Omnisport Tennis

Monte-Carlo – Finale: La jeunesse au pouvoir

En principauté, une folle semaine de tennis s’achève. Après une entame retardée par la capricieuse pluie méditerranéenne, le soleil est reparu, et le jeu si spécial sur terre battue avec lui. Le second Masters 1000 de l’année n’a pas été avare de surprise. Alors que l’on pouvait légitimement espérer une finale entre Rafael Nadal et Novak Djokovic, il n’en est rien, les deux ayant chuté en cours de route. Ce sont bien Stefanos Tsitsipas et Andrey Rublev qui seront sur le court aujourd’hui. Comment ce duel tournera-t-il ?

Deux chemins se rejoignent

Pour arriver en finale, les deux protagonistes du jour ont chacun du se défaire de coriaces adversaires. Toutefois, leurs parcours peuvent sembler inégaux. D’un côté, Stefanos Tsitsipas a commencé par éliminer la révélation de l’année : Aslan Karatsev. Est-ce un exploit ? Pas vraiment. Bien que le niveau du Russe soit élevé en ce début d’année 2021, les cartes sont rebattues une fois la saison sur terre venue, et le compatriote de Medvedev et Rublev n’a pas pu inquiéter Tsitsipas bien longtemps. Sur de sa force, le Grec enchaîne en huitièmes en éliminant facilement Cristian Garin. Au tour suivant, il profite de la blessure d’Alejandro Davidovich-Fokina, qui ne peut lutter plus d’un set, et accède aux demi-finales. Il y retrouve Dan Evans, la sensation de ce tournoi, tombeur de Novak Djokovic et de David Goffin entre autres. Alors que le Britannique avait fait déjouer ses précédents adversaires grâce à un tennis peu rythmé, utilisant parfois à l’excès son chip de revers, il n’a inscrit que trois jeux face à Tsitsipas. Le Grec se retrouve donc en finale sans avoir concédé la moindre manche.

Honorable tableau de chasse que nous propose Stefanos Tsitsipas. Mais que dire alors de celui d’Andrey Rublev ? Le premier tour du Russe face à Salvatore Caruso fut une promenade de santé (6-3, 6-2) en à peine plus d’une heure de jeu. La suite en revanche fut bien plus disputée. Rublev retrouva d’abord Roberto Bautista-Agut. Le pugnace Espagnol poussa Andrey Rublev dans un tie-break avant de lui prendre le second set. Il aura finalement fallu près de trois heures au jeune Russe pour sortir vainqueur de ce combat (7-6, 5-7, 6-3) et s’offrir un nouveau duel face à un Espagnol. Et pas des moindres. Rafael Nadal, ni plus ni moins, en quart de finale. A Monte-Carlo, le Majorquain a connu le goût du succès final à 11 reprises. Mais cela n’a pas découragé Rublev, qui lui imposa une leçon de réalisme lors du premier set. Lorsque Rafa reprend du poil de la bête lors de la seconde manche, on se dit alors qu’il en est fini des espoirs russes. C’était bien mal connaître Andrey Rublev et ses formidables progrès sur le plan mental depuis un an. Le moscovite corrige le tir et s’impose (6-2, 4-6, 6-2). En demi-finale, il s’impose face à l’accrocheur Casper Ruud (6-3, 7-5)

A Rotterdam en mars dernier, Andrey Rublev avait pris l’ascendant sur Stefanos Tsitsipas (Image : Le Soir)

Deux connaissances se rencontrent

Si cette finale accouchera à coup sûr d’un vainqueur inédit en Masters 1000, les deux acteurs ne s’avancent pas avec la même expérience à ce stade de la compétition. En effet, Stefanos Tsitsipas disputera ce dimanche sa troisième finale dans la catégorie, quand le Russe n’en compte aucune. Tsitsipas avait dû s’incliner contre Rafael Nadal à Toronto en 2018, et face à Djokovic à Madrid en 2019. Stefanos Tsitsipas s’avance donc pour la première fois avec l’étiquette de favori pour cette troisième finale en Masters 1000. Pourra-t-il confirmer son rang face à un adversaire qui remporte près de 80% des finales qu’il dispute ? Rien n’est moins sûr. Par le passé, ces deux immenses talents du tennis mondial se sont montrés plutôt partageurs lorsqu’ils ont eu à s’affronter.

Sur le circuit ATP, égalité entre Tsitsipas et Rublev : 3 victoires chacun. Le dernier affrontement en date est récent, et c’est Andrey Rublev qui en était sorti vainqueur, à Rotterdam au mois de mars (6-3, 7-6). Avant ce match, Stefanos Tsitsipas restait sur deux succès probants face au Russe en 2020, l’un à Roland-Garros en trois manches, et l’autre lors des Finales ATP de Londres. Deux victoires venues venger la défaite face à ce même de Rublev en finale d’Hambourg la même année. Pour résumer : Rublev et Tsitsipas se connaissent bien et ont montré dans un passé récent qu’ils étaient d’un niveau équivalent.

Vainqueur à Hambourg, Rublev a déjà battu Tsitsipas lors d’une finale (Image : Orange Sport)

Deux styles s’affrontent

Quelles sont alors les clés de cette finale ? Si l’on peut s’attendre à un match serré entre les 5ème et 8ème joueurs mondiaux, impossible toutefois de négliger les forces et les faiblesses de chacun. Andrey Rublev se présente à l’ultime stade de la compétition avec les valises pleines de confiance. En ayant sorti Rafael Nadal, patron des lieux, et avec la manière qui plus est, Rublev pourra compter sur des prédispositions mentales à bloc. Lui qui pêchait parfois par ses excès de tempérament a montré qu’il était désormais plus solide sur ce point-là. Ses coup-droits surpuissants laissent peu de chance à ses adversaires de dicter l’échange quand il arrive à enclencher le premier. En améliorant son pourcentage de premières balles passées, le Russe peut vite devenir injouable. Mais il lui reste à passer ce cap. S’il est au rendez-vous mentalement, il n’a que peu de faiblesses. Demeurent les doutes sur son niveau au filet. Peut-être un des axes sur lesquels Tsitsipas viendra le tester.

Parce que oui, Stefanos Tsitsipas a tout intérêt à tester son adversaire. En ayant accéder à cette finale relativement facilement – il faut bien dire « relativement » – le Grec doit confirmer. Il a montré jusque là qu’il était au-dessus de ses adversaires, mais n’a pas eu à combattre aussi âprement que Rublev ne l’a fait. Saura-t-il gérer le combat mental qui s’annonce ? Sa victoire face à Nadal à l’Open d’Australie en février montre qu’il en est capable. Mais celle-ci paraît bien loin après les multiples déconvenues que Tsitsipas a connu depuis (Rotterdam, Marseille, Acapulco, Miami…). Alors qu’on le plaçait parmi les favoris au début de la compétition, il doit désormais s’imposer comme l’une des meilleures forces de frappe sur terre battue. Andrey Rublev est-il le meilleur adversaire pour cela ? Pas sûr, mais une victoire avec la manière pourrait définitivement lui faire passer un cap. Ses élégants revers à une main trouveront-ils les lignes ?

Une chose est sûre, il y aura un nouveau vainqueur de Masters 1000. Ces deux joueurs le méritent, mais un seul connaîtra ce plaisir dès aujourd’hui. Andrey Rublev apparaît comme le joueur le plus en forme des deux, mais Tsitsipas est favori de part son rang plus élevé au classement et son goût plus prononcé pour la terre battue. L’incertitude demeure, pour notre plus grand plaisir.

(Photo de couverture : Sports24 Le Figaro)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :