Omnisport Tennis

Djokovic sera-t-il le boss de 2021 ?

Toujours remis en cause, pas apprécié à sa juste valeur. Le Serbe rentre dans la dernière phase de son idyllique carrière. Finale à Melbourne, finale à Paris, finale à Londres puis finale à New-York ? Allons, ne rêvons pas, mais c’est tout à fait possible de voir le Serbe jouer les 3 autres finales de l’année 2021. Le maître de la Rod Laver Arena, c’est bien lui, mais le sera-t-il sur les autres continents ? Malgré des chamboulements, dans le décompte du classement ATP, Djokovic mène toujours la danse du tennis mondial.

En commençant la saison en fanfare, enfin presque vu qu’il n’a pas réussi à ramener de nouveau le titre à la Serbie durant l’ATP Cup, Novak assoie année après année sa domination sur le circuit mondial. Même si l’icône suisse n’a pas pointé le bout de son nez sur les terres australiennes, Djokovic n’a pas eu à affronter un adversaire de son calibre excepté lui-même. Oui, rappelons-le, il a disputé la majorité du tournoi avec une déchirure musculaire sur l’oblique abdominale. La question mérite bien d’être posée et encore plus après son 9e titre acquis à Melbourne en terrassant Daniil Medvedev.

Son programme risque d’être allégé, son staff a annoncé après sa victoire en Australie que Djokovic ne sera sûrement pas présent sur les courts avant le tournoi de Monte-Carlo, en préparation de Roland-Garros. Le numéro un mondial, va prendre le temps de soigner sa blessure qu’il a aggravée en continuant à jouer lors de l’Open d’Australie. Bien lui en a pris, car il conserve sa couronne et relance la course aux Grands Chelems. Roger Federer reste premier avec 20 titres, Rafael Nadal est à égalité avec le Suisse et le Serbe est en troisième position avec 18 titres.

Palier 18

Ce cyborg a tout pour prétendre déloger ces deux aînés. Et c’est surtout sa nouvelle obsession. Il l’a déclaré juste après l’acquisition de son nouveau majeur qu’il vivra seulement pour les Grands Chelems. Il veut placer son nom tout en haut de son sport et déloger ses deux compagnons du Big 3.

Rarement inquiété, Novak Djokovic semble toujours autant imprenable. Il a cette aisance à détruire ses adversaires en ne leur offrant aucune solution pour le déborder. Il va même les contraindre à changer leur plan de jeu s’ils veulent avoir une chance de remporter la partie. Durant cette quinzaine, comme Nadal à Roland-Garros, les avis divergeaient et beaucoup imaginaient une sortie prématurée pour le Djoker. Mais il a su répondre de la plus forte des manières en écrasant l’adversaire qui semblait le plus apte à l’inquiéter pour renforcer sa royauté en Australie.

Depuis ses débuts en 2004*, le Serbe n’a eu que 6 années où il n’a pas soulevé un Grand Chelem : 2005, 2006, 2007, 2009, 2010 et 2017. Il joua en 2007 et 2010 la finale à l’US Open. 

À la poursuite des records

Âgé de 34 ans, le natif de Belgrade a dépassé le record du nombre de semaines passées (310) en tant que numéro un mondial mi-mars mars dernier et s’est offert le luxe de dépasser Roger Federer. 
Cela fait déjà un nouvel objectif rempli pour Nole qui avait annoncé après avoir disputé Roland-Garros en fin de saison dernière qu’il voulait aller chercher ce record de Federer.

Aujourd’hui chose faite, Novak ne se sachant pas aimé à sa juste valeur, il n’a qu’une envie, celle de laisser son empreinte tout en haut du tennis mondial. Il veut être considéré comme la légende du tennis mondial par les générations futures. Son objectif est clair, avoir tous les records, enfin quand il dit tous les records, bien sûr, il n’aura jamais celui de John Isner qui a le record du service le plus rapide : 253km/h.

Une nouvelle organisation

En rentrant dans un âge charnière, sa stratégie change et pour remplir ses objectifs, il a besoin de changer ses habitudes. Ainsi pour aller chercher ce record qu’il convoite tant d’être le plus titré du Grand Chelem, Novak a décidé de limiter sa présence sur tous les tournois et de prendre le temps de se préparer correctement pour aller chercher le plus de titres possibles. Nadal et Federer n’ont qu’à bien se tenir, Novak semble inarrêtable et plus focalisé que jamais sur ce record de légende. 

Même si beaucoup de fans rêvent de voir un retour triomphant de Federer à Wimbledon, Roger devra être en forme, car il n’aura pas la possibilité de louper à nouveau deux balles de match contre Djokovic. Oui, le Serbe semble plus fort que jamais, toujours en quête d’excellence, il ne laissera plus aucune brèche. Contre lui, ses adversaires devront jouer le match de leur vie et ne pas attendre qu’il se fasse de nouveau exclure d’un Grand Chelem pour un saut d’humeur comme à l’US Open.

Le défi d’une vie

Mais aux vues du nombre de blessures et de problèmes physiques depuis la reprise du tennis après l’arrêt causé par le Covid, il n’est pas ridicule de se demander si en se focalisant sur les Grands Chelems, Djokovic ne se trompe pas de stratégies. Car bien qu’il déclare haut et fort que la Next Gen a encore beaucoup à apprendre et qu’elle n’est pas au niveau, eux arriveront en forme et avec des bons repères au moment d’entamer les Grands Chelems. Le temps lui donnera sûrement raison, mais attention, car la fraîcheur physique ne suffira pas forcément sur une quinzaine où tous les gros joueurs auront à cœur de faire un résultat.

« Novak est le meilleur et le plus complet des joueurs de tennis de l’histoire »

Goran Ivanisevic, coach de Djokovic

Lancé vers de nouveaux horizons, ce Djokovic a besoin de reprendre du bon temps avec sa famille avant de repartir à la conquête de la couronne suprême, adjugée au détenteur du plus grand nombre de Grand Chelem.

Une chose est sûre, le numéro mondial à un désir immense de dépasser la légende vivante Suisse et il mettra tout en œuvre pour parvenir à ses fins. Novak veut prouver que le Big 3 n’est pas encore fini et qu’il faudra compter sur lui. Bien qu’il fut très critiqué l’année passée, le Serbe ne veut pas rendre les armes.

*Il a réellement commencé en professionnel en 2004 mais il n’a disputé seulement 15 matches et se place à la 186ème place mondiale.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :