Basket Basket Féminin Europe Féminines

Récapitulatif Draft WNBA 2021 : Deux françaises sélectionnées !

Jeudi 15 avril, la WNBA a tenu sa draft annuelle de manière virtuelle, comme l’année dernière. Si les Wings de Dallas ont choisi Charli Collier en première position sans grande surprise, deux françaises ont rejoint la grande ligue américaine : Iliana Rupert (#12) et Marine Fauthoux (#29). (Couverture : Olivier Martin Photographe – Be Basket)

Pour la première fois dans l’histoire de la WNBA, la même équipe possèdait les deux premiers choix de la draft. Plus encore, Dallas détient 3 choix dans le Top 5. En complète reconstuction, la franchise du Texas a mis la main sur le premier choix du Liberty de New-York, d’abord échangé aux Storms de Seattle puis récupéré par les Wings en échange de Katie Lou Samuelson et d’un second tour de draft. Au-delà de la razzia de Dallas, c’est la sélection de deux françaises, une première dans l’histoire, qui fait vibrer notre patriotisme.

Draft WNBA 2021 : Dallas rafle tout, Arella Guirantes boudée

Organisée depuis 1997, la Draft WNBA possède de nombreuses similitudes avec la Draft NBA tout en gardant certaines singularités en raison du format de la Ligue. Contrairement à sa soeur masculine, la WNBA attribut le titre de « joueuse internationale » uniquement aux joueuses nées hors des États-Unis, quelque soit l’endroit où elles sont effectuées leurs formations. De même, l’âge d’éligibilité en NBA est fixé à 19 ans alors qu’en WNBA, il est de 22 ans pour les américaines et de 20 ans pour les joueuses internationales. La Draft s’organise en 3 tours, chacun comportant 12 choix correspondant aux 12 équipes qui composent la ligue. Maintenant que ces précisions ont été apportées, regardons le résultat de la Draft 2021.

Résultat du premier tour Draft WNBA 2021 – Source : WNBA Twitter

Les Wings de Dallas avaient besoin de profondeur et de taille dans la raquette comme en témoigne leur dernier rang au nombre de rebonds captés en 2020 avec seulement 23,7 rebonds par match. C’est donc sans surprise que Dallas sélectionne Charli Collier de l’Université de Texas au premier rang. La pivot d’1m96 a terminé sa troisième saison avec les Longhorns en affichant une belle ligne statistique : 20,9 points à 51,8% FG, 12,2 rebonds (4,8 rebonds offensifs) et 1,2 contres. Les spécialistes NCAA s’accordent pour dire que Charli Collier n’est probablement pas la joueuse qui peut changer le destin d’une franchise mais elle possède suffisament de qualités pour être une excellente joueuse de WNBA grâce à son athlétisme et sa finition près du cercle.

Avec leur deuxième choix, les Wings sélectionnent Awak Kuier, probablement le meilleur potentiel de cette draft. D’origine sud-soudanaise, né au Caire en Egypte, Awak Kuier s’est réfugiée avec sa famille en Finlande lorsqu’elle avait deux ans. Positionée au poste de pivot avec ses 1m95, Kuier est une joueuse athlétique qui offre une rare combinaison de taille et de sens du jeu. Selon la WNBA, la Finlandaise affiche 14,3 points, 12,4 rebonds, 2,1 passes, 2,5 contres et 1,1 interceptions par match, au cours de sa carrière. Avant sa sélection, Awak Kuier est tout simplement comparée à Candice Parker, DPOY 2020 et double MVP. En 5ème position, Dallas sélectionne l’arrière senior d’Arkansas, Chelsea Dungee, probablement la meilleure scoreur de la cuvée. Elle termine sa dernière saison régulière en NCAA avec 22,2 pts à 39,1% à 3pts sur 5,3 tentatives.

Les 3 joueuses draftées dans le Top 5 par les Wings – Source : Yahoo Sport

Dans le reste de la soirée, le Dream d’Atlanta complète le podium en sélectionnant non sans surprise Aari McDonald. La meneuse senior du programme d’Arizona a été la vedette du tournoi NCAA mais peu d’observateurs s’attendaient à la voir si haut à draft. Le Dream possède de nombreuses arrières mais son arrivée permettra à la star Chennedy Carter de jouer sans ballon. Encore plus surprennant, c’est la sélection de Kysre Gondrezick en 4ème position. L’arrière de West Virginia était attendue au 2ème voir 3ème tour et malgré ses 17,4pts la dernière saison, elle arrive dans un backcourt d’Indiana déjà très chargé avec les présences de Kelsey et Tiffany Mitchell. Enfin, l’autre grande surprise, c’est la sélection tardive d’Arella Guirantes, en 22ème position, annoncée Top 5. L’arrière senior des Scralett Knights de Rutgers a terminé la saison en  21,3 points, 6,0 rebonds, 5,2 passes, 2,2 interceptions et 1,8 contres par match soit la seule joueuse à se classer parmi les cinq meilleurs de la Big Ten pour les points, les passes, les interceptions et les contres par rencontre. Elle atterri donc aux Sparks de Los Angeles qui doivent être heureux de la récupérer, peut-être la meilleure joueuse du second tour jamais sélectionnée dans l’histoire ?

Rupert & Fauthoux : deux françaises, une première historique !

L’histoire des Françaises en WNBA n’est pas neuve et nous vous recommandons la lecture de l’article intitulé Les Françaises en WNBA, une rareté toute relative publié par l’excellent site spécialisé Le Sport au féminin (rendons honneur à qui de droit). De la pionière Isabelle Fijalkowski à l’avenir incarné par Marine Johannès, les Françaises se sont illustrées avec plus ou moins de réussite mais toujours avec passion et détermination. Elles sont 13 à avoir tenté l’aventure outre-atlantique et ce nombre pourrait rapidement monter à 15. Deux jeunes joueuses, deux espoires tricolores, ont été sélectionnées lors de la Draft WNBA 2021 : Iliana Rupert & Marine Fauthoux, présentation.

Source : Basket USA

Iliana Rupert : 12ème choix – Premier tour (Las Vegas Aces)
Née à Sèvre, le 12 juillet 2001, Iliana Rupert a été selectionnée au 12ème rang de Draft WNBA 2021 par les Aces de Las Vegas. Fille de l’ex-international Thierry Rupert, malheureusement décédé prématurément en 2013, Iliana a tout pour réussir en WNBA.

Pour une jeune joueuse de 19 ans, elle possède déjà un palmarès bien rempli. Sélectionnée en Equipe de France depuis ses 15 ans, elle participe à la médaille de bronze de la sélection U16 à l’Euro 2016 avant d’être une pièce maîtresse de la médaille d’or française l’année suivante. Iliana Rupert cumule 13,7 points, 10,5 rebonds et 1,7 contres avec une évaluation de +20,6 sur la compétition. Sa carrière internationale se poursuit avec succès puisqu’elle glane la médaille d’argent à la Coupe du Monde U18 en 2018 où elle est nommée dans le 5 majeur du tournoi. En 2019, pour l’Euro de Belgrade, Iliana intègre l’Equipe de France A et participe à la belle aventure des Bleues qui remportent la médaille d’argent après une défaite en finale face à l’Espagne. En club, Iliana Rupert parfait sa formation à Bourges où l’intègre l’effectif professionnel dès ses 17 ans. Avec le Tango Bourges Basket, elle remporte la Coupe de France en 2019. Cette année, pour la deuxième fois consécutive, Iliana remporte le titre honorifique de meilleure jeune joueuse de l’Euroleague.

Selon les scouts WNBA, l’un des principaux atouts d’Iliana est son expérience professionnelle. Trois ans avec Bourges en Pro A et en Euroleague, voilà qui forge une joueuse. Mais plus encore, la Française possède des qualités précieuses pour réussir en WNBA. Avec ses 1m94, évoluant au poste de pivot comme d’ailier-fort, Ilana Rupert a d’excellentes mains pour finir près du panier. En 13 matchs de saison régulière en LFB, elle a converti près de 64% de ses tentatives (83) à 2pts. Elle peine encore un peu dans sa prise de rebonds défensifs, mais les progrès sont là et pourront être développés dans une superbe franchise de Las Vegas. Coachés par Bill Laimbeer, les Aces sont des prétendantes au titre depuis deux ans. Iliana aura l’honneur de jouer avec une légende du basketball, Liz Cambage. Avec un effectif très compétitif, Las Vegas pourra intégrer Iliana Rupert dès la saison prochaine ou bien la laisser se développer encore une saison ou deux en France. Elle a d’ailleurs annoncé vouloir rejoindre Vegas après les JO de cet été. Dans tous les cas, elle a sa place en WNBA et sera un atout pour la réussite future des Aces. Iliana devient seulement la troisième française draftée au premier tour.

Source : Sud Ouest

Marine Fauthoux : 29ème choix – Troisième ronde (New-York Liberty)
Elle aussi est de la génération 2001 et elle aussi est la fille d’un ex-international français, Frédéric Fauthoux. Marine est draftée en 29ème position par une franchise historique de la ligue, en peine depuis quelques années, le Liberty de New-York.

Son parcours présente de nombreuses similitudes avec celui d’Iliana Rupert. Formée toutes les deux au Centre Fédéral, Marine Fauthoux accompagne Iliana dans l’épopée de l’Equipe de France U16 lors de leur victoire à l’Euro U16 en 2017. La meneuse native de Pau est même capitaine de la sélection. Avec l’intérieure française, Marine glane l’argent à l’Euro U17 en 2018 et participe aussi à la deuxième place des Françaises à l’Euro de 2019. Elle effectue ses débuts professionnels avec le club de Tarbes alors qu’elle n’a que 17 ans. En 22 matchs, Marine affiche une statistique encourageante en 5,5 points, 4 rebonds et 3,7 passes. L’année suivante, lors de la saison 2019-2020, elle dispute 16 matchs avec une performance marquante contre Charnay, 24pts et 10 rebonds en 37 minutes. En Avril 2020, Marine Fauthoux s’engage avec l’ASVEL et prolonge pour trois ans au printemps 2021 mais sera prêté pour deux ans à Basket Landes pour obtenir davantage de temps de jeu. Avec le club de Lyon, elle dispute 21 matchs pour une moyenne de temps de jeu de 18 minutes et engrange plus de 5 points, 2,4 rebonds et 1,9 passes. Marine Fauthoux participe également à 8 matchs d’Euroleague.

Sa sélection est probablement une surprise, mais qu’importe, Marine Fauthoux est bien inscrite sur le tableau de la Draft WNBA 2021. Meneuse d’1m75, Marine possède une conduite de balle extraordinaire qu’elle exploite pour driver à merveille. Même si son taux de réussite à 3pts n’est pas très reluisant (environ 25% sur ses trois saisons en LFB), la forme de son tir et sa dextérité semble lui prédire un bel avenir à longue distance. Défensivement, Marine est à l’aise sur les guards adverses avec une belle mobilité latérale et une envie prometteuse. Son jeu de passe mérite d’être plus propre mais là aussi, rien d’alarmant. Son QI Basket est élite, sans aucun doute, mais il y a encore du déchet dans certains secteurs. Lors de sa saison 2019-2020, elle a perdu 3,8 ballons par match avec Tarbes. Si elle fait des progrès dans la concentration, son avenir en WNBA semble assuré. En revanche, il semble peu probable de la voir évoluer avec le Liberty dès cette saison. Marine devrait rester en France encore 2 ou 3 ans. New-York est l’une des 8 équipes à l’origine de la WNBA et a vu passer dans ses rangs des légendes du basket comme Becky Hammon ou Teresa Weatherspoon. Marine Fauthoux reste encore aujourd’hui un espoir à polir mais sera probablement l’une des vedettes du basket français de demain.

Deux françaises sélectionnées à la Draft WNBA 2021, c’est une première ! Si les Wings de Dallas ont largement consolidé leur effectif avec 3 choix dans le Top 5, c’est la France qui repart avec le sourire aux lèvres. Iliana Rupert et Marine Fauthoux, symboles de la génération dorée de 2001, ont toutes les deux l’occasion de briller dans la plus grande ligue au monde. Si pour Marine, il faudra se montrer patiente, Iliana peut tout à fait aider les Aces à enfin décrocher un titre depuis leur relocalisation. Bravo à elles, on vous souhaite le meilleur !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :