas passées comme on pouvait si attendre.

Le Tour de France a été particulièrement difficile pour une formation qui a fait de la Grande Boucle son festin de luxe depuis 2012. Hors de forme (à cause de douleurs au dos), Egan Bernal a sombré dans l’ascension du Grand Colombier et a fini par abandonner quelques jours plus tard. C’est la première fois depuis 2014 (une édition marquée par l’abandon de Chris Froome) qu’Ineos Grenadiers ne remporte pas le Tour de France. Un maigre lot de consolation a été première victoire d’étape en grand tour du Polonais Michal Kwiatkowski. Son arrivée avec son co-équipier Richard Carapaz reste l’une des belles images de ce Tour de France 2020.

Richard Carapaz et Michal Kwiatkowski fêtant la victoire d’étape du Polonais sur le Tour de France 2020. (Photo : Getty Images)

Deux semaines plus tard s’est élancé le Tour d’Italie. En mauvaise condition pour la Grande Boucle, Geraint Thomas avait été choisi comme leader sur le Giro. Mais après une chute, le vainqueur du Tour de France 2018 a été contraint de poser pied à terre. Malgré cette difficile nouvelle, l’équipe a su se remobiliser pour finir sur une prestation collective exceptionnelle. Au final, une razzia comme rarement vu sur un grand tour pour une seule équipe.

L’équipe de Dave Brailsford a remporté 7 victoires d’étapes et le classement général. Filippo Ganna, le champion du monde du contre-la-montre a écrasé la concurrence sur les trois exercices individuels de cette édition. Le chrono inaugural lui a d’ailleurs permis d’endosser quelques jours la tunique de leader. En plus de sa domination dans l’effort individuel, il a montré de belles qualités de grimpeurs, remportant une étape de moyenne montagne après avoir pris part à l’échappée.

Pour sa seconde participation à un grand tour, l’Equatorien Jhonatan Narvaez a triomphé en solitaire lors de la douzième étape. Discret durant la première partie du Giro, Tao Geoghegan Hart est monté en puissance au fil de cette édition. Durant la dernière semaine de course, il a remporté deux étapes de montagne et a chipé la tunique rose lors du contre-la-montre final, au nez et à la barbe de l’équipe Sunweb.

Tableau des transferts

ArrivéesDéparts
Richie PorteChris Froome
Adam YatesVasil Kiryienka
Daniel Felipe MartinezChristian Knees
Laurens De Plus Ian Stannard
Thomas PidcockChris Lawless

Au revoir King Froome

Véritable figure de la domination du Team Sky sur les routes du Tour de France, Chris Froome a mis les voiles à l’Est pour rejoindre l’ambitieuse Israël Start-up Nation. Plus au niveau pour Ineos Grenadiers et ne représentant aucunement l’avenir, il clôt un chapitre de 11 saisons au sein de la formation britannique, repartant avec 7 grands tours dans la musette. Venu comme un coureur lambda, reparti comme une légende !

Ce mercato a aussi vu la retraite de plusieurs historiques de l’équipe britannique : Vasil Kiryienka, Christian Knees (qui intègre le staff de l’équipe) et Ian Stannard. Chris Lawless part lui chez la Total Direct Energie.

Un mercato XXL

Ineos Grenadiers ne se laisse pas le temps de ruminer ses désillusions. Peu performante collectivement sur le Tour de France et le Tour d’Espagne, l’équipe de Dave Brailsford se devait de s’étoffer qualitativement durant l’intersaison. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’armada britannique s’est renforcée de manière conséquente, réalisant le meilleur mercato du peloton.

Cette année 2021 sonne comme le retour de Richie Porte, lui qui a porté le maillot de la Sky de 2012 à 2015. L’Australien de 36 ans sort d’une très belle saison qui l’a vu finir sur le podium du Tour de France. Après avoir accompli le but ultime de sa carrière, il revient comme équipier de luxe (ou plus ?), un rôle où il a parfaitement excellé durant son premier passage au sein de la formation britannique.

L’un des gros coups de l’intersaison est la signature d’Adam Yates. A 28 ans, il se sépare de son frère pour la première fois de sa carrière. Le grimpeur qui voulait courir pour une équipe britannique ajoute une nouvelle touche anglophone dans un formation qui s’internationalise de plus en plus. Un recrutement qui ravit David Brailsford.

En tant qu’équipe mondiale avec un coeur britannique, le caractère britannique sans fioritures d’Adam est parfaitement adapté. Il sait comment gagner et son approche sérieuse, déterminée et résiliente sont exactement les attributs que nous cherchons à favoriser lorsque nous construisons notre nouvelle équipe.

Dave Brailsford

Ineos Grenadiers a continué son mercato parfait en signant le Colombien Daniel Felipe Martinez, vainqueur du Critérium du Dauphiné 2020, et Laurent De Plus, qui a quitté la Jumbo-Visma pour rejoindre une autre superpuissance. Dans le sens de faire perdurer une identité anglo-saxonne, Ineos Grenadiers a recruté Thomas Pidcock, pépite du cyclisme britannique dont le grand talent a déjà pu être perçu dans la discipline du cyclo-cross.

Qu’attendre d’Ineos Grenadiers en 2021 ?

Comme chaque année, Ineos Grenadiers est une formation très attendue, particulièrement sur les courses de trois semaines qu’elle maîtrise à la perfection. Défaillant sur le Tour de France 2020, Egan Bernal a choisi le Giro et son parcours qui correspond plus à ses qualités de grimpeur que celui de la Grande Boucle. Le prodige colombien va devoir se relancer après une dernière saison éprouvante aussi bien sur le plan physique que mental.

Filippo Ganna sera également sur les routes italiennes. Il retourne sur son tour national où l’on a pu voir tout le talent de ce jeune crack du cyclisme transalpin. Des qualités moins reconnues de grimpeurs ont pu pointer le bout de leur nez. Au point de devenir un équipier important en montagne pour le Colombien ? Il pourrait s’inspirer de Rohan Dennis, aussi rouleur de classe international, qui a grandement participé au succès de Tao Geoghegan Hart sur le Tour d’Italie 2020.

Daniel Martinez est aussi prévu sur le Giro. Ce grimpeur, très bon rouleur, sera un bon coéquipier pour son compatriote dès que la route va s’élever. Lors du Tour de France 2020, il a prouvé ses grandes qualités en s’imposant au sommet du difficile puy Mary. Après une Grande Boucle compliquée à cause de blessures tout le long de la course, le Russe Pavel Sivakov revient sur les routes italiennes où il avait réalisé un top 10 durant l’édition 2019.

Daniel Martinez, recrue phare d’Ineos Grenadiers pour travailler dans la montagne. (Photo : Stuart Franklin/AFP)

Pour le Tour de France, la sélection entière de l’équipe est déjà quasiment connue. Ineos Grenadiers a choisi une équipe polyvalente avec plusieurs coureurs pouvant se détacher en tant que leader. Les expérimentés Geraint Thomas et Richie Porte ont le profil le plus adapté à ce Tour fait pour un grimpeur-rouleur. Thomas sort d’une saison difficile où il n’a pas été aligné sur le TDF et a abandonné sur le Giro. Pas forcément la carte numéro 1 d’Ineos Grenadiers, il profite du parcours et d’un Bernal ayant privilégié le Tour d’Italie pour avoir les faveurs de son équipe.

Les deux derniers vainqueurs du Giro – Richard Carapaz (2019) et Tao Geoghegan Hart (2020) – seront présents sur le Tour. En tant que coleaders ? Co-équipiers de luxe ? Electrons libres ? Beaucoup de questions peuvent se poser sur l’utilisation de ces deux coureurs.

Comme nous n’avons pas remporté le Tour l’année dernière, cela va nous donner la liberté de penser différemment et de proposer une stratégie créative pour gagner la course

Dave Brailsford

Pour accompagner ce beau monde, on compte sur le capitaine de route Jonathan Castroviejo, Laurens De Plus et Michal Kwiatkowski. La dernière place devrait se jouer entre Rohan Dennis et Luke Rowe.

Pour le Tour d’Espagne, Adam Yates va conduire l’équipe britannique. Il sera possible d’y retrouver Bernal qui pourrait faire le doubler Giro-Vuelta et le jeune prodige Tom Pidcock pour faire ses débuts en grands tours sur les routes espagnoles.

Sur les trois grands tours, Ineos Grenadiers va devoir adopter un style plus offensif que robotique. Elle va souhaiter utiliser ses nombreuses cartouches, mettant à profit la profondeur de son effectif. Les profils de la nouvelle génération ont moins de qualité de rouleurs (que les Wiggins, Froome, Thomas, Porte). Le train infernal à chaque étape de montagne semble donc bel et bien terminé avec une formation britannique qui va s’adapter à ses hommes. Pour notre plus grand plaisir ?

Dans l’ombre des grandes stars de l’équipe, de nombreux jeunes coureurs doivent continuer à se développer. C’est le cas d’Eddie Dunbar, de Jhonatan Narvaez et du grimpeur colombien Ivan Sosa qui sort d’une Vuelta 2020 très décevante.

Jhonatan Narvaez, l’un des nombreux jeunes de talents de la formation britannique. (Photo : Ineos Grenadiers).

Du côté des classiques, on compte une nouvelle fois sur Michal Kwiatkowski pour les ardennaises et Dylan Van Baarle sur les flandriennes. Bon rouleur, Filippo Ganna est naturellement attiré par les classiques de costauds. Ses qualités le dirigent vers les flandriennes où il a prévu de participer à Paris-Roubaix. 

Marquer l’histoire en contre-la-montre et sur les pavés du nord ; Filippo Ganna est-il destiné à devenir un profil à la Fabian Cancellara ? En tout cas, l’intéressé ne semble pas se fermer de portes pour l’avenir.

Les Classiques ? Je les aime toutes. En commençant par Milan-San Remo puis Paris-Roubaix. Nous verrons comment je vais évoluer et comment je pourrai aborder ces compétitions

Filippo Ganna, propos relayé par cyclismactu.net

En plus du Polonais Kwiatokowski, Adam Yates et Gianni Moscon (par le passé a pu montrer de belles choses sur ces types de courses) sont aussi des cartes intéressantes sur les ardenaises.

Avec une qualité et une profondeur d’effectif qui fait pâlir tous ses concurrents, Ineos Grenadiers semblent en mesure de régner en maître sur la planète cyclisme. Le staff devra faire cohabiter cette abondance de talents composé de coureurs d’expériences, jeunes vainqueurs de grands tours et pépites à polir afin de maximiser le bijou qu’il a entre les mains. La formation de Dave Brailsford est particulièrement attendue sur les grands tours où elle peut pourquoi pas rêver d’une grand chelem historique. L’équipe semble aussi capable de mieux performer sur les classiques. Ineos Grenadiers, prête à régner sur la galaxie du cyclisme mondial ?

Effectif complet : Andrey Amador (34 ans), Leonardo Basso (27 ans), Egan Bernal (24 ans), Richard Carapaz (27 ans), Jonathan Castroviejo (33 ans), Laurens De Plus (25 ans), Rohan Dennis (30 ans), Owain Doull (27 ans), Eddie Dunbar (24 ans), Filippo Ganna (24 ans), Tao Geoghegan Hart (25 ans), Michal Golas (36 ans), Ethan Hayter (22 ans), Sebastian Henao (27 ans), Michal Kwiatkowski (30 ans), Daniel Felipe Martinez (24 ans), Gianni Moscon (26 ans), Jhonatan Narvaez (23 ans), Thomas Pidcock (21 ans), Richie Porte (36 ans), Salvatore Puccio (31 ans), Brandon Smith Riviera (24 ans), Carlos Rodriguez 20 ans), Luke Rowe (30 ans), Pavel Sivakov (23 ans, Ivan Ramiro Sosa (23 ans), Ben Swift (33 ans), Geraint Thomas (34 ans), Dylan Van Baarle (28 ans), Cameron Wurf (37 ans), Adam Yates (28 ans).

Retrouvez ici l’ensemble de nos previews de la saison 2021 :

Alpecin-Fenix : à la découverte des grands tours

Delko : un mélange de jeunesse et d’expérience

B&B Hôtels P/B KTM : une première Grande Boucle qui a ouvert l’appétit

Arkea-Samsic : l’axe Rennes-Bogota à maturité

Team Total Direct Energie : nouvelle saison, nouvelles têtes d’affiche

Intermarché-Wanty Gobert : Entre transition et apprentissage

Qhubeka Assos : Aru le revanchard ?

Israel Start-Up Nation : à la conquête de l’Ouest

Cofidis : Guillaume Martin, l’arbre qui cache la forêt ?

Movistar : un nouveau chapitre

BikeExchange, projet du bout du monde

AG2R Citroën : en mode classique !

Lotto Soudal : tout pour Caleb ?

Bahrain-Victorious, all-in sur Landa.

EF Education-Nippo : La vie en rose

Groupama-FDJ : Nouveaux rois du peloton ?

Trek Segafredo, la vieille garde et les jeunes loups

Astana-Premier Tech : Jeunesse lève-toi !

Team DSM : Le début de la faim

(2 commentaires)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :