Omnisport Rugby

Champions Cup : Les joueurs clés des clubs français en quarts de finale

Joueur clé, devenu incontournable dans un système, Café crème sport s’intéresse aujourd’hui à un joueur cadre des quatre équipes françaises qui s’affrontent ce dimanche en Champions Cup. L’occasion aussi de parler des identités de ces équipes, de leurs forces actuelles dans le jeu. Des joueurs dont l’apport pourrait bien s’avérer décisif dans les rencontres entre français de ce week-end.

Peni Ravai, ASM

Crédit asm-rugby.com

Cocktail d’explosivité

Joueur clé dans l’effectif clermontois, le fidjien de 30 ans s’avère un moteur indispensable de son équipe. Doté d’une faculté d’accélération et de capacités techniques hors du commun pour un pilier, il amène énormément d’avancée. Il fait partie des individualités brillantes qui permettent d’enclencher des dynamiques positives et de ménager des espaces aux trois quarts de l’ASM.

C’est le premier pilier fidjien à évoluer en sélection de rugby à 7 (en 2013), symbole de sa palette offensive complète.

L’équipe clermontoise n’a pas connu une saison linéaire. Des difficultés récurrentes en conquête l’ont souvent empêché de lancer le jeu proprement. Cependant des individualités, telles que Peni Ravai ou encore Kotaro Matsushima,  lui permettent d’enclencher des dynamiques de jeu positives. Quand bien même,  l’ASM a davantage du mal collectivement dans les matchs à fort enjeu par rapport aux années précédentes notamment en défense. Cependant l’ASM reste encore dans des positions intéressantes en championnat et toujours qualifiée en coupe d’Europe. Son dernier match contre les Wasps et la victoire arrachée dans le temps additionnel pourrait être un tournant dans sa saison, en termes de confiance en son jeu fait de vitesse. L’ASM reste un équipe capable de rivaliser avec les cadors européens, si elle fait les choses dans le bon ordre et surtout si elle densifie sa ligne défensive.

Un match qui promet des étincelles du côté du stade Marcel Michelin, l’opposant à son ennemi historique, le Stade toulousain.

Selevasio Tolofua, Stade Toulousain

Selevasio Tolofua (à droite) accompagné de Jerome Kaino, son coéquipier au Stade Toulousain. Crédit, FranceBleu

Nouveau roi des offloads ?

La nouvelle pépite toulousaine de 23 ans s’est parfaitement adaptée au jeu toulousain, grâce à ses qualités et fait désormais partie intégrante du système de jeu du Stade toulousain.

Après avoir été formé au poste de centre, le jeune Selevasio Tolofua est finalement repositionné en 3ème ligne à son arrivée à Toulouse. Un poste dans lequel il excelle depuis deux saisons déjà. Très solide du haut du corps, il est de ces joueurs qui aiment faire jouer après contact. Capables de coups d’éclats, de casser une ligne défensive par ses appuis ou son physique, il est un joueur indispensable du système d’Ugo Mola. Il symbolise avec d’autres le jeu prôné par le coach par sa capacité à jouer dans la défense. Il a en tout cas largement la capacité pour s’installer en 3ème ligne que ce soit en numéro 8 ou à l’aile. Son “mentor” Jerome Kaino, la légende All Black, joue un rôle important dans son perfectionnement et l’a sûrement aidé à passer un cap.

L’équipe toulousaine est une équipe capable de relancer le jeu de n’importe quelle partie du terrain. Les trois quarts sont joueurs et les avants sont toujours intégrés dans le projet de jeu toulousain de déplacer le ballon pour fatiguer l’adversaire. Le jeu d’offloads est central pour l’équipe. Selevasio Tolofua correspond parfaitement à cette identité de jeu, il est en passe de devenir un cadre de l’effectif.

Forte en conquête et disciplinée, cette équipe reste une équipe difficile à manœuvrer, tant elle dispose de joueurs talentueux à chaque poste. La volonté du coach toulousain est également de responsabiliser ses joueurs, en leur donnant des rôles plus importants dans la gestion de l’équipe.

Romain Buros, Union Bordeaux-Bègles

Justesse et efficacité

A 23 ans Romain Buros s’affirme de plus en plus à l’arrière de l’équipe bordelaise. Il a gagné sa place de titulaire aux dépens de Nans Ducuing. Le jeune joueur, passé par la section paloise, a notamment été très en vue en champions cup. Cette année il affiche des statistiques particulièrement intéressantes : il a réalisé le plus de passes après contact (un total de 6) à égalité avec son coéquipier Matthieu Jalibert et totalise également 204 mètres parcourus dans la compétition ce qui le place à la 3ème place de ce classement.

Ce relanceur infatigable, est capable de casser la défense adverse par une relance électrique. Mais ce sont surtout ses courses sans ballons qui font une grande différence. Joueur intelligent et doté d’une bonne lecture du jeu, il se propose avec beaucoup de vitesse dans les intervalles et crée du décalage et des phases d’avancée pour son équipe. Le joueur affiche une certaine maturité malgré son jeune âge. Il ne cesse de progresser de sortie en sortie, et pourrait à terme devenir un candidat crédible à l’équipe de France.

Romain Buros est à l’image des trois quarts bordelais étincelants cette année. Dans le sillage d’un Ben Lam conquérant qui semble enfin avoir retrouvé le niveau qu’il avait atteint avec les Hurricanes, les trois quarts n’ont aucun mal à se créer des occasions de marquer des essais. Avec Matthieu Jalibert par ses qualités de vitesse et d’appuis, combiné au retour de l’excellent Santiago Cordero, l’UBB présente une composition d’arrières de très haut niveau qui n’ont aucunement à souffrir de la comparaison avec les cadors européens. Dans leur style de jeu souvent débridé, Romain Buros apporte une certaine stabilité et sérénité qui semble apporter au jeu complet souhaité par leur coach Christophe Urios. Il s’est imposé comme un rouage essentiel dans l’équipe bordelo-béglaise.

Jordan Joseph, Racing 92

Déjà grand ?

Homme du match dans le huitième de finale qui opposait son équipe à Edimbourg, Jordan Joseph n’est plus à présenter. Il est un grand espoir du rugby français depuis la coupe du monde des moins de 20 ans en 2018 dans laquelle il a été élu meilleur joueur. Cependant après avoir atteint assez précocement des étapes importantes en termes de niveau dans ses plus jeunes années, il a semblé moins à son aise pour s’imposer dans la grosse écurie du racing. Il faut dire que la volonté des coachs racingmen a été de le préserver au maximum, de ne pas le surexposer afin de laisser le temps à leur pépite de trouver son équilibre. Si Jordan Joseph n’est actuellement pas une pièce incontournable de l’effectif du Racing 92, tout porte à croire qu’il va le devenir dans un futur pas si lointain. La confiance que lui porte les coachs en le titularisant dans les matchs couperet de coupe d’Europe, le prouve. Il n’a pas encore eu l’occasion de démontrer, en enchaînant les matchs, s’il savait faire preuve de régularité dans les matchs de haut niveau. C’est pourquoi le match contre l’Union Bordeaux-Bègles est une occasion rêvée de prouver l’étendue de ses talents dans un match qui s’annonce disputé.

Ses qualités de vitesse combinées à sa puissance en font un joueur très complet, difficile à plaquer. Extrêmement mobile, il a le profil du joueur moderne, un avant aux qualités hybrides qui fait jouer autour de lui.

A 20 ans seulement, il a les capacités pour s’imposer dans cette équipe du Racing en tant que titulaire. Une des forces de cette équipe réside dans la mobilité de ses avants,le dynamisme, Jordan Joseph pourrait en devenir le meilleur représentant. Autre atout, des trois quarts très rapides capables de contourner la défense adverse sur un combinaison récitée à la perfection.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :