Café Crème Sport

Open d’Australie : fini la folie, place à la magie

Le tableau féminin nous a apporté son lot de surprises tout au long de cette quinzaine australienne. Pour les demi-finales, les rencontres ont été totalement différentes. L’une a tourné court, sans réelle bataille, il aura fallu 1h15 au vainqueur pour s’imposer. Dans l’autre, le combat a été rude, il aura fallu 3 sets et près de 2h de jeu pour valider son ticket pour la finale.

Naomi Osaka – Serena Williams

Naomi Osaka et Serena Williams lors de la demi-finale de l’Open d’Australie (Crédit : Eurosport)

Ce duel de génération entre les deux joueuses ne nous est pas inconnu, en effet ce match est un « remake » de la finale de l’US Open 2018. D’un côté, Naomi Osaka veut montrer qu’elle est la nouvelle patronne du tennis mondiale tandis que Serena Williams veut elle montrer qu’elle peut encore remporter un Grand Chelem, chose qu’elle n’a pas réussi depuis 2017.

C’est la plus expérimentée des deux qui débute le mieux la rencontre, l’Américaine break d’entrée son adversaire du jour. Une fois la pression du début de match évacuée Osaka nous montre ce qu’elle sait faire de mieux pour enchaîner 4 jeux de suite. Elle prend alors les rennes de la rencontre et va s’imposer dans cette première manche 6/3.

La deuxième manche débute comme la fin du set précédent. Osaka break d’entrée et fait encore une fois la course en tête. Serena Williams a un sursaut d’orgueil à 4/3 contre elle, elle débreak et recolle à 4 jeux partout. C’est à ce moment-là que la Japonaise décide de calmer les ardeurs de l’ancienne numéro 1 mondiale. Elle reprend le service de Williams dans la foulée et vient conclure la rencontre 6/4. Serena Williams n’a jamais su être en position de force comme elle a l’habitude. En effet, c’est son adversaire du jour qui a su se montrer plus dominante. Naomi Osaka a frappé 20 coups gagnants tandis que Serena Williams en a frappé « que » 12 pour 24 fautes directes, bien loin de ses standards habituels. Cette rencontre est peut-être la passation de pouvoir entre les deux championnes.

Karolina Muchova – Jennifer Brady

Brady lors de sa victoire contre Muchova (Crédit : Eurosport)

C’est clairement une demi-finale sur laquelle personne n’aurait parié en début de tournoi. Muchova s’est notamment défait de Pliskova, de Mertens et pour finir de la local numéro 1 mondial Barty. De son côté, Brady s’est montré ultra dominante durant tout le tournoi, perdant son premier set en quart de finale.

Jennifer Brady est plus expérimentée que son adversaire à ce stade la compétition. En effet, lors du dernier US Open, elle avait déjà atteint les demi-finales. L’Américaine n’a clairement pas fait le meilleur match de sa quinzaine, avec seulement 50% de première balle et 38 fautes directes, elle décide de se concentrer sur les moments important. Dans la première manche elle break au meilleur des moments, à 5/4, ce qui lui permet de se détacher en remportant cette première manche. Mais comme face à Barty, Muchova n’abdique pas et se montre dès le début de la deuxième manche. Elle prend le service de l’Américaine dès le premier jeu et s’offre même le luxe de le prendre une deuxième fois en fin de set pour conclure 6/3. Avec des matchs éprouvant tout au long de la quinzaine, Muchova a une baisse de régime dans le milieu de la dernière manche, Brady en profite pour breaker. L’Américaine sert alors pour le match, et le moins qu’on puisse dire c’est que ce jeu est très tendu. En effet, Muchova a 3 balles de breaks tout au long du jeu, tandis que Brady conclue sur sa sixième balle de match. Brady valide son ticket pour la première finale de Grand Chelem en carrière.

Naomi Osaka – Jennifer Brady

Les deux joueuses arrivent avec un bagage totalement différent. La première a déjà remporté 3 tournois du Grand Chelem à seulement 23 ans tandis que Brady n’a jamais disputé de finale de Grand Chelem dans sa carrière. Il ne faut pas être devin pour savoir que Osaka est la grande favorite et Brady l’outsider. La Japonaise s’est montrée sérieuse, appliquée, dominante tout au long du tournoi avec notamment des victoires sur Serena Williams, Garbine Murguruza et Ons Jabeur. L’Américaine elle aussi fait un tournoi sérieux, à la petite différence qu’elle n’a pas eu de gros test excepté en demi-finale, où elle n’a pas réussi à pratiquer son meilleur tennis. Si elle arrive a s’ôter cette pression d’une finale elle posera à coup sûr des problèmes à Osaka, dans le cas contraire la Japonaise, habituée des grands rendez-vous, ne se fera pas prier pour décrocher un quatrième Grand Chelem.

La finale du tableau féminin aura lieu samedi à 9h30. Osaka tentera de décrocher un titre du Grand Chelem pour la quatrième année consécutive tandis que Brady voudra elle remporter son premier titre. Et pour vous qui va s’imposer ?

Exit mobile version