Basket Draft NBA La NBA de demain

Profil NBA Draft 2021 : Evan Mobley, le meilleur intérieur de la cuvée

Évènements indissociables des sports aux États-Unis, les drafts sont le moteur du renouvellement perpétuel des grandes ligues sportives nord-américaines. Coup de théâtre, coup du destin, déceptions, interrogations… Les drafts sont des éléments essentiels de la culture sportive américaine. Après une March Madness qui a, comme à son habitude, réservée son lot de surprise, la draft NBA 2021 est la nouvelle date importante pour les prospects NCAA et FIBA. L’occasion pour le CCS de se mobiliser pour vous proposer un profil détaillé des meilleurs prospects. Sans hiérarchie particulière, vous trouverez ici toutes les informations nécessaires pour connaître les futurs rookies, voire même les futures stars de la NBA.

EVAN MOBLEY

source : trojanswire

Date de naissance : 18 juin 2001 – Classe : Freshman

Université : USC Trojans (PAC-12) – Bilan 2020/2021 : 23v/7d

Poste : Ailier Fort (#4)

Mensurations
Taille : 213 cm – Poids : 98 kg – Envergure : 226 cm

Statistiques saison
33 matchs joués // 16,4 pts // 8,7 reb // 2,4 ast // 0,8 stl // 2,9 blk
33,9 minutes joués/match // 57,8% FG // 30,0% 3pts // 69,4% FT // 2,2 Tov // 1,8 PF

PROFIL

CONTEXTE PERSONNEL & COLLECTIF
On attaque directement par du lourd. Recrue 5 étoiles à la sortie de son lycée, Evan Mobley est attendu dans le top 5 voire top 3 de la draft NBA à venir. Fort d’une saison très solide avec son université de Californie du sud, les Trojans, avec laquelle il a été jusqu’à l’Elite Eight de la March Madness, Mobley a confirmé toutes les attentes, mais aussi les interrogations, qui tournaient autour de lui en début de saison. Celles d’un joueur avec un potentiel de futur all-star mais dont beaucoup d’aspect du jeu reste à améliorer.

DESCRIPTION DU JOUEUR
Commençons par l’attaque. De ce côté du terrain, Evan Mobley est un excellent joueur de Pick&Roll. Il « roule » bien et est une véritable menace aérienne grâce à une grosse explosivité (réussite de 78% au tir sur les dunks, layup, claquette). Le joueur est également doté d’un bon touché, ce qui lui permet d’avoir une palette de tir intéressante à 2pts (il tourne à 47% au tir sur les hook shots et les jumpers mi-distance). Il provoque beaucoup de lancers francs et si ses pourcentages ne sont pas les meilleurs (69%), sa mécanique de shoot et son touché, alliés à quelques heures de travailles en NBA pourrait le fait basculer dans des pourcentages bien plus intéressants.
En dehors du tir, Evan Mobley a cette faculté à pouvoir poser la balle, dribbler et se créer son shoot lui même grâce à un handle et une aisance balle en main assez impressionnants pour un joueur de son gabarit.

Comme souvent chez les jeunes intérieurs avec un haut taux d’utilisation comme Mobley (23,4% d’USG), les pertes de balle sont leur péché mignons. Bien qu’il soit capable de dribbler, cela parait compliqué de projeter ses qualités de création pour lui même et d’initiateur d’attaque en NBA. Face à d’excellents défenseurs, les turnovers et mauvaises décisions risquent de s’accumuler. Il lui manque aussi l’aspect création pour les autres, qu’il n’a pas encore. Il ne sera probablement jamais un Point Forward tel un Nikola Jokic, mais son QI basket et ses qualités balle en main pourrait lui permettre de développer, à terme, un peu de playmaking. Enfin, il a montré des flashs au tir extérieur et sa mécanique de shoot montre qu’il pourrait devenir un intérieur capable de s’écarter mais cela demandera beaucoup de temps et de travail.

Défensivement, c’est un autre niveau. Mobley est un défenseur élite! Forcément, quand vous faites un Tacko Fall (226cm) d’envergure et que vous avez la mobilité d’un joueur d’1m80… tout est plus simple. Car oui, Mobley est une tour de contrôle, quasiment imprenable. 2,9blk/match, 8,8% au BLK%, voilà des statistiques à faire pâlir Rudy Gobert. Tout comme le français d’ailleurs, Evan a également cette aptitude à dévier les tirs, à pousser les joueurs adverses à modifier leur trajectoire de tir pour contourner le contre mais aussi. Mais le joueur n’est pas juste un protecteur de cercle puisque grâce à sa mobilité, impressionnante pour ce type de joueur, il parvient à switcher sur quasiment tous les écrans pour défendre presque tous les postes. Son QI basket lui permet également de ne pas tomber dans les feintes et ainsi ne pas être embêté par les fautes (ce qui est assez rare pour des jeunes contreurs comme lui).

Vraiment très peu de défaut à souligner d’un point de vue défensif. Sa polyvalence défensive en NCAA sera sûrement un peu plus réduite en NBA (défense sur les postes 3-4-5 dans un premier temps). Il devra également prendre du poids car si sa taille et son envergure l’aide énormément, il est aussi très léger et a donc tendance à se faire enfoncer assez facilement par les plus gros intérieurs adverses. Face à des monstres physiques tels Zion Williamson ou Anthony Davis, ça ne pardonnera pas.
On pourrait également souligner que c’est un rebondeur honnête mais qu’on pourrait s’attendre à mieux de la part d’un joueur qui peut faire ses lacets sans se baisser.

Quand on regarde Evan Mobley jouer, la première phrase qui nous vient en tête est « sky is the limit for him ». Prenez la dissuasion et la protection de cercle de Rudy Gobert, mettez-y la mobilité et la polyvalence défensive de Bam Adebayo et finalisez avec l’aisance balle en main d’Anthony Davis. Vous venez de créer le deuxième monstre du Dr. Frankenstein => Evan Mobley. Evidemment tout ceci n’est que potentiel pour l’instant et cette version d’Evan Mobley n’est qu’une version utopique du joueur. Mais cela vous donne une idée du genre de joueur qu’il peut devenir s’il venait à exprimer son plein potentiel. Le joueur pourra jouer poste 4 si le poste 5 peut s’écarter, ou poste 5 si le poste 4 peut s’écarter. En attendant, il sera tout à fait capable d’avoir des minutes dès son entrée en NBA, ne serait-ce que par la menace qu’il représente sur Pick&Roll et son aptitude à protéger son cercle. Deux éléments indispensables aux intérieurs pour perdurer dans la NBA actuelle.

✔️ FORCES

  • Polyvalence défensive
  • Protection de cercle élite
  • Mobilité latérale plutôt bonne pour ce type de joueur
  • Touché près du cercle
  • Menace aérienne et sur P&R
  • Capacité à pouvoir poser le ballon et se créer son shoot

FAIBLESSES

  • Profil de « Licorne » donc potentiellement fragile
  • Manque de poids/muscle
  • Playmaking/Passing très limité
  • Shoot extérieur très faible pour l’instant

PRÉDICTION DRAFT 2021

Top 5 (places 2-5)

Equipes potentiellement intéressées : Minnesota Timberwolves, Orlando Magic, Detroit Pistons

Tout d’abord, le pick de Minnesota est protégé de 1 à 3. S’il sort du top 3, il part chez les Warriors. On part du principe que les Wolves vont conserver leur choix de draft. Minnesota a déjà une ossature de jeunes à fort potentiel (Russell, Edwards, KAT). On sait aussi que les Wolves vont devoir commencer à gagner pour contenter leur pivot star donc il ne serait pas impossible qu’ils échangent leur pick contre une star déjà affirmée. Si ce n’est pas le cas, drafter Evan Mobley pourrait former une raquette très complémentaire et compenser les errances défensives de Towns. C’est désormais clair, le Magic entame un cycle de reconstruction. S’ils n’ont pas le choix 1 (et donc pas Cunningham), la sélection d’Evan Mobley serait un « no brainer » pour eux. Probablement le plus gros talent derrière Cunningham et en plus, le fit serait au rendez-vous. Bon courage aux Forwards pour attaquer la raquette Bamba-Mobley-Isaac ! Les Pistons sont eux aussi en reconstruction mais l’ont déjà bien amorcée. Hayes au poste de meneur, Bey, Grant et Doumbouya sur les ailes, ajoutez à tout cela un joueur comme Mobley et vous avez là un effectif ultra athlétique. Lob City 2.0 is coming.

TIER DU CCS* : ALL-STAR

Très ressemblant à Chris Bosh que ce soit physiquement ou sur le profil basket, Evan Mobley est la définition même du diamant brut. Déjà brillant, déjà une grosse valeur, mais beaucoup de facettes à polir pour lui donner son éclat optimal. Les rumeurs de trade vont aller bon train avant la draft pour tenter de se placer dans le top 3 de la lotterie et espérer arracher l’un des meilleurs prospects de la cuvée. Un intérieur mobile, bon protecteur de cercle, pouvant dribbler, défendre sur plusieurs postes et avec un potentiel shoot à 3pts, dans la NBA actuelle, ça n’a pas de prix.

*Tiers du CCS, explications. Il est très difficile d’estimer le devenir d’un prospect. Pour embrasser au mieux le potentiel de ces jeunes joueurs, le CCS vous propose une hiérarchisation par « tiers », ou « groupes à potentiel ».
Groupe 1 : Tier « Superstar » ou l’équivalent d’un talent générationnel capable de changer le destin d’une franchise, voir de la ligue.
Groupe 2 : Tier « All-Star », facile à deviner, le prospect à le potentiel pour devenir un franchise player.
Groupe 3 : Tier « Starter ++ », le joueur peut très bien devenir la deuxième ou la troisième option de sa franchise.
Groupe 4 : Tier « Starter/6ème homme », rôle player important ou leader de la second unit.
Groupe 5 : Tier « Rotation importante », 8ème ou 9ème, toujours précieux avec un rôle définit.
Groupe 6 : Tier « Fin de rotation », 10ème ou 12ème homme avec peu de minutes, un plafond limité mais pouvant rendre de précieux services.
Groupe 7 : Tier « G-League/2Way », pour eux, il faudra se battre pour espérer avoir un avenir en NBA, mais tout reste possible pour les éclosions tardives.

(2 commentaires)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :