NHL Sport US

Max Comtois : un Québécois pour rebâtir les Ducks

Dernier de la Division Ouest, les Ducks d’Anaheim connaissent une saison 2020-21 très difficile et entament tardivement une reconstruction inévitable. Dans le brouillard californien, Maxime Comtois s’est imposé comme un incontournable de l’équipe, un gage de réussite pour l’avenir des Canards.

Le titre de 2007 semble désormais bien loin. Après s’être maintenu en haut de la Conférence Ouest durant de longues années, les Ducks sont à tournant de leur histoire. L’emblématique capitaine Ryan Getzlaf est au crépuscule de sa carrière, Corey Perry et Bobby Ryan sont partis depuis longtemps, Teemu Selanne a pris sa retraite et Cam Fowler plafonne du haut de ses 30 ans. La franchise n’a pas goûté aux Séries depuis 2018 et le discuté DG, Bob Murray, a tardé à appuyer sur le bouton « redémarrage ». La reconstruction des Ducks s’est amorcée en 2019 avec l’arrivée de Dallas Eakins au poste d’entraîneur-chef. Depuis, un jeune québécois de 22 ans s’est installé dans l’alignement après quelques passages difficiles dans sa jeune carrière. Max Comtois réussi une saison 2020-21 solide, de quoi augurer une belle carrière en Californie.

De Longueuil à l’or mondial chez les juniors

Maxime Comtois, natif de Longueuil, est repéré dans la Ligue de hockey Midget AAA (15, 16 et 17 ans) lors de la saison 2014-2015 avec les Grenadiers de Châteauguay. Au cours de cette saison, Comtois inscrit 56 points dont 23 buts pour devenir le 4ème meilleur pointeur de l’histoire des Grenadiers. À 17 ans, il conduit son équipe à sa troisième Coupe Jimmy-Ferrari en inscrivant deux buts en finale. Comtois termine le tournoi avec 12 buts et 19 passes en 16 matchs. Ses prouesses lui permettent d’être sélectionné au 3ème rang du repêchage 2015 de la LHJMQ par les Tigres de Victoriaville.

Comtois sous le maillot des Tigres – Source : LHJMQ.com

Max Comtois réalise une belle première saison chez les juniors avec 51 points en 64 matchs, suffisant pour être appelé en équipe nationale du Canada U18 aux mondiaux de 2017. Max Comtois se présente alors au repêchage 2017 de la LNH où de nombreux dépisteurs l’annoncent en première ronde. Le Québécois patiente, jusqu’à entendre son nom en 50ème position. La saison suivante est celle de la confirmation pour Comtois qui s’impose comme un véritable leader chez les Tigres : 44 buts et 41 passes en 54 rencontres, meilleur pointeur d’une équipe qu’il emmène jusqu’en demi-finales de la Coupe du Président. Comtois rejoint de nouveau la sélection nationale, cette fois pour les Mondiaux Juniors de 2018 à Buffalo.

Source : TSN

Entouré de Carter Hart, Cale Makar ou de son futur coéquipier Sam Steel, Max Comtois participe à la victoire finale d’Équipe Canada. Il inscrit 6 points en 7 matchs pour aider le Canada à remporter sa 17ème médaille d’or chez les juniors.

Des débuts fracassants en LNH aux critiques virulentes

Après cette magnifique saison, Comtois signe son premier contrat professionnel avec les Ducks le 4 mars 2018. Convaincant en présaison, le Québécois dispute sa première rencontre en LNH à l’âge de 19 ans face aux Sharks de San José en ouverture de saison. Pour sa première présence, après 49 secondes de jeu, Max Comtois inscrit son premier but ! Il dispute les 10 rencontres nécessaires pour assurer son contrat au cours du mois d’octobre au cours desquelles il cumule 7 points. Blessé au bas du corps, Comtois revient enLHJMQ avec Drummondville avant d’être nommé capitaine de la sélection canadienne junior en tant que seul revenant en vue du CMJ 2019 à Vancouver.

L’expérience des Mondiaux juniors de 2019 est une véritable déception pour Équipe Canada. Tenant du titre, l’équipe entraînée par Tim Hunter est éliminée dès les quarts de finale face à la Finlande, futur vainqueur. Cible des critiques : le capitaine, Max Comtois. Pour beaucoup, il est responsable de la défaite des siens puisqu’il a manqué le tir de pénalité en prolongation, butant sur le gardien Ukko-Pekka Luukkonen. Les Finlandais inscriront le but vainqueur quelques minutes plus tard. Critiqué violemment sur les réseaux par l’intermédiaire de commentaires haineux, moqué même par certains prospects, Comtois s’est même senti obligé de répondre à ses détracteurs par un communiqué poignant via son agence.

Extrait du communiqué : « Il est honteux et incompréhensible que quelques lâches qui peuvent se cacher derrière les médias sociaux puissent lancer des attaques aussi vicieuses sur le personnage de ces jeunes hommes après s’être battus pour leur pays« 

Avec cette expérience douloureuse, Max Comtois découvre le poids du capitanat et des responsabilités. Le Québécois entrevoit également les conséquences et les dangers médiatiques d’une exposition mondiale. Pour l’édition 2020 des CMJ, Comtois participe à une campagne publicitaire pour mettre en garde les gens contre les méfaits de l’intimidation sur les réseaux sociaux.

Terrible image de Comtois après la défaite contre la Finlande – Source : Global News

Comtois, le Canard qui décolle en 2020-2021

Malgré ces Mondiaux difficiles, Max Comtois poursuit son développement avec réussite en LHJMQ avec les Voltigeurs où il inscrit pas moins de 31 buts en 25 matchs en 2019. Pour la saison 2019-2020, Comtois voyage entre la Ligue Américaine et la LNH. Avec San Diego, il cumule 24 points dont 9 buts en 31 matchs de LAH et avec les Ducks, Comtois inscrit 5 buts et 6 passes en 29 rencontres. Après sa rétrogradation définitive en LAH pour la saison 2019-2020, Comtois a eu un déclic sur les attentes de la grande ligue :

« J’ai ressenti un déclic. J’ai recommencé à bien jouer. J’ai eu une bonne conversation avec notre « coach » à San Diego, Kevin Dineen. Il m’a redonné confiance. »

– Max Comtois, 11 novembre 2020 (TVA Sports)

Durant l’été 2020, le DG des Ducks, Bob Murray tient un discours critique à l’encontre des jeunes joueurs de la franchise. Max Comtois le sait, il devra se donner à 100% pour réussir en LNH, mais il en a l’habitude. La tempête du CMJ et l’aide du vétéran Nicolas Deslauriers ont fait gagner Maxime Comtois en confiance et en maturité. Il est prêt pour le défis de la saison 2020-21. Alors qu’il était appelé dans la taxi squad pour le match d’ouverture contre Las Vegas, Max Comtois a finalement chaussé ses patins pour briller sur la glace. Le Québécois inscrit les deux seuls buts des Ducks dans la défaite 2-5 contre les Golden Knights. Des débuts comme ceux-là rappellent sa première rencontre avec Anaheim. Mais cette fois, Comtois compte bien s’accrocher à sa place dans un contexte difficile, mais favorable pour l’expression de son talent.

Cette saison, les Ducks ont une attaque cataclysmique : 109 buts inscrits en 47 matchs et 2,19 buts/matchs, deux statistiques qui placent Anaheim au dernier rang de LNH. On peut ajouter les 26,9 tirs par match (30ème rang de LNH) pour démontrer la faiblesse de l’attaque des Ducks. Anaheim n’a pas été épargné par les blessures, notamment chez les vétérans de l’équipe. Dernier en date : Jakob Silfverberg, blessé au bas du corps, saison terminée. Dans ce marasme, la constance vient de Maxime Comtois.

Source : Journal de Montréal

À l’heure actuelle, le Québécois est le pointeur de l’équipe avec 28 points dont 13 buts (meneur d’équipe) et 15 passes (deuxième meilleur marque de l’équipe). Rare éclaircie dans la saison des Ducks, Comtois détient le meilleur +/- de l’équipe avec un +3. Il mène également Anaheim à la réussite au tir avec un sérieux 18,3% de conversion sur 71 tirs cette saison.

Un pilier pour l’avenir des Ducks ?

Maxime Comtois le sait, une place en LNH n’est jamais assurée, surtout chez les jeunes joueurs : « Quand t’es jeune, ton poste n’est jamais assuré. Il y a toujours des recrues qui vont pousser derrière toi. Avec notre équipe, il y a plusieurs gars qui pourraient jouer présentement. Ça me motive à jouer avec confiance, et à être constant en gardant toujours la même intensité. C’est un élément de motivation. »

Mais le Québécois est déjà bien installé dans l’alignement des Ducks, notamment avec ses coéquipiers de trio : Sam Steel au centre et Troy Terry sur l’aile droite. Deux jeunes joueurs avec qu’il a partagé la glace chez les juniors. Steel, 22 ans comme Comtois et Terry, 23 ans, sont aussi performants en attaque qu’en défense. Cette saison, Max Comtois a compris comment utiliser ses forces, notamment physique, et a écouté les conseils de son entraîneur, Dallas Eakin :

« Nous voulons qu’il joue en ligne droite, qu’il laisse la créativité de côté jusqu’à ce qu’il soit un joueur un peu plus mature. Il doit simplement utiliser son corps à son avantage, et il a fait de l’assez bon boulot. Nous aimerions voir un peu plus de robustesse dans son jeu, mais de jouer comme il l’a fait à son dernier match, c’est énorme pour sa confiance et pour la suite des choses. »

Dallas Eakins, 20 janvier, NHL.com

Et c’est bien là que Comtois a progressé. Avec ses 1m88 pour 97kg, le Québécois en impose physiquement. Dans les trois zones, Comtois peut faire jouer sa puissance pour contrôler le jeu et la rondelle. Un tir puissant, des passes précises et un investissement sans arrêt… ça, nous le savions avant son repêchage. Le tournant pour Comtois, c’est bien sa réussite devant les filets. Cette saison, la grande majorité de ses buts ont été inscrit à quelques pieds des filets du gardien adverse. Rusé, son positionnement offensif s’est considérablement amélioré et lui permet de convertir davantage d’occasions.

Drysdale et Zegras, l’avenir des Ducks – Source : San Diego Gulls

Les Ducks possèdent une banque de talents intéressante avec en tête de fil, Trevor Zegras et le défenseur Jamie Drysdale. Si les premiers choix des deux derniers repêchages des Ducks incarnent l’avenir de la franchise sur le long terme, Max Comtois aura évidemment un rôle précieux à jouer lui-aussi. Il possède peut-être moins de potentiel que ses deux jeunes coéquipiers, mais Comtois a déjà montré une véritable âme de leader :

« On recommence à neuf ici.. On a beaucoup de jeunes dans l’alignement, et c’est plaisant de vivre ça avec des gars que j’ai côtoyés dans le junior ou dans la Ligue américaine. C’est difficile pour le moral de ne pas gagner beaucoup, mais à tous les soirs, on veut donner un fil à retordre à nos adversaires et s’améliorer en tant que jeune équipe. »

– Max Comtois, 22 avril 2021, RDS

Comme beacoup de jeunes talents exposés très tôt médiatiquement, Max Comtois a subit une grosses pressions au cours de sa jeune carrière. Mais personne n’a subit autant de critiques, aussi violentes du moins, que le Québécois. Beaucoup aurait pu abandonner. Faisant preuve d’un mental exceptionnel, Comtois a développé son jeu pour s’installer de la plus belle des manières dans l’alignement d’une franchise en plaine reconstruction. Mature, Comtois sera probablement le leader du prochain noyau des Ducks. Décisif et combattif, le Québécois a réussi à redresser la barre d’une carrière bien pormetteuse.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :