A l'affiche

UFC Fight Night Prelims : une affiche très prometteuse

Après un événement sympathique quoiqu’assez inintéressant (désolé les amis italiens) la semaine dernière, on aura une carte bien plus alléchante ce week-end à l’occasion de la Fight Night diffusée sur ESPN, dont le combat principal sera l’affrontement entre les phénomènes des poids-moyens, Kelvin Gastelum et Robert Whittaker. Mais aujourd’hui, nous allons plutôt nous pencher sur les combattants de l’ombre, comme à notre habitude, ceux qui sont actuellement habitués de l’undercard mais qui peuvent rapidement en sortir en réalisant de belles prestations. C’est parti!

6 combats au menu

  • Tony Gravely (20-6) vs. Anthony Birchak (15-7) (poids bantam)

Voici un premier combat contre un combattant à mon avis plutôt sous-côté, et un combattant bien plus expérimenté mais qui a eu du mal à faire ses preuves. L’outsider, Anthony Birchak, a 34 ans et ce spécialiste du JJB et de la lutte en est à son second run à l’UFC. Le mexicano-américain a combattu au RIZIN, au LFA et même au Bellator mais n’a jamais réussi à s’imposer à l’UFC. Cependant, son travail au sol peut s’avérer redoutable car la moitié de ses victoires ont été glanées de la sorte.

Son adversaire, Tony Gravely, lui, est un peu plus jeune et un peu plus « cogneur ». Arrivé grâce à sa superbe prestation aux Contender Series il y a maintenant près de deux ans, où il a mis KO son adversaire de la soirée, le membre de l’American Top Team a perdu son premier combat mais s’est bien rattrapé sur son second, où il s’est imposé sur décision partagée. A lui de montrer qu’il peut être un excellent finisseur.

  • Zarah Fairn Dos Santos (6-4) vs. Josiane Nunes (7-1) (poids bantam féminin)

Combat très intéressant, avec le retour dans la cage de la première française a avoir mis les pieds dans l’octogone. Zarah, 34 ans, est à l’UFC depuis deux ans et a perdu ses deux premiers combats dans la plus grande des fédérations. Avec un palmarès de 6-4, « Infinite » comme on la surnomme se doit de s’imposer samedi soir si elle veut continuer à vivre son rêve américain. Puissante et explosive, elle devra s’appuyer sur sa force pour venir à bout de Josiane Nunes.

« Josi » est aussi une force de la nature. Elle effectuera son premier combat à l’UFC à l’âge de 27 ans et la brésilienne a tout dégommé sur son passage. Sur ses 7 victoires, six sont par KO. Alors autant s’attendre à une vraie boucherie entre deux guerrières qui sauront se rendre coup pour coup et qui ont surtout tout à prouver.

  • Gerald Meerschaert (31-14) vs. Bartosz Fabinski (15-4) (poids moyens)

On revient chez les hommes, et plus particulièrement les poids moyens qui seront dignement représentés ce soir. Meerschaert, extrêmement expérimenté, qui n’a rejoint l’UFC qu’après 33 combats professionnels, n’a pas fait son trou bien qu’il soit redoutable grâce à ses techniques de soumission (23 victoires de la sorte). « The Machine » est dans la fédération depuis 5 ans mais reste sur deux défaites de suite…

Et son adversaire, le polonais Bartosz Fabinski a les armes pour faire chuter une troisième fois de suite l’excellent lutteur américain. Ceinture noire de judo, le natif de Varsovie a fait ses gammes dans son pays avant de signer à l’UFC il y a 6 ans et d’y avoir remporté ses trois premiers combats. Cependant, après un petit combat au CW à cause du COVID, il ne parvient plus à s’imposer à l’UFC depuis deux combats. Et c’est le moment où jamais de reprendre confiance face à un tel adversaire.

  • Jessica Penne (12-5) vs. Lupita Godinez (5-0) (poids pailles féminins)

La nouvelle génération opposée à l’ancienne. Jessica Penne est une combattante qui a désormais 38 ans et dont les temps forts font donc parti du passé, mais elle a été une pionnière de la discipline. Elle a en effet participé au premier combat féminin de l’histoire du Bellator, a remporté le titre de l’Invicta FC (fédération exclusivement réservée aux femmes) et a également eu l’occasion de remporter le titre de l’UFC en 2015 mais n’y est malheureusement pas parvenue. Elle reste d’ailleurs sur trois défaites de suite, et son dernier combat remonte au 22 avril 2017, soit il y a 4 ans! Ceci s’explique par sa suspension après un test anti-dopage raté.

Son adversaire, « Loopy » combattra pour la première fois à l’UFC puisqu’elle est l’actuelle championne de la Legacy Fighting Alliance, une fédération affiliée à l’UFC. Dans la fleur de l’âge (27 ans) et invaincue, la combattante mexicaine fait figure de grande favorite. Mais attention à Jessica, qui est très expérimentée et qui n’est pas une adversaire à prendre à la légère. Néanmoins si Lupita l’emporte, elle pourrait être l’une des futures têtes d’affiches des poids pailles.

  • Alexander Romanov (13-0) vs. Juan Espino (10-1) (poids-lourds)

Duel européen de haute intensité. Juan Espino est un combattant espagnol de 40 ans qui s’est démarqué dans de nombreux sports de combats, du grappling au MMA en passant par la lutte sénégalaise et le kabaddi, sport de combat du Bangladesh. Le natif de Las Palmas a même remporté l’édition « gros cogneurs » de The Ultimate Fighter en 2018, faisant de lui par la même occasion le premier espagnol à remporter un combat à l’UFC. Rien que ça.

Mais face à lui se dresse « King Kong », une bête moldave d’un mètre 88 et de 118 kilogrammes, âgé de seulement 30 ans et invaincu en MMA. Le natif de Comrat s’entraîne en lutte depuis très jeune et a participé à de nombreuses compétitions internationales individuelles et aussi par équipe. Il rejoint l’UFC il y a moins d’un an après avoir écrasé toute concurrence en Europe de l’Est et peut se targuer de ne jamais encore avoir connu la décision, s’étant imposé avant la limite de chaque combat. On risque d’avoir un vrai choc de titans ce samedi.

  • Tracy Cortez (8-1) vs. Justine Kish (7-3) (poids mouche féminin)

Et on clôt cette carte préliminaire par un nouveau combat féminin. Tracy Cortez est une combattante d’origine mexicaine qui a commencé sa carrière par une défaite, mais qui s’en est bien relevée depuis et qui a intégré l’UFC grâce aux Contender Series. Même si elle a plutôt l’habitude de faire durer le combat, cela lui réussit bien car depuis son arrivée dans la promotion, elle n’a pas été vaincue et reste sur 9 victoires de suite.

Son adversaire, l’américaine d’origine russe, a une excellente expérience en pieds-poings bien qu’elle n’a jamais remporté de combat de MMA par KO. Professionnelle en boxe anglaise tout comme en boxe thaï, avec des bilans très positifs, elle est connue pour un événement qui ne la met pas en valeur, étant donné qu’elle s’était littéralement déféqué dessus face à Felice Herrig.

Le combat devrait être très serré, mais l’avantage devrait être à Cortez qui semble mieux gérer la distance et son endurance que son adversaire du soir.

Six combats très prometteurs à se mettre sous la dent, avant une main card bien charmante. On aura un oeil attentif à la prestation de notre petite française qui, on espère, obtiendra son premier succès à l’UFC.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :