NHL Sport US

Les Canucks, entre retour en arrière et apprentissage

Les Canucks connaissent un début de saison compliqué. Après un été réussi sur les patinoires canadiennes lors des séries, la franchise de Vancouver peine à confirmer les attentes placées en elle. À la mi-saison, l’équipe semble bien loin d’une qualification pour les séries et doit absolument se reprendre au risque de subir une grosse déception en restant hors du top4 canadien. 

Une jeunesse insouciante

La franchise de Vancouver est apparue comme une équipe rafraîchissante l’été dernier avec la confirmation du talent de nombreux joueurs. Ainsi des joueurs comme Elias Pettersson, Quinn Hughes ou encore Brock Boeser sont devenus des têtes incontournables de cette nouvelle génération de Canucks. Sans expérience en séries l’été dernier, ils ont été les joueurs forts de cette équipe cumulant 45 points dont 13 buts. De bonnes performances qui ont permis à la franchise de Vancouver d’aller jusqu’en demi-finale de la conférence Ouest contre les Golden Knights. Ils accrocheront même la franchise de Las-Vegas, les emmenant jusqu’à un match 7. Il était donc légitime de revoir ces joueurs cette saison pour guider cette équipe. Elias Pettersson est probablement le joueur le plus talentueux de cette équipe. Vainqueur du trophée Calder en 2019, l’attaquant suédois a confirmé l’an passé en terminant avec 66 points inscrits dont 27 buts. Des statistiques à la hauteur de ce qu’il avait pu montrer lors de sa première saison dans la ligue. Très bon dans la finition avec un pourcentage de réussite dépassant encore les 16%, Pettersson a tout de la future star de la ligue. 

Dan Toulgoet, Vancouver Courier

À ses côtés, des joueurs comme Brock Boeser et J.T. Miller subliment l’attaque des Canucks. Le second a même terminé meilleur pointeur de la franchise la saison passée avec 72 points dont 27 buts. Un premier trio au fort potentiel et jeune, J.T. Miller étant le plus vieux avec ses 27 printemps.  Il ne faut pas oublier le capitaine Bo Horvat qui poursuit au niveau de la régularité avec au moins 50 points inscrits dont 20 Buts. Une aide précieuse pour celui capable d’occuper le premier trio en cas d’absence de Pettersson.  

L’autre jeune révélation de cette équipe n’est autre que Quinn Hughes. Le grand frère de Jack a été très précieux sur le plan offensif pour son équipe. Auteur de 53 points dont 8 buts, il a terminé à la deuxième place pour le trophée Calder derrière Cale Makar. Le défenseur américain a impressionné par sa qualité de passe permettant de tromper la défense adverse. Le seul point noir de sa saison reste quand même ses difficultés sur le plan défensif. À son âge, la marge de progression dans ce domaine reste importante. 

Derrière ces ovnis, l’équipe de Vancouver possède de très bons joueurs de compléments comme Tanner Pearson qui semble enfin avoir trouvé une équipe lui correspondant après un passage difficile chez les Penguins. Les joueurs comme Brandon Sutter ou encore le français Antoine Roussel apportent leur expérience dans ce vestiaire. L’ailier français n’est jamais avare pour faire les efforts en attaque et n’hésite pas à donner de lui-même. Un joueur de rêve pour cette jeune équipe. Sur le plan défensif, on peut citer Alexander Edler, Tyler Myers ou Nate Schmidt qui est arrivé à l’intersaison en provenance des Golden Knights contre un troisième tour des repêchages 2022. Une grosse arrivée pour les Canucks qui ont tenté de compenser le départ de Christopher Tanev. Une autre recrue est à signaler pour les Canucks avec la signature de Braden Holtby pour 2 ans et 8,6 millions de dollars. L’ancien gardien des Capitals est venu remplacer Jacob Markström qui a signé chez les Flames pour 6 ans et 36 millions de dollars. Une perte importante pour la franchise avec l’un des grands architectes de la réussite en séries des Canucks la saison dernière. 

Un effectif très intéressant sur le papier qui pouvait largement jouer le haut de la division grâce à une jeunesse talentueuse et en pleine confiance depuis les séries. Pourtant le début de saison est compliqué entre irrégularités et problèmes défensifs.

Un déséquilibre entre l’attaque et la défense

Si les Canucks sont aussi loin des premières places de la division canadienne c’est en raison des difficultés défensives rencontrées par la franchise. La franchise de Vancouver est très loin des standards attendus pour une équipe jouant les premières places. Alors que l’attaque est toujours impressionnante cette saison avec 81 buts inscrits, la défense est-elle au plus bas avec déjà 93 buts concédés. Sur le plan défensif, la franchise est seulement derrière les Senators au nombre de buts concédés

Dans une division globalement portée sur l’attaque, les Canucks sont plutôt efficaces dans ce domaine avec Brock Boeser, Elias Pettersson et Bo Horvat qui dépassent les 10 buts et les 15% d’efficacités devant les filets. Le trio Pettersson/Miller/Boeser fait même partie des meilleurs de la ligue avec un XGF/60 de 2,99. Le deuxième trio composé de Pearson/Horvat/Hoglander n’est pas en reste avec 2,89 XGF/60. Si la franchise de Vancouver est si à l’aise offensivement c’est aussi grâce à ses défenseurs très présents pour soutenir leurs attaquants. Ainsi Quinn Hughes confirme ses talents de passeur avec 22 points inscrits dont 20 assistances. Il se relève très intéressant en supériorité pour créer des décalages avec 12 assistances. Derrière lui, Tyler Myers parvient à se mettre en avant avec 13 points dont 10 assistances. Des joueurs globalement impliqués en attaque mais qui sont souvent pris de vitesse défensivement. 

La franchise de Vancouver est en grande difficulté défensivement. Lorsque les Canucks jouent, il faut s’attendre à une rencontre ponctuée de nombreux buts. Depuis le début de la saison, les Canucks n’ont réussi qu’un seul blanchissage. Seules quatre rencontres ont vu la franchise de Vancouver encaisser moins de trois buts. Une statistique peu flatteuse pour cette équipe traduisant les difficultés dans ce secteur. Il suffit de regarder les statistiques au niveau défensif des différentes lignes. Ainsi parmi les 10 paires avec au moins 100 minutes de jeu et ayant les XGA/60 les plus élevés, 3 évoluent à Vancouver. Ainsi la paire Schmidt/Myers possède un XGA/60 de 3,37, le plus élevé de la ligue. Quinn Hughes dont les qualités offensives sont saluées depuis le début de la saison, est plus en délicatesse défensivement. Que ce soit avec Hamonic ou Benn, le défenseur américain est en grande difficulté avec un XGA/60 de 2,88 avec Hamonic et 2,85 avec Benn. Le défenseur possède le temps de jeu le plus important de l’équipe avec une présence sur la glace de 22 minutes et 25 secondes en moyenne par match.Beaucoup de responsabilités qui semblent peser sur lui mais qui peuvent se comprendre, Alexander Edler commençant à être vieillissant. Les défenseurs ne sont pas les seuls à être responsables des mauvaises performances, les attaquants n’étant pas d’un grand soutien. 

AP Photo/Jay LaPrete

Enfin concernant les gardiens, la direction de la franchise avait décidé de signer Braden Holtby pour remplacer Jacob Markström. Depuis le début de la saison, l’ancien gardien des Capitals partage les filets avec Thatcher Demko. Le premier réalise un début de saison compliqué avec 89,3% de sauvetages et 3,56 buts encaissés en moyenne par match. Le second est plus en réussite avec 91,1% de sauvetages et 2,93 buts encaissés en moyenne par match. Des statistiques à la hauteur de sa moyenne en carrière.  

Un contraste saisissant entre ce réalisme offensif et ces lacunes défensives. Une différence qui entraine une place loin des attentes du début de saison. 

Retour en arrière ou continué dans le processus de construction ?

Après de très bons matchs pendant les séries de la dernière saison, la franchise des Canucks ne confirme pas les espoirs placés en elle. Alors la saison dernière doit-elle être analysée comme une  saison exceptionnelle dans le processus de reconstruction autour de Pettersson ? En effet, la franchise a connu une fin de décennie compliquée avec une seule qualification depuis la saison 2014/2015. Depuis le départ des frères Sedin, Pettersson incarne le futur de cette franchise mais la franchise n’espérait pas retrouver les séries aussi vite.

Avec le formidable parcours réalisé l’an dernier avec une victoire au tournoi de qualification contre le Wild 3/1 puis au premier tour des séries 4/2 contre les Blues, champion en titre, on se mettait à rêver du côté des Canucks d’un futur radieux. Les jeunes ne semblaient pas ressentir la pression de l’événement. En demi-finale de conférence, alors que la franchise était menée 3/1 par les Golden Knights, les joueurs des Canucks ne se sont pas résignées et sont revenus à 3/3 dans la série. Finalement le dernier match est perdu 3 / 0 dans un match où l’expérience l’aura emportée sur la fougue. La déception passée, le bilan de cet été de la franchise reste satisfaisant.  

Mais cette saison, les problèmes défensifs de la franchise pèsent sur les résultats de l’équipe qui se retrouve à la septième place de la division à 4 points de la dernière place qualification mais avec 5 matchs de plus. Un écart pourrait être créé dans les prochaines semaines réduisant considérablement les chances de qualification des Canucks. 

Jim Benning, directeur général des Canucks, a récemment demandé aux fans de la franchise un peu de patience. Les difficultés pour gérer un effectif en raison de la pandémie n’aident pas forcément la franchise. En effet, les échanges entre franchises sont rendus difficiles en particulier entre les franchises américaines et canadiennes, les joueurs devant respecter une période d’isolement à leur arrivée. Une quarantaine difficile à tenir pour les franchises qui ne peuvent pas forcément se passer d’un joueur sur une aussi longue période. Jim Benning a confirmé ces difficultés cette saison: «  L’année dernière, nous avons fait les séries éliminatoires. Nous avons eu du succès dans la bulle. Et puis, vous savez, les choses ont changé avec la pandémie et la masse salariale progressant et ces jeunes que nous allons devoir re-signer après cette année. Les circonstances, vous savez, ne sont pas restées les mêmes ».

Bruce Bennett/Getty Images

Il reste néanmoins conscient des difficultés de son équipe et ne cache pas sa petite déception concernant les derniers résultats. Néanmoins il conserve quelques espoirs pour voir de meilleurs résultats au cours de la fin de saison: «  Nous voulons être compétitifs à chaque match. Je pense que nous avons pris un peu de recul jusqu’à présent, mais nous avons encore une demi-saison et nous verrons simplement comment les choses finiront ». Ses espoirs finiront-ils par se concrétiser ? Pour l’instant, la franchise vient de signer deux victoires consécutives contre les Leafs, solides leaders de la division. Des résultats probants où la défense aura réussi à arrêter l’armada offensive de Toronto. Une lueur d’espoir pour les fans qui savent désormais que chaque match compte.

La franchise a eu quelques difficultés à remplacer certains joueurs comme Jacob Markström et Christopher Tanev, deux cadres de cette équipe. Leur départ du côté de Calgary a forcément eu un impact dans le vestiaire de la franchise. Des départs qui n’ont pas été compensés  à l’intersaison en raison de la masse salariale déjà très conséquence du côté de Vancouver. L’objectif de la franchise semble désormais de continuer à faire progresser les jeunes et garder l’espoir d’une qualification pour les séries. 

Les Canucks sont pour l’instant hors des séries après la moitié de la saison. Même si rien n’est fini, la franchise n’a plus beaucoup de marge d’erreurs et va devoir se reprendre défensivement si elle veut espérer se qualifier. L’intersaison s’annoncera importante pour Jim Benning avec Pettersson, Hugues, Sutter,  Pearson, Gaudette et Demko en fin de contrat. Des dossiers importants à gérer pour une franchise qui n’aura pas forcément beaucoup de marge de manoeuvre. L’objectif reste clair pour Benning: « J’espère que dans quelques années nous serons le type d’équipe qui est compétitive tous les soirs et nous pourrons nous battre pour la Coupe ».  

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :