Auto / Moto Moto GP Omnisport

Preview MotoGP saison 2021 – Ducati : faire aussi bien qu’en 2020

Le 28 mars prochain débutera la nouvelle saison du championnat du monde de vitesse moto, sur le circuit de Losail au Qatar. Pour mieux vous préparer au retour en piste, le CCS a décidé de publier une série d’articles portant sur les différents manufacturiers qui composent la grille de MotoGP. Aujourd’hui, nous terminons notre tour d’horizon par le champion constructeur de 2020 : Ducati.

Il faut savoir que Ducati est arrivé en MotoGP en 2003. À l’échelle d’autres grands constructeurs, c’est récent et l’histoire de la marque italienne est courte donc. Pourtant, cela ne les a pas empêchés d’avoir eu des résultats plutôt rapidement et surtout, d’obtenir des titres. En effet, nous nous souvenons tous du titre de Casey Stoner en 2007 qui se révèle alors aux yeux de monde entier. Dans le même temps, Ducati est sacré champion du monde constructeur ainsi que champion du monde par équipe. À titre de comparaison, ce « triplé » a été réussi neuf fois par Repsol Honda depuis 2002. Quant à Yamaha Factory, cette performance a été accomplie six fois.

Sacré sur le circuit du Motegi, Casey Stoner devient le troisième pilote australien champion du monde en catégorie reine et le deuxième plus jeune champion du monde – en catégorie reine. (motogp.com)

Il y a donc cette fantastique saison 2007, qui couronne Ducati seulement quatre ans après son arrivée dans la discipline. Malheureusement, Stoner part en 2010 chez Repsol Honda et le manufacturier italien n’a depuis pas remporté de titre pilote. Nous allons évidemment en parler en profondeur, mais 2020 est donc une très belle saison, puisque Ducati devient champion du monde constructeur pour la première fois depuis 2007 et met fin à la domination du team de Márquez qui avait gagné les quatre précédents. Dans un championnat 2021 qui s’annonce encore plus serré, Ducati va-t-il pouvoir garder sa couronne ?

Champion du monde en 2020

17. C’est le nombre de points qui a séparé Ducati de Yamaha à la fin de la saison dernière. Néanmoins, il est utile de rappeler que la marque japonaise a été pénalisée de 50 points en novembre dernier pour avoir manqué au règlement. Une erreur qui leur coûte chère, puisque sans cela, Yamaha aurait donc été champion du monde constructeur, en sachant que c’est un titre qu’il lui manque depuis 2015 et le titre pilote de Jorge Lorenzo.

Andrea Dovizioso a été, une nouvelle fois, le meilleur pilote Ducati, durant la saison dernière. (lesoir.be)

Nous ne sommes pas là pour parler de ça, mais plutôt pour louer les très bonnes performances des trois teams Ducati sur la saison 2020. Dovi 4e avec 135 points, Jack Miller 7e avec 132 points avec Pramac, Danilo Petrucci 12e avec 78 points, Johann Zarco juste derrière avec un point de moins, Francesco Bagnaia 16e avec 47 points et Tito Rabat 22e avec 10 points. Cependant, il ne faut pas oublier que seul le meilleur pilote sur chaque course marque les points pour le classement constructeur et qu’à ce petit jeu-là, Andrea Dovizioso et Jack Miller ont été les meilleurs pilotes Ducati à 5 reprises chacun ; Zarco : 2 ; Petrucci : 1 ; Bagnaia : 1.

Grâce à une bonne machine, les Ducati ont été réguliers. Leur « pire meilleur » place fut une 8e place lors du GP d’Emilie-Romagne sur le circuit de Misano. À l’inverse, Ducati a gagné deux fois, Dovizioso en Autriche et Petrucci en France. Seul ombre au tableau : Jack Miller et ses podiums. Il n’a pas réussi à gagner, malgré une certaine régularité et l’Australien aurait sûrement mérité mieux. In fine, Ducati peut remercier Yamaha, mais leur titre constructeur est amplement mérité et la firme italienne a été indubitablement l’une des meilleures forces du plateau.

Les Desmosecidi GP21 et 19

La Desmosedici GP21 version Ducati Lenovo Team. (gp-inside.com)

Francesco Bagnaia et Jack Miller sont sur leur nouvelle monture pour la présentation d’avant-saison. Un rouge aussi éclatant qui nous laisse toujours autant pantois. Le nouveau sponsor, Lenovo, remplace Mission Winnow et du fait de sa couleur noire, ne fait clairement pas tache.

« Il y a des éléments de la moto qui sont gelés, et qui seront donc forcément les mêmes que l’année dernière », a précisé Dall’Igna. « Sur tout le reste, que ce soit le châssis ou l’aéro, il y a un travail de fourni, à la fois par nous et par l’ensemble des constructeurs, pour essayer d’arriver au début du championnat en étant le plus préparé possible. Je ne peux pas dire qu’il s’agit de la meilleure moto de la grille mais elle permet assurément à nos pilotes de se battre pour rapporter des résultats importants.« 

Gigi Dall’Igna, directeur général de Ducati Lenovo Team, début février.

Pramac Racing, outre les différences esthétiques, nous a présenté deux machines qui sont aussi des Desmosedici GP21. Depuis quelques années, 2017 précisément, le team de Paolo Campinoti a noué un partenariat fort avec Ducati usine. Cela permet d’avoir au minimum quatre Ducati plutôt compétitives chaque saison. Cette saison, les deux Pramac sont séduisantes visuellement. Techniquement, nous avons vu lors des tests de pré-saison que Zarco fut plutôt compétitif et le début de saison s’annonce positif.

Johann Zarco et Jorge Martín aux côtés de leur nouvelle machine. (motoplus.ca)

« Je pense que Zarco recevra rapidement des mises à jour, au même niveau que les pilotes officiels. Quant à Martín, qui n’a malheureusement pas encore fait un tour, il exploitera les premiers Grands Prix comme test »

Francesco Guidotti, team manager de Pramac Racing, fin février.

Enfin, voici les présentations du team Esponsorama, qui à la manière de LCR Honda, dévoile deux machines différentes pour leurs deux pilotes, qui sont Luca Marini et Enea Bastianini. Esthétiquement, elles sont séduisantes, néanmoins, sur le plan technique, ce sont deux Desmosedici GP19 – la même que celle de Johann Zarco la saison dernière – et il semble déjà logique de dire que les deux Italiens vont partir avec un désavantage. Il faut garder à l’esprit que leurs objectifs sont raisonnables dans le sens où ce sont deux rookies.

A gauche : la Sky VR46 de Luca Marini. A droite : l’Avintia d’Enea Bastianini. (fr.motorsport.com)

Jack Miller, favori au titre selon les bookmakers

Les enjeux sont nombreux pour les pilotes Ducati et ils vont avoir du pain sur la planche en 2021. Celui qui va cristalliser toute l’attention est sans doute Jack Miller. Le nouveau pilote officiel de Ducati accède enfin à un top team après plusieurs années convaincantes et l’Australien va avoir entre ses mains une très bonne machine. Pour beaucoup d’observateurs, il est d’ores et déjà un des favoris évidents pour cette nouvelle saison. Une opinion qui est partagée par les sites de paris sportifs puisque selon Unibet, Jack Miller est côté à 4. Derrière lui, le français Fabio Quartararo est à 5, Joan Mir, le champion du monde en titre, est à 5 également, son coéquipier Alex Rins est à 6 et Franco Morbidelli ainsi que Maverick Vinales sont à 8. Si Miller veut imiter son glorieux ainé Casey Stoner, le GP d’ouverture sur le circuit de Losail lui offre une fantastique opportunité de prouver sa valeur.

« Jack est un pilote qui est à mon avis doté d’un talent incroyable, et qui a fait un final incroyable la saison dernière, avec deux dernières courses où il n’a fait absolument aucune erreur. À mon avis, il doit comprendre qu’il peut jouer le titre et qu’il vaut parfois mieux se contenter de ce que l’on a au lieu de prendre trop de risques. » 

Gigi Dall’Igna à propos de Jack Miller en février dernier.

L’Australien est évidemment le mieux placé pour finir très haut dans le classement, mais son coéquipier italien Francesco Bagnaia s’avéra peut-être comme un redoutable concurrent et il ne faut pas l’oublier. Lui aussi est en progression et il se pourrait bien que sa nouvelle machine lui offre de très belles possibilités de victoires.

« Sa caractéristique principale, c’est qu’il sait mener le pneu avant à la limite comme peu de pilotes savent le faire.« 

Dall’Igna à propos de Pecco Bagnaia en février 2021.

Pour les quatre autres, cela s’annonce plus difficile, mais notre Français Johann Zarco nous a plu lors des essais de pré-saison, notamment en battant le record du monde de vitesse atteinte par une moto en catégorie reine et surtout par ses bons chronos. Au classement cumulé, Zarco a obtenu le 9e temps après cinq jours de tests. Quant à Jack Miller, il a décroché le meilleur chrono.

Trois teams au top pour 2021 ?

Sans vouloir se répéter, Ducati semble avoir bien travaillé lors de la pause hivernale et il faudra compter sur eux aussi bien pour le classement constructeur que celui des pilotes. Les machines italiennes étaient performantes en 2020 et avec le gel des réglementations, il est logique d’imaginer d’aussi bons résultats – voire meilleurs ? -, pour 2021. Les pilotes vont être compétitifs et la bataille s’annonce rude avec leurs concurrents directs pour le titre, c’est-à-dire Yamaha, Suzuki et Honda. KTM semble encore derrière.

L’objectif de 2021 est ambitieux. Dall’Igna l’a dit lui-même, Ducati veut faire encore mieux. Le titre constructeur est accessible, le titre équipe est aussi accessible, mais il faudra de très grandes performances de la part de Miller et Bagnaia. Enfin, le titre pilote est également objectif, lorsqu’on écoute le board.

« L’objectif est de ramener le titre pilotes, ou même mieux les deux titres« 

Gigi Dall’Igna lors de la présentation d’avant-saison.

Cependant, Jack Miller est davantage prudent :

Le talent est une chose et ce qu’on fait de ce talent, c’est autre chose […] beaucoup de pilotes n’ont pas pu concrétiser leur talent. Je pense que c’est juste une pièce du puzzle, que j’ai peut-être la chance d’avoir, mais il faut le bon état d’esprit pour exploiter son talent et faire de son mieux. »

Jack Miller en février dernier.

Nos pronostics :

Au classement constructeur : 2e.

Au classement par équipes :

Jimmy : Ducati Lenovo Team (2e), Pramac Racing (7e) et Esponsorama Racing (11e).

Paul : Ducati Lenovo Team (3e), Pramac Racing (7e) et Esponsorama Racing (11e).

Eliott : Ducati Lenovo Team (3e), Pramac Racing (8e) et Esponsorama Racing (11e).

Cette preview est la dernière de notre série pour le MotoGP. Nous espérons que ces différentes présentations vous ont plus. Un podcast devrait paraître dans la semaine, afin d’aborder certains sujets intéressants qui auraient été oubliés. Pour Ducati, nous leur prédisons une belle saison et pourquoi pas un Jack Miller tout en haut du classement dans quelques mois…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :