Café Crème Sport

Frozen Four 2021 – Présentation : le Minnesota au pouvoir !

Ce jeudi 8 avril, quatre programmes se disputeront une place en finale du Championnat Universitaire Nord-Américain de hockey sur glace dans la PPG Paints Arena de Pittsburgh. Communément appelé le Frozen Four, cet événement est l’occasion de voir évoluer d’excellents prospects qui feront, peut-être un jour, le bonheur des franchises de la LNH.

Le football américain et le basket-ball sont les deux sports universitaires les plus suivis aux États-Unis. Au second plan, le hockey cherche à se faire une place en suivant les tendances et les « révolutions » orchestrées par les deux mastodontes. La section hockey de la NCAA est peut-être moins scrutée par les observateurs que les ligues juniors canadiennes, mais elle reste, elle aussi, une formidable poupponière de jeunes talents. Le Frozen Four, emprunt au célèbre Final Four en basket, est l’occasion d’observer les meilleurs collectifs universitaires et certaines vedettes de demain. Dans la première demi-finale nationale, les Minutemen du Massachusetts affrontent les Bulldogs de Minnesota Duluth, double-champions en titre. Dans le deuxième rencontre, les Mavericks de l’État du Minnesota font face aux Huskies de l’État St. Cloud. Présentation.

Une saison 2021 tourmentée où le Minnesota triomphe !

Après une édition 2020 annulée en raison de la pandémie, le hockey universitaire américain se devait de réussir sa saison 2020-21 pour se remettre sur le bon chemin. La tâche ne fut pas aisée, loin de là. Dès la saison régulière, le contexte sanitaire a imposé sa loi. L’ouverture du championnat a été repoussée de huit semaines avec des contraintes de jeu bien particulières. En temps normal, les 16 équipes sélectionnées pour le tournoi final font l’objet d’un classement national basé sur un indicateur statistique propre au hockey, le PairWise (PWR). Cette année, la NCAA a limité au maximum les rencontres interconférences et les déplacements d’équipes rendant l’utilisation du PWR impossible. En dehors des six champions de conférences, les équipes ont donc été sélectionné « manuellement » par les dirigeants du championnat. Ainsi, les conférences de la NCHC et la Big Ten ont vu chacune trois de leurs équipes accompagnées leurs champions, la Hockey East et la WCHA ont eu deux équipes intégrées le tournoi avec leurs champions respectifs et les conférences de l’Atlantic Hockey et l’ECAC n’ont obtenu une place que pour leurs champions. Mais l’impact de la Covid-19 ne s’est pas arrêté là.

Le tableau final du Championnat NCAA de hockey 2021 – Source : Reddit

Avant l’ouverture du tournoi final, l’équipe championne de la Conférence ECAC, les Saints de St. Laurent ont du retiré leurs noms en raison d’un cas positif chez leurs entraîneurs. Le 25 mars, la veille de l’ouverture du tournoi, le programme historique de Notre-Dame a dû, lui aussi, se rétirer en raison du protocole sanitaire. Le 26, date du début du tournoi, c’est l’Université de Michigan, présentée comme l’une des favorites pour le titre, qui doit quitter le compétition. Des gros programmes ont été évincés du tournoi en raison du contexte sanitaire et pourtant, dans ce marasme, le hockey universitaire a réussi à tenir pour proposer un vrai Frozen Four digne d’intérêt.

Source : Flury Sports

Pour la première fois depuis 1992, et seulement la seconde fois dans l’histoire de la NCAA, un état réussi à envoyer trois équipes dans le Frozen Four. Le Minnesota porte le nom de « l’état du hockey » depuis des années, et cette saison 2021 ne peut que confirmer ce titre symbolique. L’État de St. Cloud, l’État de Minnesota et le Minnesota Duluth ont l’occasion de ramener le Trophée NCAA à la maison. Trois chances sur quatre, 75% de réussite, seul le programme du Massachusetts peut essayer de battre les Minnésotains. Ces quatres équipes rêvent de conquérir le titre, symbole de réussite et grosse mise en lumière vis-à-vis des déspiteurs de la LNH. Présentation.

Demi-finale #1
Massachusetts Minutemen vs. Minnesota Duluth Bulldogs

Les programmes de UMass et de UMD lors de la finale du tournoi NCAA 2019 – Source : Duluth News Tribune

La première demi-finale est un remake du championnat 2019. Les Bulldogs l’avaient emporté 3-0 contre l’Université du Massachusetts. Une rencontre qui aura un air de revanche entre les Minutemen, champions régionaux de l’Est, et le Duluth, champion de la Région du Midwest. Deux équipes remplies de joueurs talentueux et qui ont connu des parcours différents.

UNIVERSITÉ DU MASSACHUSETTS
L’équipe du Massachusetts, plus connu sous le nom de UMass n’a pas eu beaucoup de mal pour se qualifier en demi-finale. Au premier tour, ils se sont imposés contre l’équipe de le programme du Lac Supérieur du Michigan. Après avoir été accroché au premier tiers avec un but inscrit de chaque côté, les joueurs du Massachusetts ont fait la différence lors des deux autres périodes inscrivant 4 buts. L’homme du match l’attaquant Jake Gaudet, auteur de 2 buts, a été bien secondé par le défenseur Zach Jones qui termine la rencontre avec 3 assistances. Il ne faut pas oublier Filip Lindberg et ses 30 arrêts. Lors du second match, l’équipe a poursuivi sa domination avec une victoire 4-0 contre l’équipe de l’Université de l’État de Bemidji. Un match au cours duquel Carson Gicewicz a inscrit 3 buts. Des rencontres facilement remportées par l’équipe d’UMass qui arrive au Frozen Four avec l’ambition de faire tomber les trois programmes du Minnesota.

[MISE À JOUR – 6 avril 2021] Alors que nous bouclons les lignes de cet article, l’Université du Massachusetts a posté un communiqué officiel sur son compte Twitter indiquant que quatre joueurs seront absents pour la rencontre en raison de cas positifs à la Covid-19 : le gardien partant, Filip Lindberg, le meilleur buteur de l’équipe, Carson Gicewicz et deux joueurs de rotation, Henry Graham (3ème gardien) et le défenseur Jerry Harding.

Joueur clé : Bobby Trivigno (junior)

Bobby Trivigno après son but en finale régionale – Source : NCAA.com

Pour sa troisième année au sein de l’UMass, Bobby Trivigno continue de mener son équipe sur la glace. Le joueur originaire de New York progresse dans tous les compartiments du jeu et devient un véritable leader sur la glace. Cette année il a inscrit 31 points dont 10 buts en seulement 27 match battant son record en 2018-2019 où il avait inscrit 28 points en 39 rencontres. C’est logiquement qu’il est le meilleur pointeur de son équipe. Il a une très bonne gestion du palet avec une bonne qualité de passe. Trivigno n’hésite pas à prendre des tirs. Il est celui qui en prend le plus avec 86 tirs et une pourcentage de réussite de 11,6%. Mais ce qu’il faut retenir de la saison de Bobby Trivigno est l’amélioration de son comportement sur la glace. Habitué à prendre de nombreuses pénalités, ce comportement lui a été préjudiciable de nombreuses fois. Ainsi lors de sa première saison, il a écopé de 10 pénalités, entraînant une suspension d’un match contre Merrimack. Il a aussi été suspendu pour le match du Championnat National 2019 contre le programme de Duluth. L’année suivante, il a continué à se faire souvent pénaliser avec 10 pénalités. Un comportement récurrent ne convenant pas à son entraîneur Greg Carvel : « Tu dois rester hors de la boîte. C’est dans ce domaine que tu dois te developper. Être capable de se contrôler émotionnellement, c’est un grand domaine de développement pour moi ». Le message semble avoir été compris par le joueur avec seulement 4 pénalités concédées cette saison.
Une autre preuve de sa nouvelle mentalité, lors d’un match fin janvier, il prend une pénalité dans le second tiers. Après avoir tué celle-ci au début du troisième tiers, son entraineur décide de le laisser sur le banc. Trivigno déclare « Je méritais de m’asseoir sur le banc. Pendant ce temps, j’étais le meilleur coéquipier sur lequel vous pouvez compter, je pouvais encourager mes coéquipiers ». Après ce match, Trivigno a amassé 12 points en 8 matchs, lui permettant d’être nommé dans l’équipe des Étoiles à l’Est ainsi que de remporter le trophée de MVP du tournoi de conférence. Enfin il a remporté le trophée Walter Brown récompensant le meilleur universitaire de Nouvelle-Angleterre né aux États-Unis. Pour les deux premiers matchs des séries, il a inscrit trois points. Malgré une maturité encore vacillante, il arrive motivé pour emmener son équipe vers les sommets.

UNIVERSITÉ MINNESOTA DULUTH
Pour sa part, l’équipe du Minnesota Duluth a connu un parcours particulier avec un premier tour annulé en raison de résultats positifs à la Covid-19 dans la prometteuse équipe universitaire du Michigan. Lors du tour suivant, les Bulldogs ont marqué l’histoire. L’équipe double championne en titre (2018, 2019) a dû aller jusqu’au terme de cinq prolongations pour l’emporter contre le Dakota du Nord, première du championnat. Le match a été serré tout du long, avant que Jackson Cates et Cole Koepke n’inscrivent deux buts en une minute et 20 secondes. Ils pensaient sûrement avoir fait le plus dur. Mais les Fighting Hawks ont puisé dans leurs ressources pour inscrire deux buts dans les deux dernières minutes. On pensait que la tendance s’était inversée mais aucune des équipes n’est parvenue à se départager jusqu’à la cinquième prolongation. Après 142 minutes et 13 secondes de jeu, les Bulldogs ont réussi à l’emporter grâce à un but de Luke Mylymok. Une rencontre historique mais aussi épuisante pour les Bulldogs, comme l’exprime l’entraîneur Scott Sandelin : «  Je suis épuisé. C’était un match incroyable. Je pensais que notre équipe avait très bien joué. Le Dakota du Nord montre sa détermination en égalisant. Et puis nous jouons une prolongation…Nous avons eu la chance de faire une pause ». Un match qui va probablement lancer l’équipe pour le reste de la compétition. Minnesota Duluth peut désormais envisager de remporter un troisième championnat consécutif.

Joueurs clés : Luke Mylymok (1ère année) & Cole Koepe (junior)

Luke Mylymok célèbre son but victorieux après 5OT – Source : CBC.ca

Pour sa première année dans le championnat universitaire, Luke Mylymok s’est fait remarqué grâce à son but vainqueur lors du tour précédant au terme de cinq prolongations. Il est devenu le héros du match le plus long de l’histoire du championnat de NCAA. Un but qui l’a fait passé de l’anonymat à la célébrité. Sur la saison, il n’a joué que 10 rencontres avec 3 points dont 1 but. Des statistiques intéressantes pour un attaquant entrant dans sa première année à l’Université. Il a lui-même reconnu qu’il était juste content d’avoir été sélectionné pour ce match:  « Quand vous êtes appelé et que vous jouez dans un jeu comme celui-ci, c’était incroyable ». Être le héros de son équipe a décuplé cette joie. Ce but a peut-être libéré le joueur qui voudra confirmer en demi-finale.
L’autre joueur à suivre n’est autre que Cole Koepke, repêché en 2018 par le Lightning à la 183ème position. Auteur de 21 points dont 13 buts cette année, il est le meilleur buteur d’UMD avec Nick Swaney et Kobe Roth. Koepke est le buteur de cette équipe avec 125 tirs pris, le total le plus important de son équipe et une efficacité de 10,4%. Il est l’un des joueurs les plus expérimentés de cette équipe et tentera de tout faire pour permettre à son équipe de remporter le troisième championnat de rang, le deuxième pour lui.

Demi-finale #2
Minnesota State Mavericks vs. St.-Cloud State Huskies

Les Huskies contre les Mavericks en saison régulière, le gardien McKay à l’oeuvre – Source : The Rink Live

La deuxième rencontre du Frozen Four 2021 est un duel entre deux programmes de l’État du Minnesota, les Huskies de St. Cloud, vainqueurs de la région Nord-Est et les Mavericks de Minnesota, vainqueurs de la région Ouest. Deux invités assez surprenants sur le papier même si les Huskies ont réalisé une excellente saison. Les Mavericks eux, ont réussi à conjurer le mauvais sort. Explications.

UNIVERSITÉ DE L’ÉTAT DE SAINT-CLOUD
Les Huskies, entraînés pour la troisième année consécutive par Brett Larson, sont arrivés au tournoi final avec de sérieuses prétentions acquises lors de la saison régulière. Le SCSU a affronté à sept reprises leurs rivaux du Duluth pour rendre une belle fiche de 5-2-0. Rares sont ceux qui peuvent se taguer d’un tel bilan. St. Cloud termine ainsi à la deuxième position de leur conférence avec 45 points et 12 victoires. Malheureusement, la belle saison du SCSU s’est arrêtée en finale de la Conférence NCHC contre la montage du Dakota du Nord. Les Huskies arrivent au tournoi dans la partie de tableau la plus relevée de la compétition. Au premier tour, le SCSU affronte l’Université de Boston, deuxième de la conférence Est, programme historique du hockey universitaire américain. Comme presque chaque saison, les Terriers de Boston ont une vedette prometteuse, cette saison, c’est le gardien Drew Commesso, repêché en 46ème position par les Blackhawks. Si dans le premier tiers, les équipes s’observent, le second est plus animé avec cinq buts partagés. Ce sont les Huskies qui tournent en tête au début du troisième tiers en menant 3-2. Dans la dernière période, SCSU réalise un véritable festival en inscrivant trois buts sans réponse. Le gardien slovaque du programme David Hrenak a été impériale, sauvant 34 tirs des Terriers. Le centre de première ligne, Nolan Walker termine le match avec trois assistances.
Au tour suivant, les Huskies affrontent un autre programme historique : le Collège de Boston, vainqueur par forfait sanitaire de Notre-Dame au premier tour. Large vainqueur de la conférence en saison régulière avec 18 points d’avance sur le second, les Aigles du Collège de Boston se sont pourtant inclinés en demi-finale du tournoi de conférence après deux prolongations. Une nouvelle fois, St. Cloud s’avance comme l’outsider de la rencontre. Les Huskies doivent de nouveau faire face à un gardien vedette, Spencer Knight, portier de l’équipe junior des USA, champion en titre du Mondial Junior en 2021. Rien que ça. Les Aigles ouvrent la socre en première période, 1-0. Mais dans le second tiers, le défenseur Luke Jaycox égalise pour St. Cloud avant que Will Hammer et Nolan Walker viennent faire la différence en fin de période. 3-1 pour le SCSU, le Collège de Boston ne reviendra pas. Micah Miller termine le travail dans le filet désert, 4-1 socre final. Les Huskies retrouvent ainsi le Frozen Four depuis 2013, la seconde fois dans l’histoire du programme.

Joueur clé : Veeti Miettinen (1ère année)

Où est passé la recrue de l’année ? – Source : NHCH

Sélectionné au 6ème tour du dernier repêchage par les Leafs, l’ailier finlandais de poche (175cm/72kg) a rayonné cette saison avec les Huskies. Auteur de 24 points en 29 matchs dont 11 buts, Veeti Miettinen a remporté le trophée de meilleure recrue de l’année en NCAA. Il est tout simplement le meilleur pointeur de Saint-Cloud cette saison. Sur 76 tirs, il affiche un très bon taux de réussite à 14,5% et surtout, il est le meilleur pointeur de son équipe en avantage numérique. Certes les Huskies ne se sont retrouvés que 5 fois dans cette situation, mais Miettinen n’a pas su se démarquer et n’a inscrit aucun point lors des deux premiers matchs du tournoi. Les partisans de Saint-Cloud attendent que leur pépite se réveille lors du Frozen Four, surtout en l’absence de l’expérimenté Easton Brodzinski, meilleur buteur de l’équipe, blessé coontre le Collège de Boston.

UNIVERSITÉ DE L’ÉTAT DE MINNESOTA
Si l’on devait remettre un trophée au mérite, les Mavericks seraient probablement les lauréats tant ils dominent en saison régulière. Mais le programme s’effondre dès qu’il s’agit de remporter une rencontre lors du tournoi final. La malédiction de l’Université de l’État du Minnesota prend fin cette saison avec une première apparition au Frozen Four dans l’histoire du programme. Depuis 8 ans, Mike Hastings dirige cette équipe avec réussite, la preuve étant un bilan global s’élevant au-dessus des 70% de victoires. Cette saison, encore une fois, les Mavericks terminent largement en tête de leur conférence avec 39 points, 12 victoires en 13 matchs. C’est la quatrième année consécutive qu’ils écrasent la concurrence en WCHA. Malgré tout, l’État du Minnesota ne remporte pas le tournoi de conférence. Peut importe, l’objectif du programme est gagner une rencontre dans le tournoi national. Chose faite le 27 mars au premier tour contre les Bobcats de Quinnipiac, redoutable programme de l’ECAC. Mené 2-0 après le premier tiers, le MnSU revient dans la partie en remportant le second tiers 1-0. Quinnipac attaque fort la dernière période en inscrivant le but du 3-1 mais les Mavericks sonnent la révolte dans les 5 dernières minutes pour égaliser à une minute du terme de la rencontre, 3-3. En prolongation, c’est Ryan Sandelin (oui oui, le fils de l’entraîneur de Minnesota Duluth) qui délivre l’État du Minnesota !
En finale ragionale, les Mavericks affronte Minnesota, champion de la Big Ten face au Wisconsin de Cole Caufield. Un gros morceau où l’inexpérience du MnSu le place une nouvelle fois en position d’oustider. Pourtant, les garçons de Mike Hastings vont livrer une véritable démonstration. Grâce à un excellent Dryden McKay, les Mavericks blanchissent le Minnesota et collent un sévère 4-0 au Golden Gophers. L’attaque des Mavericks a rayonné jusqu’à présent, surtout d’un point de vue collectif, puisque sur l’ensemble de la saison, le programme contrôle 60% des tentatives de tirs. Difficile de dire où peut s’arrêter cette équipe.

Joueur clé : Dryden McKay (junior)

Le meileur gardien de NCAA cette saison – Source : FloHockey

Âgé de 23 ans, le gardien des Mavericks est le seul candidat pour le Trophée Hobey Baker, récompensant le meilleur joueur de la saison, à être toujours en lice dans tournoi national. Et pour cause, sa saison est exceptionnelle. Tout autant que sa précédente dans le Minnesota. L’année dernière, McKay c’était 30 victoires, .942 de sauvetage et 1,31 buts encaissés par match. Cette saison, le gardien des Mavs tourne en .931 de sauvetage, 1,39 GAA et il n’a perdu que trois rencontres. Im-pres-sionant. Si la défense du MnSU est tout aussi incroyable, McKay va être testé comme jamais il ne l’a été cette saison. Sans hésitation, sa capacité à résister aux assauts des Huskies sera déterminante.

Le Frozen Four 2021 ouvre ses portes ce jeudi 8 avril et nous prépare encore une fois son lot de rebondissements. Il y a 75% de chance de voir le trophée national repartir dans le Minnesota, seul UMass va essayer de jouer les troubles fêtes mais ils auront fort à faire face au double champion en titre. Rendez-vous en fin de semaine pour connaître l’affiche de la finale 2021 !

Exit mobile version