Articles NBA Basket

Mo Bamba, le freak enfin lâché

Depuis le 25 mars dernier, date de clôture de la trade deadline en NBA, le Magic d’Orlando a pris un virage sec vers la reconstruction. Avec le départ de Nikola Vucevic, la voie est libre pour l’un des talents les plus prometteurs de Floride : Mo Bamba. Catalyseur des espoirs du Magic, le pivot montre enfin de quoi il est capable sur cette fin de saison, mais de gros points d’interrogations persistent sur son développement. Décryptage.

Le 12 mai prochain, Mo Bamba fêtera ses 23 ans. Sélectionné en 6ème position lors de la Draft 2018 à sa sortie de l’Université de Texas, Bamba débarque avec l’étiquette de freak, le fameux diamant brut à pôlir. Mais ce corps hors-norme lui a joué de sales tours pour son début de carrière. Un fracture de stress à la jambe gâche sa saison rookie et la Covid-19 le fait sortir prématurément de la bulle d’Orlando. Cette fragilité s’accompagne d’un contexte d’équipe peu favorable. Entêtée dans son désir de participer aux Playoffs, la franchise d’Orlando donne logiquement le maximum de temps de jeu au All-Star Nikola Vucevic pour porter l’équipe. Résultat, Mo Bamba joue peu et le coach Steve Clifford commence à être pointé du doigt. Avec le départ du Serbe, Bamba se libère sur le parquet alors que la prochaine saison sera absolument décisive pour sa carrière.

Enfin « libéré, délivré » en attaque ?

Bien que la ressemblance physique avec Elsa, héroïne de la Reine des Neiges, ne soit pas évidente, on imagine aisément Steve Clifford chuchoter à l’oreille de Mo Bamba : « Cache tes pouvoirs, n’en parle pas, fais attention, le secret survivra !« . Les amateurs de NCAA et les scouts NBA connaissaient le potentiel de Mo Bamba. Entre blessures, Covid et présence de Vucevic dans la raquette, la situation de l’ex-Longhorns a eu le mérite de frustrer un bon nombre de fan du Magic. En actionnant le bouton reset, la franchise de Mickey a volontier donné un nouvel élan à la carrière de Mo Bamba. La différence statistiques entre le début de saison et la période post-trade deadline est édifiante :

Comparaison selon les données de basketball-reference – Sources : Café Crème Sport

Du 23 décembre 2020 au 25 mars 2021, Mo Bamba a disputé 21 matchs et en a manqué 22, en grande partie partie en raison d’un fâcheux protocole sanitaire durant la deuxième quinzaine de janvier. Depuis le départ du Vooch, c’est 21 matchs, 3 en tant que titulaire, un temps de jeu qui a doublé, tout comme la quasi totalité de ses statistiques. Deux prestations marquantes sont venues mettre en évidence le potentiel offensif du garçon. Le 11 avril, contre Milwaukee : en 20min, Mo Bamba enregistre son sommet en carrière avec 21 points et un superbe 5/6 longue distance. Le 3 mai, contre Detroit : en plus de 28min, le pivot améliore sa meilleure marque en inscrivant 22 points tout en captant 15 rebonds.

La hausse significative de son temps de jeu a considérablement augmenté ses opportunités offensives: Mo Bamba ne tentait que 4 tirs par match dont 1,5 3pts avant la trade deadline. Depuis, il tente 8,9 tirs par match et 3,5 tir longue distance.

Evolution de l’adresse de Mo Bamba selon les données de basketball-referenceSources : Café Crème Sport

Plus d’opportunités, plus de volume de tir, et surtout plus de réussite donc pour Mo Bamba. Mais attention, même si ses chiffres sont à la hausse, on ne peut pas dire qu’ils soient encore pleinement satisfaisants. Sur ses 8,9 tirs par match, 61,8% sont des 2pts et Mo Bamba affiche une réussite de 58,2% dans ces situations. Près du cercle, il tourne à plus de 70% de réussite mais se retrouve dans cette situation pas plus de 35% du temps… Un manque d’agressivité, une propension à rester loin du cercle qui dessert son efficacité intérieure. De même, son tir longue distance n’est pas encore assez régulier pour être tout à fait pris au sérieux par les défenses adverses.

Mo Bamba : run & shoot

Steve Clifford profite de cette fin de saison pour tester des alignements bien différents. Sur les 23 matchs qui ont suivi la trade deadline, un seul cinq a disputé plus de 50 minutes ensemble. Dans ce laboratoire, Mo Bamba est principalement utilisé en sortie de banc en compagnie de RJ Hampton et Chasson Randle ou Dwayne Bacon. Ses combinaisons apportent une certaine dynamique en sortie de banc permettant au Magic de joué vite vers l’avant.

  • Randle, Bamba, Hampton (15 matchs joués/152 minutes) – PACE : 104,59
  • Bacon, Bamba, Hampton (15 matchs joués/122 minutes) – PACE : 104,96
  • Randle, Bamba, Bacon (15 matchs joués/109 minutes) – PACE : 104,91
Mo Bamba du parking – Source : NBC Sports

Le dénominateur commun de cette vitesse de jeu n’est autre que Mo Bamba. Le pivot figure dans les 4 des 5 premiers duos du Magic en terme de PACE parmi ceux ayant disputé plus de 15 rencontres ensemble depuis la trade deadline. Sa capacité à capter des rebonds, ses longues foulées et son positionnement en tête de raquette pour dégaîner longue distance sont les raisons qui expliquent pourquoi Bamba est crucial dans le jeu rapide d’Orlando. Depuis le 25 mars, 39% des tirs de Mo Bamba sont des 3pts. Des tirs exclusivement pris en catch and shoot (plus de 95%) et surtout, des tirs pris tôt dans la possession, principalement en tête de raquette comme le montre sa shot chart. Mo Bamba tente 43,8% de ses 3pts avant les 15 secondes de possession (considéré comme très tôt ou tôt) et 91,8% avant les 7 secondes.

Mo Bamba shot chart 2021 – Source : Stats muse

Pour l’instant Steve Clifford cherche à exploiter les capacités athlétiques de Bamba en transition où il peut aisément s’ancrer derrière la ligne extérieure pour sanctionner les équipes brouillonnes dans leur replis défensif ou terminer au-dessus du cercle. En compagnie de joueurs agressifs comme Hampton ou Bacon, Bamba profite de leur pouvoir d’attraction vers le cercle pour trouver des tirs ouverts à l’extérieur. Mais il ne pourra pas se contenter de ce positionnement. S’il souhaite se maintenir dans 5 de départ de Clifford, Mo Bamba devra se montrer plus agressif, notamment en défense, secteur crucial pour son développement.

En défense : dissuasion et potentiel élite

Depuis le départ de ses trois vedettes, le Magic possède le 27ème Defensive Rating de la Ligue et surtout, le 29ème Net Rating de NBA, justement devant le Thunder. Il semble plutôt logique que l’efficacité offensive peine à arriver avec tant de changements dans l’effectif, mais la défense devrait être plus performante, notamment avec la présence d’un joueur comme Mo Bamba dans ses rangs.

Source : Yahoo! Sports

Mo Bamba avait impressionné les scouts avec une envergure record mesurée à 2 mètres 39 lors de la draft. Bien aidé par ce don naturel, Bamba est excellent contreur de ballon. Cette saison, on estime à 7,6% son taux de contre de tir à 2pts par match, soit le 4ème meilleur taux de la ligue. Et parmi les joueurs ayant disputé plus de 40 matchs cette saison, il est 8ème au rang des défenseurs qui contribuent le plus aux contres de son équipe avec 67,1%.

Mais la defense n’est pas une simple affaire de contre. Cette saison Mo Bamba affiche un defensive rating de 113,6 qui le classe dans les 50 pires joueurs de cette catégorie. Si on lui a reproché d’être trop frèle lors de son entrée en NBA, Mo Bamba a pris du poids durant la dernière intersaison. Un cadre développé et une longueur exceptionnelle devrait logiquement lui permettre d’être un défenseur intérieur décent. Mais nous n’y sommes pas encore. Au poste, Bamba prend mal la position, mord dans les feintes, ou recul à l’impact avec des pieds pas très sûrs. A 2pts, il autorise 6,7 tirs par match pour une réussite de 53,7%, ce qui le classe dans le dernier quart de la Ligue. Encore une fois, il ne s’agit que d’une perspective. Au regard de son physique, Mo Bamba doit être plus efficace en défense au poste bas, notamment avec sa belle mobilité latérale.

Même constat pour les rebonds. Avec un tel rapport envergure/taille, Mo Bamba a un potentiel de rebondeur élite, et il l’a prouvé depuis le départ du meilleur rebondeur de l’équipe, Nikola Vucevic. Depuis la trade deadline, Mo Bamba capte 27,7% des rebonds défensifs disponibles lorsqu’il est sur le terrain, le classant 8ème de la ligue sur cette période. De même, le centre du Magic réussi à prendre 11,7% de rebonds offensifs disponibles, le 10ème meilleur taux de NBA. L’illustration parfaite : sur ses 3 derniers matchs, Mo Bamba tourne à 16 rebonds en moyenne dont 5,3 rebonds offensifs.

Mo Bamba semble enfin montrer le visage que de nombreux fans attendaient de lui : un pivot qui utilise son athlétisme pour jouer vite, un tir extérieur menaçant et surtout, un défenseur plein de promesses. Il n’a que 22 ans, bientôt 23, et son développement a pris du retard en raison des blessures. Un retard à l’allumage qui peut vite être compensé lorsque l’on voit ce qu’il est capable de produire depuis le départ de Vucevic. L’inter-saison sera déterminante pour lui. Mo Bamba doit impérativement dompter son physique pour aborder l’exercice 2021-2022 dans les meilleures conditions. Une saison synonyme de fin de contrat rookie pour lui. Pour faire la différence avec Wendell Carter Jr, Bamba devra améliorer ses lectures défensives mais, sur le long terme, il semble la meilleure perspective intérieure du Magic. Deal with it.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :