Basket NBA

Kevin Porter Jr : joueur de talent, homme à problèmes

Débarqué à Houston après un divorce délicat avec Cleveland, le sophomore souffre d’une image très controversée. Pourtant, des bribes de son talent indéniables ont été vues dans l’Ohio, et éclatent maintenant dans le Texas depuis plusieurs semaines.

Que pourrait bien devenir Kevin Porter Jr ? Certains vous diront qu’il est incontestablement une star à devenir en NBA et que rares sont les joueurs qui sont aussi complets et injouables que lui. D’autres vous signifieront qu’un jeune homme avec déjà autant de soucis extra-sportifs et un mental aussi caduc ne pourra jamais trouver de stabilité en NBA. Quoi qu’il en soit, chacun a un avis sur ce joueur de 20 ans, qui ne laisse jamais personne indifférent, que ce soit sur ou en dehors  des parquets.

Débuts réussis avec Houston

Les fans de Houston, vous diront eux depuis une semaine qu’ils sont agréablement surpris. Le 22 janvier 2021, KPJ est envoyé à Houston par Cleveland, la franchise qui l’a drafté, après plusieurs épisodes tumultueux. Sceptiques, les Texans ont pu voir le 11 mars, le natif de Seattle fouler pour la première fois un terrain NBA avec le maillot des Rockets dans le dos. Et malgré la 14e défaite consécutive d’une franchise encore orpheline de James Harden, ce sont les 13 points, 5 rebonds, 10 passes et 3 interceptions du nouveau venu qui sont retenus. Au cœur d’une franchise engluée dans les bas fonds de l’Ouest, c’est avec un joueur dont on n’attendait rien que l’espoir est revenu.

Le lendemain, KPJ est déjà titulaire contre le Jazz. Une rencontre dans laquelle il joue presque 38 minutes (record du match) et aligne 27 points, 8 passes et 3 rebonds. Depuis, il a enchaîné les matchs des Rockets.

Sa dernière prouesse en date, son match à 50 points, 11 passes et 5 rebonds face aux Bucks de Giannis. Il offre même la victoire aux Rockets, pourtant derniers à l’Ouest et pire bilan de la ligue. Cette performance est d’autant plus exceptionnelle que KPJ est resté très propre : 16/26 au tir (61,5%), 9/15 à 3pts (60%), 9/11 sur la ligne (81,8%) et un plus-minus de +19 ! Porter Jr. est devenu le joueur le plus jeune de l’histoire NBA a planter au moins 50 points et 10 passes dans un même match. Juste fou

Un joueur qui pue le basket

Très all-around, Porter Jr est un joueur vif, avec de la dynamite dans les chevilles. Capable de jouer guard ou ailier du haut de ses 1m93 et 92 kg, il détient une vision du jeu hors norme qui lui permet de trouver ses coéquipiers en les mettant dans les meilleures dispositions possibles. « J’ai toujours eu cette mentalité de meneur de jeu en moi. Je suis vraiment altruiste quand il s’agit d’impliquer mes coéquipiers. Donc je pense que je me suis bien ajusté à ce rôle de meneur, où il faut gérer l’attaque et donner le tempo », avait confié l’intéressé.

Explosif, il possède des appuis tonitruants qui lui permettent de crosser son défenseur, ou de vite accélérer derrière un écran. Très dur, voir impossible à suivre, le combo vitesse/puissance/intelligence de jeu fait du néo-Rocket un joueur gracieux et presque impossible à défendre. Si sa finition intérieure et surtout son jeu mid-range sont de très bonne qualité. Le gaucher doit néanmoins continuer de travailler son shoot pour passer un nouveau cap. Son irrégularité à 3pts lui fait pour l’instant défaut.

Oui parce qu’il faut aussi donner des défauts tant la palette du bonhomme est immense. Côté défensif, il est très actif et collant. Ses bras toujours en mouvement lui permettent d’intercepter nombre de ballons et de contrer des tirs. Dur sur l’homme, il est un leader défensif, à qui on peut confier sans problème le meilleur guard ou ailier adverse.

Un mental trop fragile

Ce qu’il montre actuellement à Houston, Kevin Porter Jr. l’avait déjà en partie montré à Cleveland. Sous le maillot des Cavs, lors de sa saison rookie, il brille dans un trio de jeunes qu’il complète avec Sexton et Garland. Le compte Twitter Cavs France le rappelle : « Kevin Porter Jr est un joueur extrêmement talentueux et fort athlétiquement qui a tout pour devenir une superstar. Lors de sa saison rookie il a ébloui tout le monde à tel point que le board le plaçait en numéro 1 de notre groupe de jeune. En plus de ça, absolument aucun problème de comportement. »

Kevin Porter Jr. sous le maillot des Cavs (crédits : NBA.com)

Mais voilà les bonnes performances ont vite été effacées par un comportement extra-sportif inadéquat aux règles NBA. Durant son passage dans l’Ohio, le jeune Porter Jr s’est fait remarquer de nombreuses fois. Alors que tout allait plus ou moins bien, la pandémie mondiale secoue la NBA et met à mal la stabilité déjà fragile de l’arrière. De là, KPJ se met à partager ses pensées suicidaires sur les réseaux sociaux. Des messages qui font froid dans le dos et qui témoignent de la pente dangereuse dans laquelle se lance le jeune homme. 

Le message de KPJ sur son compte Instagram « N’avez vous jamais souhaité voir la fin de votre temps ? »

Plus grave, le même été, il aurait frappé une femme au visage après une bagarre qui concernait sa sœur. Le 15 novembre 2020, Kevin Porter Jr a provoqué un accident de voiture (qui n’a heureusement fait aucun blessé) après s’être endormi au volant. Dans sa voiture, les policiers ont retrouvé une arme chargée, ainsi qu’une grosse quantité de marijuana. De quoi forcément faire polémique. Les petits scandales en interne sont nombreux et le coup de grâce intervient en janvier.

Alors qu’un blockbuster trade pour Harden voit Taurean Prince débarquer à Cleveland, KPJ aurait très mal pris le fait que Cleveland ait attribué son casier à la nouvelle recrue. Tellement, qu’il aurait abondamment insulté quiconque se trouvait sur son chemin. Koby Altman, le GM des Cavs, se serait même carrément fait insulter de « marchand d’esclaves ». Des insultes fortes et un dérapage de trop pour les Cavs, qui se sont donc séparés de leur pépite. « Cet été, il a eu des problèmes hors basket qui ont mené à une mise à l’écart par Bickerstaff et Altman. Grosse erreur, car Kevin Porter Jr est une personne qui craint la solitude et l’isolement depuis le décès de son père alors qu’il était enfant », glisse Cavs France.

Un traumatisme de l’enfance

En le sélectionnant en 30e position de la draft 2019, Cleveland avait fait un pari sur un joueur qui héritait déjà d’une réputation plus que sulfureuse. Dès l’université, à USC, Porter Jr. est ciblé pour son comportement inapproprié. C’est d’autant plus regrettable pour un joueur de sa qualité, qui a tout pour réussir dans le basket. Mais son traumatisme vient aussi de son enfance.

À l’âge de seulement 4 ans, il doit affronter la mort de son père, assassiné avec une arme à feu alors qu’il essayait d’aider une personne qui se faisait attaquer. Élevé par sa mère, il vit dans une grande précarité, ne pouvant se livrer qu’à lui-même pour réussir. Heureusement, le basket l’a peut-être sauvé d’une vie de voyou, où la mort peut survenir n’importe quand. Mais il garde quelques séquelles de cet épisode, notamment la crainte de la solitude.

Peut-il s’éloigner de ses démons et devenir une star ?

Ici se trouve la question que tout le monde se pose : que va devenir Kevin Porter Jr. en NBA ? Une superstar capable de marquer l’histoire et de gagner des titres ? Son talent pourrait lui permettre. Un paria, détesté et renvoyé par toutes les franchises ? Il peut aussi l’être. On le sait, si tout se passe bien dans sa tête, qu’il retrouve une stabilité et surtout qu’il est aidé, KPJ pourrait devenir un joueur exceptionnel. Cavs France confirme : « Maintenant à Houston, il montre qu’il peut continuer son évolution et devenir un joueur majeur de cette ligue. Les Rockets peuvent largement le canaliser. Il n’y a eu aucun problème lors de sa saison rookie, et aucun depuis qu’il est là-bas. »

C’est là tout le rôle d’une franchise comme Houston. Les Rockets se doivent d’entourer leur pépite, afin de lui assurer une stabilité, un cadre de vie dans lequel il sera dans le confort. L’inciter à se concentrer sur le basket et l’éviter de se laisser tourmenter par la vie. Pour cela, un staff doit être mis en place avec certainement des psychologues et des coachs personnels. Depuis la saison dernière et l’ouverture de la parole sur la santé mentale des joueurs, la Ligue a pris des mesures pour prévenir.

Un guide doit maintenant obligatoirement être suivi par les franchises. Elles doivent toutes avoir au moins un spécialiste de la santé mentale en leur sein. Des psychologues doivent aussi s’assurer du bien-être des joueurs. Et on imagine qu’à Houston, le cas de Kevin Porter Jr doit être particulièrement ciblé et que tout est mis en place pour le cadrer au maximum.

Jusqu’à où avec Houston ?

Les mésaventures de gars comme Demar De Rozan ou Kevin Love récemment ont fait évoluer la NBA, qui prend très au sérieux ce genre de problèmes. Love que KPJ a d’ailleurs côtoyé du côté de Cleveland.

Les Rockets ont donc pour mission de le stabiliser et de l’aider à prendre en maturité. Pour le moment, la confiance, la franchise texane lui donne sur le parquet. Malgré une dernière place à l’Ouest et une saison très compliquée, Porter Jr peut devenir la première pierre du nouveau visage des Rockets, qui ont perdu James Harden en début de saison. S’appuyer sur lui n’est peut-être pas une bonne idée pour tout le monde, mais tant que tout va bien sur et en dehors des parquets, pourquoi ne pas foncer ?

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: