Omnisport Tennis

Matteo Berrettini, la saison de la reconquête

Si l’on parle aujourd’hui beaucoup de l’éclosion de Jannik Sinner, tant celle-ci est prodigieuse depuis Septembre, un autre joueur Italien pourrait continuer à faire parler de lui en la personne de Matteo Berrettini.

Le joueur Italien désormais intégré dans le top 10 depuis fin 2019, s’était véritablement révélé aux yeux du grand public lors d’un US Open 2019 des plus aboutis, atteignant le dernier carré pour finalement s’incliner face à Rafael Nadal en demi-finale. Cette performance remarquée l’avait permis de participer pour la première fois aux Masters 2019. Une année au cours de laquelle Berrettini a démontré toute l’étendue de son talent et potentiel en enchainant les bonnes performances, avec notamment deux titres en simple acquis à Stuttgart et Budapest (ATP 250). Cette régularité lui a valu de perdurer dans le top 10, il était d’ailleurs remplaçant aux Masters de 2020.

Son année 2020 est un peu moins glorieuse, le natif de Rome ne brille pas spécialement dans les tournois majeurs, s’inclinant à l’US Open 2020 en 1/8emes de finales face à Rublev, et au 3ème tour de Roland Garros. Un quart de finale notable en Masters 1000 chez lui à Rome (défaite face à Casper Ruud) et c’est à peu près tout ce que l’on retiendra de sa saison 2020 plutôt décevante. Mais le circuit ATP perturbé par la crise sanitaire, lui permet malgré tout d’entamer la saison 2021 en tant que 10ème joueur mondial et donc tête de série. L’Italien était très bien rentré dans cette nouvelle saison 2021 avec de meilleures intentions et une préparation physique intense pour arriver d’emblée frais et performant. Cela s’est traduit par un très bon tournoi de rentrée à Melbourne, juste avant l’Open d’Australie où il se hisse jusqu’en finale avant de s’incliner contre Daniil Medvedev, après avoir sorti Dominic Thiem, Gaël Monfils et Roberto Bautista-Agut.

Matteo Berrettini lève le poing lors du tournoi ATP de Belgrade, qu’il remportera face à Arslan Karatsev – Photo : Serbia Open

Une entrée en matière prometteuse à l’aube de l’Open d’Australie, qui s’est confirmée dans la qualité tennistique produite lors du Grand Chelem Australien, avec des matchs sérieux et appliqués, concrétisés par des victoires bonifiées contre Kevin Anderson au premier tour et un combat de cogneurs remporté au 3ème tour face à Karen Khachanov. De quoi arriver ambitieux et déterminé lors de son affrontement contre Tsitsipas en 1/8èmes de finale, mais il sera finalement forfait à cause d’une blessure aux abdominaux contractée lors du match précédent face au Russe précité, qui l’empêchera de s’aligner.

Frustré depuis Février, le Romain faisait sa rentrée sur terre battue lors du Masters 1000 de Monte-Carlo. Une rentrée difficile, l’Italien pas encore en jambes et manquant de rythme s’incline d’entrée face à un spécialiste espagnol de la terre battue, Alejandro Davidovich-Fokina (défaite 7/5, 6/3). Matteo Berrettini décide alors de s’aligner au tournoi de Belgrade, où étaient d’ailleurs alignés Aslan Karatsev et Novak Djokovic, et bien lui en a pris. Le longiligne Italien n’a cessé de monter en puissance au cours du tournoi, avec une capacité de déplacement retrouvée peu à peu, une qualité de frappe au rendez-vous et un service efficace. Un tournoi maîtrisé, qu’il ira chercher au bout du tie-break du troisième set en finale contre Aslan Karatsev, un tie break au cours duquel le Russe n’inscrira pas le moindre point, la soif de vengeance et de trophée de Berrettini était sans doute trop grande.

Matteo Berrettini affrontait hier son compatriote Fabio Fognini pour son entrée en lice au Masters 1000 Madrid, ponctué par une victoire facile 6/3, 6/4.

Cette victoire en tournoi, deux ans après celle de Stuttgart pourrait constituer un tremplin pour Berrettini, un gage de capital confiance sur lequel s’appuyer pour les prochaines échéances. Une victoire référence aussi pour lui sur ocre, surface qui n’est sans doute pas sa surface de prédilection plus à l’aise sur surface rapide, mais sur laquelle il pourrait progresser et faire valoir ses atouts. Non, Matteo Berrettini n’est pas qu’un grand serveur et frappeur redoutable en coup droit. Le « Berretta » est aussi ce genre de joueur capable de varier, notamment côté revers, et il n’hésite pas non plus à venir conclure au filet avec sa grande envergure qui lui permet de couvrir efficacement le filet. Pas maladroit en toucher non plus, il est capable de changer de rythme lorsqu’il le faut et s’appuyer sur sa bonne première balle pour verrouiller ses jeux de service même face à un bon retourneur, en atteste ses victoire acquises contre Karatsev en finale à Belgrade et hier à Madrid face à son compatriote Fabio Fognini (victoire 6/3, 6/4).

Si Matteo Berrettini progresse encore physiquement dans sa science du déplacement, qu’il continue de capitaliser sur ses forces principales, nul doute qu’il pourrait constituer un sérieux outsider pour Roland Garros et même gêner des spécialistes de la terre battue. Cette saison 2021 s’annonce en tous les cas une saison charnière pour celui qui est dans la force l’âge (25 ans), et la possibilité de le voir continuer à évoluer dans le top 10 ces prochaines années devrait se concrétiser tant son talent est certain.

Son match demain en 1/8èmes de finale à Madrid face à un pur terrien en la personne de Frederico Delbonis (tombeur de Pablo Carreño Busta au tour précédent) constituera pour lui un bon test à même de confirmer ses bonnes dispositions du moment.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :