NHL Sport US

Hockey Universitaire : Histoire & anecdotes du Tournoi NCAA

Lorsque le sport universitaire s’est développé pendant le 19ème siècle, la NCAA n’existait pas. Les écoles se rencontraient à leur bon gré les unes face aux autres. Lors du début du 20ème siècle la National College Athletic Association (NCAA) est créée afin de cadrer et diriger les nombreux sports tels que le football, le baseball, le basketball et… le hockey ! Le 8 avril, quatre équipes s’affronteront dans ce que les Américains appellent « Frozen Four » pour une place en finale du tournoi NCAA, le 10 avril. Plongez dans l’histoire de ce tournoi, événement particulièrement suivi en Amérique du Nord !

Un tournoi pour l’équité sportive

En 1937, tous les membres au sein de la NCAA sont considérés à un même niveau, il n’existe pas de Division I, Division II ou Division III. Les plus grandes universités ou plutôt les plus populaires se mettent à se rencontrer entre elles dès le début, provoquant officieusement une certaine classification. Pour les sports n’ayant pas énormément d’équipes en compétition, cette classification officieuse n’a pas lieu d’être et le hockey en fait partie, toutes universités étaient donc considérées comme égales.

Le tournoi de hockey NCAA Division I regroupe depuis 2003 seize équipes sur les six conférences de Division I qui regroupe 61 programmes. Chaque vainqueur de conférence est automatiquement qualifié pour le tournoi ainsi que les meilleures équipes qui s’en suivent. La NCAA cherche par ce tournoi a préserver « l’équité compétitive, le succès financier et la probabilité d’une atmosphère de type éliminatoire sur chaque site régional. »

Entre 1948 et 1957, tous les tournois se sont joués à Colorado Springs. Sur ces dix éditions l’équipe du Michigan de l’entraîneur Vic Heyliger le remporte six fois en 1948, 1951, 1952, 1953, 1955 et 1956. Une véritable dynastie imposée par les Wolverines. Cette équipe était si dominante que lors d’un match exhibition en 1947 face aux Red Wings de Detroit, Michigan a pu rivaliser avec les professionnels de la Ligue Nationale. Présents au sein des Wings des joueurs tels que Sid Abel, Ted Lindsay et une recrue du nom de Gordie Howe ! Excusez du peu !

Les Wolverines du Michigan en 1947/1948 – Source : Ice Hockey Wiki

Lors de la première édition en 1948, seulement quatre équipes sont invitées pour le tournoi : Michigan donc, face à Boston College dans la première demi-finale et Colorado College et Dartmouth dans la deuxième. Ce sont les Wolverines qui remporteront le tournoi 8-4 face à Dartmouth en finale.

Ce n’est que vers les années 60 que le hockey universitaire ressent le besoin de hiérarchiser pour gagner en qualité et décide de créer plusieurs divisions à la manière du football ou du basketball. C’est la ECAC (East College Athletic Conference) créée en 1962 qui est la première a créer sa Division I avec 28 membres. Le reste des équipes devient la Division II. Le 1er août 1973 une convention est signée et toutes les équipes universitaires majeures sont reclassées en Division I et les autres reclassées en Division II et Division III.

Les conférences du championnat NCAA

Source : Wikipedia

Atlantic Hockey

  • Air Force
  • American International
  • Army
  • Bentley
  • Canisius
  • Holy Cross
  • Mercyhurst
  • Niagara
  • Robert Morris
  • Rochester IT
  • Sacred Heart

Big Ten

  • Arizona State
  • Michigan
  • Michigan State
  • Minnesota
  • Notre Dame
  • Ohio State
  • Penn State
  • Wisconsin-Madison

CCHA (ex-WCHA)

  • Alabama-Huntsville
  • Alaska-Fairbanks
  • Alaska-Anchorage
  • Bemidji State
  • Bowling Green State
  • Ferris State
  • Lake Superior State
  • Michigan Tech
  • Minnesota State
  • Northern Michigan

ECAC

  • Brown
  • Clarkson
  • Colgate
  • Cornell
  • Dartmouth
  • Harvard
  • Princeton
  • Quinnipiac
  • RPI
  • St. Lawrence
  • Union
  • Yale

Hockey East

  • Boston College
  • Boston University
  • Connecticut (UConn)
  • Maine
  • Massachussets (UMass)
  • UMass-MLowell
  • Merrimack
  • New Hampshire
  • Northeastern
  • Providence
  • Vermont

NCHC

  • Colorado College
  • Denver
  • Miami (Ohio)
  • Minnesota-Duluth
  • North Dakota
  • Omaha
  • St. Cloud State
  • Western Michigan

Independent

  • Long Island

Les équipes mythiques

1949 : Boston College Eagles (21-1)

Dès la deuxième année du tournoi, Boston College menée par l’entraîneur John « Snooks » Kelley, va remporter le titre grâce entre autres à Jack Mulhern qui enregistre une saison à 65 points dont 34 buts ainsi qu’à leur gardien et capitaine Bernie Burke. La seule équipe a les avoir battu pendant la saison régulière a été Dartmouth mais BC réussi à prendre sa revanche lors de la finale et une victoire 4-3.

1961 : Denver Pioneers (30-1-1)

L’équipe de Denver est composée de cinq joueurs All-American : Marty Howe, George Kirkwood (1,84 GAA et 4 blanchissages), Bill Masterton (80 points), Grant Munro et Jerry Walker (85 points). Entraînés par Murray Armstrong, les Pioneers sont déjà tenant du titre de 1960 remporté 5-3 face à Michigan Tech, vont réaliser le doublé chez eux à Denver face à St. Lawrence Saints en les atomisant 12-2 (!) en finale. Ce record est toujours d’actualité d’ailleurs. Ce titre sera leur troisième en quatre ans.

1970 : Cornell Big Red (29-0)

Probablement la meilleure équipe de l’Histoire de la NCAA Hockey Division I. Avec un bilan de 29 victoires pour aucune défaite (!), l’Université de Cornell est la seule à avoir remporté le titre en restant invaincue tout au long de la saison. Après avoir remporté le titre en 1967 et avoir perdu en finale 1969 4-3 face à Denver, les Big Reds entraînés par Ned Harkness, recordman du pourcentage de victoires dans une carrière de coach, et malgré le départ de Ken Dryden vers la Ligue Nationale, remportent le titre 1970 face à Clarkson 6-4. Le remplaçant de Dryden du nom de Brian Cropper réalise une saison exceptionnelle avec 29 victoires, 1,86 buts alloués de moyenne et 92,1 % de pourcentage d’arrêt. Le défenseur Dan Lodboa réalisera un triplé en finale après avoir enregistré une saison à 61 points.

Source : Cornell University Athletics

1985 : Rensselaer Polytechnic Institute Engineers (35-2-1)

Basé dans la ville de Troy dans l’état de New York, Rensselaer attend un titre depuis 1954. En cette année 1985, l’équipe réalise une série de 25 victoires consécutives ! Menée par Adam Oates avec 91 points et un statut de All-American (il totalisera 216 points dont 66 buts en trois saisons), les Ingénieurs terminent la saison régulière avec un bilan de 28-2. Le gardien Darren Puppa n’est pas en reste et s’affirme comme l’un des meilleurs devant le filet avec 2,56 buts alloués et une troisième place à ce classement en NCAA. Après avoir éliminé Lake Superior State et Minnesota-Duluth, Rensselaer remporte la finale face à Providence Friars sur le score de 2-1. Les deux équipes fatiguées après avoir remporter leur demi-finale chacune au bout de trois prolongations réussirent quand même à proposer un match correct et grâce entre autres aux buts de Neil Hernberg et George Sivinis, R.P.I. soulève le trophée.

1987 : North Dakota Fighting Sioux (40-8)

Cette équipe du Dakota du Nord est pour beaucoup la meilleure de l’histoire de l’université de Grand Forks. Avec 40 victoires dans la saison, l’équipe entraînée par John « Gino » Gasparini a battu ses adversaires de conférence par trois buts d’écart de moyenne ! Les Fighting Sioux sont surnommés le « Hrkac Circus » car menée par Tony Hrkac qui réalise cette saison là le record de points avec 116 points dont 46 buts. Hrkac devient le premier lauréat du Trophée Hobey Baker récompensant le meilleur joueur de la saison a remporté le titre. Bob Joyce marque quant à lui 52 buts et le filet est en sûreté car gardé par un certain Ed Belfour. Après avoir éliminé St. Lawrence puis Harvard sur les tours précédents, North Dakota remporte le titre à Detroit face aux Spartans de Michigan State 5-3, tenants en titre (!). C’est leur troisième titre remporté sur la décennie.

1993 : Maine Black Bears (42-1-2)

Considérée par beaucoup comme l’équipe la plus dominante de l’ère moderne, les Black Bears de 1993 menée par Paul Kariya, qui enregistre 100 points dans sa saison, n’ont perdu qu’un seul match contre leur rival de Boston University en prolongation. L’équipe du Maine, composée également de Jim Montgomery, Cal Ingraham et de l’un des meilleurs duo devant le filet avec Garth Snow et Mike Dunham, réussi à vaincre le signe indien après une élimination en demi-finale en 1990 et 1991. Kariya est la première recrue de l’histoire à remporter le Trophée Hobey Baker. Après avoir remporté leur premier match du tournoi 6-2 face à Minnesota puis la demi-finale 4-3 après prolongation face à Michigan, les Black Bears remportent la finale 5-4 face à Lake Superior State, tenant en titre du trophée, après avoir été mené 4-2 à l’entame de la dernière période.

Paul Kariya et son Trophée Hobey Barker – Source : College Hockey Inc.

2009 : Boston Terriers (35-6-4)

Jack Parker, entraîneur de Boston University entre 1973 et 2013, affirme que cette équipe de 2009 est la meilleure qu’il ait vu, et entre 40 années de coaching et 7 années en tant que joueur on peut lui faire confiance. Cela faisait depuis 1997, et une défaite en finale face à North Dakota, que B.U. attendait de revenir au niveau du Frozen Four. Ayant manqué le tournoi en 2008 la saison précédente, les Terriers finissent premiers au ranking dans tout le pays avec un bilan de 27-6-4. Menée par une ligne bleue composée de Matt Gilroy, vainqueur du Trophée Hobey Baker, et de Kevin Shattenkirk ainsi qu’une attaque composée entre autres de deux All-Americans que sont Colin Wilson (55 points ) et Nick Bonino (50 points), Boston réussi à remporter son premier titre depuis 1995 face à l’équipe de l’Ohio des RedHawks de Miami. Mené 3-1 en finale, les Terriers réalisent un comeback historique avec filet désert et deux buts de Zach Cohen et Nick Bonino. Cohen inscrira le but de la victoire et remportera le Trophée de MOP du tournoi (Most Outstanding Player).

Source : Wikipedia

Fun fact : Cette année, pour la première fois dans l’histoire du tournoi les cinq équipes du Minnesota ont fait ou sont toujours en course pour la victoire finale cette année : Bemidji State et Minnesota déjà éliminés, Minnesota-Duluth, Minnesota State et St Cloud State en demi-finale et acteurs du Frozen Four.

Echantillon de joueurs étant passés par la NCAA :

  • Jonathan Toews, Ed Belfour, Zach Parise, T.J. Oshie (North Dakota)
  • Joe Pavelski, Dany Heatley, Chris Chelios, Scott Mellanby, Ryan Suter, Curtis Joseph (Wisconsin)
  • Paul Kariya (Maine)
  • Duncan Keith, Ryan Miller, Rod Brind’Amour (Michigan State)
  • Martin St. Louis, Tim Thomas, Patrick Sharp (Vermont)
  • Glenn Anderson, Paul Stastny (Denver)
  • Ryan Kessler (Ohio State)
  • Brian Leetch, Brian Gionta, Johnny Gaudreau (Boston College)
  • Phil Kessel, Thomas Vanek, Neal Broten, Blake Wheeler (Minnesota)
  • Jack Eichel, Keith Tkachuk, Kevin Shattenkirk, Tony Amonte (Boston University)
  • Max Pacioretty (Michigan)
  • Cale Makar (UMass)

De 21 % de joueurs provenant de NCAA jouant dans la Ligue Nationale en 2003, le chiffre est passé à 33 % en 2019, preuve que le système de formation américain s’est trouvé un second souffle en ce début de 21ème siècle et les jeunes talents n’arrêtent pas d’affluer. Dans cette internationalisation de la ligue de plus en plus actée, entre Ligues Mineures Juniors au Canada, la KHL en Europe et les championnats scandinaves, la NCAA a réussi à faire sa place d’où l’intérêt de plus en plus grandissant pour le Tournoi Division I. L’occasion est belle de pouvoir assister aux premiers exploits de certaines futures stars de la Ligue Nationale. Minnesota-Duluth tenant du titre en 2019 est en position de force cette année encore mais rien n’est écrit! (NB: le tournoi 2020 a été annulé pour cause de covid)

(1 commentaire)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :