Boxe

Preview Andy Ruiz Jr vs Chris Arreola : vers une version 2.0 du Destroyer ?

Samedi soir, à Carson (Californie), a lieu le combat de Poids Lourds entre Andy Ruiz Jr et Chris Arreola. Confrontation qu’on suivra surtout afin de se faire une idée de l’actuel niveau de l’ancien champion du monde. Histoire de vérifier s’il a, comme il l’affirme, les moyens de son ambition : celle de reconquérir, dans un futur proche, l’une des ceintures de la catégorie reine.

Puisqu’on avait laissé le mexicain peu à son aise sur un ring d’Arabie Saoudite, un soir de décembre 2019. Lui qui avait, quelques mois auparavant, choqué le monde en mettant k.o. le champion (jusqu’alors invaincu) Anthony Joshua, faisait à nouveau parler de lui – mais cette fois-ci pour les mauvaises raisons. Apparaissant lors de cette revanche clairement hors de forme, peu motivé et ayant manifestement la tête ailleurs qu’à la boxe. Il s’était ainsi fort logiquement incliné contre le britannique qui en profitait pour reconquérir ses biens. Sans pour autant forcément totalement démériter, ne s’inclinant qu’aux points (même si assez largement) et parvenant même en quelques occasions à gêner son adversaire. Faisant d’autant plus regretter qu’il n’ait pas pris ce rematch suffisamment au sérieux et laissant avec bien des interrogations concernant son réel niveau et sa capacité à performer au sein de l’élite. Dès lors qu’on pouvait se demander si sa victoire initiale sur Joshua était celle d’un grand boxeur en devenir ou le fruit des circonstances d’un seul soir.

Les langues se sont depuis déliées. Sa team d’alors (menée par son entraineur de toujours Manny Robles) ne faisant guère mystère des errances d’un combattant perdant quelque peu contact avec la réalité suite à sa conquête du titre suprême. Jusqu’à purement et simplement refuser de suivre les conseils de quiconque dans son entourage et préférer faire la fête non-stop plutôt que transpirer au gymnase, fut-ce dans l’optique de sa première défense contre un A.J. revanchard et archi-motivé.

Or, les choses ont quelque peu changé ou c’est en tous cas l’impression qu’on a. Ruiz semblant, pour la première fois depuis longtemps, s’être remis en question. Jusqu’à décider en ce sens qu’il devait modifier plusieurs facteurs dans son approche de la discipline. Il a ainsi quitté l’équipe avec laquelle il travaillait depuis ses débuts (et avec qui, suite au second combat contre Joshua, le courant avait l’air de ne plus passer) pour rejoindre la salle de San Diego gérée par Eddy Reynoso. Ce dernier notamment coach de rien moins que Canelo Alvarez et Ryan Garcia – excusez du peu. But avoué de la manoeuvre : sortir de sa zone de confort, de nouveau se faire mal à l’entraînement et retrouver ce fameux « oeil du tigre » bien délaissé depuis sa prise de titre. De fait (et même si le tout est bien entendu destiné à sa campagne de promo annonçant son retour), les quelques image de ces derniers mois semblent mettre en lumière, sinon un nouveau boxeur, du moins un athlète remotivé. Plus affûté que par le passé et surtout à nouveau affamé et disposé à prendre la leçon de la part de son coin. Comme s’il avait retrouvé la foi, prêt à endurer les sacrifices nécessaires à même de lui permettre de regrimper vers le plus haut niveau.

La première étape de son parcours le verra ainsi ce week-end affronter Chris Arreola, dans un combat qui ressemble exactement à ce qu’il est. Soit une remise de gants face à un adversaire proche de la retraite et plus que largement à sa portée. Un retour aux affaires destiné à lui faire retrouver ses sensations et effectuer une rentrée – relativement – tranquille et, surtout, ne presentant aucun risque démesuré. Car, sans lui manquer de respect, on ne voit guère comment l’américain serait en mesure de l’inquiéter. Aujourd’hui quarantenaire, ce dernier s’affiche en vétéran ayant depuis longtemps passé son prime et ne combattant désormais plus que pour les bourses. Sachant que si son palmarès en trompe-l’oeil ne lui concède que six défaites (pour trente-huit victoires), on peut aussi constater que chaque opposition face à un combattant de valeur s’est, depuis une décennie, soldée par une déroute.

Samedi soir sera donc moins observée l’éventuelle victoire de Ruiz que la façon dont il va se distinguer sur le ring. Les fans attendant de sa part une performance de haute volée ainsi que de découvrir d’éventuels ajustements dans son jeu. Car on s’avoue très curieux de voir en quoi le travail effectué sous la direction de son nouveau coach va modifier son style. Le Destroyer s’affiche, en temps normal, en temps que très bon contreur, gros frappeur, d’une surprenante vitesse de bras pour quelqu’un de son gabarit et fort habile dans les phases de clinch. Étant, du coup, permis de se demander si Reynoso va chercher à le conforter dans ses compétences ou chercher à (ne serait-ce que légèrement) imprimer à sa boxe quelques-unes des qualités généralement de mise chez ses poulains – en premier lieu cette façon élusive d’évoluer entre les cordes, de façon à surtout se faire toucher le moins possible. Arreola, valeureux mais limité, étant le fighter parfait pour le faire briller et lui redonner confiance. Ce qui ne veut en rien dire que ce sera facile – et ce serait grave erreur que Ruiz prenne l’affrontement par-dessus la jambe. Mais le mexicain est clairement présent pour faire un statement et envoyer clair message à sa catégorie. Tout autre résultat qu’un coup d’éclat (qu’il s’agisse d’une domination totale sur dix rounds ou, dans l’idéal, d’un k.o. clair et net) ne pouvant, dès lors, apparaître que comme déception et coup d’arrêt concernant la suite de sa carrière parmi les ténors.

On a donc déjà hâte de voir la suite, quand on sait qu’en cas de (probable) victoire, le prochain adversaire de Ruiz pourrait être l’expérimenté Luis Ortiz, voire (ainsi l’indiquent certaines rumeurs), carrément Deontay Wilder. Comme une sorte d’officieuse demi-finale dont le vainqueur pourrait affronter celui qui sortira gagnant du duel entre Tyson Fury et Anthony Joshua. Qui oserait prétendre ne pas avoir envie d’assister à ça ?

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :