Cyclisme Omnisport

Liège-Bastogne-Liège 2021 : Mais qui va bien pouvoir séduire la Doyenne ?

Ce dimanche a lieu l’une des grandes courses du calendrier cyclisme, Liège-Bastogne-Liège, monument clôturant les classiques printanières . Les deux premiers ont livré de belles surprises avec les victoires de Jasper Stuyven sur Milan-San Remo et de Kasper Asgreen sur le Tour des Flandres. Après la fraîcheur de la Méditerranée et la dureté des pavés, les coureurs se donnent rendez-vous sur les vallons ardennais des provinces de Liège et de Luxembourg, où l’on reste sur une édition avec un champion du monde qui avait fait parler de lui… de manière originale.

Précédemment, dans les ardennaises…

La campagne de classiques ardennaises a été lancée samedi dernier avec une Amstel Gold Race moins majestueuse que les autres années. A cause de la crise sanitaire, les coureurs ont eu droit à un parcours moins long et moins éprouvant. 12 boucles de 16.9 kilomètres qui donne une épreuve avec l’allure de course en ligne de championnats du monde. Au final, une course assez décevante, une sélection tardive, et une victoire qui se joue à un poil de cheveux de Marco Pantani. Victoire de Van Aert – devant le jeune Pidcock – qui coupe sa saison, soulagé d’avoir triomphé sur une grande classique.

Van Aert vainqueur pour un cheveu de l’Amstel Gold Race devant Pidcock. (Photo : Amstel Gold Race officiel)

La Flèche Wallonne est arrivée. Cas de covid-19 chez UAE Emirates. Exit deux favoris, Hirschi et Pogacar. Comme toujours depuis plusieurs décennies, la décision se fait dans le mur de Huy et ses terribles pourcentages. Pidcock, Alaphilippe et Roglic sont les favoris. Les deux derniers nommés se livrent un énorme combat dans la montée du mur de Huy. Le Slovène démarre tôt, autour de 350 mètres, pour sa première participation. Alaphilippe gère, lui connaît la dureté du mur, la patience qu’il faut avoir pour le dompter. Il rattrape Roglic après un duel épique. Le champion du monde remporte pour la troisième fois la Flèche-Wallonne, devenant également le premier coureur depuis Cadel Evans à y triompher avec le maillot irisé.

Une course usante promis à un costaud

Liège-Bastogne-Liège, c’est LA grande course du calendrier ardennais. Celle qui fait aussi bien rêver les mômes de Belgique et de Navarre que les plus grands puncheurs du peloton. Un monument éprouvant, par sa longueur (259,5 kilomètres) et son dénivelé positif (4265 mètres). Gagner Liège, c’est entrer dans l’histoire du cyclisme. 

La dureté de cette course amène à l’imprévisibilité, à la tension, à une victoire qui se joue aussi bien dans la tête que dans les jambes. Savoir gérer son effort, prendre le bon coup, partir au bon moment. Pas pour rien que sur les 12 dernières éditions, on compte 11 vainqueurs différents. Parmi les coureurs présents dans le peloton, seul Valverde a su charmer la Doyenne à plusieurs reprises, en s’y imposant quatre fois.

Parcours de Liège-Bastogne-Liège 2021.

Le parcours varie très peu d’une année à l’autre. La course s’emballe dans les 100 derniers kilomètres quand le peloton aborde la côte de Mont-le-soie. Il s’en suit huit autres ascensions courtes, pentues mais surtout diablement éprouvantes pour les organismes. 

La décision se fait souvent dans la côte de la Roche aux faucons. Certains s’envolent tout seul vers la victoire comme Bob Jungels (2018) ou Jakob Fuglsang (2019). D’autres emmènent les costauds sur leur bagage comme Julian Alaphilippe en 2020. 

Une hiérarchie peu évidente

Malgré l’épée de Damoclès qui a plané quelques jours au-dessus de la formation UAE Emirates, Marc Hirschil’homme des ardennaises 2020 (vainqueur à la Flèche et vraisemblablement le plus fort sur LBL) – et Tadej Pogacar prendront part à la course. Ce sont ces deux coureurs, qui, l’année dernière, semblaient les plus forts sur l’arrivée à Liège. Mais le fantasque Julian Alaphilippe était passé par là, offrant à Primoz Roglic un succès aussi bien inattendu que rafraîchissant, quelques semaines après sa débâcle du Tour de France 

Le tenant du titre Slovène semble très en forme dernièrement. Grand coureur de courses à étapes, Rogla se découvre homme de classique. Avec sa caisse et sa puissance, il est aussi bien capable de partir de loin comme de régler un sprint en petit comité. A Huy, il était le plus fort… sauf devant Julian Alaphilippe. Le champion du monde a été rayonnant mercredi, mais semble avoir eu du mal lors des premières classiques éprouvantes. Au Tour des Flandres et à l’Amstel, Alaf a semblé longtemps dans le coup, mais a buté après avoir produit des efforts courts mais intenses. Son pic des formes est attendu ce dimanche et arrive à point nommé.

Après sa mésaventure de 2020, c’est un Alaphilippe revanchard que nous retrouverons dimanche sur la doyenne des classiques. (Photo : AFP)

La révélation de ce début de saison,Thomas Pidcock, ne participera pas à la Doyenne ! Le jeune britannique s’est montré constant sur les classiques ardennaises pour sa première année en World Tour, avec en prime une victoire sur la Flèche brabançonne. Sur l’Amstel, il a été très proche du triomphe. On a vu le coureur de la Ineos Grenadiers plus en retrait sur la Flèche Wallonne, finissant tout de même à la sixième place.

Le jeune coureur d’Ineos Grenadiers a préféré stopper sa saison sur route après sa chute sur la Flèche Wallonne. Il va désormais se concentrer sur son objectif olympique dans la discipline du VTT. Son équipe va néanmoins bénéficier de plusieurs options pour jouer les troubles-fêtes, comme le Polonais Michal Kwiatkowski.

Plus vieux de 19 ans que le Britannique, Alejandro Valverde est aussi toujours un coureur à surveiller sur une classique ardennaise. Après un début de saison poussif sur l’UAE Tour et Strade Bianche, le Murcien a retrouvé ses grandes jambes. On a pu le voir triompher sur le GP Miguel Indurain et parmi les meilleurs sur le Tour de Catalogne et du Pays basque. Son début de semaine a été très bon, Valverde réalisant deux tops 5 (5e sur l’Amstel et 3e de la Flèche).

Parmi les autres coureurs à suivre, on peut citer Jakob Fuglsang, vainqueur en 2019, mais décevant car très peu visible depuis le début de la saison. Maximilian Schachmann, troisième de l’Amstel. Michael Woods, quatrième à Huy, souvent placé mais jamais vainqueur. On veillera aussi sur les vaillants sud américains Richard Carapaz et Esteban Chaves, pas des grands habitués des ardennaises mais qui cette année montre qu’ils ne sont pas là pour visiter le Bénélux. Au-delà d’Alaphilippe, les français auront leurs cartes à jouer avec Warren Barguil, David Gaudu, Guillaume Martin, Aurélien Paret-Peintre ou encore Benoît Cosnefroy.

Unique et imprévisible, Liège-Bastogne-Liège est un rendez-vous incontournable pour tous les amoureux de la pédale. Cette édition 2021 s’annonce passionnante, trépidante, et il semble difficile de savoir qui va triompher dans les rues de Liège. Entre le champion du monde Alaphilippe, la machine Roglic, le vieux briscard Valverde, la jeune pépite Pidcock et bien d’autres protagonistes, le combat sera intense afin de rentrer dans l’histoire. Mais pour cela, l’heureux élu devra, pour conquérir la Doyenne,  réaliser une performance… Monumentale !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :