Non classé

Giro 2021 – La course aux maillots distinctifs : les prétendants aux différentes tuniques

Ce samedi s’élance la 104e édition du Tour d’Italie. Après avoir fait la revue des prétendants au maillot rose, le CCS fait aujourd’hui le tour des luttes pour les autres classements distinctifs : le maillot cyclamen, le maillot bleu et le maillot blanc. Présentation des principaux candidats à ces différentes tuniques.

Le maillot cyclamen : des cadors, des ex-vainqueurs et des novices

Encore une fois, le Giro accueille un joli plateau de sprinteurs. Après avoir seulement choisi de faire le Tour l’an dernier, Caleb Ewan revient sur les terres transalpines où il a brillé par le passé. Le jeune australien de 26 ans est la plus belle pointe de vitesse de cette édition.

Pour la deuxième fois de suite, Peter Sagan est présent au départ du Tour d’Italie. L’an dernier, c’est ici qu’il avait remporté la seule victoire de sa saison durant la onzième étape. Cette année, le Slovaque semble en bonne forme après des victoires d’étapes sur le Tour de Catalogne et le Tour de Romandie. Sa polyvalence et sa capacité à surmonter les côtes font de lui un redoutable adversaire. Le “Monsieur maillot vert” du Tour de France est revanchard. En 2020, il n’avait rien pu faire face à la tornade Arnaud Démare.

Lors du Giro 2020, Peter Sagan a porté la tunique cyclamen. (Photo : @BORAHansgrohe)

Vainqueur du classement par points 2015 et 2016, le champion d’Europe Giacomo Nizzolo sera à surveiller pour ses retrouvailles avec son tour national. Régulier par ses places d’honneur, il n’a néanmoins jamais remporté de succès sur le Giro. Deux autres ex vainqueurs du classement par points Fernando Gaviria (2017) et Elia Viviani (2018) vont vouloir retrouver de leur superbe. Les deux sprinteurs sortent d’une saison 2020 difficile. Le Colombien n’a pas été brillant sur le World Tour. Après plus d’un an de disette dans sa nouvelle équipe Cofidis, Viviani a enfin débloqué son compteur en début de saison sur la course Cholet-Pays de Loire.

Les novices sprinteurs sont de la partie. Tim Merlier va à 28 ans découvrir pour la première fois une course de trois semaines. Le champion de Belgique fait un très bon début de saison et compte plusieurs succès à son compteur. C’est aussi le cas de David Dekker, fils d’Erik, qui va faire ses premiers pas sur un grand tour avec sa formation Jumbo-Visma. La DSM débarque avec l’alléchant duo Nikias Arndt et Max Kanter. La petite sensation de ce Giro est le retour de Dylan Groenewegen dans une course professionnelle, quelques mois après avoir provoqué ce terrible accident sur le Tour de Pologne.

Le maillot de la montagne : une course toujours palpitante

Comme toujours, la course au maillot de la montagne est indécise sur un grand tour. La dureté de la troisième semaine pourrait amener un favori du général à remporter la tunique bleu. Ces dernières années, ce cas de figure est arrivé uniquement une seule fois, lors de l’édition 2018, remportée par Christopher Froome.

Des coureurs se dégagent pour mener la course au maillot de la montagne. Leader de son équipe pour ce Giro, Davide Formolo a le profil type. Deux fois dans le top 10 sur le Giro par le passé, l’Italien a montré ses limites pour viser plus haut au classement général. La chasse aux étapes lui convient à merveille, lui qui a brillé ces dernières années sur des étapes du Critérium du Dauphiné (2020) et du Tour de Catalogne (2019).

La Lotto-Soudal est aussi l’un des équipes venant sans leader pour le classement général. Avec le baroudeur Thomas De Gendt et le jeune Harm Vanhoucke, elle dispose de deux beaux atouts pour participer à la bataille.

En 2012, Thomas De Gendt a terminé troisième du Giro et a triomphé en solitaire au sommet du Stelvio. Le Belge a les armes pour batailler en montagne. (Photo : bianchinews.blogsport.com)

Comme par le passé avec Freddy Gonzalez, José Rujano ou encore Julian Arredondo, la tunique bleu a des possibilités de tomber dans l’escarcelle d’un sud américain. Les Equatoriens Jonathan Caicedo et Jefferson Cepeda pourraient être tenter d’animer la course.

Le vainqueur de l’an dernier Ruben Guerreiro est également un prétendant. Mais comme Caicedo, ses chances de pouvoir prétendre remporter le classement de la montagne dépendent de son utilisation en tant qu’équipier de Hugh Carthy. 

Les Italiens Alessandro De Marchi et Giulio Ciccone (vainqueur en 2019) sont à surveiller dans cette quête, tout comme le grimpeur Jan Hirt. Côté Français, on peut attendre des chasseurs d’étapes de se mêler à la lutte comme Rudy Molard, Tony Gallopin ou Nicolas Edet, vainqueur du classement de la montagne du Tour d’Espagne en 2013.

Le maillot blanc : que la liste est longue…

Dans le cyclisme actuel et encore plus au départ de ce Giro 2021, qu’ils sont nombreux les jeunes coureurs à pouvoir faire parler d’eux sur une des plus grandes courses du monde. Certains sont à mettre dans la case des favoris à la victoire finale quand d’autres auront l’occasion de démontrer tout leur talent sur les routes transalpines. L’an dernier, trois des quatre premiers du classement général avaient 25 ans ou moins.

On a tellement l’habitude de le voir présent dans les grandes courses World Tour que l’on pourrait presque oublier que Egan Bernal est encore un très jeune coureur. A 24 ans, il a encore la possibilité de truster le maillot blanc. Pour cette édition, il est le grand favori. Ses co-équipiers Daniel Martinez et Pavel Sivakov concourent également pour ce classement. Cette garde rapprochée devrait toutefois rester aux ordres de son leader.

Côté Quick-Step, la double carte Joao Almeida (22 ans) et Remco Evenepoel (21 ans) fait office d’outsider pour ce maillot. L’Equateur et le Giro, parti pour matcher ? La course a révélé il y a quelques années le jeune Richard Carapaz. Aujourd’hui, c’est Jefferson Alexander Cepeda qui risque bien de crever l’écran. Meilleur jeune et quatrième du Tour des Alpes, il s’avance avec de beaux atouts pour viser une victoire d’étape.

Joao Almeida vêtu du maillot rose lors de l’édition 2020. (Photo : AFP – LUCA BETTINI)

Jai Hindley et Aleksandr Vlasov sont de beaux outsiders pour ce maillot distinctif. Le premier espère confirmer son très bon Giro 2020. Le Russe Vlasov doit continuer à progresser sur les grands tours. L’an dernier, il avait abandonné au bout de deux étapes.

Clément Champoussin, Harold Tejada, Tobias Foss, Gino Mader. Tous ont goûté pour la première fois en 2020 à la folie des grands tours. Cette année, ces coureurs seront des attractions à suivre aussi bien pour le maillot blanc que pour aider leurs leaders dans la quête de la victoire.

Comme chaque année, la course aux maillots distinctifs ajoute toujours du piment aux grands tours. Sur ce Tour d’Italie 2021, beaucoup de suspens est présent pour le maillot cyclamen et le maillot de la montagne. Le maillot blanc est lui aussi très intéressant à suivre et va permettre à de jeunes coureurs de se dévoiler auprès du grand public. Le Giro, ça démarre samedi du côté de Turin. Amore Infinito !

(1 commentaire)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :