Foot Ligue des Champions

Débrief tactique : Chelsea finit le boulot face à un Simeone dépassé

Après une victoire 1-0 arrachée par Giroud, Chelsea souhaite confirmer la bonne dynamique sous Tuchel en entérinant sa qualification en quarts de Ligue des Champions ce soir. En face, l’Atlético va devoir laisser sa ligne compacte de 6 de côté et jouer son va-tout pour espérer se qualifier. Simeone va-t’il réussir à surprendre Tuchel à Stamford Bridge?

Les compositions d’équipes au coup d’envoi :

Chelsea au coup d’envoi.

Tuchel a dû composer avec deux suspendus : Mount et Jorginho. Il a laissé son 3-4-1-2 de côté utilisé à l’aller pour aligner un 3-4-2-1 ce soir, avec Ziyech et Havertz derrière Werner. Kanté est titulaire au milieu avec Kovacic. Reece James est aussi de retour, lui qui avait été laissé de côté à l’aller au profit d’Hudson-Odoi.

Atlético au coup d’envoi.

Du classique côté Simeone, le fameux 4-4-2 est de sortie. Llorente est monté d’un cran par rapport à l’aller grâce au retour de Trippier de suspension. À gauche, Carrasco est préféré à Lemar. Gimenez, absent à l’aller est aussi de retour.

Chelsea enfonce l’Atlético

Les Blues ont mieux finit le match aller et reste sur leur lancée. Plus créatif, plus nombreux sur les ailes, ils parviennent à déséquilibrer l’Atlético en remontant la balle rapidement, comme sur le but de Ziyech, ou en passant par les ailes et en renversant à la relance. Sur quelques séquences, l’absence d’un profil comme Giroud se fait sentir pour relâcher les siens à la sortie de balle mais Chelsea réussit à bien faire sans. Les apports de James et Alonso sont très solides en piston, Kanté réalise un énorme boulot au milieu et les trio d’attaquants arrive à dézoner et combiner. Rien ne peut inquiéter ces Blues !

Ziyech ajuste Oblak pour le 1-0. (Source The Telegraph)

En face, l’Atlético est à la peine. Avec des intentions plus offensives qu’à l’aller, les Cochoneros ont souhaité surprendre les Londoniens avec un pressing très haut. Seulement, Chelsea et ses défenseurs ont eu la qualité technique pour s’en sortir. Malgré de bonnes séquences et de bons appels de Llorente, Félix et Carrasco, il manque de la créativité pour créer une vraie différence et une occasion franche. Désormais, l’Atlético va devoir se découvrir pour en marquer deux, et Chelsea va se retrouver à exploiter des espaces similaires à ceux que l’Atlético a laissé sur le but. Grosse prise de risque attendue côté Cochoneros pour obtenir une grosse récompense.

Chelsea déroule

Malgré de nombreux changements au cours de la période, Chelsea a confirmé ce qu’on a vu durant la première avec une maîtrise doublée d’une créativité suffisante pour se créer des ballons de 2-0. Le second but est là pour parachever un succès bien construit. Une équipe en place, solide et sereine derrière a su contourner le pressing haut et la défense dure de l’Atléti sur deux matchs et mérite sa qualification.

Savic est expulsé. (Crédits Getty Images)

Chez les Espagnols, on a pris les mêmes pour faire pire en seconde période. Le manque de cet appel ou cette passe pour créer une situation de but a continué d’être criant et derrière l’échec du pressing haut, la défense a été poreuse. Un coup de coude idiot de Savic plus tard et les minces espoirs madrilènes ont été réduit à néant, ce qui nous a offert une fin de match mouvementée mais dont on connaissait déjà l’issue.

Les clés du match

Les flops du match

Suarez : Inexistant pendant 58 minutes. Luis Suarez en est désormais à 25 matchs d’affilée sans marquer à l’extérieur en C1, et il n’a même pas été proche de réussir à stopper cette série ce soir. Aucun ballon dangereux touché ou donné, Suarez était aussi peu disponible à la construction qu’il était absent dans la profondeur. L’Atlético a joué à 10 avec lui sur la pelouse.

Le pressing de l’Atlético : Simeone a demandé à son bloc équipe de sortir et d’empêcher la relance courte chez les Blues. Sur le papier, l’idée est bonne mais les joueurs alignés ne correspondent pas à cette philosophie. Se priver de Correa et Lemar pour faire presser haut Carrasco et Suarez n’est pas un bon choix au vu des profils et du volume de jeu de chacun et cela s’est vu. Rüdiger et Zouma ont ressemblé à Beckenbauer face au pressing bancal de l’Atléti et cela les a mené à leur perte.

Les choix forts

Tuchel : Le double pivot Kanté-Kovacic a fonctionné à merveille pour Tuchel. Et cela a été la source des bonnes relances courtes pour contourner le pressing, des bons ballons écartés sur les pistons et des décrochages incisifs des trois de devants. Tuchel a fait le choix de se passer de Giroud et cela a payé, cette qualification est surtout pour lui tant il a surclassé el Chulo.

Simeone : Il a souhaité conserver son 4-4-2 et une animation offensive proche de celle du match aller et s’est trompé. Le pressing très haut s’est avéré inefficace car les joueurs alignés n’étaient pas fait pour ça, les ailiers n’ont jamais su combiner avec les latéraux et la créativité a été absente au milieu. Aucun changement payant ou pesant sur le cours du match et une élimination sans avoir rien proposé de nouveau pour el Chulo.

L’homme du match

Il petit, il est gentil et il a bu le milieu de l’Atléti. N’Golo Kanté était partout, à la récupération comme à la relance. Second en passes réussies et en passes clés, Kanté a apporté offensivement ce soir et a fini avec le deuxième total de ballons touchés derrière Azpilicueta. Défensivement, il a réussi 2 interceptions et remporté 4 duels pour sceller l’entre-jeu. Une performance complète et de bon augure à 3 mois de l’Euro.

Kanté a parcouru une distance de marathonien pour son équipe. (Crédits Foot Mercato)

Une double confrontation à oublier pour SImeone qui n’a d’abord pas cherché la solution à l’aller, puis qui ne l’a pas trouvé au retour. Chelsea rejoint les qualifiés en quart en attendant le tirage au sort vendredi midi.

Source de la photo de couverture : AFP via Getty Images.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :