Biathlon Omnisport Sports hiver

Biathlon – Eric Perrot avant les mondiaux juniors : « J’ai beaucoup d’ambition »

19 ans et pétrit de talent ! Le fils de Franck Perrot, médaillé de bronze en relais aux mondiaux d’Antholz Anterselva de 1995, fait une entrée pour le moins remarquée en IBU Cup, seconde division du biathlon mondial. Auteur d’une progression constante, le savoyard franchit les étapes les unes après les autres sans les griller. Titré sur le sprint du Festival Olympique de la Jeunesse Européenne à Sarajevo en 2019, et médaillé de bronze sur l’individuel des mondiaux juniors l’an passé, Eric Perrot s’est vu ouvrir les portes du circuit sénior. A mi-saison, le jeune peiserot tire un premier bilan en revenant notamment sur sa première participation aux championnats d’Europe séniors, et nous dévoile ses objectifs pour les prochaines échéances.

À mi-saison, quel bilan tires-tu de ta première année en IBU Cup ?

« Mon bilan sur cette première partie de saison internationale est très positif ! J’ai pu participer aux trois semaines d’IBU Cup de janvier, une première pour moi sur ce circuit sénior. C’était une super expérience, j’ai eu l’occasion d’en apprendre plus sur le biathlon de haut niveau, je retiens beaucoup de petits détails qui vont me permettre de progresser. J’ai également eu l’occasion de « matcher » les séniors sur quelques courses, ce qui me donne de la confiance pour la suite de la saison, mais surtout pour les années qui arrivent ».

L’adaptation à ce nouveau circuit s’est-elle faite naturellement ?

« Le niveau est bien évidement diffèrent par rapport aux courses en France, mais l’adaptation se fait rapidement car au final cela reste des courses de biathlon. L’objectif reste donc identique, skier vite et tirer bien ! Je n’avais pas de pression particulière, la seule chose que j’espérais était de faire du biathlon de qualité et au meilleur de mon niveau. Parfois on se met la pression pour le faire, mais étant donné mon jeune âge je n’avais pas d’attentes par rapport au résultat ».

Eric Perrot lors de sa première course en IBU Cup, il prendra la 8e place de ce premier sprint à Arber (ALL)

« L’objectif reste donc identique, skier vite et tirer bien ! Parfois on se met la pression pour le faire, mais étant donné mon jeune âge je n’avais pas d’attentes par rapport au résultat« 

Dans quel état d’esprit as-tu abordé ces premiers championnats d’Europe ?

« J’ai abordé les championnats d’Europe comme une IBU cup, avec encore un peu plus de niveau. J’avais donc les mêmes objectifs de travail, mais pas vraiment d’objectifs ou de pression au niveau des résultats ».

« Je réalise un très bon sprint avec une surprenante 5e place ! Je ne m’attendais pas à ce résultat mais j’en suis bien évidemment très satisfait. Le temps de ski est la différence la plus importante entre les séniors et nous, donc le fait de se retrouver parmi les meilleurs skieurs du jour est très encourageant ».

« La poursuite se passe moins bien avec beaucoup trop de fautes au tir, je suis bien évidemment très déçu, mais j’ai fait de mon mieux et j’en tire d’importants enseignements pour la suite. Je n’avais pas de pression car je savais que les concurrents allaient être très fort ! J’étais uniquement concentré sur le travail que j’avais à faire, mais je n’ai pas été assez bon ce jour-là… »

Premiers Championnats d’Europe pour Eric à Duszniki Zdroj (POL). Crédit : Kevin Voigt

« Je préfère franchir les étapes une à une, je suis jeune et je souhaiterai monter le jour où je serai totalement prêt« 

On sait que des jeunes comme Émilien Claude ou Oscar Lombardot ont déjà obtenu un ticket pour un week-end en Coupe du Monde, es-tu pressé que ce soit ton tour ?

« En effet déjà deux juniors ont eu l’opportunité de gouter à la Coupe du Monde, je ne suis pas pressé d’y aller ! L’IBU Cup est un circuit de très haut niveau et j’ai encore beaucoup à apprendre avant de m’imposer régulièrement sur celui-ci. Je préfère franchir les étapes une à une, je suis jeune et je souhaiterais monter le jour où je serais totalement prêt ».

Comment se traduit cette « concurrence » entre juniors dans l’équipe ?

« L’ambiance dans l’équipe est géniale ! Nous sommes un groupe très jeune, nous nous comprenons donc bien et souhaitons tous aller de l’avant, ce qui crée une bonne émulation. La concurrence est saine, tout le monde est bienveillant, même si sur la piste on ne se fait pas de cadeaux ! »

Crédit : Jolypics

« Au final ce qui compte c’est de continuer à faire du bon biathlon, progresser et apprendre pour la suite« 

Quels sont tes objectifs pour la fin de saison et l’année prochaine ? 

« La fin de saison se veut très intéressante avec les Championnats du monde Junior du 27 février au 07 mars. J’ai beaucoup d’ambitions sur cet évènement, mais au final ce qui compte c’est de continuer à faire du bon biathlon, progresser et apprendre pour la suite. Il y aura également la fin du circuit IBU Cup avec encore des courses intéressantes pour progresser ».

« Les années suivantes sont incertaines à cause de la crise sanitaire, mais si tout se déroule au mieux l’IBU Cup sera un objectif majeur ainsi que les Championnats du Monde Junior ! »

Le jeune savoyard plein d’ambitions sera à surveiller de près aux mondiaux junior d’Obertilliach en Autriche qui débutent ce samedi. Bronzé l’an passé à Lenzerheide, Éric Perrot part en quête de métaux encore plus précieux, et le CCS sera comme toujours premier supporter du peiserot et de toute l’équipe de France !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :