A l'affiche Basket NBA

Caris LeVert : le joueur qui va mettre la lumière sur Indiana ?

« Deux mois en arrière, je ne savais même pas si j’allais pouvoir rejouer et encore moins aussi tôt. Je suis extrêmement reconnaissant et heureux d’être sur le terrain ». Caris LeVert 

Un trade qui a sûrement changé sa carrière et sa vie. Dans le blockbuster envoyant James Harden à Brooklyn, l’arrière de 26 ans est envoyé à Indiana en remplacement de Victor Oladipo, parti aux Rockets. Mais la mauvaise nouvelle tombe lors de sa visite médicale. On lui diagnostique un cancer du rein et une indisponibilité jusqu’à la fin de la saison. Le management accepte tout de même le trade et décide de mettre tous les moyens disponibles pour que leur joueur revienne le plus tôt possible. Et par miracle, deux mois plus tard, Caris LeVert dispute son premier match avec les Pacers (victoire face à Phoenix). Voilà plus d’un mois que le joueur a refoulé les parquets montrant des choses prometteuses. Indiana compte sur son nouveau joueur et lui donne pleine confiance. Peut-il faire passer un cap à cette équipe d’Indiana ? 

Un redémarrage en douceur 

Revenir d’une épreuve comme celle-ci n’est jamais simple. Caris LeVert a subi une opération très rare qui l’a diminué autant physiquement que mentalement. Mais il a réalisé un mois de Mars, tout de même, intéressant pour un retour à la compétition.  

Statistiquement, l’ancien joueur de Michigan tourne à 15 points par match avec 4 rebonds et 4 passes de moyenne en dix matchs joués sur la période. Certes les pourcentages aux tirs n’étaient pas encore optimaux (37% au tir dont 30% à trois points) car encore en manque de rythme, mais il prend de plus en plus en confiance au fil des matchs. Pour un joueur de retour depuis seulement une quinzaine de matchs et prendre autant de tirs par match dont six derrière l’arc, prouve que le natif de Pickerington (Ohio) sait prendre ses responsabilités et n’a pas peur de prendre des matchs en main.  

On l’a vu notamment le 25 mars face aux Pistons de Detroit où il a signé sa meilleure performance de la saison. 28 points à 10/19 aux tirs (dont 4/7 à 3 pts) avec 6 rebonds, 4 passes et 2 interceptions. Une prestation très encourageante où on a vu son sang-froid dans le money-time. D’abord un tir à trois points pour donner de l’air à deux minutes du terme et le shoot qui tue à 10 secondes de la fin pour ruiner les espoirs de victoire des Pistons. Un match référence pour lui et qu’il ne pouvait être que bénéfique. 

Un rôle important avec les Pacers 

TJ Warren absent jusqu’à la fin de saison, Oladipo parti. Caris se doit d’assurer sur les postes d’arrière-ailier. Listé à 1,98 m pour 84 kg, il est naturellement un poste 2 (arrière) mais peut tout à fait jouer en position d’ailier. Un poste qu’il lui a permis de marquer 34 points (à 14/20 aux tirs) il y a deux jours face à Memphis.

Plutôt bon en défense depuis le début de sa carrière (1,6 interceptions cette saison), il peut éventuellement endosser le rôle d’un 3&D (bon en défense et à 3 pts) si sa réussite à trois points revient entre 35 et 40% de réussite comme ce qu’il produisait à Brooklyn. Derrière le duo Sabonis-Brogdon, il doit s’imposer comme le troisième créateur et scoreur de cette équipe.

Depuis son retour, il prend plus de tirs que le franchise player de l’équipe, Sabonis, qui tourne à 13 tirs par match sur le mois de Mars et quasiment autant que Malcom Brogdon (15,4/match). Preuve que LeVert veut être plus qu’un rôle player dans cette équipe.  

Afficher l’image source
Source : USA Today

Faire passer un cap à l’équipe ?

Avant le retour de Caris Levert, Indiana avait un bilan négatif de 16 victoires pour 20 défaites. Alors qu’il avait bien démarré leur saison, les hommes de Nate Bjorkgren ont enchaîné deux séries de quatre revers consécutifs au mois de février, les faisant passer en négatif. Ainsi, Indiana a perdu sa place en playoffs et le retour de Caris LeVert n’a pas pour l’instant les effets attendus.

Les Pacers présentent un record de 9 victoires et 7 défaites (dont 3 victoires de suite) depuis qu’il est dans l’effectif alors qu’il réalise un début de mois d’avril très encourageant. Il tourne à 20,8 points de moyenne avec 5 rebonds, 5 passes et des pourcentages nettement en hausse (51% contre 37% le mois dernier). De plus, son temps de jeu augmente encore (33,7 minutes par match) et témoigne de la confiance que lui accorde son coach.

Voici les cinq majeurs avec le pire espacement parmi les 60 meilleurs cinq majeurs en minutes

Mais l’association entre les trois joueurs (Brogdon, LeVert, Sabonis) n’est pas encore au beau fixe. La raison principale est qu’ils n’ont joué que douze matchs tous les trois et qu’ils manquent encore d’automatismes. Ils ont un rating net (différence entre le ratio offensif et défensif) de -2,4, mais rien d’alarmant pour des joueurs qui débutent ensemble. Avec le temps, ce chiffre ne devrait qu’augmenter. L’association entre Brogdon et Sabonis, ajouté à Levert qui peut jouer en second ball handler (second porteur de balle) est un atout considérable pour arracher une place en playoffs.

Cette semaine, les Pacers continuent un road-trip à l’Ouest pour y affronter les Clippers et le Jazz notamment. Un beau test pour Indiana et pour examiner l’entente entre le nouveau venu et le duo de base. Si cela fonctionne, l’Est pourrait avoir affaire à un sérieux concurrent et Caris LeVert montrerait à tous qu’il peut être le joueur déclic de sa nouvelle franchise. Réponse dans les prochaines semaines.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :