MMA

UFC Fight Night : Reyes vs. Prochazka, un duel haut en couleurs

L’UFC nous a offert un événement surprenant et intense la semaine dernière, qui a affolé tout le monde, y compris l’équipe (nous vous invitons d’ailleurs à écouter le podcast réalisé pour l’occasion). Mais personne ne se repose dans la plus grande fédération américaine, qui nous a concocté un programme alléchant, avec un main-event qui peut mettre la lumière sur deux grandes figures des lourds-légers actuels.

Dominick Reyes, jamais deux sans trois

Dans une catégorie récemment chamboulée par l’arrivée attendue quoique « décevante » d’Israel Adesanya, le règne actuel de Jan Blachowicz et la transition de Jon Jones vers les poids lourds, il faut trouver de nouvelles têtes à aimer, de nouveaux combattants qui vont nous étonner. Et chez les lourds-légers, il ne manque pas de talent.

Le combat qui opposera Jiri « Denise » Prochazka et Dominick Reyes risque d’être suivi de près par le champion, mais aussi par tout le top 10 de la catégorie, car il désignera d’un côté l’un des probables challengers au titre du polonais, mais marquera peut-être aussi la fin d’une « domination », la dégringolade dans le classement, et tout ce que cela implique par la suite. Dominick Reyes, pour la petite histoire, a caressé de près ce titre qu’il convoite depuis maintenant 4 longues années… mais ne l’a jamais conquis. Ses deux seules défaites ont d’ailleurs eu lieu lors de combats pour le titre, la première face à l’inarrêtable Jon Jones, et la seconde face à l’actuel champion… alors pour le grand californien de 31 ans, il est inconcevable d’échouer aux portes d’une troisième chance.

Justement, cette dernière défaite en septembre 2020 a eu un goût particulièrement amer pour « The Devastator » qui a expliqué avoir eu un camp d’entraînement assez difficile moralement et avoir eu le nez cassé avant même de débuter son combat. Mais il semble fin prêt pour ce nouveau combat, qui pourrait lui redonner confiance avant d’entamer un supposé 3ème rush vers le titre.

Jiri Prochazka, nouvelle tête d’affiche?

Mais Dominick Reyes devra faire preuve de vigilance car face à lui se dressera une montagne tchèque, au palmarès déconcertant et qui n’a plus connu la défaite depuis 2015. « Denise », son surnom depuis un fameux camp d’entraînement où il avait répondu à l’appel d’une jeune combattante appelée de la même façon, a tout raflé depuis son arrivée à l’UFC en juin 2020. Battant Volkan Oezdemir par KO pour son premier combat, il avait été si étincelant que l’UFC l’avait classé cinquième meilleure recrue de l’année. Cet unique combat, qui lui avait également octroyé le titre de « performance de la soirée », l’a placé dans le top 5 des light-heavyweight et c’est totalement mérité. L’ancien champion du GFC et du Rizin a remporté 27 de ses 31 combats, dont 24 par KO, un total absolument terrifiant qui témoigne de sa puissance et de son explosivité. Avec son style très inhabituel, il avait conquis le public et les dirigeants de l’UFC, car il est exactement ce que la fédération recherche.

Certes, il est compliqué pour un combattant d’impressionner sur un seul combat, surtout dans une division aussi dure et exigeante que les mi-lourds, mais le tchèque n’a pas une énorme pression et a une seule idée en tête : le titre. Effacer Dominick Reyes qui manque de confiance et qui reste sur deux défaites de suite lui promettrait de se placer parmi les contenders au titre du champion polonais et pourquoi pas d’obtenir sa chance si ses résultats le lui permettent.

Jan Blachowicz n’a obtenu le titre qu’en septembre 2020 mais on le sent plus menacé que jamais. Avec ce main-event capital pour les prochains mois, il faut aussi souligner que le champion défendra son titre en septembre face à l’expérimenté Glover Teixeira, puis il y a aussi l’excellent combattant autrichien Aleksandar Rakic qui attend, en embuscade, et qui devrait affronter Reyes ou Prochazka prochainement pour savoir lequel aura la chance de se mesurer au champion. Alors le combat de demain soir semble anecdotique sur le papier, mais nous vous conseillons de le regarder : il fait office de pièce maîtresse d’un engrenage de plusieurs années qui mènera à un homme, celui qui dominera les light heavyweights.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :