Basket Draft NBA La NBA de demain

Profil NBA Draft 2021 : Marcus Garrett, autant d’assurance défensive que de questionnement offensif

Évènements indissociables des sports aux États-Unis, les drafts sont le moteur du renouvellement perpétuel des grandes ligues sportives nord-américaines. Coup de théâtre, coup du destin, déceptions, interrogations… Les drafts sont des éléments essentiels de la culture sportive américaine. Après une March Madness qui a, comme à son habitude, réservée son lot de surprise, la draft NBA 2021 est la nouvelle date importante pour les prospects NCAA et FIBA. L’occasion pour le CCS de se mobiliser pour vous proposer un profil détaillé des meilleurs prospects. Sans hiérarchie particulière, vous trouverez ici toutes les informations nécessaires pour connaître les futurs rookies, voire même les futures stars de la NBA.

MARCUS GARRETT

source : Kansas Alumni Magazine

Date de naissance : 9 novembre 1998 – Classe : Senior

Université : Kansas Jayhawks (Big 12) – Bilan 2020/2021 : 21v/9d

Poste : Meneur (#0)

Mensurations
Taille : 196 cm – Poids : 88 kg – Envergure : ? cm

Statistiques saison
29 matchs joués // 10,9 pts // 4,6 reb // 3,7 ast // 1,6 stl // 0,3 blk
33 minutes joués/match // 45,7% FG // 33,8% 3pts // 80,8% FT // 1,9 Tov // 2,2 PF

PROFIL

Marcus Garrett baigne dans le sport depuis tout petit. Il commence le basket à l’âge de 4 ans mais son premier amour est avant tout le football (foot US). Il passe définitivement du côté basket après s’être fracturé la jambe au football américain lorsqu’il était au collège. Cet épisode difficile ainsi qu’un entourage référencé dans le basketball universitaire (son oncle était joueur de basket à l’université de San Diego State) lui ont permis de se forger un mental d’acier. Un état d’esprit qui lui permettra d’être, dès le lycée, ce pitbull défensif hors pair puis de signer à l’université de Kansas, les Jayhawks. Tout comme son coéquipier Ochai Agbaji, Marcus Garrett n’a rien pu faire dans la débâcle face à USC en 2e tour de la March Madness. Pourtant, l’ancienne recrue 4 étoiles sort d’une belle saison, sa quatrième au sein des Kansas Jayhawks. En quatre saisons, Garrett a progressé, mais certaines interrogations restent toujours présentes.

L’attaque n’est pas le point fort de Marcus Garrett. Cependant, tout n’est pas à jeter. Son ratio ast/to est convenable (1,93 sur ses 4 saisons NCAA) et ses qualités de playmaking restent correctes. C’est particulièrement en transition qu’il est le plus efficace grâce à une bonne vision du jeu et de bonnes qualités athlétiques pour finir près du cercle. Il a fait beaucoup de progrès aux lancers francs (80,8% en 2020-2021 contre 49% en 2017-2018), ce qui lui vaudrait d’aller en provoquer un peu plus que les 2,7 tentatives/match de cette saison.
En dehors de tout cela, c’est très limité. Bien qu’on ait pu voir des progrès au tir extérieur (33,8% sur 2,2 tentatives/match) cette saison. On pourrait se dire que ses bons pourcentages aux lancers francs sont une lueur d’espoir, mais la mécanique n’est pas optimal, notamment au niveau du bas du corps et ramené sur ses quatre saisons NCAA, sa moyenne à 3pts chute à 29,9% et celle des lancers francs tombe 63,5%. Trop peu pour avoir un vrai rôle offensif en NBA. De plus, son touché est très brut ce qui limite sa palette de tirs (pas de floater, de hook, de runner etc…).

La défense. On arrive sur le terrain préférentiel de Marcus Garrett. Elu trois fois dans la Big 12 All Defensive Team sur les trois dernières saison. Elu meilleur défenseur de sa conférence et meilleur défenseur de la NCAA en 2020 et demi-finaliste pour le titre de meilleur défenseur de la NCAA en 2021. Voilà qui vous place un bonhomme. Sa défense est tout simplement élite que ce soit sur le porter ou loin du ballon. Il a une très bonne mobilité, des mains actives et fait preuve d’intelligence pour intercepter ou contrer. Il tourne d’ailleurs à quasiment 3% au STL% sur ses quatre saisons NCAA. Il peut défendre des postes 1 à 3 grâce à une grosse activité et agressivité. Il est également un rebondeur honnête pour son poste.
Peu de défaut défensivement mais on peut noter que si en NCAA il peut défendre de 1 à 3, défendre les meilleurs postes 3 en NBA risque d’être compliqué car il est tout de même assez léger.

✔️ FORCES

  • Défenseur élite (on et off ball)
  • Polyvalence défensive (2 postes, voire 3 s’il prend du poids)
  • Playmaking/gestion de l’offense convenable
  • Jeu en transition
  • Bon rebondeur

FAIBLESSES

  • Shoot en travaux
  • Palette de tir très limitée
  • Réussite aux lancers à améliorer

PRÉDICTION DRAFT 2021

Fin deuxième tour (50 – 60)

Equipes potentiellement intéressées : Brooklyn Nets, Detroit Pistons

Les Brooklyn Nets, en plus d’être dans le « Win Now » ont un arsenal offensif très impressionnant mais leur défense est souvent critiquée. Ajouter un joueur comme Marcus Garrett apporterait une bonne rotation défensivement. Il faudra cependant qu’il soit entouré de trois voire quatre shooteurs pour palier à son manque de spacing.
Autre équipe qui pourrait être intéressée mais dans un autre registre, les Detroit Pistons. La reconstruction est bien entamée mais ça manque encore de talent, notamment sur la base arrière. Avec un Killian Hayes qui n’est pas forcément une référence en défense, Marcus Garrett pourrait apporter cette sérénité défensive sur les lignes arrières. En plus, à la différence des Nets, les Pistons sont en reconstruction, ils peuvent donc prendre leur temps avec le meneur de Kansas pour le faire travailler et lui faire développer son shoot extérieur afin qu’il devienne, dans l’idéal, un 3&D.

NOTE DU CCS : TIER « Fin de rotation »

Une défense NBA ready et c’est tout. C’est un peu maigre comment argument de vente mais en fin de deuxième tour, le risque est très minime. S’il est drafté par une équipe compétitive, il pourrait apporter sur quelques séquences défensives en PO, à l’instar d’un Andre Roberson ou d’un Matisse Thybulle. S’il tombe dans une équipe en reconstruction, alors il pourrait avoir le loisir de développer son tir extérieur et qui sait, peut-être devenir un 3&D intéressant.

*Tiers du CCS, explications. Il est très difficile d’estimer le devenir d’un prospect. Pour embrasser au mieux le potentiel de ces jeunes joueurs, le CCS vous propose une hiérarchisation par « tiers », ou « groupes à potentiel ».
Groupe 1 : Tier « Superstar » ou l’équivalent d’un talent générationnel capable de changer le destin d’une franchise, voir de la ligue.
Groupe 2 : Tier « All-Star », facile à deviner, le prospect à le potentiel pour devenir un franchise player.
Groupe 3 : Tier « Starter ++ », le joueur peut très bien devenir la deuxième ou la troisième option de sa franchise.
Groupe 4 : Tier « Starter/6ème homme », rôle player important ou leader de la second unit.
Groupe 5 : Tier « Rotation importante », 8ème ou 9ème, toujours précieux avec un rôle définit.
Groupe 6 : Tier « Fin de rotation », 10ème ou 12ème homme avec peu de minutes, un plafond limité mais pouvant rendre de précieux services.
Groupe 7 : Tier « G-League/2Way », pour eux, il faudra se battre pour espérer avoir un avenir en NBAmais tout reste possible pour les éclosions tardives.

Retrouvez tous nos profils de la Draft NBA 2021 ici !

Tier « Superstar »

Tier « All-Star »

Evan Mobley

Tier « Starter ++ »

Jalen JohnsonIsaiah Jackson

Tier « Starter/6ème homme »

Kai JonesMoses MoodySharife CooperCorey Kispert

Tier « Rotation importante »

Miles McBride Yves PonsJeremiah Robinson-EarlGreg Brown

Tier « Fin de rotation »

Daishen NixHerbert JonesOshai AgbajiAyo DosunmuIsaiah ToddJoe Wieskamp

Tier « G-League/2Way »

(5 commentaires)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :