Omnisport Tennis

A Barcelone, le roi Nadal résiste encore

Si toutes les surfaces ont leurs lots de particularités, nul doute que la terre battue est celle qui réserve les plus grosses surprises. A l’aube des Masters 1000 de Rome et de Madrid, les historiques cadors laissent plus de place aux jeunes pousses qu’à l’accoutumée. A Barcelone comme à Belgrade, la terre a tremblé. Est-ce le début de la saison sur terre, et le temps de rodage nécessaire, qui cause ces surprises ? Ou bien est-ce simplement la hiérarchie mondiale qui est en train d’être bousculée ?

Ce sont logiquement les deux meilleurs joueurs de terre battue du moment qui se sont retrouvés en finale à Barcelone. Un Stefanos Tsitsipas impérial a tracé sa route sans encombre jusqu’à l’ultime stade de la compétition tandis que Rafael Nadal a assumé son rôle de monstre sacré de la surface malgré quelques accrocs en début de semaine. Dès l’entame de match, les dynamiques se confirment. Le Grec est agressif, et Nadal fébrile sur son service. Dès le troisième jeu du match, le break est fait et l’Espagnol doit cravacher pour ne pas prendre trop de retard. Grâce à une excellente couverture du terrain et des coups bombés digne de soin rival du jour, Tsitsipas mène les débats. Mais en fin de manche, la bête blessée se redresse, débreake et convertit son retour : mené 4-2, Nadal remporte quatre jeux consécutifs et empoche la première manche 6-2.

L’entame de la seconde manche ressemble en tout points à la première. Tsitsipas breake tôt, et Nadal est mis en difficulté sur son service. Mais encore une fois l’Espagnol redresse la barre, débreake et se remet dans le bon sens. Lacunes mentales de la part du Grec ? Peut-être, mais c’est surtout la montée en puissance de Rafa qui est à relever. La moindre erreur du récent champion à Monaco est immédiatement exploité par Nadal. A 5-4 en sa faveur, et sur le service de son adversaire, il se procure deux balles de match. Tsitsipas les sauve, non sans employer les grands moyens. Bousculé à 5-5, Rafa sauve trois balles de break et met Stefanos Tsitsipas dos au mur. C’est finalement au tie-break que ce second set se joue: Nadal sauve deux balles de set, mais flanche sur la troisième. Tsitsipas revient dans le match!

Plus calme, plus agressif, plus fort… Stefanos Tsitsipas est devenue plus qu’une valeur sure, c’est un favori (Image : Eurosport)

La troisième manche est équilibrée. Tour à tour, les deux joueurs empochent leurs jeux de service sans trembler, jusqu’à ce que Stefanos Tsitsipas se procure une balle de break… et de match ! A 5-4 en sa faveur, il pousse Rafa dans ses retranchements. Déstabilisé, Nadal parvient à ne pas flancher. Mieux encore, il riposte, et se procure à son tour plusieurs balles de break à 5 jeux partout. Stefanos Tsitsipas sauve les premières de manière brillante. La fin de match est épique. Devant un public qui donne de la voix et savoure le spectacle proposé par les deux champions, Nadal parvient à réaliser le break, et sert pour le match ! Après plus de trois heure et demie de jeu, Nadal se procure sa troisième balle de match du jour, et c’est enfin la bonne ! Il remporte ainsi le tournoi de Barcelone pour la douzième fois.

Vers un nouvel ordre mondial ?

Le Masters 1000 de Monte-Carlo avait déjà servi de piqure de rappel pour tout le monde. « Le temps d’avant, c’était le temps d’avant » pourrait dire Céline Dion, et on ne lui donnerait pas tort. Alors que l’on s’attendait à un retour en champion de Novak Djokovic après sa trêve post-Open d’Australie, à une domination écrasante de Rafael Nadal sur sa surface préférée, les choses se sont révélées plus compliquées que prévues. Pour le Majorquin, la première surprise fut son élimination en quarts de finale en principauté. Face à Andrey Rublev, Nadal n’a pu prendre qu’un set. Sans paraître cruellement en difficulté, l’Espagnol se montre moins étouffant. A Barcelone, Ilya Ivashka et Kei Nishikori lui ont chacun pris une manche également. Moins bon au service, Nadal doit travailler pour réaliser ce qui semblait être une formalité : rester le patron sur terre.

Même s’il n’était pas à Barcelone, Novak Djokovic a pour le moins souffert ces dernières semaines. Battu par la surprise Daniel Evans à Monte-Carlo, le Serbe comptait sur le tournoi de Belgrade pour retrouver le goût du triomphe, devant son public domestique. Dominateur face à Kwon et Kecmanovic, le numéro 1 mondial retrouvait en demi-finale la sensation russe de cette année 2021, Aslan Karatsev, qu’il avait déjà croisé à Melbourne, là encore en demi-finale. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le Russe avait à cœur de prendre sa revanche. Après un match de près de trois heures trente, garni de points stratosphériques entre les deux hommes, Karatsev s’impose et confirme qu’à 28 ans, il est encore possible de se révéler et de faire sa place parmi le gratin mondial.

Karatsev a pris sa revanche. L’été 2021 nous réserve-t-il une belle? (Image : © EPA/MAXPPP)

Si les regards se posent toujours sur les cadors tels que Djokovic ou Nadal, ils se dirigent aussi de plus en plus en direction des jeunes candidats aux victoires majeures. Stefanos Tsitsipas incarne la principale force de frappe sur terre, les semaines écoulées ont permis de voir à l’œuvre Andrey Rublev, finaliste à Monte-Carlo puis demi-finaliste en Catalogne, ou encore Jannik Sinner toujours offensif et dangereux mais pas encore récompensé. Avec un peu plus de régularité, Félix Auger-Aliassime pourrait avoir une carte à jouer dans les prochaines semaines, lui qui s’est récemment adjoint les services de Toni Nadal pour l’entraîner. Côté français enfin, Corentin Moutet est apparu en forme, écartant notamment Daniel Evans, à Barcelone.

A l’aube des deux Masters 1000 à venir, à Madrid et à Rome, les états de forme fluctuent. Rafael Nadal s’offre un douzième titre à Barcelone, tandis que Novak Djokovic piétine. Mais Tsitsipas, Rublev, Karatsev et Berettinni sont là, tout comme Jannik Sinner. Cet alléchant tableau animera a coup sûr les prochaines semaines, jusqu’à un Roland-Garros qui promet d’être spectaculaire. Tant de joueurs semblent nourrir de si hautes ambitions…

(1 commentaire)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :