Foot Ligue 1

Tchouameni, la pieuvre monégasque

Cette saison, l’AS Monaco a souvent été mis en avant pour son potentiel offensif. Pourtant, cette année a également été celle de l’éclosion pour Aurélien Tchouameni. Celui dont on a déjà aperçu des bribes de son talent sous la tunique des Girondins de Bordeaux, a pris une toute autre dimension cette saison.

À l’instar de Jules Koundé, Bordeaux peut être fière de l’ascension d’Aurélien Tchouameni. Vendu à Moncao contre 20 millions d’euros en janvier 2020, le natif de Rouen est à l’heure actuelle un des meilleurs milieux de terrain en Ligue 1. Avec Fofana, il forme une paire tentaculaire qui marche sur ses opposants. Depuis maintenant deux ans, le Monégasque passe tranquillement les étapes de sa carrière et laisse apercevoir un avenir radieux.

Naissance bridée

Aujourd’hui à l’ASM, Aurélien Tchouameni est un pur produit du centre de formation des Girondins de Bordeaux. Il intègre le club à ses 10 ans et ne met pas longtemps à se démarquer grâce à des capacités au-dessus de la moyenne. Depuis ses 15 ans, le milieu de terrain a joué dans toutes les catégories jeunes de l’équipe de France, des U16 aux U21. Il a même été champion de France U19 avec Bordeaux.

Tchouameni a connu une progression linéaire depuis le début de sa jeune carrière. Cependant, le début de sa carrière professionnelle avec les Girondins aurait pu en frustrer plus d’un. Il signe son premier contrat pro à l’âge de 17 ans mais se voit ronger son frein pendant six mois. Il participe aux entraînements, se trouve parfois dans le groupe et au mieux quelques fois sur le banc. Pourtant, le jeune espoir fait déjà preuve d’une grande maturité et continue à travailler pour s’imposer, rassuré par le discours de Gustavo Poyet, son entraîneur de l’époque.

« Aurélien, je l’aime bien ! C’est dommage qu’il n’ait pas pu jouer la saison dernière, mais l’équipe tournait bien en fin de saison, avec Lerager et Meïté, et donc c’était difficile de le mettre dans l’équipe, je ne pouvais pas changer. Je lui ai dit : ‘Sois tranquille, travaille, fais ta préparation et montre nous ce que tu sais faire à ce poste de relayeur, là où je te préfère. Et si ça marche, tu vas beaucoup nous apporter’”

Gustavo Poyet après un match de préparation contre Saint-Étienne où Tchouameni inscrit le but de la victoire.

Débuts remarqués et progression linéaire

Malgré ces propos élogieux sur son joueur, Gustavo Poyet est licencié à peine une mois plus tard à la suite d’un désaccord avec sa direction. Heureusement pour le jeune bordelais, Eric Bedouet, qui assure l’intérim jusqu’à l’arrivée de Paulo Sousa en mars 2019, lui accorde sa confiance. Il lui offre même sa première en le titularisant le 26 juillet 2018 face au FK Ventspils, dans un match comptant pour le deuxième tour de qualification à la Ligue Europa. Une semaine et demie plus tard, il inscrit son premier but, celui de la victoire contre le FK Marioupol lors du troisième tour de qualification.

Lors de la saison 2018-2019, il intègre la rotation de l’effectif bordelais et joue 19 matchs pour un but marqué. Vient alors la deuxième saison de Paulo Sousa sur le banc et le coach portugais croit au potentiel du milieu de terrain. « Les derniers matchs qu’il a joués, il a très bien joué avec le ballon. Une autre chose, c’est sa capacité de changement de vitesse avec, et sans ballon. C’est un joueur qui peut donner plus pour arriver dans la surface adverse. Il a déjà failli marquer. C’est un joueur humble, qui travaille, et qui a envie d’apprendre pour s’améliorer. C’est un joueur qui doit arriver à un autre niveau. Il a une bonne marge de progression pour arriver au haut niveau« , déclare Sousa avant un match contre Monaco.

Avec 18 matchs en à peine six mois, il dispute quasiment autant de rencontres que la saison passée. Grâce à cette confiance qui lui est accordée, il montre ses qualités avec notamment son impact, son jeu de passe et sa capacité à se projeter. Le Girondin tape ainsi dans l’œil des Monégasques qui n’hésitent pas investir 20 millions d’euros sur la pépite.

« Paulo Sousa me demande de progresser sur la phase de construction. Comme il le dit, je faisais complètement autre chose par rapport à ce qu’il voulait pour son plan de jeu. Je continue à bien travailler, il est plutôt content donc tant mieux. Il veut que je casse plus de lignes tout en ayant le bon positionnement, car on essaie de relancer court avec les défenseurs centraux. »

Aurélien Tchouameni sur Paulo Sousa, son coach de l’époque

Au moment du transfert, certains observateurs considèrent excessif le prix dépensé par les Monégasques pour acquérir Tchouameni. Il faut dire que le milieu de terrain, âgé de 20 ans au moment de transfert, n’a pas vraiment eu le temps de faire son trou dans la principauté. Il y arrive alors que Roberto Moreno prend ses fonctions avec pour mission de redresser le club et le Français n’entre malheureusement pas dans les plans du coach Espagnol. Avant la fin de saison prématurée due au Covid, il ne joue que 3 matchs qu’il commence sur le banc.

Kovac et le déclic

À l’été 2020, Niko Kovac est nommé entraîneur de l’AS Monaco et le coach croate débarque avec des idées de jeu offensives. Il accorde directement sa confiance au milieu Français qui lui rend bien. À l’image de son équipe, Tchouameni monte doucement en puissance au fil de la saison et s’impose comme une pièce maîtresse du système de Kovac. Jusqu’ici, sur 32 matchs joués en Ligue 1, il a toujours démarré titulaire.

Outre son volume de jeu et sa couverture de terrain qui lui donne un côté tentaculaire, Tchouameni est également un excellent joueur de ballon. Positionné haut sur le terrain par Niko Kovac, Tchouameni régale par ses passes qui cassent les lignes, ses prises de balles vers l’avant et sa finesse technique. Du haut de son mètre 83, son goût pour les grandes diagonales n’est pas sans rappeler le style de Paul Pogba. Il affiche d’ailleurs quasiment le même pourcentage de passe réussi que le Mancunien ( 82,7% contre contre 83,5 ). De plus, en novembre 2019 il déclare sur le plateau de RMC Sport que ses modèles ne sont autres que N’golo Kanté et Paul Pogba.

Sous pression dans son camp, Tchouameni fait le choix de jouer vertical
Sa passe trouve Volland et élimine 5 Nîmois, mettant ainsi les Monégasques en supériorité numérique

Toujours positionné aux côtés de Fofana, Tchouameni règne bien souvent en maître sur le milieu de terrain. Cette saison il est tout simplement le deuxième joueur à réussir le plus tacle ( 63 ) derrière le Lorientais Abregel. Il est également le cinquième joueur de champ à récupérer le plus de ballons sur la saison. Une volonté d’aller presser qui l’amène bien souvent à concéder des fautes, mais même dans ce secteur il semble en progression. Avec quasiment le double de matchs disputés par rapport à la saison dernière, il à seulement concédé un carton jaune de plus ( 6 en 18 matchs contre 7 en 32).

Illustration de son énorme activité avec la heatmap de sa saison ( Source : SofaScore )

Avec 2 buts pour 4 passes décisives, le Monégasque se plaît dans ce système offensif et n’hésite pas à se proposer entre les lignes pour faire avancer le jeu. Il se retrouve ainsi souvent en position de frapper ou de faire la dernière passe. Au fur et à mesure de la saison, il a pris de plus d’épaisseur dans l’animation de Monaco, offrant à plusieurs reprises des prestations de haut niveau. L’international espoir s’est notamment illustré contre le PSG et l’OM, mais c’est sans doute contre St Étienne qu’il a livré une de ses prestations les plus abouties avec 1 but et une 1 passe.

L’Euro U21 avant le grand bain

Au regard de son profil et de sa maturité à seulement 21 ans, on se demande ce qui peut bien freiner la progression de l’international espoir. Encore engagé dans la course au titre avec Monaco, aussi bien en championnat qu’en Coupe de France, Tchouameni n’est pas loin d’être un des tout meilleurs milieux de la saison. Avec son coéquipier Benoît Badiashile, il a d’ailleurs fait partie de la liste des 23 qui sont allés disputer la phase de groupe de l’Euro U21 en Mars. Sur le banc pour le premier match face au Danemark, il assiste à la défaite des siens. Lors des deux derniers matchs, il est aligné dans le XI départ et la France parvient à se qualifier pour la phase suivante. De par son profil ressemblant à celui de Pogba, son nom revient désormais souvent lorsque Deschamps doit composer sa liste. Une possibilité qui fait saliver à la vue de ses qualités qui peut correspondre aux attentes de Deschamps.

Jusqu’ici auteur d’une saison XXL, Tchouameni à la possibilité de la parapher en aidant Monaco à au moins se qualifier pour la LDC. Quelle meilleure occasion que cette confrontation contre l’OL pour s’affirmer un peu plus comme l’avenir du football français ?  D’autant plus que les Monégasques, fortement affaiblis, ont besoin d’un grand Tchouameni pour l’emporter face un Olympique Lyonnais qui les a fortement bousculé la semaine dernière en Coupe de France.

Source illustration : Footballtransfert

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :