Foot Ligue des Champions

Débrief tactique : Giroud et Chelsea font le break

Un huitième de finale de Ligue des Champions en Roumanie, ce n’est pas commun. C’est pourtant ce qui va avoir lieu ce soir à l’Arena Nationala de Bucarest entre l’Atlético de Madrid et Chelsea. Une affiche indécise et prometteuse qui oppose les hommes de Simeone et son 4-4-2 classique face à ceux de Tuchel, fraîchement arrivé à Chelsea, et son innovant 3-4-1-2.

Les compositions d’équipes au coup d’envoi :

Atlético au coup d’envoi.

Du classique côté Simeone, le fameux 4-4-2 est de sortie. Seule petite surprise, le milieu polyvalent Marcos Llorente est titulaire au poste arrière droit en les absences de Vrsaljko (blessure) et de Trippier (suspension). Gimenez est aussi absent sur blessure. En défense aussi, Hermoso, profil plus défensif, est préféré à Lodi. Pour le reste, c’est du Simeone classique.

Chelsea au coup d’envoi.

Côté Blues, Tuchel a dû palier à l’absence de Silva sur blessure et choisi d’aligner la triplette Rudiger-Christensen-Azpi en défense centrale. Il fait aussi le choix d’aligner Hudson-Odoi à droite plutôt que Reece James. En pointe, Werner essaiera d’enfin lancer sa carrière à Chelsea en tournant autour de Giroud, le français étant préféré à Abraham. Autre français dans le groupe, Kanté est laissé sur le banc, au profit du trio Kovacic-Jorginho-Mount.

Les deux tactiques s’annihilent

C’est une première mi-temps terne en terme d’occasion mais riche en enseignements tactiques. Les deux formations se sont vite neutralisés et on sent que seul une erreur individuelle ou la fatigue de fin de match pourrait nous empêcher d’assister à un 0-0. L’Atlético ne veut pas du ballon et l’a bien fait savoir en se repliant sur sa propre surface dès que Chelsea réussissait à passer la première ligne de pressing. Ensuite, face à un bloc bas et deux lignes compactes, une de 6 joueur et une de 4, Chelsea n’a jamais trouvé la solution malgré quelques bonnes situations grâce à des renversements de la part des milieux ou des latéraux pour prendre le bloc compact des Cochoneros à revers.

Face à Correa, Mount, averti, manquera la manche retour. (Crédits : Daniel Mihalescu/AFP)

Pour les rouges et blancs, les situations dangereuses sur le but de Mendy ont surtout résulté d’erreurs de transmission de Chelsea qui panique face au pressing. La volonté de l’Atlético est de forcer Mendy à être un relancer et sauter une ligne sur ses relances au pied. Ce stratagème permet aux Espagnols de gratter des ballons et d’avoir le temps de se regrouper si Mendy trouve preneur, souvent sur un second ballon. Sur les rares situations où il a été alerté, Giroud a su peser dans l’axe du terrain mais Chelsea a préféré l’ignorer la majeure partie de la mi-temps. Mount et Werner ont eu des opportunités mais ont tout gâché, comme à leur habitude dernièrement. Mount a d’ailleurs reçu un jaune qui le rend suspendu au retour après une seule petite minute. Chez l’Atlético, des mouvements intéressants ont eu lieu entre les duos Félix-Lemar à gauche et Suarez-Correa à droite sans que ces deux duos n’aient réussi à combiner en trio. Un triangle Suarez-Félix-Lemar/Correa pourrait être essentiel pour débloquer la défense de Chelsea.

Chelsea au forceps

Le match a repris sur un rythme un peu plus élevé en deuxième mi-temps où l’Atlético est un poil plus sorti de son camp. En face, Chelsea a su rester solide derrière et ne pas paniquer pour éviter de commettre des erreurs. Et grâce à cela, les Blues ont réussi à trouver l’ouverture sur un ballon mal dégagé par Hermoso. Olivier Giroud sent le ballon retomber au bon endroit, s’élance et s’envole dans le stade roumain pour un retourné acrobatique magnifiquement placé dans le petit filet d’Oblak. Ce but litigieux et longtemps vérifié par la VAR a finalement été accordé car les arbitres ont considéré que seul Hermoso a touché le ballon et que c’était un geste volontaire et contrôlé de sa part, bien que très mal exécuté.

Il en aura fallu qu’une pour le meilleur buteur français en Ligue des Champions. Suite à ce but, l’Atlético s’est vu obligé de chercher à sortir et à produire un minimum de jeu, ce que les Cochoneros n’étaient pas prêts à faire aujourd’hui. Chelsea a voulu défendre le 1-0, notamment avec l’entrée de James pour Hudson-Odoi à droite. Les quelques ballons de contre que les Blues ont eu n’ont rien donné mais l’important est là pour eux, la victoire 1-0 sans avoir laissé un seul ballon de but aux Cochoneros.

Les clés du match

Les flops du match

Félix : Peu disponible, le petit prodige n’a pas su pesé sur la rencontre. Effacé en seconde mi-temps, il n’a pas su faire la différence sur ses quelques ballons et a été retrouvé dans la poche arrière d’Azpilicueta au coup de sifflet final. Ses compères en attaque n’ont pas brillé non plus, mais ils se sont au moins rendus un peu plus disponibles dans la profondeur comme à la construction.

Saul : Très effacé par rapport à Koke au milieu, Saul a traversé ce match sans jamais imposé de rythme ou mis sa patte sur le jeu. Présent défensivement mais absent offensivement, il montre par sa performance tout ce qui a manqué aux Cochoneros.

Werner : Oui, Chelsea a gagné. Mais cela n’enlève rien à la piètre prestation de Timo qui a préféré à deux reprises frapper à angle fermé face à Oblak plutôt que de centrer sur Giroud, spécialiste pour pousser la balle au fond sur ce type de ballons. Werner a enchainé des appels pas toujours bien senti et n’a rien apporté à la construction côté Blues.

Les choix forts

Simeone : Hermoso et son profil défensif plutôt que Lodi et son profil offensif, c’est l’unique choix de Simeone ce soir. Payant en première mi-temps pour verrouiller Chelsea, ce n’a pas été le cas en seconde période. Hermoso offre la balle de but à Giroud sur une maladresse et l’absence de Lodi sur le flanc gauche, pourtant défendu par le duo Jorginho-Hudson Odoi (Azpi étant souvent sur Félix), a clairement amputé l’Atlético d’une belle arme dans une soirée où les armes se faisait rares.

Tuchel : Il a oublié de faire passer le mot à Mount (averti après une minute) qu’il était sous le coup d’une suspension au prochain carton jaune, comme avec Verratti contre Dortmund l’an passé, mais on ne lui en veut pas. Car après une entame difficile à cause notamment d’une défense sous pression, Chelsea a pris le jeu en main et a paru de plus en plus à l’aise au fil du match. Et lorsque Giroud, choisi titulaire par Tuchel, est sorti de sa boîte, c’est aussi grâce au manager allemand que ce but a eu lieu. Tuchel a ensuite verrouillé le résultat en attendant un match retour où ses choix devront se faire au milieu, avec Mount et Jorginho suspendus et Kanté touché pour le moment.

L’homme du match

Il a toujours joué simple et juste et a débloqué la situation. C’est tout ce qu’on demande à un numéro 9 et Olivier Giroud l’a fait à la perfection. Il a en même temps montré ses qualités de renard des surfaces, ses qualités de finisseur acrobatique et ses qualités de sens du but en marquant sur le ballon mal dégagé par Hermoso. Le reste du temps, il a été utile comme point d’ancrage pour se sortir du pressing et orienter le jeu. Il a su se rendre disponible sur des situations où le centre n’est jamais arrivé et a su gagner ses duels aériens sur les dégagements de la défense londonienne. Un sans-faute pour le Français à 4 mois de l’Euro.

Giroud en apesanteur. (Crédits : AFP)

Chelsea obtient un résultat prometteur en vue du match retour grâce à leur victoire. Néanmoins, les absences de Jorginho et Mount sur suspension peuvent peser pour les Londoniens qui sont privés de Kanté, blessé, pour encore quelques matchs. Pour les Cochoneros, la tâche est grande mais ils savent qu’il suffira d’un but pour faire douter les Blues et ensuite pouvoir proposer leur jeu défensif. Ils savent aussi qu’en marquant deux fois, ils assureront quasiment leur qualification et ont montré qu’ils en étaient capables à maintes reprises en Liga cette saison.

Source de la photo de couverture : AFP via Getty Images.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :